web analytics

Lightroom Classic CC gratuit à la fin de l’abonnement !

66
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Nous l’avions expliqué ici : Catalogue Lightroom gratuit à l’issue de l’abonnement : si vous cessez de payer l’abonnement à Lightroom Classic CC, ce dernier restera fonctionnel indéfiniment et 100% gratuitement : Oui : 100% gratuitement !

Dans une configuration légèrement réduite : seuls les Modules Développement et Cartes sont désactivés…

Comme il faut toujours vérifier et expérimenter les choses avant d’en tirer des conclusion définitives : j’ai pris le temps il y a quelques mois, de créer un compte Adobe Creative Cloud tout neuf sur l’ordinateur d’un ami… D’y installer Lightroom Classic CC en version d’essai (gratuite pendant 30 jours)… et de laisser passer quelques mois !

Juste histoire de vérifier « en vrai » : ce qui continu effectivement de fonctionner gratuitement à l’issue de la période d’essai. Voici donc pour la toute première fois publié sur Internet (exclusivité mondiale semble-t-il) : la liste de tout ce qui marche gratuitement dans Lightroom Classic CC ! Et la liste de ce qui ne marche plus…

 


Au démarrage de la version « gratuite » : une alerte… Vous voilà prévenu que votre Lightroom fonctionnera avec des « fonctionnalités réduites »…

 


Fonctionnel à 100% gratuitement : toute la Bibliothèque… Oui, le coeur de Lightroom est désormais 100% gratuit : je l’ai vérifié ! C’est l’essentiel de Lightroom : tout fonctionne gratuitement ! Comme le démontre ces copies d’écrans…

Notamment, les collections et les collections dynamiques qu’il est possible de continuer à créer ou modifier. La gestion des dossiers reste disponible : il est possible de les créer, de les supprimer et de les modifier…

Les Mot-clés, les filtres, les recherches, les copies virtuelles, le « Moteur de renommage » des photos et même la reconnaissance des visages et le « géo codage inversé » : oui, tout cela reste 100% fonctionnel.

Oui tout marche très bien en Bibliothèque… Vous bénéficiez donc de 80% de Lightroom : totalement gratuitement et indéfiniment.

 


Fonctionnel gratuitement : les mises à jour automatiques de Lightroom Classic CC… Après plusieurs mois d’inactivité, la version de Lightroom Classic CC installée en décembre 2017, nécessitait une petite mise à jour … Ce qui s’est fait sans problème : j’ai pu installer la version 7.3.1 automatiquement, en lançant simplement le Module de Mise à Jour de Créative Cloud (connecté à un compte Adobe gratuit). Je n’ai pu tester une seconde mise à jour, mais nous verrons si cela continue de marcher lors de l’arrivée de la 7.4 (je suppose que oui)…

 


Fonctionnel à 99% gratuitement : l’import de nouvelles photos dans la Bibliothèque Cela signifie que vous pouvez continuer à utiliser Lightroom Classic CC pour décharger vos cartes mémoires. Pour organiser vos nouvelles images en dossiers classé par dates (ou classées autrement). Même la surveillance automatique d’un dossier et la capture en Mode connecté fonctionnent à 100%.

Une seule fonction a été désactivée : l’onglet « Appliquer pendant l’importation » a disparu. Il sera donc impossible d’appliquer des paramètres de développement (c’est logique). Mais aussi impossible d’appliquer des Mot-clés et des Paramètres Prédéfinis de Métadonnées pendant l’importation (on pourra le faire plus tard, ça ne change rien). Par contre le renommage reste possible à l’importation.

 


Fonctionnel à 100% gratuitement : l’export de photos depuis la Bibliothèque Cela signifie que vous pourrez continuer à exporter vos fichiers RAW en JPEG (ou autres formats).

 


Fonctionnel à 100% gratuitement : le Développement rapide… Vous pourrez ajuster vos images unes par unes : en terme d’exposition et de Balance des blancs (toujours non destructif). Ou aussi de conversion en Noir et Blanc. Unes par unes, ou en lots : en les sélectionnant dans la grille et en utilisant l’Onglet Développement Rapide. Malheureusement : pas d’outil recadrage ici, mais un changement simple d’aspact Ratio (Original, carré, etc…)

 


Fonctionnel à 100% gratuitement : le Module Livres… C’est la bonne surprise (que je tenais à vérifier) : oui, vous pourrez continuer à créer et commander des livres (en pdf, ou sur Blurb).

 


Fonctionnel à 100% gratuitement : les Modules diaporama et Web… Vous pourrez continuer à créer et exporter des Diaporamas en vidéo ou en PDF…  Et même créer de petits sites Web.

 


Fonctionnel à 100% gratuitement : le Module d’impression… La création de planches contactes et tous vos Paramètres d’impression personnalisés restent accessibles :

 


Fonctionnel à 100% gratuitement : les plug-in installés… Les fonctions complémentaires que vous aviez installé sous forme de Plug-in continuent à fonctionner pour la plupart (du moins ceux que j’ai pu vérifier).

 


Fonctionnel à 100% gratuitement : les Services de Publication… Les « Publish Services » semblent eux aussi fonctionnels (je ne les ai pas tous vérifier. On peut en ajouter de nouveaux…

 


Désactivé : l’accès au Module de Développement… Sans surprise : tout le Module de developpement est « bien désactivé ». Donc pas d’outils localisés, pas de recadrage non plus… Et pas de Paramètres Prédéfinis de Développement non plus : ni en Module developpement, ni en Bibliothèque. Rappelons en passant : qu’avant la version 5, il était possible en Module Bibliothèque : d’appliquer via un clic droit, l’intégralité des paramètres de Développement à une ou plusieurs images (fonction désactivée à l’occasion de l’arrivée de l’abonnement en version 5).

 


Désactivé : le copié-collé (et la synchronisation) des Paramètres de Développement. Il est impossible de copier / coller les paramètres de Développement d’une image à d’autres dans la grille. Le raccourci clavier est désactivé et le bouton synchroniser les Paramètres et également grisé. Normal, c’est relié au Module Développement.

