web analytics

Catalogue Lightroom gratuit à l’issue de l’abonnement

32
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Voici une grande nouvelle pour les « paranoïaques » qui hésitent à passer à Lightroom sur abonnement… Tenez-vous bien : si vous cessez de payer votre abonnement, la plus grande partie de votre catalogue Lightroom, continuera de fonctionner gratuitement…

Oui : gratuitement, après que vous aurez (peut-être) cessé de payer votre abonnement au Creative Cloud (11,99 €/mois)… Ainsi, vos photos ne resteront pas « prisonnières », d’un catalogue impossible à utiliser.

Puisque votre catalogue continuera à fonctionner gratuitement. Seuls les Modules Développement et Cartes cesseront de fonctionner, si vous suspendez votre abonnement à Lightroom…

Que l’on me comprenne bien : oui, le support d’Adobe m’a effectivement confirmé par écrit aujourd’hui, que vous pourrez toujours utiliser (totalement gratuitement) tout le reste de votre catalogue Lightroom, à l’exception des modules Développement et Cartes… Vous pourrez donc : importer, exporter, rechercher et visualiser vos photos. Seules les Modules Développement et Cartes resteront « payants » et nécessiteront que vous soyez abonnés  (il sera possible de couper autant que vous voudrez… puis de reprendre votre abonnement. Ou pas).

 

 

Ce qui est étrange : c’est que sur le site Adobe, il ne semble pas (encore) exister de page pour expliquer tout ceci… C’est dommage car c’est une information vitale : pour ceux qui hésitent à continuer d’utiliser Lightroom, à cause du principe de l’abonnement !

Rappelons que ce principe de « gratuité du catalogage », avait été annoncé officiellement par Adobe en juillet 2014 pour Lightroom CC. Ce que je vous avais expliqué ici : Le catalogage Lightroom est devenu gratuit !

Aujourd’hui (22 décembre) j’ai donc joint par chat le support US d’Adobe, afin d’obtenir une confirmation officielle… Et on m’a confirmé en effet que :

« Toutes les fonctionnalités de mon catalogue Lightroom fonctionneront après la fin de mon abonnement : à l’exception des Modules Développement et Cartes ». Ce qui veut dire en principe, qu’il sera possible d’importer, d’exporter, de rechercher, de visualiser et d’utiliser tous les autres Modules (Livres, Impression, etc…)… »

J’ai aussi demandé pourquoi aucune page n’est encore disponible (en cette fin décembre 2017) pour expliquer tout ça ? Le support à répondu que ce serait réparé « sooner than later »… En gros, que ce sera bientôt fait !

En attendant, on peut quand même le vérifier, dans une FAQ publiées par Adobe à propos de Lightroom Classic : FAQ | Creative Cloud Photography plans. Et que je trouve extrêmement rassurante :

 

 

« What happens to my photos if I end my membership ? Lightroom Classic CC : You’ll still have access to all your photos on your local hard drive through Lightroom for the desktop. You can continue to import and organize photos as well as output your edited photos through Export, Publish, Print, Web, or Slideshow. Access to the Develop & Map modules and Lightroom for mobile are not available after your membership ends. »

 

 

Ainsi, Lightroom Classic CC (tout comme Lightroom CC 2015 précédemment), vous autorisera toujours à faire certaines choses dans votre catalogue dont l’usage sera gratuit… Je résume en Français ce que j’en ai compris :

 


Ce que l’on pourra toujours faire gratuitement avec Lightroom après l’abonnement :

1 – Vous pourrez toujours ouvrir votre catalogue (vos catalogues), pour rechercher et afficher vos images. Les aperçus créés précédemment seront certainement conservés…

2 – Vous pourrez toujours y importer de nouvelles images. Si vous envisagez de reprendre l’abonnement de Lightroom quelques mois plus tard, inutile de changer de Flux de travail… Et même si vous utilisez un autre Développeur RAW : le catalogage (exceptionnel) restera gratuit ! Ce qui est le principal point fort de Lightroom… Ceci est une grande nouvelle (que nous avions déjà souligné à l’époque).

