web analytics

Nikon D7500, moins de pixels que le D7200 ?

60
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Tiens ? Nikon aurait-il été incapable d’améliorer les performances du Nikon D7200 de 2015, sans réduire la résolution de son remplaçant, le D7500 ? C’est la première fois que l’on voit la résolution d’un reflex expert, baisser lors d’un saut de génération.

A l’heure des écran Retina et des écran 5K toujours plus nombreux et désormais accessibles, je trouve cette pause regrettable… Alors que chez les compétiteurs, la course au pixel ne semble pas s’arrêter : même les Micro 4/3 atteignent 20 Mpix avec une qualité d’image honorable… Ainsi, le capteur de 24,72 Mpixels du Nikon D7200 (un reflex que j’avais relativement critiqué lors de sa présentation en 2015), sera remplacé par un 21,51 Pixels sur le Nikon D7500. A peine plus qu’un Micro 4/3…

Faut-il y voir un problème d’approvisionnement, ou un choix technique ? Peut-être, était-ce la condition nécessaire pour passer à la vidéo 4K ? Relire : Sony ne fournira plus ses meilleurs capteurs (à Nikon ?)… Il faudra vérifier attentivement, si ce nouveau capteur de 21 Mix est vraiment celui du D500 (qui est fourni par Sony)

Ou s’il vient d’un autre fournisseur (Quels capteurs, équipent les reflex Nikon ?)… Ce qui pourrait être une information complémentaire sur la réalité de cette rumeur, selon laquelle Sony garderait à l’avenir ses meilleurs capteurs pour ses propres productions. Pour mémoire, le capteur du D7200 était signé Toshiba (qui avait vendu son activité capteur à Sony en 2015).

Sinon, la bonne nouvelle (pour les photographes) : c’est que Nikon a enfin compris qu’il fallait mieux proposer un bouton ISO accessible de l’index droit (tout près du déclencheur)… Que de continuer à coller des boutons ISO à l’arrière : définitivement une pratique dépassée (so 2005 !)…

L’autre bonne nouvelle, c’est l’écran orientable dans l’axe de l’objectif : c’est tellement mieux en street photo, que l’encombrant écran latéral de l’EOS 80D. On profitera aussi du bluetooth et du Wifi (avec le système Snapbridge de Nikon, qui n’est pas précédé d’une grande réputation, soit dit en passant)…

La cadence en rafale est en hausse et le buffer aussi (ce qui était le point faible de cette gamme). Ainsi, le D7500 shoot à 8 im/sec en RAW 14 bits. Et devrait tenir cette cadence sur une cinquantaine de vue, ce qui est très bien. Alors que le D7200 atteignait seulement 6 im/sec mais seulement sur 18 images de suite… Ajoutons un autre point fort pour ce boitier : il est le 3em (après le Nikon D5 et le D500) à intégrer un système (exclusif Nikon) de correction automatique de front ou back focus.  

La « grande » nouvelle (pour les vidéastes) : c’est l’arrivée du 4K (UHD) dans cette gamme, donc 3 840 x 2 160 pixels aux fréquences de 30, 25 et 24 fps… Entrée Micro et sortie casque ne sot pas oubliées.

Mais ne vous réjouissez pas trop vite : en 4K l’image souffre d’un recadrage de x1,5. Votre 16 mm (qui équivaut à un 24 mm à cause du capteur APS-C x 1,5) sera encore multiplié par x1,5 (crop vidéo). Un 16 mm deviendra donc un 36 mm en 4K (16 mm x1,6 x1,6). Expliqué autrement : si vous filmez en 4K, multipliez votre focale réelle par x2,25, afin de connaître la focale équivalente FF.

Malheureusement, toujours pas d’AF Live View Dual Pixels comme chez Canon. Donc probablement pas beaucoup de progrès à attendre du côté de l’AF vidéo (à vérifier sur le terrain). Du coup on se demande un peu quel est l’intérêt du 4K en 2016, sur un tel reflex, si c’est pour continuer à faire le point à la main, comme en 2008 ?

A 1 549 € boîtier nu, ce Nikon D7500 est moins cher qu’un Olympus OM-D E-M1 (par exemple)… Mais il est aussi moins rapide et ne possède plus qu’un seul lecteur de carte SD. A ce prix là, on peut commencer à s’intéresser au Full Frame… Ne serait-ce pas un meilleur choix ?

Dans ces temps difficiles, ou Nikon « piétine » du côté des compacts haut de gamme… Et « merdouille » du côté des zoom Full Frame compactes (toujours pas d’équivalent au Canon EF 24-70 mm f/4 L IS USM)… Ou même « recule » du côté des hybrides, l’arrivée de ce D7500 devrait redonner un peu d’air aux Nikonistes adeptes des reflex APS-C. Bonne nouvelle quand même, vu que ce modèle profite d’un confortable viseur optique (qui sera toujours bien plus agréable que le meilleur des viseurs électroniques)…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

60 commentaires

  1. J’aime bien le choix de Nikon sur ce coup.Surtout qu’il reprend le capteur du D500 qui est extrêmement réussi et a une montée en ISO digne des meilleurs 24×36.
    Et 21 mégapixels, c’est plus que suffisant pour plein de personnes (moi surtout :) )

    • Oui, enfin, digne des full frame de la génération précédente…  Car les capteur de 2017 en Full Frame auront progressé dans la même « marge » que les APS-C récents ont progressé depuis 2 ou 3 ans.

