web analytics

Ce qui compte c’est l’objectif ! Pas l’appareil… (1/3)

36
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

J’ai toujours conseillé à mes élèves de dépenser davantage d’argent, dans leurs objectifs, que dans leurs boîtiers… Par exemple s’offrir un 70-200 mm f/4 : voilà un bien meilleur investissement à envisager…

Plutôt que de dépenser la même somme dans un nouvel appareil. Faites l’expérience : achetez un 70-200 mm f/4 (y compris d’occasion). Puis montez-le sur votre vieux reflex : vous constaterez qu’il en sortira de bien meilleures photos, que si vous aviez acheté un nouvel appareil (à quelques exceptions près évidement)…

 


A suivre dans le prochain épisode, d’autres galeries d’exemples, réalisés avec certains de mes objectifs favoris… Parmi lesquels, le 70-200 mm f/4 bien entendu. Ou le Sigma 24 mm f/1.4 Art… Ou encore le petit Voigtlander 20 mm f/3.5. A suivre ici…

Les liens indiqués pointent sur la boutique Amazon, qui rapporte quelques euros à votre blog préféré. Soutenez nous, en achetant plutôt votre matériel en suivant ces liens. Ou en utilisant notre moteur de recherche Amazon.

 

 

 


De plus, les bons objectifs sont des investissements généralement plus pérennes, qui perdent moins de valeur avec le temps, que les boîtiers (qui se démodent si vite)…

Vérifiez en occasion : les reflex vieux de 5 ans deviennent quasiment invendables (il faut dire que pas mal de gens achètent des boîtiers dont ils ne se servent quasiment jamais, donc les bonnes occasions ne manquent pas). Alors que les « bons » objectifs conservent une bonne cote durant plusieurs années…

Ladakh juillet 2017 – Réalisé avec le Canon EF 70-200 mm f/4 L IS USM

Par exemple : un Canon EF 70-200 mm f/2.8 L IS USM que j’avais acheté dans les 2000 € en 2001… A été revendu 1000 €, exactement dix ans plus tard… C’est comme si je l’avais loué 8,3 € par mois durant 10 ans. Combien seriez-vous prêt à dépenser en 2017 pour un boîtier qui coûtait 2000 € neuf en 2007 ? Certainement pas 1000 € compte tenu des progrès réalisées depuis. Un Canon EOS 200D (à moins de 550 € boitier nu), est plus intéressant qu’un boitier acheté 2000 € en 2007. 

J’ai eu envie de vous montrer quelques exemples de photos réalisés avec des appareils peu coûteux (ou anciens, c’est à dire de valeur quasi nulle aujourd’hui), mais sur lesquels étaient montés de bons objectifs (pas obligatoirement cher, mais des objectifs qui présentaient de bons rapport qualité / prix)…

Tout ça pour tenter de vous convaincre une fois de plus, que c’est l’objectif qui compte : que ce sont les performances des objectifs qu’il faut étudier et comparer… Et qu’il ne faut accorder aucune importance aux « tests de geek » (qui oublient généralement la question des objectifs) et ne se focalisent que sur la « sois-disant » bonne ou mauvaise dynamique d’un boîtier ! Tout simplement car les tests de dynamique sont les plus simples à réaliser (un test et c’est fait)…

Alors que comparer des objectifs est nettement plus difficile car il y a énormément de paramètres à intégrer, à « croiser » et à soupeser… Poids, stabilisation, distance minimale de mise au point, résistance au flare, piqué au centre / sur les bords / à toutes les focales, aberrations chromatiques, diffraction, distorsion, vignettage, aspect du bokeh, prise en main, etc… Il faut une sacré expérience de photographe pour évaluer un objectif.