3 – Vous pourrez toujours Exporter vos images. Convertir vos RAW en d’autres formats… Avec ou sans les développements que vous aviez réalisé. Les exporter éventuellement en DNG…

4 – Vous pourrez toujours utiliser les services de Publication.

5 – Le Module d’Impression sera toujours utilisable.

6 – Le Module Diaporama sera toujours utilisable.

7 – Le Module Web sera toujours utilisable.

 


Ce que l’on ne pourra plus faire (à moins de s’abonner à nouveau) :

1 – Le Module Développement sera désactivé… Ce qui ne veut pas encore dire, qu’il sera absolument impossible de modifier les images (il y aura peut-être quelques astuces).

2 – Le Module Carte sera désactivé (d’ailleurs sachez que Adobe paye Google lors de chaque accès que vous faites à leurs cartes via ce module).

3 – Lightroom Mobile (Lightroom CC) sera déconnecté : vous aurez un an pour récupérer les originaux éventuellement stockés dessus (relire d’ailleurs notre article à propos de Lightroom Downloader).

 


Ce qu’il faudra « vérifier « en vrai » : 

1 – Sera-t-il possible d’utiliser l’outil de Développement Rapide ? Celui qui se trouve dans le Module Bibliothèque ? En principe oui… Ce qui veut dire que de simples ajustement d’exposition et balance des blancs seront possibles.

2 – Sera-il possible de copier / coller des Paramètres de Développement ? Peut-être bien que oui : dans le Module Bibliothèque…

3 – Sera-t-il possible d’utiliser des Paramètres Prédéfinis de Développement ? Probablement pas… Je comprend maintenant pourquoi ceux-ci avaient étés retirés du clic droit dans le Module Bibliothèque (c’était possible dans Lightroom 5 et précédents : on pouvait appliquer directement des Paramètres Prédéfinis depuis la grille du Module Bibliothèque, sur un groupe d’image.

Cette possibilité avait été supprimé sans raisons apparentes, au moment de la sortie de Lightroom 6…Je ne comprenais pas pourquoi. Mais ceci explique peut-être cela…

 


 

Bref : vous voilà rassuré ? Il n’y a aucun risque à s’abonner à Lightroom et à cataloguer tout votre travail…  Puisque vous y aurez toujours accès. Même si vous n’êtes pas certains, de rester abonnés toute votre vie !

 

 


Rappelons que ce principe de « gratuité du catalogage », avait été annoncé officiellement par Adobe en juillet 2014 pour Lightroom CC. Ce que je vous avais expliqué ici : Le catalogage Lightroom est devenu gratuit !

 

What happens to Lightroom after my membership ends ?

[note]: We recently updated to Lightroom 6.0.  When you’re subscription ends in Lr CC / Lr6, you will continue to have access to the Library, Slideshow, Web, Book and Print Modules as described below.

Since the launch of the Creative Cloud, Adobe has engaged in an ongoing dialog with the photographic community. We’ve tackled mobile workflows, provided ongoing enhancements and lastly, provided a membership plan tailor made for all levels of photographers.

With the latest update to Lightroom 5.5 I believe we’ve also addressed a lingering concern in the community: What happens to my photographs after my membership ends?  With Lightroom 5.5, at the end of a membership, the desktop application will continue to launch and provide access to the photographs managed within Lightroom as well as the Slideshow, Web, Book or Print creations that we know many photographers painstakingly create.

The Develop and Map modules have been disabled in order to signal the end of the membership and the need to renew in order to receive Adobe’s continuous innovation in those areas. Access to Lightroom mobile workflows will also cease to function. We hope this meets the expectations of our customers and we look forward to an ongoing dialog. (Source Adobe).

 

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

32 commentaires

  1. Oui, mais bon faut encore qu’il tiennent leur promesses. et ils l’ont déjà trahie avec l’abandon de la version payante …

    • Adobe ne s’était jamais « engagé officiellement » par un communiqué explicite ou dans les conditions générales de vente ; à ce que la Licence Perpétuelle serait conservé dans l’avenir…. C’est juste un des cadres qui avait répondu ça « une seule fois » sur le blog Lightroom.