      A génération équivalente : il y aura toujours la même différence de performance : entre Full Frame et APS-C…

      Sans parler du fond, plus doux… bien entendu (et ça les programmes!s de scapteurs n’y changeront rien).

      Bref, si pour 200 ou 300 € de plus on a un Full Frame (même de la génération précédente) : il vaudra toujours mieux prendre le Full Frame (sauf pour le sport et la rafale)…

      • Oula, non, entre un full frame à 2000€ et un D500, c’est D500 tous les jours (si on enlève les problèmes d’optique en APSC). La construction, l’ergonomie et la fiabilité sont mille fois plus importantes pour réussir une photo qu’un peu moins de bruit dessus.

        • Encore une fois, l’intérêt principal (et irremplaçable) des Full Frame, ce n’est pas « moins de bruit »…

          Mais l’existence d’objectifs impossibles à trouver en APS-C

          Et le « velouté » des arrières plans…

          Par exemple : on ne peut pas faire cette photo en APS-C :

          • C’est vrai, mais il faut aussi que Nikon investisse toute les gammes des Reflex comme le fait Canon. Sinon, il y a une brèche, et Canon est très fort avec sa gamme la plus étendue, on le trouve partout.

            Il y a des clients pour l’APSC donc il faut du matériel.

            Et pour qu’un bon capteur APSC soit au niveau du 24×36, il faut la même densité de pixel : Donc moins que sur 24×36.

            • En effet !  Mais 24 Mpix, ce n’est pas trop en APS-C…

              Par exemple le Canon EOS 7D MKII de 20 Mpix à presque la même densité de pixels… (taille de pixels de 16.65 µm²)

              http://www.digicamdb.com/specs/canon_eos-7d-mark-ii/

              … que le Canon EOS 5DsR (Full Frame de 50 Mpix)… taile de pixels de 17.06 µm²

              http://www.digicamdb.com/specs/canon_eos-5ds-r/

              sachant que l’APS-C de Canon (x1.6) est un tout petit peu plus petit que celui de Nikon (x1.5)

              Le Nikon D7200 avait une taille de pixel de 15.13 µm²

              http://www.digicamdb.com/specs/nikon_d7200/

                  • Je préfère les boitiers typés pro chez Nikon avec l’ergo, le trèfle et surtout le viseur dont je suis fan. Je n’utilise jamais les réglages U1,2,3 car j’ai un boitier par type d’optique. Les mecs qui changent de mode quand ils passent du portrait au paysage, ça m’a toujours fait marrer. Et puis le D500 a le module et l’expeed 5 du D5 qui sont une merveille. Pour, le tous les jours, l’APSC D500 est même préférable au D810 (je viens de faire 12 jours à Cuba avec un D500, le nouveau 16-80, un coolpix A et une gopro pour la plongée). Je garde le FF pour le studio et pour le portrait posé, sinon ça ne sert à rien. Par contre je n’aime pas le compromis du 4/3.

                    • Faute de goût le Coolpix A, quand on peut se prendre un ricoh GR :D

                      (Je rigole, il est très bien le coolpix A, mais l’ergonomie du GR a quelque chose de magique. Et le rendu JPEG bien réglé est vraiment sympa, un poil vintage mais chouette.)

                    • Pas mal les Ricoh, mais l’optique du coolpix A (maiam !), rien à envier au 28mm fixe à part l’ouverture 1.8 dont je me fiche pour du paysage.

                    • Le Coolpix A et le Ricoh GR ont peu ou prou les mêmes specs, mais le GR a connu un succès d’estime assez marqué (et justifié, ça reste aujourd’hui la meilleure ergonomie hors boîtiers pro que j’ai pu croiser en photo) que n’a pas connu le Coolpix A (moitié à cause du GR, moitié à cause des 100€ de plus sur le A par rapport au GR).

                      Dans les deux cas, c’est de la bonne qualité, en format poche.

  2. Pas besoin de capteurs plus pixelisés, pour des boîtiers taillés pour l’action.

     

    J’y vois du bon et du moins bon, sur ce D7500.

    Il reprend toutes les bonnes petites idées récentes de Nikon en ergonomie (bouton ISO, et surtout poignée plus profonde, qui est un véritable plaisir à prendre en main quelle que soit la taille de la main, viseur qui fait un peu plus robuste en main (même si pas au niveau d’un D500)), ça c’est un plus même si ça se voit pas sur la fiche technique (faut connaître les boîtiers quoi).

    Autre point indéniablement positif : le buffer, qui tape 50 RAW. C’est énorme, pour un boîtier amateur, et ça rend instantanément performant le D7500 pour de la photo d’action (parce que c’est bien beau d’avoir une grosse rafale si c’est pour qu’elle stoppe en trois secondes). Rappelons que le D7200 tapait à 18 RAW (et le D7100 à 6 RAW…), et que la plupart des boîtiers hors monoblocs ne vont pas au delà de 20/30 images, en étant généreux. (Que ça soit Canon ou Nikon d’ailleurs.) La diminution de la résolution doit aider, mais j’ai l’impression que Nikon dope pas mal ses buffers depuis le couple D5/D500, et ça c’est positif.

    L’écran orientable est un plus, à voir s’ils vont le bonifier à l’avenir pour le tactile, ça a pas l’air si folichon. Même sans dual pixel, un écran tactile pour faire la MAP en Liveview est déjà un énorme plus ergonomique et en performances, de toute façon. Le Liveview depuis le D5500 avec le tactile est bien plus utilisable qu’avant, sans être au niveau d’un EM1 II bien sûr (ou d’un Canon, si tu insistes).

