web analytics

Canon EOS 5D MkIV : « Dual Pixel Raw files Spliter »

6
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Rapide article qui passionnera les spécialistes : un petit logiciel (DPRSplit : File Splitter for Canon 5D Mark IV / Dual Pixel Raw files ) permet désormais, « d’extraire le second fichier RAW », caché à l’intérieur des Dual Pixel Raw que peut produire le Canon EOS 5D MkIV.

J’ai téléchargé DPRSplit et ça marche ! On lance la moulinette, puis on récupère un second fichier RAW (sous exposé d’un IL par rapport au premier)… Ce qui vous permet (éventuellement) de créer ensuite une Fusion HDR (ce que j’ai fait) proposant une dynamique augmentée de 1 diaph, comparé au RAW Brut…. Comme cela était déjà expliqué ici : Les Canon Dual Pixels RAW possèdent d’autres secrets et Forget subtle focus tweaks, Canonʼs Dual Pixel RAW tech can give you an additional stop in the highlights !

Epatant ! En résumé : une seule image en format Dual Pixels Raw (ci-dessous en rouge), vous donne deux fichiers RAW (en dng) séparés de 1 IL d’écart (ci-dessous en jaune). Que vous pouvez fusionner pour obtenir un dng à dynamique augmentée de 1 IL (ici en bleu). Malheureusement, je n’ai actuellement pas sous la main d’exemplaire de RAW Dual Pixel avec « fort contre jour » pour tester ça et l’intérêt de la chose… Si quelqu’un pouvait m’envoyer ça ?

 

Gagner un IL de dynamique, ça pourrait intéresser du monde (même si personnellement, je m’en fout un peu de la dynamique).. Mais si l’on en croit cet article, cette astuce donnerait à cet appareil la plus grande plage dynamique du marché

« This tool will give the EOS 5D Mark IV about +1 EV of usable dynamic range, making it one of the best stills cameras on the market in that regard.. The advantage to this over bracketing your shots, is there’s no risk of motion blur as it happens in one exposure ».

 

 

 

.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

6 commentaires

  1. Pas la plus grande, mais une des plus grandes ; faut lire JF :p

    « one of the best stills cameras »

     

    Grosso merdo avec 1IL de plus, on passe de 2,5 IL de moins à 1,5IL de moins que le niveau Sony/Nikon, au prix d’une manipulation assez lourde et pas franchement agréable et automatisable (pour le moment). Après, est-ce bien important ? Je sais pas trop, j’avoue que je m’en fiche un peu. Les Canon hors récents ont pas une dyna folle, et on survit bien avec, pourvu qu’on supporte les contraintes que ça engendre.

     

    Par contre le DPAF a plein de potentiel, par exemple pour faire de la cartographie 3D avec moins d’images (bawi, chaque photosite divisé en deux a une information de position du sujet). Et ça, ça peut apporter à long terme avec un brin d’informatique des technologies surprenantes.

      • Non, on s’en tape pas. Des fois ça offre une latitude de travail vraiment intéressante. (Et plus de nuances dans le travail de la lumière.)

         

        Maintenant, c’est pas non plus un game changer. Contrairement (à mon sens) à la réactivité et à l’autofocus (parce qu’une photo pas nette mais presque nette, c’est une photo ratée chez moi).

          • Bah je pense qu’elle aurait été meilleure soit parfaitement nette (pour le contouring lumineux des cheveux) soit franchement plus floue.

             

            J’aime bien le flou en photo. Mais le vrai flou, celui qui tâche, qui est assumé, pas le « moitié net moitié flou parce que le focus a foiré mais on va dire que c’était du flou voulu » que je vois trop souvent. :D

             

            C’est le désavantage du numérique : ça nous a rendu considérablement plus exigeants sur la précision du focus.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.