      Bref : c’était surtout une erreur de communication…

      A ne pas confondre avec une promesse, (inclue dans les conditions générales de ventes). C’était juste une erreur de communication (malheureuse je le concède), mais ils n’ont jamais rien « promis explicitement » à ce propos.

      Ici c’est différent : pour le catalogue actuel, il répondent qu’il continuera à fonctionner. Exactement comme Bridge (d’ailleurs), qui peut fonctionner sans licence et sans abonnement (vous n’aviez jamais vérifié ça, mais c’est le cas).

  2. C’est vraiment généreux de la part d’Adobe !

    Je suis bien sûr ironique, les entreprises sérieuses qui forcent ce type d’abonnement offrent en général la version complète du soft à la date d’achat (pour un abonnement d’un an). Adobe dans son extrême bonté nous permettrait de ne pas perdre tout le travail effectué.

    Désolé Jeff, malgré tout le mal que tu te donnes pour rassurer tes lecteurs, la confiance est brisée pour pas mal d’utilisateurs. Ce n’est pas uniquement une question d’argent (je dépense 80€/mois en abonnements pour des formations, je ne suis pas à 12€ près…)

     

    • Elles sont bien entendu appliquées sur les images (de façon non destructive), donc vous conservez et visualisez vos ajustement. Grace aux Aperçus 100% et aperçus taille standard, qui sont conservés par le catalogue.

      Et j’imagine que les copies virtuelles fonctionnent aussi…

      Le catalogage fonctionne comme avant : ce qui permet d’ailleurs de faire d’autres ajustement sur les mêmes fichiers dans d’autres logiciels en paralèlle (vu que Lightroom ne modifie jamais les images)

  3. tom hogarty avait promis le maintien de la licence perpétuelle… on voit ce qu’il en est des promesses d’adobe.

    comme en politique les promesses n’engagent que ceux qui y croit.

    seul un contrat écrit et signé aurait valeur… qu’ils le proposent…

    il peuvent dire ce qui veulent ils n’ont aucune obligation légale de s’y tenir et peuvent revenir dessus quand bon leur semble

    du blabla marketing pour tenter de rassurer les inquiets comme d’hab…

     

    • Non pas du tout du « marketing », puisque qu’ils ne communiquent pas dessus (le marketting c’est quand on fait de la communication)…

      Simplement, je crois qu’ils n’ont pas eu le temps de « formuler » cet engagement
      Qui est la continuation de ce qu’ils ont annoncé en 2014.

    • Adobe ne s’était jamais « engagé officiellement » par un communiqué explicite ou dans les conditions générales de vente ; à ce que la Licence Perpétuelle serait conservé dans l’avenir…. C’est juste un des cadres qui avait répondu ça « une seule fois » sur le blog Lightroom.

      Bref : c’était surtout une erreur de communication…

      A ne pas confondre avec une promesse, (inclue dans les conditions générales de ventes). C’était juste une erreur de communication (malheureuse je le concède), mais ils n’ont jamais rien « promis explicitement » à ce propos.

      Ici c’est différent : pour le catalogue actuel, il répondent qu’il continuera à fonctionner. Exactement comme Bridge (d’ailleurs), qui peut fonctionner sans licence et sans abonnement (vous n’aviez jamais vérifié ça, mais c’est le cas).

    • On ne parle pas du stockage Cloud de Lightroom CC, bien entendu (qui ne sera pas gratuit évidement)…

      On parle : de l’utilisation gratuite du catalogue Lightroom Classic CC (stocké sur votre disque)… qui indexe les images stockées en local sur votre disque dur.

      C’est à dire que l’on parle de Lightroom Classic CC (sur abonnement), ou Lightroom 6 (anciennement Lightroom CC 2015 lorsqu’il était sur abonnement), ou Lightroom 5… Tout ceci est le logiciel classique pour ordinateur, avec stockage des originaux sur disque local.