     

    Pour le reste, il a l’air de prendre le meilleur du module 51 points Nikon, donc l’AF sera sans aucun doute très bon (même si pas aussi bon que le D500 ou le D5, bien sûr, mais probablement largement au niveau des meilleurs boîtiers Nikon et Canon).

     

    Seul gros gros point négatif, la perte du 2eme slot SD. Incompréhension (même si en principe c’est une contrainte pour affiner la poignée et pour le design du grip, d’après l’avoeux de Nikon, c’est une grosse perte pour une série qui jusqu’ici le proposait, surtout qu’il n’est qu’en UHS I et pas II, et ça risque de coûter très cher en réputation à Nikon). Je pense que c’est le seul point sur lequel on peut vraiment attaquer le D7500 sérieusement. Parce que sur le reste, c’est une belle amélioration de l’excellent et très complet D7200 (à mon sens le meilleur rapport Q/P/durabilité de tous les APSC du marché, toutes marques incluses : très complet, très capable, performant), et quand le prix fondra ça sera sans doute un de leurs best-sellers. Malgré cette p*tain de castration sur la carte SD.

    Pour la 4K… Jean-François tous les reflex Canon et Nikon ont le crop x1.5, alors bon il ne fait ni plus ni moins que ses comparses même monoblocs. (Même si les full frame ont l’immense avantage de pouvoir prendre des optiques APSC ou des UGA full-frame pour compenser le crop en gardant une certaine luminosité.)

    Après oui c’est un reflex un peu conservateur, mais c’est la quintessence du reflex à l’ancienne façon Nikon, et on ne peut pas leur reprocher de ne pas faire les meilleurs boîtiers du marché dans la catégorie « à l’ancienne » (Canon est meilleur en vidéo, mais le 80D a priori ne sera pas aussi bon en autofocus et en perf pures pour du sport, par exemple ; selon les goûts et les choix les deux concurrents se valent).

     

    Reste le prix. 50$ de plus que le D7200 (prix de lancement) chez les américains, mais nettement plus cher chez nous, à cause de la parité euro/reste du monde, qui ne peut pas nous aider à avoir des prix plancher. Entre ça et l’augmentation de la valeur ajoutée sur les boîtiers, puisque les volumes de vente sont en berne… ça fait un peu cher, surtout que le D500 ne l’est pas beaucoup plus. Mais ça fondra bien assez vite.

    • « toutes les bonnes petites idées récentes de Nikon en ergonomie (bouton ISO, et surtout poignée plus profonde »…

      Tu veux parler de l’imitation de ce que l’on trouve chez Canon depuis 10 ans ? car c’est bien le cas, du bouton ISO sur l’avant, qui permet de passer en ISO Auto… ou à n’importe quelle valeur fixe.

      A comparer avec le « cauchemar ergonomique » que représente les réglages de l’ISO Auto (via les manus)… et son pilotage sur le terrain pour tous les boitiers précédent le D7590 ! ! ! Un vrai cauchemard ;-) Il leur aura fallu 10 ans pour améliorer ça…

      • Je n’ai jamais eu aucun soucis pour régler les ISO auto. Tout au plus le nom du menu pour le régler est un peu cryptique, mais une fois que tu sais où c’est rangé, c’est très simple à gérer. C’est un peu de la mauvaise foi :D

         

        Quant au bouton d’ISO, c’est cool mais bon perso je suis en ISO auto quasi-systématiquement, et le reste du temps ISO sur la molette arrière. Donc pas de soucis pour moi pour le réglage (je suis rarement en manuel).

        • Devoir passer par un Menu sur l’écran arrière pour aller en ISO Auto : c’est précisément ce que j’appèle un cauchemar ergonomique ! ! !

          L’opération doit pouvoir se faire l’oeil collé dans le viseur…

          Précisément ce qu’ils ont corrigé sur ce modèle et sur le D750 aussi ! Ouf ! ! !

          • Heu alors pour les ISO auto, je viens de vérifier sur mon vieux D7100, et c’est très rapide : tu appuies sur le bouton ISO, la molette arrière règle leur valeur, l’avant règle le fait qu’ils soient en auto ou non. Pas besoin d’aller dans les menus, ça prend deux secondes, nez collé au viseur si besoin (bon ok, faut le décoller puisque le bouton d’ISO est pas au meilleur endroit du monde, mais ça ne demande pas de rentrer dans un menu).

            C’est simple, logique et efficace : pourquoi désinformer ?

             

            (Après, tu as du mal avec l’ergo Fuji alors que je considère qu’un enfant de dix ans avec les notions de triangle d’exposition saurait s’en servir, donc je pense surtout qu’on a pas du tout les mêmes habitudes en photo.)

            • Exact, pas besoin de passer par le menu pour passer en iso auto, ni de retirer l’œil du viseur. Je préférais le bouton mode à coté du déclencheur plutôt qu’isos.

            • Désolé : aucune désinformation… c’est juste peut-être que tu ne m’a pas bien compris.

              Je persiste et je peux te montre la différence avec les deux modèle dans les mains : c’est le jour et la nuit question vitesse pour changer d’ISO et passer en ISO AUTO !

              Tu confirme ce que je dis : on a beaucoup de mal à trouver la touche ISO, sans quitter le viseur de l’oeil… et c’est vraiment nul et vraiment gênant ! Car on doit changer d’ISO rapidement dans certaines circonstance, idem pour le passage ISO Auto / ISO fixe. Et toutes les marques le permettent (ou presque).