 


Désactivé : l’accès au Module Cartes… Sans surprise, puisque Adobe paye à Google l’accès à chaque clic d’un utilisateur sur la carte (ils doivent payer sous forme d’abonnement, si ça peut faire plaisir à quelques uns)…

Pour réactiver ces trois fonctions : il suffit de réactiver l’abonnement… Ce qui peut être fait à tout moment !

 


Conclusion : en aucuns cas vos images ne resteront prisonnières de Lightroom. Puisque les 80% les plus vitaux de Lightroom restent à 100% gratuits… Et ceci indéfiniment ! Je ne comprend pas que personne n’en parle. Car c’est quand même énorme…

Je considère en effet qu’un Photographe de bon  niveau, devrait passer moins de 20% de son temps en Module Développement et quasiment tout le reste de son temps : à gérer sa Bibliothèque… Pour y sélectionner les « photos qui valent le coup », sachant que les bonnes photos, ne nécessitent pas d’y passer beaucoup de temps en Développement…

Et même : si vous trouvez l’abonnement un peu cher… Alors vous pourrez louer Lightroom une année sur deux par exemple (il y a un engagement d’un an). Prenez l’abonnement pendant un an : et pendant cette année occupez-vous de vos développements… Ensuite : ne renouvelez pas votre abonnement l’année suivant et vous pourrez vous concentrer (enfin) sur la gestion de la Bibliothèque. Il y a franchement de quoi s’occuper un an ou deux ! Puis reprenez l’abonnement quand il vous plaira…

Franchement, au rythme assez lent ou certains progressent avec Ligjhroom, ce n’est pas du tout idiot ;-)

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

66 commentaires

  1. Pingback: Catalogue Lightroom gratuit à l'issue de l'abonnement - photoetmac.com

  2. Vu ma pratique de la photo le catalogue c’est 0% de mon temps. Et le module dev 100%.

    Je choisis mes images à retoucher hors de LR, (avec photo machanic que je trouve top)

    J’importe dans LR, je retrouche et je supprime de LR.

    Si c’est un reportage ça part en agence et en archive datée chez moi, pas besoin d’y revenir plus tard l’agence gère le catalogue

    si c’est un mariage Ça part chez le couple et en archive sur un NAS par date. Pas besoin d’autre catalogue cedt juste au cas où le couple perd ses photos je peux lui ressortir.

    Si c’est des photos persos, une fois exportées et elles se mettent à la suite dans la photothèque iCloud.

    • Flux de travail catastrophique ! Y compris dans le genre d’activité photo que tu pratique.

      Excuse moi de le dire aussi simplement (et amicalement ;-)
      Je te dis ce que j’en pense : exactement comme je le dirais à un ami, ou à quelqu’un de ma famille :

      Tu as « tout faux » et tu n’as rien compris ;-)
      Tu fais tout l’inverse de ce qu’il faudrait pour améliorer ta production…

      Je t’assure : c’est vraiment ce que je pense (et rien de méchant dans cette appréciation)…

    • Je fais exactement la même chose que ‘DUSS’: Je n’utilise pas le catalogue de Lr et mes photos sont choisies dans un explorateur, importées pour être développées (puisque ce sont des RAWs) puis exportés dans un fichier tjr hors Lr et effacés de Lr.

      Lr ne me sert qu’à développer. Donc, un Lr CC déjà cela ne m’intéresse pas mais ne pas pouvoir utiliser le développement, pour moi c’est comme ne pas pouvoir utiliser Lr!

      C’est clair, c’est un super outil et il est difficile de travailler sur d’autres programmes qui ne lui arrivent pas à la cheville ou qui ne sont pas très ‘user friendly’ pour un photographe comme moi, ‘non-geek’…

      Mais le jour où je ne pourrais plus utiliser Lr car mon matériel n’est pas supporté (puisque plus de mises à jour pour ma version 7 achetée), et ce jour arrivera…, je ferais le deuil de Lr et trouverais et m’adapterais à autre chose.

      Amen!

      • Aye, aye, aye…  Mais j’ai fait quoi, pour mériter de lire ça moi ??? C’est vraiment « n’importe quoi », cette façon de travailler les amis ;-)

        Franchement ? Je vais essayer de vous trouver « une image » : car je ne peux vous laisser dans cet état ! j’ai envie de vous « ouvrir les yeux » en quelque sorte ;-)

        C’est un peu comme si un exploitant agricole investissait dans un super tracteur, pour labourer ses champs (et tout le reste)… Mais que plutôt que de mettre de l’essence dedans, il préférait le faire tracter par son vieux cheval ! ! ! 

        C’est exactement ça, oui… La traction hippomobile en 2018 : c’est romantique, mais totalement inefficace. Et fatigant pour le cheval (et le cheval c’est vous) …

        Apprenez un minimum à utiliser Lightroom : vous allez gagner un temps fou… Et pouvoir vous consacrer à ce qui compte vraiment : vos photos ;-)

        Comment vous dire ? On ne peut plus travailler « à l’ancienne » comme ça… en 2018 : c’est ridicule ! Oui, oui, le mot n’est pas trop fort…

         

        Rien de méchant les amis ! Mais mettez-vous « à jour »…

  3. On me demande :

    « ca sert a quoi LR sans le module développement ?? »

    Ce à quoi je réponds :  »

    « ça sert à faire 80% du travail que devrait faire un photographe… Je considère en effet qu’un Photographe de bon niveau, devrait passer moins de 20% de son temps en Module Développement…

    Et quasiment tout le reste de son temps : à gérer sa Bibliothèque… 

    Et oui : pour y sélectionner les « photos qui valent le coup », sachant que les bonnes photos, ne nécessitent pas d’y passer beaucoup de temps en Développement…

    La plupart des mes meilleures images : sont brut de développement…

    Seules les mauvaises images nécessitent d’être développées.

    Par contre : toutes les images nécessitent d’être triée, classées… et affichées.

    Ce qui occupe 80% de mon temps dans Lightroom…

    • Ta conception de l’utilisation de Lr, Jean-François, t’appartient et je le respecte.

      Mais ne viens pas nous dire que nous sommes nuls si nous ne faisons pas comme toi. C’est comme pour Canon (et je suis canoniste), Canon c’est ze best et le reste……….