      Donc, on ne parle pas : du nouveau Lightroom CC (qui est le nouveau nom de l’ancien Lightroom Mobile et qui permet de stocker les originaux sur le Cloud, si l’on veut… en plus du local si l’on veut).

      Vous avez suivi ?

      Relire : Lightroom Classic CC ou LR CC quelle formule choisir ?

      http://photoetmac.com/2017/10/lightroom-classic-cc-lr-cc-formule-choisir/

  4. L’histoire a montré que le problème majeur avec Adobe est sa capacité à tenir ses promesses et à être à l’écoute de ses clients :
    – main forcée des clients à passer en licence locative ; la réaction très négative n’a pas été écoutée ; client non écouté…
    – piratage des serveurs Adobe il y a quelques années : j’ai eu une vague excuse et l’information que je devais faire rééditer m’a carte bleue ; le minimum syndical a été fait mais aucun engagement sur les précautions prises afin que cela ne survienne plus ; client non écouté…
    – la mise en place du système locatif a été présenté comme permettant d’offrir aux clients des mises à jour plus fréquentes que ce que n’en permettait la licence permanente : dans les faits, ce sont les mises à jour de LR en licences permanentes qui ont été ralenties ; promesse non tenue…
    – LR devait rester en licence permanente ; ce n’est plus le cas ; promesse non tenue…

    A cela s’ajoute la hausse des prix aux usa de 6% à 14% justifié par un ajustement tarifaire (pas d’evolution du tarif depuis 5ans). Si en soit une hausse tarifaire n’est pas choquante, le faire dans un moment de transition avec une réticence des clients qu’il faut alors rassurer, n’augure rien de bon sur ce qui se passera en régime de croisière.

    Donc non, le probleme n’est ni le prix ni l’indisponibilite du catalogueur post abonnement (qui est une promesse depuis quelques années), mais vraiment une question de confiance dans l’editeur, capacité à tenir ses promesses, capacité à écouter ses clients et capacité à respecter ses clients. Donc non, pas rassuré pour un sou pour l’info car le problème n’est pas là, comme l’ont souligné les commentaires précédent.
    Un autre soucis est que plus Adobe arrive à enfermer ses clients, plus la concurrence fera de même. C’est une autre raison pour ne pas persévérer avec Adobe ou conseiller à quelqu’un de l’utiliser (quelle que soit la qualite actuelle des softs).

    • Je ne suis pas personnellement partisan de l’abonnement ou de l’ancienne formule… Que l’on en me fasse pas de procès, je ne suis pas « l’avocat » d’Adobe.

      Mais : force est de constater, que les clients d’Adobe ont plutôt « plébiscité » cette formule. Ce qui a conduit à une forte hausse des ventes de la suite CS.

      Toutes les société et la majorité des professionnels indépendants (qui constituent 95% de la clientelle d’Adobe), ont renouvelé en masse (et avec satisfaction) leurs licence sous forme d’abonnements…

      Il faut dire que cela les arrange : les dépenses étant mensualisées, les comptables préfèrent : car ces sont des dépenses prévisibles… (même si cela coute un peu plus cher : c’est mieux quand c’est prévisible).

      Le problème auparavant avec les licences classiques : c’est que les responsables de studios, devaient régulièrement demander des dépenses exceptionnelles tous les deux ou trois ans : qu’ils n’obtenaient pas toujours assez rapidement. Résultat des courses : leur version n’était jamais à jour. C’était plus compliqué.

      Donc je crois que pour 95% des utilisateurs des produits Adobe, c’est plutôt mieux qu’avant…

      Reste les 5% d’utilisateurs amateurs de Photoshop et Lightroom, non professionnels. Et le pirates aussi… Qui râlent un peu. A noter que Photoshop Element n’est pas passé sur abonnement, mais reste en licence classique.

      • Je ne suis pas sûr que la proportion des utilisateurs « amateur » soit de 5% dans le mix Lightroom CC.

