web analytics

Prise en main Panasonic GX800 : petit et si pratique

14
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

J’avais adoré voyager avec le minuscule Panasonic Lumix GM1 (ça date déjà un peu)… Voici aujourd’hui le Panasonic Lumix GX800 (lien Panasonic) que j’ai pu tester rapidement et qui est une sorte de GM1 amélioré…

Ou de petit GX80 qui se serait glissé dans le corps d’un GM1 (relire : Panasonic GX80 enfin un hybride efficace)… Merci à Philippe de la Boutique Camara de Paris 9em qui me l’a prêté… Vous trouverez le GX800 à la boutique, ainsi que d’autres petits boîtiers sympa (et quelques occasions). La (petite) boutique n’a pas tout le catalogue des objectifs Micro 4/3 en stock, mais elle peut tout avoir en 24h… Demandez-leur l’objectif que vous aimeriez coller à ce petit Panasonic GX800…

 


Si petit et si pratique : s’il n’existait pas il faudrait l’inventer !

Même si ce modèle est obligatoirement vendu avec son minuscule zoom stabilisé 12-32 mm, qui fait tout son charme et qui est étonnamment bon, pour sa taille.. En partie grâce à cet objectif étonnant, le GX800 est très petit : très pratique, assez réactif, pas trop cher et même assez joli : l’idéal pour partir en vacances, relire : Quel appareil compact pour l’été ?.

Evidement, pour ce prix (relativement serré) : on ne dispose toujours pas de viseur intégré (aussi mauvais soient-ils, les EVF ça dépanne). Et oui : nous sommes encore en 2017… Mais d’ici un ou deux ans, espérons que tous les appareils de ce prix intégreront un viseur (espérons).

Pas de griffe porte flash non plus : c’est un peu moins explicable cela, car un petit viseur optique aurait pu s’y greffer. Ou un flash tout simplement (celui intégré est minuscule)… Ou mieux encore : une petite torche LED (puisque il film en 4K)…

Grosso modo : on le tient beaucoup plus facilement en main que le GM1 (relire : Panasonic GM1 mon compact préféré est un hybride). Le principal progrès par rapport à mon vieux GM1, c’est la prise en main améliorée grâce à l’écran arrière orientable vers le haut, qui faisait franchement défaut sur le GM1. On peut glisser son pouce dessous et ainsi, mieux tenir l’ensemble grâce à cet appui. J’avais déjà apprécié ce type de prise en main sur le Canon G7X… Ce qui aurait tendance à vous faire multiplier les cadrages en contre plongée (attention aux habitudes répétitives).

 


Ergonomie Panasonic : toujours un peu tortueuse…

A noter que l’écran tactile est assez efficace et agréable… Du moins une fois habitué à l’interface un peu confuse (et inutilement chargée) de Panasonic. Ce n’est pas un Canon (si vous voulez être confortable et des Menus facile à comprendre, alors prenez le Canon EOS M5). Attention, si vous achetez ce modèle à l’étranger : en Asie pas de Français dans les menus, qui ne sont déjà pas si facile à décoder ! Juste de l’Anglais, du Chinois, du Japonais, etc…

Les boutions sont toujours aussi petits. Et pas si lisibles que ça, notamment dans la version noire du boîtier… Je crois qu’il vaut mieux choisir la version Silver (si vous avez plus de 50 ans et peut-être besoin de lunettes).

La bonne nouvelle (pour ceux comme moi, qui possèdent déjà un GM1 et n’auraient pas envie de le revendre), c’est que les batteries du GX800, sont identiques à celles du GM1. En y réfléchissant : je ne crois pas que cette bonne nouvelle concerne grand monde, finalement. Car un GX800, n’est pas un EOS 5D sensé cohabiter avec un « boîtier de secours ».

Par contre le choix d’une carte Micro SD à la place de la traditionnelle carte SD : me fait un peu râler… C’est tellement petit et si facile à perdre une carte Micro SD (par chance j’en avait une chez moi)… Mais peut-être l’idée est-elle de pouvoir copier facilement les images de la carte Micro SD vers un smartphone ou une tablette profitant d’un logement Micro SD (pas votre iPad, ni votre iPhone évidement). Ce qui séduira peute-tre certains marchés, notamment en Asie…

 


Avez-vous vraiment besoin de filmer en 4K ?