Expérience que très peu des « jeunes rédacteurs geek » (ceux qui noircissent les pages des sites de high tech), ne possèdent… 

Alors qu’un unique test logiciel : permet de mettre un chiffre sur la dynamique d’un boîtier (c’est plus pratique)… Opportunité rêvée de noircir des pages de « reviews », qui ne coutent pas cher, mais font le buzz ! Pourtant, le « dynamique » est une caractéristique dont vous n’avez absolument « rien à faire » concrètement… Puisque la pire des dynamiques du pitre boîtier en 2017 : est déjà largement supérieure à ce que vous aurez jamais besoin. Ne vous laissez donc pas distraire, mais concentrez-vous sur ce qui compte vraiment : le choix de vos objectifs.

Récemment une de mes amies, m’a déclaré : penser acheter un EOS 5D MkIV, plutôt qu’un EOS 6D (suite aux articles qu’elle à lu à son propos), alors qu’initialement elle avait envie d’un EOS 6D pour succèsder à son EOS 5D MkII actuel. C’est en pensant à elle, que j’ai eu l’idée de cet article !

Je lui ai expliqué qu’elle faisait un mauvais calcul, vu le style de photo qu’elle réalisait (Studio, Mode, Lifestyle, Reportage) : la vitesse de l’EOS 5D MkIV et ses performances remarquables, lui seraient absolument inutiles. En plus il est plus lourd ce qui n’était pas le but initial du passage à l’EOS 6D. 

Avec l’économie réalisée en choisissant l’EOS 6D MkII : elle pourra s’offrir un EF 85 mm f/1.4 L IS USM ! Imaginez à quel point cet objectif (révolutionnaire s’il en est) lui permettra de réaliser de meilleures images… Bien davantage que de préférer l’EOS 5D MkIV, plutôt que l’EOS 6D !

 

Mais passons maintenant en revue, quelques-une de mes focales et objectifs préférés…

 


Le Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM (834 €) sur un reflex Full Frame.
C’est évidement l’objectif à tout faire, celui que j’utilise le plus… Alors certes, il n’ouvre pas à f/2.8 : mais  ce n’est pas grave. Car lorsque je veux travailler à grande ouverture : une modeste ouverture de « f/2.8 » ne me suffit pas de toutes façons… (et je préfère un fixe à f/1.4 ou f/1.8 dans ce cas). La plupart du temps (lorsque je ne recherche pas d’effet de bokeh spécifiquement), alors je préfère fermer un peu (autour de f/8)… Dans ce cas, je n’ai pas besoin d’un zoom ouvrant à f/2.8

Par contre à f/8 (ou plus), j’apprécie vraiment qu’il soit stabilisé : c’est bien plus intéressant qu’une grande ouverture… Ce zoom a aussi l’avantage de ne pas être trop coûteux, je n’ai pas peur de le rudoyer un peu (je me sentirais plus « coincé » avec la version f/2.8 que j’aurais peur d’abimer)…

 


Le Canon EF 35 mm f/2 IS USMM (519 €) sur un reflex Full Frame.
Voilà une objectif que je prends lorsque je ne veux pas me charger d’un zoom, ni de rien d’autre. La focale de 35 mm n’est pas ma préférée (j’ai parfois écrit que je la trouvais « ennuyeuse »). Mais si l’on ne veut rien prendre d’autre : disons que c’est la « moins pire » des solutions, car elle est polyvalente et on peut prendre toutes sortes de photos. Paysages et même portraits…

Toutefois, si j’ai la possibilité d’importer un second objectif long (par exemple mon petiot EF 85 mm f/1.8, qui solutionnera la question des portraits), alors plutôt que ce 35 mm, je prendrais comme focale principale : le EF 24 mm f/2.8 IS USM (sorti en 2012 en même temps que le 35 mm f/2). Ou peut-être un 28 mm (je n’ai jamais eu l’occasion de travailler avec un 28 fixe, d’ailleurs)… 

L’ouverture généreuse de ce f2 fait merveille, à courte distance de mise au point. Celui-ci est raisonnablement compact et léger (c’est pour cela que je l’ai préféré à un Sigma 35 mm f/1.4 par exemple). 

Bref : si il ne devait rester qu’un seul objectif : alors ce serait probablement une focale de 35 mm, ou de 40 mm (bon à savoir : à seulement 191 € le Canon EF 40 mm f/2.8 STM pancake est une alternative incroyablement bon marché : très piqué et ultra compact).