              Ce que je critique : c’est de na pas pouvoir passer de ISO fixe, à ISO AUTO instantanément en utilisant l’index, sans quitter le viseur de l’oeil ! Tu te doute bien que j’ai tout essayé pour ça (sur de nombreux modèles : D600, D800, il faut vérifier lesquels le permettent (certain j’ai pu le vérifier : le D750 peut le faire : ce qui prouve bien que Nikon a prix conscience de l’énorme problème ergonomique que cela représente)…

              Sur certains modèles qui ne permettaient pas cette manipulation (faut de bouton ISO sous l’index) : on pouvait tenter de contourner le manque, en attribuant à la touche avant (celle dédiée au testeur de profondeur de champs), le fait d’afficher la première ligne du Manu personnalisé (et configurer ce Menu pour le réglage de l’ISO Auto).

              Totalement pathétique : mais la seule solution pour de nombreux modèles Nikon…

              Par ailleurs : autre problème ergonomique : lorsque tu es en ISO Auto, beaucoup de débutants croient piloter la valeur ISO (qui est affichée), sans savoir qu’il s’agit en fait de la valeur ISO minimale. Sur de nombreux modèle : rien ne l’indique…

              Je n’ai pas de mal avec l’ergonomie Fuji : il existe des différences entre l’ergonomie d’un X-T1 et X-T10 par exemple avec des incohérence étonnantes… Cette ergonomie, elle est juste très lente (notamment le changement d’ISO si tu veux le faire en gardant l’oeil dans le viseur). Je vois bien mes élèves en Fuji être plus lents à changer certains réglages, que ceux qui apprennent en reflex…

              Cette ergonomie peut paraitre plus simple, c’est vrai… (car c’est effectivement deux bagues, avec deux positions A, qui permettent de gérer les priorités…) : mais c’est juste un retour au passé, du a un effet de mode (et au fait qu’un nouveau public débutant s’est mis à apprendre la photo dans les années 2010 et que c’était peut-être plus simple pour eux d’apprendre avec ce type d’ergonomie plus « ludique », vue que c’était des gens pressés et peu enclins à apprendre « sérieusement » la photo).

              Et si les fabricants de reflex pro ont abandonné cette ergonomie dans les années 80, c’est bien pour être plus rapide (et l’on est effectivement bien plus rapide : avec les molettes des reflex Canon (notamment). Spécialement grâce au fait que en priorité Vitesse ou Ouverture, c’est toujours molette Avant que a pour rôle de choisir ton réglage… Pendant que la molette arrière est toujours en charge de corriger l’expo (80% des pro travaillent comme ça).

              Il n’existe pas 2 ou 3 façons d’être plus rapide !

              Et ce n’est pas pour rien qu’un clou et un marteau, ont toujours à peu près la même forme… quelque soit le pays… Avec le nouveau Bouton ISO à l’avant, Nikon s’est résigné à abandonner sa vielle ergonomie démodée, pour faire comme tous les autres ! Et tant mieux pour les débutants et pour les pros. Tu n’imagine pas qu’ils ont changé ça pour faire joli ! Non : c’est qu’il y avait un vrai problème…

              • Bin moi je préférais le changement de modes à coté du déclencheur ; j’en change bien plus souvent que les isos qui est en mode auto capé à 800 avec une vitesse minimale dans 95% des cas. Sinon je suis en mode et isos manuels, mais dans des situations où on peut prendre son temps (photo posées). Le problème est plutôt que beaucoup ne maitrisent pas vraiment leur matos et ses capacités actuelles (quand la boite auto est devenue fiable, pourquoi s’emmerder avec des vitesses manuelles, sauf dans quelques cas précis ?)

                • «  préférais le changement de modes à coté du déclencheur »

                  Oui, : ça pour el coup, je suis bien d’accord ! C’était un bon truc sur les Nikon Pro (genre D700)… en effet !

                  Mais pour les photogrzphes amateurs, Nikon a jugé que c’était trop compliqué.. Nivellement par le bas ! ! !

                  Exactement comme l’ergonomie Fuji avec molettes autour de l’objectif : « nivellement par le bas » !

                  Plus facile pour aider les débutants à comprendre la logique… Mais plus lent pour les pros, que molette avant et molette arrière !

                  La main gauche c’est pour la précision du cadrage au zoom… (la photo pro, c’est au zoom : 16-35 mm f/2.8 + 70-200 mm f/2.8 = photo journalisme

                  • Oui, je n’ai jamais pu tenir plus de 100 photos avec un Fuji en mains et puis la mode rétro donne un boitier non maniable et fluide à jongler ente paysage-portrait comme le sont les Canon/Nikon.

                    J’ai eu à essayer une fois un DF, j’avais l’impression d’avoir un pavé de la place Stanislas entre les mains.

                  • Alors des pros qui ne sont qu’à la focale fixe, j’en connais un bon paquet. Et ils ne ratent pas plus d’occasion qu’au zoom.

                    C’est extrêmement dépendant des situations et des besoins et des goûts de chacun, zoom ou focale fixe.

                    • Oui, mais 90% des pro, ce sont du reportage ou il faut aller vite…

                      Après il y a quelques artistes (qui sont aussi de pro) : mais c’est une minorité…

                      90% des photos qui sont faites contre de l’argent : le sont au zoom depuis quelques décénnies : c’est ainsi…

                      On est dans un siècle ou il faut aller vite !