Le nouveau venu film en 4K et enregistre en stéréo avec AF suivi : mais avec un recadrage de x1,5 (le 24 mm du zoom en kit devient donc un 36 mm)… Si vous disposez de la place nécessaire sur le disque dur : vous travaillerez ainsi pour le « futur » : pourquoi pas…

Mais l’équipement informatique de la plupart des gens qui ne vont dépenser « que » 550 € pour leur GX800, n’est pas souvent dimensionné pour le montage en 4K. Ceux-là penseront à revenir dans un réglage Full HD, plus adapté à leur flux de travail et éventuellement à leurs logiciel de « montage ». Si montage il doit y avoir !

D’autant que les séquences en 4K ne dépassent pas 5 min avec ce petit GX800 (pour cause de surchauffe : il n’y a pas de miracles). Bien entendu la vidéo en Full HD ne souffre pas de cette limite… Même si la vidéo n’est pas un argument décisif pour un photographe, je trouve tout ça pas mal pour seulement 550 €.

La technologie 4K de Panasonic permet aussi de profiter de quelques « gadgets », dont on a déjà parlé à propos du GX80 : par exemple, extraire des images de 8 Mpix, à partir de séquences en 4K… Ce que personne (ou presque) ne fera jamais (du moins pas au delà de la phase d’amusement et de découverte des fonctionnalités de l’appareil). Ceux qui en auraient éventuellement l’usage (pour faire de la photo sportive par exemple), n’achèteront probablement pas ce GX800, mais un boîtier un peu plus coûteux…

Enfin ! Qui peut le plus, peut le moins… Sauf que toutes ces fonctions « gadgets », ont tendance en embrouiller les débutants, qui ne savent pas ce qu’ils doivent utiliser, ou quoi faire avec leur appareil…. Difficile d’aller à l’essentiel quand il y a trop de possibilités. Difficile de savoir ce qui est essentiel.

 


Qualité d’image : pas mal, sans plus…

Ce que je trouvais très bien en 2013, m’impressionne beaucoup moins en 2017 (dans l’intervalle mon reflex principal est passé de 20 à 50 Mix, ceci explique cela)… Je regrette un peu que la résolution reste de 16 Mpix seulement… Un capteur plus récent et plus défini aurait été le bienvenu (comme celui de l’Olympus OM-D E-M1 MkII, testé en Birmanie. Mais il fera bien assez correctement, ce que vous aurez besoin de faire avec…

Quand à la colorimétrie, elle n’est pas aussi séduisante, que celle d’un Canon EOS M5 (deux fois plus cher, je sais)… Même si ça va mieux (disons que ça passe), avec un petit profil Color Checker Passport (relire : Réparez la colorimétrie défaillante ( ! ) de vos… Nikon). J’ai aussi noté que les profiles de correction d’objectifs du Panasonic GX800, ne sont toujours pas supportés par Lightroom (et ne le seront peut-être jamais, c’est aussi le cas du Panasonic GX80). Encore une chose avec laquelle on peut s’arranger bien entendu, mais c’est dommage…

Au 26 mm (équivalent 52 mm), à 200 ISO, f/11, 1/400 sec… Correction d’expo de -1/3 :

 


Colorimétrie en JPEG et en RAW dans Lightroom… Ci-dessous, curseur poussé à droite : développement par défaut juste avec l’application d’un profile personnalisé Color Checker Passport dans Lightroom (sans ce profil, c’est encore plus terne que ça… Vraiment je trouve que les RAW bruts Panasonic manquent un peu de « pep’s » lorsque développés par défaut dans Lightroom et nécessitent un peu de traitement. Relire : Réparez la colorimétrie défaillante ( ! ) de vos… Nikon). Si en RAW, Lightroom vous propose « l’émulation » des styles d’image Canon, Nikon, Fuji… malheureusement il n’existe rien en revanche rien pour les Panasonic GM1, GX80, GX800, etc… (il faudra donc bidouiller un peu).