      Un discours plus équilibré et moins sectaire est plus crédible.

      A bon entendeur ;-)

      PS: Je suis d’accord avec toi pour dire que Canon sortent de magnifiques images, mais il y a des choses de chez Nikon (je ne parle pas de Sony car pour moi ils ne font pas partie de l’histoire de la photographie; c’est comme le PSG, ils peuvent acheter qui il veulent, ils n’appartiennent pas à la famille du foot et qui en a écrit les pages d’histoire), il y a des choses chez Nikon donc que j’aimerais bien que Canon adopte, comme certains détails d’ergonomie………

      • Oui, moi aussi il y a de petites choses que font Nikon (et même Sony, Pentax et Olympus), que j’aimerais voir adoptées chez Canon…

        Par exemple pouvoir régler plus précisément la vitesse en rafale moyenne et rapide (c’est le premier reproche que je fais à mes Canon). Et d’autres choses bien entendu…

        Reste que tout ça, n’a rien à voir avec Lightroom…

        Je crois que ceux qui n’utilisent pas Lightroom correctement (c’est à dire en exploitant sa force N°1, qui est sa Bibliothèque), passent totalement à côté de ce qui est le plus important en photographie depuis 25 ans environ : pouvoir réaliser rapidement le meilleur choix entre de nombreuses images… que l’on prend immanquablement en série.

        Il n’y a pas 36 façon de conduire un Taxi pour gagner sa vie dans le métier de Taxi. De la même façon : il n’existe pas 36 façons d’utiliser Lightroom…

        Il y a « la » bonne façon (avec de multiples toutes petites variantes). Et il y a le « n’importe quoi » !

      • C’est vrai Canon et certains clubs de football ne sont  plus très frais, Sony et le PSG c’est les jeunes et l’avenir!!

  4. Je comprend toujours pas …. :-(
    Et le module livre de LR est vraiment une daube rigide, il existe 100x mieux et 1000x plus rapide en dehors de LR

    • Allons ! Pouvoir mettre en page ses livres directement, avec ses raw… sans devoir les exporter préalablement. Et sans devoir changer de logiciel !

      Pouvoir directement modifier ses images, « pendant » que l’on conçoit son livre, par exemple créer une copie virtuelle à tout moment, pour passer cette images en N&B, si on le désire…

      Sans devoir changer de logiciel, ni exporter les images : simplement taper « d » pour passer module Développement… Puis revenir dans son livre instantanément : tout cela n’a pas de prix !

      Mais comme tu n’utilise pas Lightroom  (même pas à 10% de ses possibilité, d’après ce que tu as expliqué plus haut) : tu ne peux vraiment pas comprendre, je le crains…

  5. comme certains l’ont dit avant, moi non plus je n’utilise pas la bibliothèque et je n’en ai absolument pas besoin, je ne suis pas un pro, et je ne me sers que du module developpement moi aussi ; je reve de pouvoir utiliser lightroom sans import ni tout ce qui suit : une arborescence et LR m’affiche tous les RAW du dossier, que je peux modifier et exporter ; quand je quitte et reviens, je reste dans ce meme dossier tant que je ne change rien, voila ce qui me ferait gagner du temps a moi.

    mais je conçois qu’un pro qui produit une quantité énorme de photos puisse en avoir besoin pour s’y retrouver

    • Même ma grand mère (qui n’est pas pro) a besoin de la Bibliothèque (celle de Photos), pour visualiser et retrouver les photos de ses petite enfants ;-)

      Vous n’avez pas compris qu’il y a un grand avantage à lancer Lightroom, pour simplement visualiser vos photos. Tout ce que vous faites dans le Finder : Lightroom le fait beaucoup mieux…

      Tout ce que vous décrivez vouloir faire : Lightroom le fait déjà bien plus efficacement que n’importe quelle autre méthode !

      Oubliez les anciennes méthodes préhistoriques…

      Les réticences que vous exprimez, sont celle de quelqu’un à qui l’on expliquerait que la voiture à essence est bien plus efficace que le transport à cheval ;-) Mais qui ne préfère pas l’entendre, car il ne sait pas exactement… comment fonctionne le moteur à essence !

      J’exagère à peine ;-)

  6. Ne pas pouvoir faire une simple mise en page perso, devoir se taper les mises en pages moches de LR, NE PAS GÉRER LE DOUBLE PAGE ??????????
    Il y a les bons outils pros, et les bricolages annecdotiques de LR

    Pour le reste j’attends l’article sur LR avec impatience.

    • Mais la mise en page est parfaitement « libre » dans le Livre de Lightroom, tu ajuste les images absolument comme tu le veux… Tu peux absolument tout faire instantannément.

      Et mémoriser tes « mises en pages perso », comme nouveaux modèles, pour y accéder plus vite à l’avenir. Idem pour les styles de typos et légendes…

      Et bien entendu il y a aussi plusieurs modèles de double pages ! CF copie écran ci-dessous…

      C’est bien ce que je soupçonnais : tu as à peine essayé et parle de Lightroom sans même en connaitre 10%…

      Tu es passé « totalement à côté » du truc ! ! !

        • Il y a 5 tailles de livres possibles, ce sont les gabarits Blurbs… (et moi ça m’intéresse beaucoup de commander chez Blur, car c’est très bien imprimé)…

          Très largement de quoi faire mon bonheur : ce sont des tailles classiques d’édition…

          Mais tu peux très bien exporter ton livre en .PDF (ou en JPEG)…

          Pour tout modifier ensuite (la taille des pages et le reste)…. Par exemple pour ensuite intégrer les JPEG dans un autre outil de mise en page, comme In Design, pour fignoler…

          Mais franchement je n’en vois pas l’intérêt ! Sauf à être un expert de Indesign…

          Bref : on peut toujours chercher la petite bête… Cet outil rapide, simple et conçu pour les photographes ne peut pas remplacer Indesign. Il fait déjà presque tout ce qu’un photographe rêve de faire !

          • Je suis quand même étonné de votre réponse…

            Pour qui ne fait pas de livre chez Blurb (ce qui est mon cas), les formats proposés ne conviennent pas forcément.