 


Le Panasonic Lumix G Varios 7-14 mm f/4 (819 €) sur un minuscule GM1 (moins de 300 €).
Ce zoom grand angle est fabuleux et justifie à lui tout seul l’existence du système Micro 4/3. Imaginez un zoom 14-28 mm (équiv. Full Frame) qui tienne dans la paume de la main : cela n’existe ni en Full Frame, ni mi me en APS-C…

Je l’avais présenté en détail ici : Test terrain du Panasonic Objectif Lumix G Vario 7 -14 mm et si vous venez souvent ici vous savez à quel point je l’aime. Pour autant je dois m’en séparer (il est à vendre 620 €) car je vais abandonner les appareils Micro 4/3 (impossible de travailler avec 3 systèmes : Full Frame, APS-C et Micro 4/3. Cela représente trop d’objectifs qui dorment : je ne peux tous les utiliser en même temps). 

Avez-vous vraiment besoin de zoomer aussi large que le 14 mm ? Je crois bien que oui  Il me faut personnellement au moins au 20 mm, pour « rentrer dans le lard » de l’image. L’ultra grand angle a un aspect « immersif »

 


A suivre dans le prochain épisode, d’autres galeries d’exemples, réalisés avec certains de mes objectifs favoris… Parmi lesquels, le 70-200 mm f/4 bien entendu. Ou le Sigma 24 mm f/1.4 Art… Ou encore le petit Voigtlander 20 mm f/3.5. A suivre ici…

 

 

 

Ecrire des articles de fond (test terrain) prend énormément de temps… Mais c’est ceux-là qui vous intéressent le plus (et moi aussi). Je ne sais combien de temps je pourrais continuer à enrichir ce blog (qui existe depuis plus de 10 ans) sans rémunération directe. En effet, depuis que le Mensuel Déclic Photo a disparu, l’écriture des « tests terrain » n’est plus financée en quelque sorte).

Paypal-Donate-Button-Image

Donc pour « garder le rythme », je compte un peu sur « l’investissement » sur ce blog, que vous pourriez faire par vos dons via Paypal. Merci d’avance et bonne lecture…

 

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

36 commentaires

  1. Bonsoir,

    Il semble avoir un peu de pâté sur les liens, partie2, partie3 … j’ai des 404.

    Ou c’est ma liaison pourrie et je tombe en time-out.

    Philippe

  2. Merci beaucoup JF, moi qui n’est pas encore franchi le stade du reflex (certainement à noël avec un 200D) je comprends mieux pourquoi les objectifs sont si importants.

    Je commence à comprendre aussi pourquoi certaines personnes sont plus attachées à certaines focales que d’autres.

    Pour mon ressenti,  je m’aperçois que j’aime beaucoup le 24-70, le 35 fait plus penser à des photos « magazine/reportage » et le 14-28 n’est pas ma tasse de thé…

    Vivement la suite.

    • Rien qu’un « vieux » 100D pour pas cher couplé à un 70-200 f4 donnera de superbes images et une très longue plage focale pour obtenir des images originales qu’avec une plage plus classique :)

  3. Aaaaah, les objectifs. C’est peut-être le vrai argument pour passer au full frame : avec un plein format, on peut à la fois bénéficier de vrais 70-200 (le 105-300 c’est bien trop bâtard, je trouve) et de courtes focales lumineuses, aux effets incomparables (genre 24mm f/1.4) !

      • Mais si Canon ou Nikon proposait un équivalent de leurs excellents 16-35, 24-70 et 70-200 en version f/2.8 et avec une focale 1,5x plus petite, pour APSC, là l’APSC redeviendrait très très intéressant et le plein format perdrait pas mal de son intérêt.

        Comme tu le dis (et je suis pas souvent d’accord avec toi, mais là difficile de ne pas aller dans ton sens) : l’important, c’est les optiques. Et par optique, c’est beaucoup plus la combinaison focale/ouverture/qualité de construction/focus/encombrement que le piqué, qui compte. Plus personne n’a sorti une optique pro/haut de gamme de mauvaise qualité optique depuis bien longtemps (même le très critiqué 24-70 VR se révèle être une très bonne optique).