        Pour d’autres logiciels c’est sans doute possible. Le ratio d’utilisateurs « amateur » d’InDesign ne doit pas être aussi élevé que Lightroom par exemple.

        Plébiscite: difficile à juger. Lorsque tu as le choix entre l’abonnement ou rien et que tu gagnes de l’argent avec ce type de produit, tu y vas… Comment faire autrement ? Il n’y a pas d’alternatives à Pro à Photoshop.

        Pour l’instant Adobe se fait un joli pécule. Le nier, c’est nier l’évidence.

        Pour l’amateur, même éclairé. Ca se discute. La solution Adobe Lightroom avait la force de faire un assez bon boulot « tout en un ». Mais faire tout, cela signifie aussi parfois moins bien. L’amateur s’en rendra peut-être compte.

        Comme tu me l’as écrit sur internet (et ici): on garde sa bibliothèque. Ouf ! J’y vois un côté positif: c’est un moyen peu coûteux de garder à l’abri une bibliothèque de photos dans un logiciel toujours compatible avec le système d’exploitation…(carrément nécessaire sur Mac).

         

  5. Avec Adobe Lightroom on est PRISONNIERS !!

    Demain le tarif mensuel augmente, on est coincés.

    Après demain on arrête de payer le loyer, on nous promet qu’on encore accès à SES PROPRES photos, et peut être mème aux modifications effectuées pendant des années  ! C’est pas possible, je rêve !! Et faudra dire merci Adobe ???

    La seule solution correcte aurait été : on arrête de payer, on ne reçoit plus de mise à jour, point. Je me demande même si bloquer (en partie) un logiciel sur l’ordi perso d’un client, c’est vraiment légal ?

    Dommage , LR est (était) quand même un bon produit.

     

      • Partiellement faux ? C’est à dire ?

        Je répète aussi que la seule solution correcte …..  / ….. et que tout cela est très dommage, vu la qualité de LR dont je suis un utilisateur depuis longtemps.

         

        • Il y a certaines choses que vous dites qui sont vraies… ET d’autres fausses. Vous dites donc des choses partiellement fausses. Ou partiellement vraies ;-)

          On est pas du tout prisonnier d’Adobe par exemple.

          Puisque toute le travail que vous avez fait en utilisant le logiciel est conservé… Vous n’êtes donc pas prisonnier ! Y compris la possibilité de le modifier partiellement (panneau Développement Rapide en Bibliothèque devrait être accessible).

          Vous pouvez toujours exporter ce travail dans n’importe quel format de fichier, taille etc…  en utilisant un logiciel devenu à 80% gratuit !

          A vie… Moi je trouve que c’est un sacré cadeau de Noël !

  6. c’est dommage qu’il ne fasse pas un prix quand on paye annuellement en une fois au lieux de mois par mois.

    on peux s’abonner un mois suspendre 2 mois puis reprendre ect… ?

    avant quand on faisait une update on avait un tarif préférentiel c’est dommage que la fidélité avec l’abonnement actuel n’ouvre doit à rien ou bien c’est prévu ?

    merci

  7. Dommage,  merci pour la précision

    Sinon pour le cloud si on a déjà un autre stockage dropbox ou google ou autre que celui d’adobe je suppose que ça ne marche pas si on veux l’utiliser avec les les fichiers lightroom ?

    • Ben si : on peut cataloguer le contenu d’un dossier d’images placé sur Dropbox, par un catalogue Lightroom que l’on peut placer ou l’on veut…

      Y compris sur Dropbox d’ailleurs (à la place de l’emplacement par défait qui est dans le dossier Images). Le catalogue Lightroom peut être déplacé… Le mien est dans mon dossier Dropbox. Ce qui assure sa sauvegarde…

  8. du coup pas obligé de prendre la formule à 1to pour synchroniser entre classiques et lightroom mobile ?
    pas obligé de passer par le creative cloud