            Les mise en pages sont vérouillées (on peut rajouter de l’espace entre une photo et un cadre, mais pas augmenter la taille des cadres, ni les déplacer).

            Il se peut que j’ai raté quelque chose, évidemment.

            Personnellement, je préfère de loin le module impression, beaucoup plus souple au niveau de la mise en page, mais qui ne permet pas de gérer des espaces de texte (pas grave, j’en mets très peu).

            Je trouve ça très étonnant qu’Adobe n’ait pas permis la même souplesse de positionnement dans le module livre, quitte à faire un « mode expert » décoché par défaut.

            • Vous avez vraiment raté quelque chose !

              Bien entendu les mises en pages ne sont pas verrouillées… Il y a quelques limites : mais largement assez de liberté pour créer à peu près tout ce dont on a besoin.

              Augmenter la taille des cadres est possible (enfin, si je comprend bien de quoi vous parlez). ET les déplacer aussi bien entendu…

            • Voilà, je ne sais pas si j’ai bien compris ce que vous voulez dire par :

              « on ne peut pas augmenter la taille des cadres, ni les déplacer »

              On peut placer la photo là ou on le souhaite et à sa taille est libre… En 3 copie d’écran :

              • Je parle des cadres orange.

                Si on prend un template, je n’ai pas réussi à les bouger ni les déplacer.

                Du coup je ne vois pas vraiment comment me faire mes propres templates, avec le nombre de photos que je veux, placées exactement où je veux.

                A moins qu’on lui puisse placer plusieurs photos dans un même cadre orange ?

                • Un petit clic dans le petit bouton (noir) en bas à droit du cadre et tu change de style…

                  Tu choisi un parmi un grand nombre de style incluant 1, 2, 3, 4 ou davantage de photos…

                  Tu modifie la mise en page. ET tu peux créer ton propre modèle (que tu utilisera à l’avenir sur d’autres pages).

                  • Merci pour vos réponses, mais visiblement on ne se comprend pas.

                    Je vois comment rajouter des marges sur les espaces photo, à l’intérieur des rectangles oranges.

                    Mais pas comment déplacer, redimensionner, les rectangles oranges, afin de créer une vraie mise en page personnalisée (pas une légère variation des leurs).

                    Je mets en pièce jointe quelques dispositions faites avec le module impression de Lightroom (la première est une double page) que je n’arrive pas à répliquer (ou alors très imparfaitement) avec le module livre.

                    Evidemment, on peut trouver ça moche, mais moi j’aime bien ;)

                     

                    • A d’accord, je viens de comprendre…

                      Non, il faudra partir des modèles proposés et les modifier… En faisant appel à votre créativité !

                      Quelques contraintes, sot toujours un stimulant pour l créativité. D’autant qu’il y a énormément d’options possibles…

                      Pas toutes évidemment ! Mais largement de quoi faire tout ce qui est nécessaire à mon avis…

                      Seul votre exemple en « croix décalé » me semble difficile à recréer… (mais c’est pas très grave, car entre nous je ne le trouve pas très élégant ;-)

                      Mais bon : ça c’est personnel !

                      La plupart des modèles proposés, ont été conçus pour faciliter la mise en page, pour des gens qui n’en sont pas trop spécialistes… C’est pour ça qu’il n’y a pas de truc trop « exotiques » !

                      Je serais tenté de dire : tant mieux ;-)

                    • Et dans le pire des cas : pour une solution biscornue de temps en temps, il est toujours possible d’exporter la mise en pages en JPEG depuis un autre logiciel (Photoshop, ou même l’onglet Impression de LR)…

                      Puis l’importer en temps que Photo dans une page du livre (bord à bord)…

                      C’est ce que je fais souvent pour la couverture… Car je recherche un truc un peu plus sophistiqué : donc parfois plus efficace de le faire dans Photoshop…

  7. Hello,
    je comprend pas ta sortie, tu prend lightroom une année sur deux pour payer moins… donc tu prend des images mais tu ne fais que les visionner sans les retoucher car les bonnes tu ne les retouches pas donc une année tu sors que le top du top et tu rates probablement des perles qui avaient juste besoin d’un petit quelque chose que tu retoucheras dans une année ?!? Pour ne faire que de la retouche pendant une année après … pas sûr que se soit super intelligent. Surtout que tu nous dis souvent que tu fais parfois 1000 images par jour… imagine le flux… même si tu pourras toujours trier et supprimer certaines.

    Tu oublies que les utilisateurs de lightroom c’est 99% d’amateurs dont je fais partie (avec son lot de photos moyennes et des fois quelques petites pépites) et 1% de pros. J’allais dire 99.9 d’amateurs et 0.1% de pros. Dont peut-être 1/8 de ceux-ci qui vendent des images…  et que ses personnes, elles, elles veulent voir leurs images tout de suite, voir Max une semaine après postées sur le Flickr, Google truc où leur site internet (j’en fais partie, j’assume) en tout premier lieu et pour certains faire une ou deux jolies impressions pour leurs appartements ou leurs familles (j’en fais partie, j’adore ça ma femme moins car je rempli l’appart…), petite expos éventuelle…. (j’adorerais) et eux le super flux qui fais gagner de l’argent et du rendement ;-)… Nos petites sorties sont vites traitées et classées après développement dans un petit répertoire annexe bien nommé  ;-) . j’utilise pas lightrrom pour mes images à l’argentique ou mes panos sous Autopano pro ect… le réellement fini est extériorisé… oui ça double je sais…

    Perso, j’aime bien lightroom j’ai essayé sans c’était la panique (aujourd’hui, y’a pas mieux pour moi)

    J’aime importer avec des mots clés et faire un tri en deux secondes pour trouver quelques choses, profiter du visionnage et la bibliothèque. Avoir l’historique de toutes mes retouches de chaque image. L’outils est très puissant mais j’ai pas tout compris même si j’ai acheté lightroom pour les nuls ;-)

    Ce que j’aime dans cette abonnement c’est photoshop CC qui est avec et c’est un pur bonheur même si j’en ne l’utilise pas à 10%. Avant j’en avais pas les moyens aujourd’hui c’est accessible pour trois cafés au bistrot.