    • Attention, le full frame d’ici 8-19 ans, l’on en reparlera plus!

      Seulement a voir l’immense progrès qui se fait sur la qualité photo des cellulaires, n’annonce rien de bons pour les montres que sont les full frame!

      • Dans 8-9 ans, on ne parlera que des montures qui ont développé et maintenu une gamme optique de qualité et cohérente. Donc Canon, Nikon, Sony E et peut-être Pentax, en plein format. Fuji en APSC (mais pas Sony) (même si JF les aime pas, ils proposent une gamme très cohérente, et d’excellente facture quoiqu’un peu chère, au moins l’essentiel y est), Pana et Olympus en micro 4/3.

        Tous sont à peu près au point et délivrent des performances vraiment bonnes.

        Par contre, Canon et Nikon et Sony en APSC, j’y crois moyen dans dix ans.

    • Après ça dépend de ce que tu fais, l’apsc est super pour les photos animalières ou du sport et tout ce qui est à longue distance, le coef est tout de même un super avantage à moindre coût ! par contre pour de l’architecture, du reportage close combat, du bokeh crémeux, des prises de vue lorsque le soleil tombe, mariage, le FF sera là idéal :)

  4. Hate de lire la suite!

    Tu reprends ton minuscule Voigt? Moi je n’ ai jamais reussi a m’ en separer (il cotoie maintenant le 50L et le 135L, et fait des photos a chaque sortie!)

  5. Nickel comme article… surtout que je me tâte toujours pour l’objectif qui accompagnera mon futur d6 mark II : le 24-70 f/4 ou le nouveau 24-105 f/4?

    As tu pu tester ce dernier et si oui est il aussi bon que le 24-70 pour lequel tu ne donnes que des éloges?

    Merci pour tout.

    • Non, malheureusement je n’ai pas pu le tester…

      Mais aucune hésitation : je conseil le 24-70 mm f/4 ! Car le poids et la taille du second, vous dissuaderont trop souvent de prendre votre reflex.

      Hors les photos les plus ratées : sont celles que l’on a pas faite, parceque l’on avait pas pris son reflex !

      • Oui mais 70 c’est trop court donc pour parler de poids il faut rajouter la focale suivante mais laquelle ?

        comme d’habitude, absolument grandiose tes photos

        • De toutes façons, il faut une longue focale à grande ouverture…

          Un 105 mm f/4 : bof, ça ne sert à rien…

          Alors qu’il existe le EF 85 mm f/1.8 : très léger et si peu cher !

          Ou le EF 100 mm f/2 : très léger aussi…

          L’avantage : on profite d’un poids réduit « tout le temps » avec le 24-70 mm f/4.

          Et l’on peut prendre le fixe de 100 mm : « de temps en temps » ! C’est « modulable »… Alors que le 24-105 mm ne l’est pas.

          • Ou un 135 f/2. Histoire de respecter la règle des x2 (ne pas prendre deux focales si y’a pas un facteur 2 entre elles : par exemple, un 24mm et un 50mm ça marche, ou un 35 et un 85, mais un 35 et un 50 c’est trop proche pour être utile.)

             

            Et puis ça permet de s’amuser avec une focale et une optique assez réputées (ou le 135 Sigma si on aime les tromblons).

  6. Jamais eu besoin d’un 70-200 en 25 ans de photo pro pub.

    Pour un jeune photographe. le 24-70 est le plus pertinent ( cout achat / usage ) avec en plus, une plus longue focale macro / portrait

    Pour une focale fixe, le 28mm est très envisageable depuis quelques années., car nos smartphone en sont équipés pour la plupart, donc nos chères têtes blondes sont déjà habitués à un cadre, un angle de vue photo.