Et ci-dessous curseur tiré à gauche : le JPEG brut sorti du boîtier… Là par contre je trouve ça un peu trop clinquant, saturé, un peu « flatteur ». C’est vrai que sorti d’un Canon (y compris un compact), les JPEG sont parfaits immédiatement en Style d’image Standard. Et que je trouve ça bien mieux, je ne suis d’ailleurs pas le seul. Même si pas mal de gens n’auront jamais l’occasion de s’en rendre compte faute de pouvoir faire un essai comparatif (ce que je fais très souvent sur des sujets variés).

 

Ci-dessous, curseur poussé à droite : développement par défaut juste avec l’application d’un profile personnalisé Color Checker Passport dans Lightroom. Et curseur tiré à gauche : le RAW brut développé par Lightroom par défaut, parfois un peu terne.

 

Ci-dessous curseur poussé à droite : développement par défaut juste avec l’application d’un profile personnalisé Color Checker Passport dans Lightroom. Et curseur tiré à gauche : le JPEG brut sorti du boîtier, avec le style Standard non modifié (mais on peut en choisir un plus doux heureusement)….

 


Conclusion : pourquoi dépenser plus ?

L’AF du Panasonic Lumix DMC GX800 est très efficace : c’est un modèle du genre… (relire : Pratique : moins de 5 secondes pour déclencher) Et l’objectif en kit est très bien stabilisé et bien assez piqué pour ce que vous aurez envie de faire : il fera visiblement la différence avec un compact à capteur 1 Pouce.

Avec tout ça : on fait les photos dont on a besoin : simplement, vite et bien… Le GX800 est un petit boîtîer très au point et très attachant, que je n’hésiterais pas à recommander à tous ceux qui ne veulent pas dépenser plus que 550 € pour un « hybride ». Et nous sommes nombreux dans ce cas…

Le Panasonic GX800 est relativement réactif et très facile à vivre. Il satisfera la plupart des débutants, mais aussi des photographes expérimentés…  Notamment si vous lui offrez un ou deux objectifs complémentaires et j’insiste sur cela : il existe beaucoup de choix de très bonnes optiques, très peu coûteuses dans les gammes des différents fabricants de l’alliance Micro 4/3…

D’ailleurs c’est souvent l’erreur commise par ceux qui choisissent des hybrides (Fuji ou Sony par exemple), sans vérifier le prix des objectifs complémentaires, dont ils pourraient rêver de s’équiper plus tard… Et qui sont souvent trop coûteux (pour la plupart et même pour la majorité).

Du coup : ils hésitent à s’offrir ces deux ou trois objectifs complémentaires si déterminants (par exemple ce 85 mm à grande ouverture, ou ce zoom télé qui monte au 200 mm)… qui leur seraient pourtant « indispensables pour faire la différence » par rapport aux nombreux photographes, qui se contentent de n’utiliser que leur zoom de base. Ce que l’on constate régulièrement, CQFD !

A quoi cela sert-il de s’offrir un appareil à objectifs interchangeables… Si vous n’achetez aucun objectifs complémentaire ? Relire : Qu’y a-t-il dans mon sac photo ? Avec le GX800 qui ne vous ruinera pas : il vous restera du budget pour un ou deux objectifs… Et vous aurez au moins le choix de compléter et faire évoluer votre équipement sans vous ruiner, car au delà des gammes plus diversifiées que chez les autres constructeurs : il existe aussi un large marché de l’occasion en monture Micro 4/3 (contrairement à la monture Fuji spécialement).