    Bon j’ai été vachement long là…

    tchao Francois ;-)

    • Photoshop que j’utilisais depuis 1995… Je ne m’en sert presque plus (du moins pour la photo, je l’utilise pour des schémas, des boutons à créer pour le bog ou des choses comme ça)…

      Toute ma photo (disons 99,9%) n’est traitée que par Lightroom.

      Je ne pourrais absolument pas me passer de la Bibliothèque de Lightroom ! La bonne nouvelle, est que si je ne paye plus : ce sera gratuit…

      Par contre des outil de Développement (capable de compléter ma Bibliothèque gratuite) : il y en a des tonnes.

      Et même certains gratuits (pas très bons, mais pour faire des choses simples… au pire ça peut le faire).

      Ce que je veux conseiller aux gens : ce n’est pas vraiment d’acheter Lightroom 1 années sur 2 (ne prenez pas les choses au pied de la lettre, c’était un peu humoristique)…

      Mais juste expliquer que l’on a besoin de cataloguer toute l’année ! Au fur et à mesure… ET qu’on peut le faire gratuitement.

      Par contre le Développement : ça peut être ponctuel !

      Même une année sur deux ;-) et entre temps, utiliser un outil temporaire…

  8. Ou vous faites comme moi, vous garder Lightroom 6 définitivement et vous avez tout ce qu’il vous faut… (tant qu’il vous le faut).

    Franchement, Lightroom sans le module développement, c’est sans intérêt : autant utiliser Photos sur Mac, c’est plus simple.

    Et si c’est une question vitale de flux de travail… c’est qu’on a des besoins pro ! Donc on paye et/ou au moins on se fend pour mettre en place et utiliser une suite logicielle sérieuse et adaptée, pas une solution dégradée qui n’apporte rien !

    Désolé mais sincèrement, même si l’information donnée par votre article est intéressante et permet justement de se faire un avis précis, je pense que cet état « cessation de paiement » de Lightroom est juste bon pour vous dépanner le temps que vous repayez l’abonnement. Si vous pensez arrêter de payer définitivement Adobe et continuer la photo, autant changer d’outillage.

    Pour moi, ce mode ne peut être que transitoire…

    • Changer d’outillage… me semblerait quasi impossible… Car il n’existe aucune alternative au catalogage de Lightroom.

      Par contre des outil de Développement, il y en a des tonnes. Et même certains gratuits (pas très bons, mais pour faire des choses simples… au pire ç peut le faire).

      Ce que je veux conseiller aux gens : ce n’est pas vraiment d’acheter Lightroom 1 années sur 2 (ne prenez pas les choses au pied de la lettre, c’était un peu humoristique)…

      Mais juste expliquer que l’on a besoin de cataloguer toute l’année ! Au fur et à mesure… ET qu’on peut le faire gratuitement.

      Par contre le Développement : ça peut être ponctuel !

      Même une année sur deux ;-) et entre temps, utiliser un outil temporaire…

      • Dans  ce sens là en effet ça me semble plus judicieux.

        Cependant, des outils de catalogage, il y’en a aussi de très bien. On peut facilement se contenter de Photos ou de Bridge (si on a une vielle license).

        Le plus compliqué restant de migrer finalement.

        Je suis cependant mal placé pour ce type de recommendation, étant moi-même un utilisateur « abusif » du catalogue Lightroom (au sens ou je fais moi-même des requêtes SQLite pour le « bidouiller » ou le maintenir).

        Hors sujet (ou quasi) : au passage je voulais vous remercier pour une idée que je n’avais pas eu concernant la suppression de l’historique de développement. Un gain de place et de performance salutaire.

        J’ai appliqué le principe avec un petite « siouxerie » supplémentaire : en ne gardant que les lignes d’export (essentiel pour retrouver l’état exact de ce que je produis et diffuse).

        Si ça vous intéresse, si vous ne l’avez pas déjà et à titre d’échange de bon procédé, je peux vous fournir le code de la requête… solution éprouvée depuis au moins deux ans sur la version 6 à tester sur la 7, en revanche, bien sûr, sur une copie de catalogue.

        Bonne journée.

         

  9. Tiens je vais être à contre courant de tout le monde là…

    Donc si je comprends bien, le truc que personne d’autre ne fait aussi bien que LR voire pas du tout, le truc qui me fait hésiter depuis si longtemps à switcher sur LR … le catalogue eh bien en fait il est gratuit !

    Ben oui, parce que si LR a du concurrent en développement, question catalogage, j’ai bien l’impression qu’ils sont un peu seul (c’est un peu provoc, mais si quelqu’un a quelque chose de vraiment utilisable avec des photos sur un disque dur externe voire un NAS je suis prêt à tester).

    Mais c’est génial ça !

    Bon reste à savoir si on peut s’en servir pour chercher une photo et ouvrir le raw sous DxO par exemple ou affinity ou tout autre logiciel de traitement d’image.

     

    Parce que, je ne sais pas ce qu’il se passe, mais je suis beaucoup en phase avec JF en ce moment ;-)

    Oui le catalogage est important ! Bigrement important. On ne s’en rend peut être pas compte au départ, mais plus les séances se multiplient, plus on a de photos, plus il faut s’organiser pour retrouver facilement tel ou tel type de photo.

    Exemple, je suis en train de préparer une expo sur un thème précis (une espèce d’oiseau dans un lieu précis), je me frappe tous mes dossiers pour retrouver mes photos de cette espèce uniquement dans ce lieu. Puisque je ne fonctionne qu’avec des dossiers informatiques par date de prise de vue, autant dire que j’en ai un peu suer (pour pas dire autre chose) pour trouver toutes mes photos… et après il faudra trier, retraiter légèrement pour donner de la cohérence… mais si déjà j’ai un outil qui cherche les photos à ma place, c’est super.

    J’ai essayé ACDsee mais ce n’est pas vraiment ça, pleins de bug. Je vais tester Digikam… mais je vais peut être me remettre sérieusement à Lightroom si ça continue.