    • La formule à 1 To n’a aucun intérêt pour le moment… Car Lightroom CC n’est pas encore « mure ». Il ne sert qu’à se faire un chouette book en partageant des collections depuis Lightroom Classic CC…

      Mon avis, est qu’il faut prendre l’abonnement Classic à 11,99 € :

      Lightroom Classic CC + Lightroom CC + 20 Go + Photoshop…

  9. Un peu quand même, non ? Vous prônez l’utilisation de la suite Adobe (LR et PS) et mettez en valeur la suite régulièrement. Vous vous positionnez donc comme un ambassadeur de la marque. Cela dit, chacun agit en fonction de ses convictions ou de ses contrats, et je le respecte.

    La raison de mon intervention est de contrebalancer un peu ce point de vue.

    Coût du logiciel et de la suite : je vous suis. La location offre des avantages indiscutables : coût lissé dans le temps et la suite PS + LR me coûte moins cher qu’avec la licence perpétuelle.

    Durabilite de la solution : certes les fichiers de travail sont « perdus » à l’arrêt de l’abonnement (on peut quand même sauvegarder les fichiers en l’etat pour les reprendre dans un autre logiciel), mais effectivement, les fichiers finaux sont disponibles et ce n’est pas très différent d’une licence perpetuelle que l’on ne renouvelle pas qui cesse d’etre fonctionnelle après quelques années.

    Qualite du logiciel : je vous suis. La suite offre de plus larges fonctionnalités que la concurrence, une qualité est indiscutable et la vitesse de production est meilleure qu’ailleurs (ce point se discute car c’est largement lié à l’habtitude Que l’on a avec le logiciel).

    Mon souci est plus sur l’avenir. D’une part, ainsi que je l’ai dit, la confiance est brisée avec Adobe et d’autre part, la voie poursuivie par Adobe n’est pas ideale pour la satisfaction et la prise en compte de nos besoins à terme. Enfin, tout comme le système des logiciels gratuits en son temps, j’ai une réserve (pour ne pas dire une opposition) forte sur le système des locations, nouvel eldorado de l’industrie qui sous des couverts avantageux immédiat pour le consommateur réserves de mauvaises surprises à long terme (en simplifiant, son mode de vie est loué sans capitalisation… c’est donc un appauvrissement sur le long terme du consommateur)… mais on entre là dans un débat de société qui n’a sans doute pas sa place ici.

    C’est pour cela que j’ai exprimé ma réserve sur le ton rassurant de l’article et le fond encourageant les utilisateurs actuels ou à venir à ne pas s’inquieter.

    Au passage, je n’avais pas cette impression de plebicte massif chez les professionnels mais plus de résignation par manque d’alternatives… cela dit, je n’ai pas autant de possibilités d’observation dans le milieu professionnel que vous… donc pourquoi pas…

    • Ben nous verrons ce que réserve l’avenir…

      Je comprend les reserves de certains utilisateurs. Mais Adobe existe depuis bien longtemps, et n’a jamais déçu (ou alors pas trop déçu)…

      C’est une expérience et une crédibilité incontestable et durable. Alors que les concurrents (donc certains ne sont que de minuscules startup), n’ont encore rien produit pour le moment (rien de comparable du moins) et n’ont rien prouvé en terme de « tenue dans le temps ». On ignore même si elles seront profitables dans les deux ou trois ans à venir…

      On a connu les mésaventures de Nikon Capture NX, puis de Nik Softwear… et d’autres aussi ont disparu.

      ET même iView Media Pro qui pendant les 11 ans d’existence de Lightroom à connu trois propriétaires ! ET l’échec final que l’on sait (même adossé à Capture One : il est mort et plus personne ne l’utilise)…

      Donc, si il est un seul éditeur qui me rassure sur l’avenir (au lieu de m’inquiéter), c’est bien Adobe…

      Et la pérennité (ehe général) de leurs logiciels et technologie (dng et aperçus dynamiques par exemple, Camera Raw par ailleurs), sont plutôt des raison d’être rassuré, que inquiet pour l’avenir.

      Nous verrons…

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.