                      Bon, ensuite les fixes, c’est indispensable par ailleurs… mais pas forcément pour travailler !

                    • Si ! Bien évidement on rate « plein d’occasions » en focales fixes : c’est totalement évident (je le sais pour les utiliser la moitié du temps et des zoom lorsque ça va vite).

                      Et c’est bien la raison pour laquelle les photojournalistes travaillent au zoom, 90% du temps.

                      Cela ne veut pas dire que des fixes à grand ouverture ne sont pas obligatoires (de temps en temps).

                    • Tous les photographes ne sont pas photojournalistes.

                      Entre les gens qui font du sportif/animalier, de la mode, du paysage, etc. y’en a plein qui choisissent la focale fixe. (Enfin une paire de focales fixes.)

                      Tu rates quelques occasions, mais tu en crées d’autres. Après, c’est une façon de photographier qui peut ne pas convenir à tout le monde, mais ça n’empêche pas de ramener des résultats en fin de journée.

                  • Je ne suis pas un accro des manuels ; plutôt du style à sortir le matos de la boite et partir shooter direct avec les réglages de bases. Après vérifications, on peut affecter le changement de modes au bouton vidéo. Du coup on se retrouve autour du déclencheur de droite à gauche sur le D500: expo / iso / modes.

                    Elle n’est pas belle la vie…

                • Je suis tellement d’accord sur le changement de mode d’exposition… ça devrait être le genre de bouton accessible sans quitter le viseur. M’enfin bon, faut bien aller convaincre les canonistes :D

                   

                  Plus sérieusement, je ne règle jamais ou presque mes ISO (le seul cas où je le fais, c’est pour figer les réglages une bonne fois pour toutes en photo de sport, et je suis en manuel dans ce cas-là). Donc je ne pense pas que ça soit si dramatique que ça.

            • Encore une preuve de l’ergonomie totalement insupportable sur le Fji X-T20… c’est pas moi qui le dit : je viens de tomber là dessus…

              https://goo.gl/ub3Alz

              « Le pilotage du boîtier est un mélange de simplicité et de complexité. Car le X-T20 veut contenter aussi bien les utilisateurs qui ne veulent pas se prendre la tête avec des contingences techniques que les photographes exigeants sur le contrôle des paramètres.

              Les premiers seront rassurés par un levier de commutation en « tout auto » juste derrière le déclencheur, permettant de ne s’occuper que du choix des simulations de film (on peut même choisir le niveau de grain !) ou des filtres d’effet.

              Les seconds pesteront contre ce levier ayant tendance à passer en auto sans crier gare mais se radouciront devant pas moins de 8 commandes physiques configurables vers 17 réglages au choix et un tableau de bord dynamique personnalisable sur l’écran dorsal. « 

              Pour avoir testé, je te dis pas le nombre de quiproquo que ça occasion… ET alors si tu essaye de faire un cours de photo à un débuta,t équipé de ce modèle : le cauchemar ! ! !

    • Plus de la moitié ne sont plus d’actualité. J’ai beaucoup aimé le point zoom qui est dans le mauvais sens alors que c’est Nikon qui l’a dans le bons sens (sens naturel)

      • Certain défauts ont été corrigés (ce qui démontrer qu’il y a deux ans, j’avais bien raison de les pointer)…

        Au fur et à mesure que Nikon corrige ses défauts : on comprend que j’avais raison sur les points critiqués !

        Par exemple le pilotage de l’ISO Auto (et la position du bouton ISO qui est encore pire)…

        Sinon : en quoi un sens pour tourner le zoom, serait-il plus naturel ?

        Il y a deux sens : mais je ne vois pas pourquoi un serait plus naturel (ni plus pratique)…

        • Maintenant l’iso est à coté du déclencheur, sinon tu pouvais aussi l’affecter à un bouton et, puis 95% de mes photos sont en isos auto du fait que tu puisse fixer à la fois la vitesse minimale et l’iso maxi.

          A propos du sens, je vais te l’expliquer : quand on ferme (robinet, poignée, vis etc…) on tourne vers la droite. J’ai toujours trouvé naturel de zoomer et donc de fermer mon champ de vision en « vissant » la bague vers la droite.

           

          • Ahah ! bien vue, l’histoire du robinet ! ! ! j’admire ton inventivité… Non, mais c’est n’importe quoi là ;-)

            Il n’y a pas un sens plus naturel qu’un autre… c’est juste un choix arbitraire.

             

            Avant bien entendu on pouvait affecter l’ISO à un bouton. mais il n’y avait pas de bouton idéalement placé pour cela. Et 75% de gens ne personnalisaient aucuns boutons ! ! !

            Inutile d’essayer de « négocier » avec la logique ! L’absence d’un bouton ISO près du déclencheur était une « grosse erreur ergonomique » : point barre ! Parmi de nombreuses autres…

            Et la preuve : c’est que cette erreur a été réparée et que Nikon a bel et bien placé un nouveau bouton (qu’il est inutile de s’emmerder à configurer), comme l’avait fait Canon et bien d’autres il y a longtemps !