    Le 50mm m’a toujours gonflé en reportage, par contre je l’adore pour le portrait  – 50mm noctilux f1 sur sony A7R

    je prefere la pertinence et dynamique de cadre d’un 16-35mm en exterieur.

    Mais comme toujours il y a plusieurs type de photos , de photographes, chacun ses gouts

     

  7. C’est vrai qu’avec son mode macro, l’ouverture constante et le rapport taille/poids, le 24-70 f/4 n’a aucun équivalent dans aucune autre marque.

    le Nikkor 24-85 f 3,5/4,5 peut être? Gabarit poids et prix encore plus faible mais en retrait sur les perfs (d’après mesures Dxo) et pas de macro.

     

    • Oui, depuis 2012, ce Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM est une petite merveille…

      Qui a mon avis : donne un avantage évident aux photographes qui en sont équipés. En tous ça, depuis plus de 4 ans que je l’utilise, j’en suis 100% satisfait !

      Et il donne un avantage commercial évident à Canon aussi… Car quoi que l’on puisse raconter dans les « reviews », les acheteurs ont vite fait leurs comptes :

      Ce modèle correspond aux attentes de la plus grande majorité des photographes équipés en Full frame… (qui ne sont pas forcément assez riches pour s’équiper de versions f/2.8… et qui souffrent du poids de leur matériel par ailleurs).

      Donc à préférer à la version 24-105 mm… pour la plupart d’entre vous.

  8. Et bein…

    N’en déplaise au plus grand nombre, j’ai longtemps hésité entre le 24-70 f/4 canon et le 24-70 f/2.8 de Tamron, pour mettre sur le futur 6D2 que j’attend avec impatience cette semaine !

    Et j’ai pris le Tamron. Je ne pense pas que je serais déçu de cet objectif. Il est stabilisé, de coût équivalent, à peine plus lourd pour un encombrement similaire (200gr, c’est pas çà qui va faire hésiter à le prendre monté sur un 6d2), et ouvre à f/2.8. Mais bon çà ne renfloue pas Mr Canon, qui au passage se fout carrément de notre gueule avec le prix de son f/2.8 constant ! Le Tamron est tout temps aussi, pas de peur à avoir pour le rudoyer…

    Après je suis pas ‘pro’, ni même semi-pro ^^ ! Je n’ai jamais vendu une seule photo lol…

    Mais j’ai des besoins en basse lumière pour photographier mes enfants l’hiver au coin du feux ^^, voire même un peu ‘astro’, avec des ciels le soir / matin..Alors je pense qu’un ‘peu’ plus de lumière (là on est d’accord, ce n’est pas la révolution non plus, mais pourquoi s’en priver si c’est le même prix !) pourra m’être utile dans ces conditions (même si je vais avoir un 20mm f1.4, pour l’astro justement).

    L’avantage c’est que ca donne un peu plus de polyvalence nan ? Surtout si on ne paie pas plus cher (le mien me coûte 800€ sur photospecialist).

    Après oui pour la fonction macro, y’a pas sur le tamron. Et alors ?

     

     

     

  9. Effectivement la fonction macro peut être absolument inutile, si on en a pas l’usage.

    A 800€ c’est donc la v1 du Tamron 24-70 f/2,8, jamais utilisé, mais l’autofocus pourrai se montrer un peut mou (dixit Dpreview avec les réserves que ça implique).

    les photos l’hiver au coins du feu, ça pourrait être l’occasion de dégainer une focale fixe ? Genre Tamron 85 mm f/1,8 stabilisé, qui lui me fait méchamment de l’œil !!!

  10. Je ne suis définitivement pas conquis par les ultra grands angles, et leur aspect immersif…
    Ma préférence revient au 135f2 de Canon, pour de la photo de rue, avec son rendu beaucoup plus intime, et emotionnel…

    Je vous renvois la politesse :
    Essayez donc ce fameux Canon EF 135f2.
    Ce n’est pas pour rien, qu’il est si fameux chez les Canonistes…

  11. C’est la stratégie que j’ai utilisé lorsqu’en 2008 j’ai choisi le Canon 40D plutôt que le Nikon 300D. Avec Canon j’avais accès à une batterie de lentilles relativement compactes et pas trop lourdes ouvrant à f4 que je ne trouvait pas à l’époque chez Nikon.