     

    Donc merci beaucoup pour ce retour, car effectivement je n’ai vu ça nul part ailleurs.

    Et enfin, pour le module livre, oui, comme beaucoup d’autre chose, il existe des outils plus perfectionnés, plus professionnels. Je n’en doute pas, mais ça reste un module qui fait très vite le boulot pour des mises en pages simplifiées, ça ne prends pas plus de place et c’est rapide… donc pourquoi cracher dessus comme ça ? (Et pourtant je ne suis pas un fervent défenseur de LR loin de là, surtout depuis l’épisode abonnement)

  10. Mouais, PSG et Sony jeunes et l’avenir….. qu’est-ce qu’il ne faut pas lire :D
    Merci, elle était bien bonne cette blague.

    Mais si vous voulez parler photo (et foot) sérieusement, laissez tomber Sony et PSG.
    Les (pétro)dollars ne peuvent acheter l’histoire. Mais c’est vrai, on vit une époque formidable…

    • Ce n’est qu’une question d’échelle de temps… Car il suffit d’une génération, pour oublier acheter l’histoire, la faire oublier (et même la ré-écrire)…

      Nikon, Olympus, Minolta, Canon et les autres… étaient dans la position de Sony il y a 80 ans.

      Ils n’ont fait que copier au début, ou acheter des licences de fabrication, ou récupérer des brevets tombés en désuétude (notamment des brevets allemands à cause de la défaite Allemande)… Toit ça, pour fidèlement reproduire les innovations de marques Allemandes ou même Françaises aujourd’hui reléguées aux oubliettes de l’histoire (Leica Rollei, Angéniuex qui a vendu ses formules optiques à Tokina)… Puis innover à leur tour (ce qu’est en train de faire Sony, à une moindre échelle).

      Bref : ce n’est pas pour dire que Sony va remplacer Nikon et Canon, du jour au lendemain : mais si… bien évidement : l’argent peut « acheter l’histoire » !

      Il se trouve que l’argent (ou la puissance industrielle, ce qui est la même chose)  : peut tout acheter. Et c’est même ce qui se passe la plupart du temps…

    • Le monde économique est 100% cynique et n’a pas d’âme…

      Et de tout temps, les idéologies (ou ce qui en tient lieu) n’ont jamais fait le poids face aux réalités économiques.

      Dans le meilleur des cas les idéologies s’en accommodent : le communisme Chinois s’est par exemple converti au capitalisme (à l’argent), pour ne pas disparaître. ET même prospérer !

      C’est bien la ruine (temporaire) de l’économie Allemande au moment de la défaite Allemande, qui a ruiné la photographie Européenne. Concurrencée par une industrie Japonaise hyper productive et relancée par les USA…

      C’est en grande partie la demande intérieure d’appareil photo aux USA (la société de consommation victorieuse), qui a permis de relancer l’industrie Japonaise de la photo (et même de l’électronique avec Sony, et au delà…).

      Un jour ce seront peut-être des marques Chinoises qui concurrenceront Canon, Sony, etc… Par exemple DJi (la marque de Shenzen), qui fait des drones, mais pourrait faire n’importe quoi d’autre d’intelligent : pourquoi pas des Drones taxi, ou des voitures volantes ?

      Ou le prochain gadget qui fera tourner l’industrie mondiale… Par exemple le remplaçant des smartphones actuels qui font la fortune de Samsung et d’Apple (probablement temporairement… première capitalisation mondiale)… mais qui sont tous « fabriqués » en Chine.

      Un jour le remplaçant d’Apple et de Samsung (entant que premières entreprises Mondiales) seront certainement Chinois… Même si ce ne sont pas les Chinois qui ont inventé tout ça !

  11. Je suis extrêmement surpris par certains commentaires. Je ne suis qu’un utilisateur ordinaire (amateur) de Lightroom et pourtant je me régale des fonctionnalités de la bibliothèque : identifier les personnes, attribuer des mots-clés, légender, noter via les étoiles, définir des libellés de couleur, … Cela demande du temps (beaucoup) mais ça vaut le coup. Je trouve ça absolument indispensable. Et carrément merveilleux ensuite !

    Une fois que ce travail préliminaire est réalisé, on peut commencer à se faire plaisir en effectuant tout un tas de requêtes et en créant des catalogues (albums) sur des thèmes précis.

    Je peux par exemple sortir un album avec les meilleures photos de ma fille (ou de mon fils) jouant au foot, durant les 10 dernières années. En quelques secondes, j’obtiens ainsi un « best of » de leur ‘carrière footballistique’, de 2008 à 2018. Des photos de 2008, 2009, etc. vont resurgir du passé et apparaître dans l’album ; elles vont « revivre » au lieu de dormir au fin fond d’un disque dur. Les grands-parents craquent (et moi aussi) en revoyant ce type d’album.

    Un album avec mes meilleures photos prises au 35, au 50 ou  au135 mm ? Facile.

    Un album avec toutes les photos du chien de la belle-mère ? Facile.

    Un album avec toutes les photos de ma soeur lors des fêtes de famille ? Facile.

    Un album avec toutes les photos où mes enfants apparaissent tous les deux ET rien qu’eux deux, quelle que soit l’année ou le lieu ? Facile.

    Bref, les possibilités sont infinies. Chaque mois, je pense à de nouvelles requêtes et de nouveaux albums.

    Je rejoins donc 100% JF lorsqu’il dit qu’on est censé consacrer le plus clair de son temps dans le module bibliothèque. Tout le travail cité plus haut est nécessaire pour ensuite

    1) être efficace et productif

    2) se faire plaisir

    • Merci, Merci, Merci ! ! ! Je me sens moins seul…

      Absolument juste : vous avez tout compris…

      Pour revenir à la frilosité étonnante de certains par rapport au Catalogage (incompréhensible pour quelqu’un de ma génération et probablement,t de la votre) : je crois qu’il y a deux phénomènes qui se conjuguent pour l’expliquer :

      1 – La peur de ne pas savoir faire (ou encore la « peur de l’inconnu »), qui concerne surtout les « anciens » parmi les photographes… Assez peu à l’aise avec l’informatique … ET je les comprend : ils passent déjà assez de temps à essayer de s’en sortir avec tout le reste !