            Autre erreur de conception réparée : ce bouton sert tout naturellement à activer l’ISO Auto, ou le désactiver…

            Ainsi : on a aucune raison de rester trop souvent en ISO Auto (c’est une assez mauvaise idée d’etre en ISO Auto plus de 50% du temps)…

            L’idéal est de rester pour environ 75% du temps, en ISO Fixe (à condition qu’il soit facile à changer du bout de l’index) : ainsi, on est à 75% au meilleur ISO possible (alors que l’ISO Auto est moins précis que le choix réfléchi du photographe, surtout si c’est un photographe qui sait ce qu’il fait)…

            • Fais attention alors après une journée de photos aux Canon de ne pas te brûler sous la douche ;-)

              En fait tu t’habitues aux 2 sens, mais c’est pour rigoler sur ce point qui n’en est pas un !

              Je suis en isos auto en voyages, quel intérêt de s’emmerder…je cape à 800 max et c’est tout.

              par contre très content d’avoir retrouvé ma gestion des modes à coté du déclencheur ; beaucoup plus utile.

               

              • Il y a toujours une différence entre 100 et 400 ISO tout de même… Et entre 400 et 800 aussi !

                Elle reste perceotible…

                Tout dépend de l’exigence du photographe.

                Oui, 800 c’est tres acceptable, bien entendu. Mais un peu moins bien quand même…

                Enfin, relis l’article sur l’EOS 5DsR de aout 2015 : sur la subtilité que Canon autorise depuis ce modèle!le, dans les réglages fins en ISO Auto : Nikon n’en est pas encore là…

                Nikon n’en est pas là non plus au niveau des réglages fin de la relevée du miroir, du braketting… bref : ces petiots truc qui changent la vie du photographe qui essaye de faire la différence avec son voisin !

  3. Le fait de passer à une résolution inférieure est aussi pratique pour améliorer la cadence et le buffer.

    Pour le bouton ISO sur le dessus, c’est quand même plus pratique même si on s’était habitué au bouton à côté de l’écran.

    Pour ma part, je suis surtout très satisfait que Nikon propose enfin quelque chose de moderne pour les problèmes de back/front focus, avec la hausse des pixels (ce n’est qu’un modèle, la tendance générale restera toujours la même) ils seront probablement de plus en plus fréquents et nombreux utilisateurs des D8x0 doivent regretter que Nikon ne l’ait pas créer plus tôt (pour moi qui suis sur D750 et ses 24MP je le regrette déjà ^^ ).

    • « Le fait de passer à une résolution inférieure est aussi pratique pour améliorer la cadence et le buffer. « 

      Oui, c’est aussi un peu un aveux d’échec : du côté du la vitesse du processeur et du buffer ! Avec la même résolution que Nikon,  Olympus fait beaucoup plus rapide ;-)

      • Et Canon est dans les choux.

         

        Tu connais beaucoup de reflex à moins de 2000€ qui tapent à plus de 150 images de buffer (le D500) et des reflex amateurs à 50 RAW de buffer…

        Attaquer Nikon sur leur mauvais buffer alors que c’est un des constructeurs qui fait le plus d’efforts dessus (avec Olympus) c’est ridicule. Tu peux les attaquer sur le focus par phase sur capteur qui n’est pas encore au programme (même si on s’en passe j’avoue que c’est pratique), mais le buffer juste lol.

         

        Olympus fait plus rapide, mais à quoi bon plus rapide si le suivi autofocus ne suit pas ? Et si l’EM1 II est le meilleur mirrorless pour l’AF, il n’est pas au niveau du D500 (à voir le D7500, mais ça reste une base très solide et éprouvée en autofocus).

        • Je ne les attaque pas sur le Buffer de ce modèle bien entendu… Il est plus que suffisant (un peu aussi : grâce à cette résolution « en retrait » pour un reflex APS-C en 2017).

          Mais le buffer du D7000 était lamentable. Et celui du D7100 étaient un peu limite !

          L’AF de l’Olympus est pas si mal que ça… Il « suit » à la cadence de 10 images sec… Je ne suis pas un fan de ce boîtier : mais il faut reconnaitre que c’est un truc de malade.

           

          « il monte à 10 images/sec avec suivi AF en obturateur mécanique.Et même à 18 im/sec avec suivi AF en mode obturateur électronique. Et carrément à la cadence folle de 60 im/sec avec obturateur électronique en AF-S (mise au point bloqué sur la première image). »

                 Test terrain : Olympus OM-D E-M1 MkII en Birmanie 1/2

          Et le photographe qui serait tenté par un Nikon APS-C pour sa rapidité car il est fan de sport par exemple, pourrait aussi se poser la question de l’Olympus : si la vitesse est vraiment le plus important…

          Heureusement pour Nikon : cet Olympus est très cher et équipé d’un viseur électronique… mais question AF et vitesse : je ne suis pas certain que les Nikon D7500 (et même D500) sortent vainqueur à tous les coups !

          Ce serait un test intéressant…

          • Le buffer du D7000 est meilleur que celui du D7100, n’inverse pas tout. ;) (Justement, j’imagine qu’ils ont gardé le buffer du D7000 sur le D7100, mais avec 50% de pixels en plus ça a vite montré ses limites.)

             

            Mais sur les systèmes reflex, les meilleurs buffers c’est chez Nikon du coup en ce moment (ça peut changer vite).

             

            Quant à choisir l’EM1 II ou le D500, quand on est à poil en objectifs, le choix est vite vu, les reflex restent encore plus réactifs (pas de shutter lag comme sur les mirrorless, viseur optique très utile sauf en basse lumière, autofocus déporté meilleur, toujours allumé (puisque consommation faible) donc toujours prêt à déclencher, allumage plus rapide ; pour la gamme optique, c’est kif kif bourrico). Question qualité du suivi autofocus, le D500 reste devant d’après DPReview (notamment parce que l’EM1 II fait montre d’une tendance au back focus occasionnel au moins pour l’exemplaire testé par DPReview). C’est pas pour rien que c’est considéré pour l’instant que ce qui se fait de mieux en AF pour reflex. (Et autant Canon a l’air d’avoir peu d’écart entre leur haut de gamme et les meilleurs mirrorless, autant Nikon a l’air d’avoir repris un peu d’avance.)