    Ainsi j’ai acheté un 17-40,un 70-200 IS et 300 IS , je les ai toujours .je les ai beaucoup utilisés durant ma période animalière. Par la suite j’ai acquis un 7D et en 2015 un 6D que je me suis empressé coupler avec un un 24-70 f4 IS qui m’a accompagné lors d’un récent voyage au Cameroun et je l’adore.

    De plus je l’ai obtenu à un prix fabuleusement bas soit 700$. La qualité des images et le poids plus que raisonnable continue à m’impressionner et il est plus que probable que je vais me procurer le 6D mk II

    J’ai ajouté aussi un Sigma 50mm 1.4 Art et j’attends avec impatience le nouveau Canon 85mm 1.4 IS.

     

     

  12. Et quid d’un moyen format argentique ?

    Optique souvent top, mais là le format du capteur joue aussi sur le rendu. Perso c’est l’option déraisonnable qui me tente en ce moment…

    • ahah ! Totalement déraisonnable je pense…

      Trop lent à utiliser : l’argentique est définitivement terminé. Tu vas t’amuser 6 mois avec. Puis tu t’en lassera : et ce sera terminé définitivement.

      ET tu n’arrivera pas à le revendre… pas très facilement du moins !

      • Totalement d’accord avec le fait que les lentilles comptent bien plus que le boîtier (j’ai mis un 6d au bout de mes objectifs et aucun client ne s’en est jamais plaint).

        Pour mon travail personnel dédié à l’exposition, j’utilise un Mamiya 7 (argentique donc), puis je scanne les vues 6×7 avec soin (scan Imacon) pour les tirages…le résultat est d’un autre monde que le 35mm numérique. Chaque appareil a sa fonction et bien entendu, il ne me viendrait pas à l’idée de prendre ce moyen format pour mes travaux de reportage de commande « normaux » ni dès que la lumière vient à baisser…

        Quant au prix de revente du Mamiya 7 (ou du Contax g2 que je viens de revendre 1,5 fois son tarif d’achat), je peux vous assurer que la cote est toujours élevée!

      • Ce ne sont pas les mêmes usage évidemment !

        Je garde mon 5DIII en parallèle pour le « tout-venant » et les images « rapides », mais le MF argentique sera le roi pour les images plus lentes/posées où le rendu compte avant tout ! Car le rendu n’a rien à voir, surtout que je vais l’utiliser à priori que en noir et blanc.

        Pour la revente si le MF est haut de gamme, la côté reste assez élevée. (j’ai pris un Rolleiflex 2.8F révisé, ça vaut tjs assez cher en ce moment en tous cas)

        Et concernant le 24-70 F4 / 24-105 F4, le fait d’atteindre les focales 70-105 sans changer d’objectif est un réel confort en usage reportage/voyage je trouve. D’autant que la différence de taille est assez minime en faite (24-70 fait 93 cm de long / 24-105 II fait 118cm et le 24-105 fait 107 cm, bref 1 ou 2 cm de différence en longueur… c’est peanuts, en l’essayant j’ai trouvé que ce 24-70 F4 n’est pas si compact que ça finalement comparé aux 24-105)

        Bref, en zooms, je suis plus « 24-105 + 100-400 ou 70-300 », que « 24-70+70-200 » (car avoir le 105mm permet de se passer plus souvent de changer d’objectif et qd on change, on peut vraiment zoomer plus, alors que devoir se limiter à 200mm est parfois court…)

        Bref questions de point de vue, d’usages, de préférences !

  13. Super article avec de belles photos. Pour ma part dans ce registre là, c’est le 50mm 1.2 qui me fait rêver. La l’optique permet de faire des choses assez intéressantes je pense. L’as tu déjà utilisé JF?

  14. Pingback: Ce qui compte c'est l'objectif ! Pas l'appareil... (2/3) - photoetmac.com

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.