      2 – Une certaine fainéantise (pour le plus jeune) : et cela, c’est difficile à excuser… Beaucoup de nos concitoyens, espèrent que tout va leur « tomber tout cuit » dans l’assiette… Et qu’il n’y a jamais aucun effort d’apprentissages à faire, pour arriver à quelque chose.

      Bref : je sais que Lightroom : ça se mérite un peu… au début surtout ! Mais ensuite la récompense est là. Et on fait bien plus de choses intéressantes dans Lightroom avec un niveau « à peine débrouillé ». Que dans Photoshop avec ce niveau là…

      Pour terminer : je précise juste un détail de « terminologie »… A la place de « Albums », ont dit plutôt « Collection » en langage Lightroom-Classiquesque ;-)

      Mais curieusement, le nom de ces « sélections » (manuelles ou automatiques), s’est trouvé transformé en « Albums » dans Lightroom CC (comme dans iPhoto et Photos donc)… Car le mot Abum « évoque » plus de chose dans l’imaginaire collectif en effet ! ET Lightroom CC a d’abord été conçu, pour ceux qui ne comprennent rien à Lightroom Classic CC.

      • Non mais t’inquiète tu n’es pas seul ;-)

        Le problème du catalogage je pense vient aussi du fait qu’au début on se dit qu’on en a pas besoin en tant qu’amateur.. que c’est un truc pour les grosses banques d’image tout ça tout ça…

         

        Et puis on se prend au jeu de la photo, on shoot de plus en plus… et là on a tout un tas d’image qu’on aimerait cataloguer… Mais v’la l’historique… des dizaines de milliers de photos à cataloguer puisqu’on ne la jamais fait au début. La tâche devient particulièrement ardue… mais pas irréalisable, un petit peu chaque soir devant une série pourrie ou avec du bon son dans les oreilles… et c’est parfait ;-)

  12. JF, j’ai 70 balais, je fais de la photo depuis 50 ans et j’utilise LR comme toi et Michel depuis la V1. J’étais aussi informaticien…c’est peut-être pour ça que j’ai assez vite absorbé la puissance de LR concernant la gestion des images. Je développe si l’image le mérite sinon…poubelle !!

    Je comprends que beaucoup soient gênés par LR : il faut un minimum de formation…et aujourd’hui on préfère installer un soft…et l’utiliser au doigt mouillé…c’est plus rigolo !! Avec LR c’est l’échec assuré.

    Et pour ceux qui ne l’utilise que pour développer…autant aller voir ailleurs et utiliser un outil spécifique de développement…c’est le bon sens ça ;)

    • « Et pour ceux qui ne l’utilise que pour développer…autant aller voir ailleurs et utiliser un outil spécifique de développement…c’est le bon sens ça ;) »

      –> perso mon outils préféré de dev est LR mais une fois développées je n’ai JAMAIS besoin de revenir sur mes images, elles sont parties dans des agences ou chez des clients. je me fout complètement qu’elles soient dispo dans un catalogue quelque part.

      • En voilà une belle bêtise… On ne fait jamais (jamais) le meilleur développement du premier coup…

        Il m’arrive de revenir sur mes meilleures images, plusieurs mois après (avec un oeil neuf) : dans ce cas, je fais une modification… et j’écrase la version précédente sur le serveur de mon site.

        Par ailleurs tout photographe a besoin de montrer des travaux précédents à de nouveaux clients pour le convaincre de le faire travailler. C’est la raison d’être d’un book…

        Celui-ci ne peut être fié dans le temps : il change, ils s’améliore : on y ajoute de nouvelles images. On modifie d’anciennes image s(ou on les retire, car heureusement on progresse).

        Je ne vois aucun domaine photographique ou l’on a pas besoin de créer et mettre à jour son « book » !

        Nous vivons dans un monde dynamique : ou tout change en permanence… Il faut être en mesure de revenir sur ses meilleures images en permanence.

        Ne serait-ce que pour constater que l’on progresse au cours des années (ou que l’on ne progresse plus trop ;-)

        • « En voilà une belle bêtise… On ne fait jamais (jamais) le meilleur développement du premier coup…Il m’arrive de revenir sur mes meilleures images, plusieurs mois après (avec un oeil neuf) : dans ce cas, je fais une modification… et j’écrase la version précédente sur le serveur de mon site. »

          –> mais quand je livre un reportage, un mariage, que mes images partent chez getty je rappelle pas le client ou l’agence pour lui dire : « a au fait, j’ai viré un peu de rouge, vous remplacez tout ?

          « Celui-ci ne peut être fié dans le temps : il change, ils s’améliore : on y ajoute de nouvelles images. On modifie d’anciennes image s(ou on les retire, car heureusement on progresse). »

          –> oui, je vire ce qui est moins bon, pas besoin que le book prenne en volume.

           

           

  13. DUSS…après tout si ça répond à ton besoin, tel je tu l’exprime…why not !
    Mais il n’en reste pas moins vrai que la gestion des images numériques est un vrai sujet quand les volumes deviennent importants, et que seul LR « adresse » le sujet complètement. J’en ai regardé plusieurs et rien n’est comparable en terme de richesse de fonctionnalités sur ce thème.

    • Avez vous essayé Daminion et/ou Photosupreme, qui cataloguent très bien les photos.

      La publication de cet article m’a fait re télécharger LR CC classic, pour tester le catalogage.

      Par contre je trouve dommage que l’on ait pas a chaque nouvelle version majeure de Lighroom une autre période d’essai, car ayant arrêté mon abonnement en cours de route l’an dernier , j’aurais voulu tester leur nouveau système de gestion des couleurs et je n’ai pas eu accès à une autre version test.

      • J’avais testé Photosuprem il y a quelques années (je l’avais complètement oublié depuis d’ailleurs)… Il avait pas du m’impressionner plus que ça, puisque je ne m’en souviens plus du tout (mais j’ai retrouvé le dossier par mi tous mes dossiers consacrés à tous les logiciels alternatifs de catalogage et il y en a beaucoup)…

        A voir donc… Je doute qu’il puisse faire oublier Lightroom toutefois (et on a l’impression de retourner 10 ans en arrière question interface)…

        Daminion : jamais testé, car pas de version Mac… ça m’a l’air un peu vieillot aussi !