Alors, quelles raisons de dépenser plus ? J’en vois surtout une : la colorimétrie perfectible… Si vous êtes sensible à la couleur, vous préférerez certainement les images du Canon EOS M5. J’ai… enfin touché : le Canon EOS M5 ! Mais le prix est vraiment beaucoup plus élevé et il n’est pas aussi compact qu’un GX800… Je citerais aussi le réglage fin de la netteté des images en JPEG (toujours une exclusivité Canon) : Picture Style Détails fins pour le Canon EOS 77D

 

Ce que j’ai aimé (et même adoré) :

  • Il est très, très compact
  • Son objectif stabilisé en kit : 23-32 mm hyper compact mais piqué

 

  • Assez réactif et globalement très efficace
  • L’autofocus est efficace et rapide
  • Son écran tactile orientable vers le haut (jusqu’à la position Selfie)

 

  • La qualité d’image est acceptable
  • La vidéo en Full HD en 60p
  • Et même en 4K à 30p (avec quelques limitations)

 

  • Accès a l’immense gamme d’objectifs Micro 4/3 
  • Le rapport qualité / prix

 

Les points faibles (mais pour le prix, faut pas trop se plaindre) :

  • La résolution de 16 Mix (un peu courte en 2017)
  • La colorimétrie perfectible (avec un profile Color Checker Passport)

 

  • L’absence de viseur (même un petit aurait aidé)
  • L’absence d’une griffe porte flash (ou porte LED)
  • L’ergonomie globalement perfectible (boutons et sérigraohies un peu petits)

 

  • Objectifs non reconnus par Lightroom
  • Le choix de la carte Micro SD (c’est trop petit, ça se perd)
  • L’autonomie toujours un peu courte (2 ou 3 batteries pour la journée)

 

 


Le plus petit hybride : efficace, rapide et accessible
  • Construction et finition - 88%
    88
  • Prise en main et ergonomie - 85%
    85
  • Discrétion, silence, compacité et poids - 98%
    98
  • Visée / cadrage (à l'écran) - 56%
    56
  • Qualité d'image - 70%
    70
  • Réactivité et vitesse - 89%
    89
  • Fonctionnalités - 86%
    86
  • Gamme optique - 92%
    92
  • Pertinence du prix - 94%
    94

L’extrait

Si je ne devais acheter qu'un seul hybride, ce serait peut-être celui-ci... (ou son grand frère le Panasonic GX80 dont nous avons souvent parlé)... Car ce minuscule Panasonic Lumix DMC GX800 "fait le job" : sans couter trop cher (ça me ferait mal de dépenser plus de 700 € pour un kit hybride dépourvu de viseur optique), très discrètement et sans "frime"...

Et surtout sans vous "enquiquiner" avec ce "rétro design" pénible et gratuit (suivez mon regard du côté des XT-machin choses), qui pose plus de problème qu'il n'apporte de solutions... Et j'ajouterais même que le GX800 est assez joli ! Surtout si vous le trouvez en marron (ce qui est assez rare).

Le système Micro 4/3 me donne parfois un peu l’impression d’être un « compromis », lorsque je le compare à mon reflex Full Frame (par exemple lorsque je travail avec un objectif comme un 24 mm f/1.4, qui reste sans équivalent en Micro 4/3). Mais on pardonne cela facilement à un appareil à 550 €, comme ce Panasonic GX800... Ce qu'on ne pardonne pas, à des hybrides au prix excessif (comme cet Olympus OM-D E-M1 MkII testé récemment en Birmanie... qui coute 2000 €).

Un seul regret : j'aurais rêvé d'un petit viseur électronique (comme celui du GM5 mais en mieux)... Et surtout d'un capteur de 20 Mix. Mais ce sera peut-être pour le modèle suivant ?

84.2 %
User Rating: 1.1 (10 votes)
Sending

 


Le 23-32 mm au grand angle (au 12 mm ce qui donne un équivalent 24 mm)…  Curseur poussé à droite : avec l’application d’une petite correction (manuelle) de distorsion dans Lightroom (ce qui n’est malheureusement pas automatique). Et curseur tiré à gauche : sans correction de l’objectif.

 


 

 


 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

14 commentaires

    • Ben oui, question couleur, ergonomie… ça se sent que ce n’est pas un Canon ! Par exemple si l’on compare avec le petit compact Canon G7X II : malgres son petit capteur, ce dernier donne de meilleures couleurs que le GX800…

      Mais bon, on peut pas tout avoir !