            Le D7500, chais pas, pas encore vu de test, mais on peut espérer au moins les performances d’un D750 (vu que c’est la même base d’AF) voire du D4s (même si le système de miroir/obtu du D4s le rend plus adapté aux grosses rafales). A suivre, ce ne sont que des hypothèses.

            • Oui, pour toutes ces raison (et quelques autres), je conseillerais toujours un reflex comme le D7500, de préférence à un hybride (même si celui-ci était meilleur en vitesse en rafale… et en AF, ce qui pourra arriver) : on est bien d’accord…

              Ce que je voulais dire c’est que le fossé qui existait avant, n’est plus un « immense fossé » !

              Et que l’AF du D500 / D7500 a encore progressé… Mais celui de l’Olympus pourrait éventuellement battre celui d’un reflex d’il y a 5 ans (dans certaines circonstances : je ne me mouille pas trop)…

              Bon de toutes façon : l’hybride, tant qu’il y aura ce genre de viseur à la noix, cette consommation de batterie excessive (la batterie de l’Olympus OM-D E-M1 II est très grosse et dure 1 journée, mais du coup est est longue à charger) : ça ne plaira pas aux professionnels…

    • « Nikon propose enfin quelque chose de moderne pour les problèmes de back/front focus, avec la hausse des pixels « 

      Oui, ça c’est en effet vraiment génial ! Moi j’ai dois régler (un peu) certains de mes objectifs manuellement, pour mon Canon EOS 5DsR de 50 Mpix.

      Heureusement la plupart étaient OK… J’ai du calibrer le Sigma 85 mm f/1.4 et le 70-200 mm f/4.

        • Ben comment tu appel ça toi ? Nikon persiste pendant 10 ans avec une ergonomie de l’ISO et ISO Auto totalement, merdique… Alors que tous les autres fabricants font autrement !

          Et d’un coup ils changent, pour enfin copier ce qu’on fait les autres !

          C’est pas un aveux d’échec, ça ?

          C’est comme en 2005 : le service Pro de Nikon, qui expliquait qu’ils ne feraient pas de Full frame, alors que le canon EOS 5D faisait un carton…

          Trois ans plus tard : ils sortent le Nikon D700 ! Encore un aveux…

          • « Canon lance le dual pixel, aveux cuisant qu’ils n’arrivent pas à lutter contre Nikon sur le terrain de l’autofocus par phase déporté ! Courage fuyons »

            « Canon lance le 5D mark III avec un module autofocus performant et un suivi 3D, aveu d’échec vis-à-vis du D700 qui proposait déjà depuis de longues années un boîtier non monobloc avec de vraies performances en autofocus ! Un scandale et un énorme manque pour ceux qui font de la vraie photo. »

            « Canon lance le 1Dx, aveu d’échec de ne pas avoir proposé de boîtier monobloc plein format alors que Nikon proposait depuis longtemps les D3 et D3s ! Terrible retard ! »

            « Canon lance le 5Dsr, terrible aveu, si longtemps après la sortie de Nikon D800 sur le terrain des hautes résolutions ! Cuisant échec pour la marque rouge ! »

            On continue longtemps comme ça ? Parce que je pense qu’on peut le faire avec TOUS les modèles emblématiques de Canon. (Et ceux de Nikon, bien entendu.)

             

            Considérer comme un avoeux d’échec le fait que les marques écoutent le marché et les attentes des photographes c’est assez idiot.

            • Ce que j’appelle un aveu d’échec c’est plutôt les problèmes de tâches du D600, le fait d’avoir sorti le D610 un an après est un aveu d’échec de Nikon de régler le problème sans complétement changer le boitier.

              Sinon, le 70-200 f/2.8E est sorti avec la bague de zoom en avant, comme le font Tamron et Sigma, et beaucoup y compris utilisateurs du VRII avouent que c’est une amélioration sur l’ergonomie. Si Canon sort un nouveau 70-200 avec les bagues inversées, tu vas appeler ça un aveu d’échec ou une amélioration?

            • ahah ! vous pouvez en pensez tout ce que vous voulez…

              Mais le premier aveux d’échec, c’est le fait que pas mal de photographes abandonnent Nikon à cause de l’ergonomie, des menus, de la colorimétrie, du manque de zoom 24-70 mm f/4 stabilisé léger et compact… du poids excessif de pas mal des produits et des prix aussi !

              C’est bien dommage : Nikon semble avoir perdu sa créativité… les aveux d’échec s’enchainent les un aux autres ! Ne soyez pas aveugles, je me demande pourquoi vouloir nier la vérité.

              Chaque année de nouveaux aveux d’échec (et pas de petits soucis) : mais des catastrophes industrielles : comme l’annonce puis l’abandon des Nikon DL, comme l’abandon des Nikon One, comme le Dustgate du D600, comme l’abandon de Nikon Capture NX…

              Et je pense que l’on aura encore quelques surprises !