        Mais pourquoi pas…

        Car mieux vaut un petit catalogueur, vaillant, simple et efficace : que pas de catalogueur du tout…

    • Ha mais je suis pas entrain de dire que c’est pas bien ou que ça sert à rien ! mais que ça correspond pas vraiment à ma pratique de la photo pro. Et oui, la photo, comme les mails ou les fichiers sur son ordi pour le travail ça se gère en base de donnée pour être efficace, j’en suis à 100% convaincu aussi.

      Mais vu que JF me dit que ce que je fais est catastrophique je suis quand même intéressé et patient de voir l’article sur le sujet ! je changerai peut être d’avis, je suis très ouvert quand il s’agit de gagner en productivité !

       

  14. Cher Jean-François,

    Merci pour cet article sur la gratuité partielle de LR après la fin d’un abonnement. Bonne nouvelle, c’est rassurant ! Cela dit, la gestion du module bibliothèque est effectivement ce qui prend le plus de temps.

    Photographe amateure à 100%, je me suis fait la main sur LR 6 que j’ai acheté en licence permanente. J’ai bien vu que ce que tu m’as appris en stage n’est écrit nulle part. En matière de catalogage, ta méthode est finalement assez simple mais redoutablement efficace.

    Depuis notre dernier rendez-vous, je suis en train de revoir toute ma bibliothèque sur plus de douze ans de photo numérique en les important dans LR et en les classant selon les principes que tu m’as montrés. Un travail de titan !

    Mais ce travail me permet aussi de revoir ce que j’ai fait il y a plusieurs années et de constater mes progrès, même en matière de prise de vue. Cela permet aussi de repêcher des photos que je n’avais pas retenues comme bonnes et d’en écarter d’autres. D’où l’intérêt de ne pas les jeter trop vite sauf les vraiment nulles !

    Certes au début c’est très long, il faut chercher et on fait des erreurs (mineures heureusement) mais, avec la pratique, les opérations deviennent plus rapides. Et en ayant bien compris l’utilité des collections, de l’attribution des mots-clés, du tri au moyen des filtres et de bien d’autres fonctions, on entrevoit les potentialités énormes de ce type d’outils.

    La récompense de cet indispensable classement préalable vient ensuite au moment du développement et du plaisir qu’on en tire, même si le pourcentage final de vraie réussite est somme toute assez faible. C’est comme en ski de fond, le plaisir de la glisse vient après l’effort physique de la montée.

    • Je poussoir à ce propos. J’avais l’habitude d’iPhoto puis est venu Photo et j’utilisais son médiocre système de mots-clés. Passé à LR voilà 3 mois, je catalogue toute ma photothèque (et c’est un travail de romain surtout que je vais devoir me cogner la numérisation des diapositives). La gratuité après fin de l’abonnement est une très très bonne nouvelle. Je ne suis pas encore certain du ration 80/20 entre catalogage et développement mais le premier est essentiel même pour un amateur.

      La création d’un thesaurus est le premier pas : il faut de la méthode et du temps pour « couvrir » toutes ses thématiques. Une initiation dédiée m’aurait fait gagner des semaines (bon, maintenant, c’est fait). Il ne faut surtout pas effacer les mots inutiles trop vite : ils ont peut-être été mal catégorisés ou n’ont pas été nécessaires (par exemple des noms de ville). Son entretien est une gymnastique de tous les jours

  15. Bonjour,

    Je viens de découvrir cet article et lire rapidement les commentaires.

    Pour recentrer sur le sujet, et préciser ma compréhension je me permet de participer.. ;-)

    Quand l’abonnement expire, plus de module Développement, mais les image qui ont été retouché avec le module en question restent accessibles ??

    Nous sommes en mode non destructif donc sur mon disque j’ai toujours le le RAW original. Les retouches faites précédemment reste visibles,mais je ne peux plus apporter de nouvelle modifications, par contre je peut toujours exporter mes clichés modifiés avec le module et dans la version finale ?

    J’ai bien compris l’idée ???

    Question subsidiaire, cette fonctionnalité est officielle par Adobe ? (avec une espoir qu’elle soit aussi dans les version future ?) ou c’est juste une constatation informelle qui peut changer au gré des version ??

    En vous remerciant.

    YMF

  16. Bon ben super article rassurant, d’autres et Adobe nous en avaient dit un mot, mais l’avantage ici, ça a été expérimenté….
    Par contre quel dialogue de sourds après l’article…..
    Pour moi aussi, amateur, assez bordélique dans mes classement, et bien LR m’a donné une bonne raison de m’améliorer, alors pour ceux qui apprécie ce logiciel, vive LR et que ça continue…. Même au prix de 3 cafés au bar d’à côté de chez moi…. Je ne vais pas le lâcher. Pour une fois entièrement d’accord avec les propos du boss d’ici.

  17. Bonjour,

    Je découvre cet article très bien fait sur « lightroom à la fin de l’abonnement ».

    Des questions auxquelles je n’ai pas trouvé la réponse :

    – le développement fait sur une image avec l’abonnement actif est-il encore visible lorsque l’abonnement est terminé ?

    – Les modules externes de développement (DxO par exemple) sont-ils accessibles depuis la bibliothèque avec la fonction « Modifier dans… » ?

    Merci d’avance.

    • Oui, vous conservez les développements préalablement réalisés en Module Developpement… Même à l’issu de la période d’abonnement.

      Vous pouvez réinitialiser les images aussi. Et créer des Copies Virtuelles (donc garder une version développée à côté d’une version réinitialisée).

      Mais plus d’accès au Module Développement….

      Oui, je crois bien que tous les Plug-in et Modules externe restent actifs (mais pas vérifié).

      Je ne suis pas certain que le Module DxO fonctionne encore avec Lightroom Classic CC (à vérifier)

  18. Pingback: Exclusif : test de Skylum Luminar 3 avec "Bibliothèque" - photoetmac.com

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.