      Il faut retenir, que ni Canon, ni Nikonon, ni même Sony, n’ont réussi à faire un aussi bon compact à objectif interchangeable que ce GX800, capable de disposer d’une telle gamme d’objectifs, si peu couteux, si performants, si compacts…

      Donc bravo Panasonic !

      • Vraiment d’accord: le G7x II avec son objectif lumineux concurrence facilement les hybrides d’entrée de gamme avec l’objectif de kit, qui n’ont souvent pas toutes les options et l’ergonomie de leurs ainés. Une petite mention pour le Sony A5000 qui peut se trouver autour des 350€, pèse 250g et est vraiment compact.

  1. « J’ai aussi noté que les profiles de correction d’objectifs du Panasonic GX800, ne sont toujours pas supportés par Lightroom (et ne le seront peut-être jamais, c’est aussi le cas du Panasonic GX80) »

    Rhooo, mais si ! C’est juste que le profil est appliqué par défaut, comme avec le GM1, on peut pas le désactiver, mais il est bien appliqué par Lightroom qd on charge un RAW de ces appareils Panasonic.

    Et pour le profil couleur « camera standard », Lightroom le propose maintenant pour le GH5, donc peut-être que ça viendra pour les appareils Panasonic à venir..

      • A ce compte-là Lightroom n’inclut quasiment aucun profil pour les objectifs d’appareils hybrides…

        La question revient souvent sur les forums, et la réponse est toujours la même : les profils sont intégrés aux RAW. Pour tester il faudrait par exemple prendre un objectif grand angle connu pour avoir une forte distortion et comparer le Jpeg en sortie de l’appareil avec le RAW brut dans Lightroom.

        • Il suffit de lire ! Les objectifs corrigés « autoritairement », dans le RAW par le moteur de Lightroom sont indiqués (cliquer sur « i » )…

          Lorsque rien n’est indiqué : c’est que ce n’est pas corrigé…

          On peut appliquer manuellement une correction (si elle est disponible, ce qui n’est même pas le cas pour la plupart des Panasonicss).

          • J’avais pas vu le message d’erreur, pardon, mais je suis étonné car si je regarde chez moi j’ai bien une correction de disponible sur le GX80 (cf photo)

    • Lorsque Lightroom embarque Automatiquement un profile et l’applique automatiquement (ce qui n’est pas le cas pour les reflex à objectif interchangeable, mais seulement pour des compact, téléphone, etc…) : on a d’ailleurs droit à une alerte au même endroit.

      Comme tu peux le voir ici pour le RAW d’un iPhone SE (importé via Lightroom Mobile)…

  2. Sinon, tu t’es un peu planté dans l’objectif  : (on lit plusieurs fois 23-32)

    C’est un 12-32 – qui correspond en gros à 24-64 . Excellent choix de Panasonic avec un grand angle qui commence à être interessant… Je préfère toujours quand ça commence à 24.

    • Oui, il y a quelques coquilles désolé…
      J’ai écrit ça en plein soleil sur une terrasse ! Pas facile ;-)

      On se demande comment Panasonic a réussi à fabriquer une telle merveille : aussi compact, légère, peu coûteuse et relativement performante. Ce que Olympus, canon, Sony et les autres n’ombre pas réussi !

  3. Evidement, pour ce prix (relativement serré) : on ne dispose toujours pas de viseur intégré (aussi mauvais soient-ils, les EVF ça dépanne). Et oui : nous sommes encore en 2017… Mais d’ici un ou deux ans, espérons que tous les appareils de ce prix intégreront un viseur (espérons).

    Je suis un peu désaccord ici. Lorsqu’on achète ce type de boîtier, c’est qu’on privilégie la compacité avant tout, quitte à faire un compromis au niveau du viseur. Si on préfère un viseur, il existe déjà une multitude d’alternatives. Donc, non, j’espère que ce ne sont pas tous les boîtiers qui intégreront un viseur. Il y a de le place et un besoin pour quelques boîtiers sans viseur si la compacité est au rendez-vous.

  4. Pingback: Prise en main du Canon EOS 200D : indispensable ! - photoetmac.com

Leave A Reply

Rating


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.