              Alors vous en pensez ce que vous voulez : mais moi (ainsi que de nombreux ex Nikonistes partis chez Canon, ou chez Sony, ou chez Fuji), sommes bien contrains de lister tous ces « aveux d’échecs »…

              Allez : faites une liste comparative (face aux aveux d’échecs de Canon) : et on fait un tableau avec deux colonnes, ou même un sondage sur le blog…

              • « sommes bien contrains de lister tous ces « aveux d’échecs »… » quelqu’un te met un flingue sur la tempe et t’oblige à le faire? J’en doute ^^.

                Ne sois pas de mauvaise foi, pourquoi vouloir nier que c’est principalement pour le plaisir de cracher sur Nikon. Que tu veuilles informer ça je le comprends, et suis même d’accord sur beaucoup de critiques, mais quand tu revois les mêmes critiques revenir inlassablement (parfois dans des articles traitant de sujets totalement différents) tu es aussi contraint d’admettre que ce n’est plus de l’information mais de l’acharnement.

                • Ma seule préocupation sur ce blog depuis 10 ans : conseiller mes lecteurs, comme je conseillerais un ami débutant en photo…

                  Conseilleriez-vous à un ami d’acheter un Pentax, ou un Nikon en ce moment ?

                  En analysant froidement la situation, les gammes, les perspectives : quelle marque conseilleriez-vous ?

                  Objectivement ?

                  Je pense que communiquer ce genre d’infos, devrait permettre à un ami de faire le meilleur choix… Ce n’est pas de l’acharnement contre Nikon. C’est juste de l’acharnement à donner des infos cruciales.

                  • Objectivement, je ne mettrais aucune marque en avant. J’ai beau être chez Nikon, je l’ai choisi avant tout parce que c’était la marque qui proposait l’offre la plus intéressante à ce moment. Depuis, il n’y a aucun boitier, objectif ou accessoire qui me fasse regretter de ne pas avoir choisi une autre marque et rien chez Nikon que je n’aurais pas pu trouver ailleurs non plus, dans tous les cas j’ai un appareil qui me permet de faire les photos que je veux.

                    Si je devais conseiller un ami, j’aurais plutôt tendance à l’orienter vers hybride ou reflex que vers Canon ou Nikon (ou même Pentax ou Sony, bien que j’ai plus de réserves sur ces derniers).

                    Encore une fois, je suis d’accord avec pas mal de tes critiques, mais un article suffit pour informer alors pourquoi ressasser les mêmes critiques dans plusieurs autres articles y compris ceux qui n’ont pas de lien avec la dite critique (d’ailleurs, il s’agirait bien du même capteur Sony que le D500, du coup la rumeur ne serait pas réelle).

                    • Et bien si tu conseillais à un ami de commencer par de l’hybride ou par un Nikon, ou par un Pentax : je crois que tu ne lui rendrais pas service !

                      – Les problèmes de l’ergonomie Nikon sont nombreux : et je pense que c’est un vrai problème pour les débutants… (le Nikoniste ne semble pas le voir, faute d’expérience avec d’autres marques)

                      Et le fait que certains n’en soient pas encore convaincu : justifie que je répète et répète encore mon point de vue… ça finira peut-être par porter ses fruits !

                      Idem pour les hybrides : commencer la photo avec un viseur électronique, est à mon avis un problème…

                      Donc : je répète !

                    • Sur les hybrides je ne crois pas que ce soit un mauvais conseil pour les débutants. Le viseur électronique a ses défauts mais pour un débutant il a de nombreux avantages, déjà le risque minime que l’AF soit décalé avec la détection par contraste, le focus peaking et à côté de ça un système moins lourd et encombrant avec une prise en mains plus proche des compacts à laquelle se sont habitués beaucoup de débutants qui ne seront finalement pas si nombreux à évoluer vers des formats plus grands (je parle des hybrides MFT, les APS-C et FF perdent une grosse partie de ces derniers avantages et sont moins destinés aux débutants à mon sens).

                      Pour l’ergonomie, c’est aussi une question d’habitude, à part sur le bouton ISO où je suis totalement d’accord avec toi qu’il était temps qu’il soit au « bon » endroit ^^ sur le reste, notamment le menu, on se sert des boutons et molettes justement pour éviter de trop y aller donc ce n’est pas si grave s’il a quelques défauts (encore que ce soit aussi une question d’habitude, j’ai peu shooté avec un Canon mais quand c’est arrivé j’étais bien paumé dans les menus, même si je reconnais qu’il est mieux agencé dans l’absolu).

                    • « risque minime que l’AF soit décalé » :

                      oui, mais ça c’est vraiment un faux problème ça… dont le débutant n’a même pas conscience et pas grand chose à faire.

                      Cela n’est pas un problème de débutant : seuls les experts extrêmement exigeants commencent à s’y intéresser ! Et encore après pas mal d’anges de pratique… ET après avoir réglé tous les autres problèmes.

  4. Bin bordel ça ce voit que vous n’êtes pas payés à produire des images. Passer autant de temps à parler matos et courbes sans savoir lire une image. Ca relève du masochisme inaccompli…

    • T’inquiète pas !

      Je n’oublie pas d’en faire aussi des images… Je ne fais pas qu’en parler !

      Celles-ci date de moins de un mois ;-)

      Lorsque je parle de l’ergonomie, de la molette de correction d’expo sous le pouce et du viseur d’un reflex, qui permettent de faire ce genre d’image (que l’on ne peut pas faire aussi bien avec le viseur électronique d’un hybride APS-C et une bague de correction d’expo beaucoup plus lente à manipuler) : je sais pourquoi !

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.