web analytics

Appareils mirorless : quand les courbes se croisent

31
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Intéressant ! De nos jours, (alors que les ventes d’appareil numérique ont pas mal baissé au total), ce tableau chez Nikonrumors nous apprend que la proportion d’hybrides vendus, reste encore assez minoritaire face aux reflex.

Pas de quoi modifier visiblement la « répartition » à l’échelle du parc installé. Les ventes d’hybrides restent encore inversement proportionnelles à la place que ce type de boîtier (intéressants) occupe dans nos discussions… passionnées ! Je me dis que pour seulement « rattraper » la base de reflex installée depuis 10 ans, il faudrait qu’il se vende 10 fois plus d’hybrides que de reflex (ou même un peu plus) : c’est un peu un problème de robinet (mais on ne fait plus ça à l’école de la République depuis longtemps).

Mais l’industrie est encore loin de vendre plus d’hybrides que de reflex… Et si l’on « suit » en ligne droite la tendance indiquée par ce tableau : les courbes ne se croiseront qu’après 2020 ! A moins qu’une révolution ne survienne dans l’industrie du viseur électronique (ce qui ne semble pas vouloir arriver) et provoque une « inversion de la courbe » : certains nous l’ont promis.

Donc, qu’on se le redise : si l’on prend en compte la masse énorme de reflex qui a étés produits depuis 10 ou 12 ans (spécialement aux période fastes des ventes d’appareils numériques entre 2006 et 2012), alors on comprend que le nombre de boitiers Mirorless en circulation restera encore longtemps (ultra) minoritaire… D’autant que les premières générations de mirrorless (sans viseurs et avec écran fixes) ne donnent pas beaucoup envie de s’en servir. Et encore moins envie d’acheter des objectifs complémentaires !

Les gens qui ont acheté un reflex (et même un hybride) ces 5 ou 6 dernières années, ont envie de l’utiliser encore 10 ans (on est sur un marché de renouvellement) et si ils doivent acheter un nouvel appareil photo, alors ce sera : soit pour monter en gamme…

Soit partir « encore plus léger », donc avec un meilleur smartphone… Bientôt ce seront les hybride qui seront peut-être « bouffés » par de meilleurs smartphones (après que les compacts aient disparus les premiers)… Je ne crois plus trop aux hybrides d’entrée de gamme, toujours le cul entre deux chaise : trop gros pourremplacer un smartphone… Et trop petit pour remplacer un reflex. La suite chez Nikonrumors.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

31 commentaires

  1. Bonjour,

    Lorsque des amateurs, ou semi-amateurs décident d’acheter un nouveau boitier et surtout de le renouveller, ils se posent forcément la question mais ils ont en face d’eux quelques interrogations bien légitimes:
    – Changer de marque en fonction du nouveau modèle choisi. Ca peux faire très mal pour le parc optique (et le budget).
    – Etre vraiment sûr que le nouveau matériel est vraiment top (leur top à eux) et pas un bidule au rabais avec un capteur 1″.
    – Se poser la question du rapport qualité/prix vs les reflex « entrée de gamme » qui restent très bons.
    Bref, quel gain pour quelle mise… Difficile de choisir sans point de comparaison. Donc on reste dans ce que l’on connait. C’est à dire un reflex. Reflex qui reste un bon choix car c’est forcément bon.
    Lorsque a la chance de pouvoir tester quelques modèles hybrides micro4/3 et APS-C, alors on dort un peu moins bien car le choix devient plus difficile.

    Pour moi, même avec ces quelques années, les hybrides traînent la réputation de bridge avec un joli look face à des reflex pour lesquels le « sérieux » ne fait aucun doute…

     

  2. Je suis d’accord  que le point faible des hybrides est le viseur. Mais si on parle des viseurs des reflex d’entrée de gamme (pentamiroirs) alors les viseurs des hybrides doivent, à mon avis, être maintenant pratiquement aussi bon.

    Reste les « vrais reflex », ceux qui ont un pentaprisme est surtout si ce sont des full frame. Alors, là, sûr il n’y a pas photo. C’est le viseur du reflex qui a enterré les appareils type Leica.

  3. « vendre plus de miracles que de reflex…  »

    ah! ah ! le correcteur orthographique révèle ce que l’avenir nous réserve   ;-)

    y-aura-il, ou pas, de miracle ?

    • Visiblement, ce n’est pas le correcteur orthographique qui est le fautif sauf s’il ajoute des « s » là où il n’en faut pas..  « a masse énorme de reflex qui a étés produits » et s’il en enlève, là où il en faut « spécialement aux période fastes » et « le cul entre deux chaise »paul

      • Jean-François a depuis, remplacé « miracles » par « hydrides« .

        je soupçonne le correcteur d’avoir initialement corrigé « mirrorless » en « miracles« .

  4. D’accord avec JF, une fois n’est pas coutume. Et même pas besoin de chiffres à la rigueur, ce serait juste du bon sens. Fiabilité, robustesse, pérennité, qualité des reflex ; l’inverse de ce qui parfois, fait encore un peu jouet (bien cher) côté sans miroirs. Pour ma part, j’attends le 6D mark II pour … monter en gamme !

  5. Vous avez tout dit, faire croire aux gens, qu’ont peu planter des clous avec un marteau en bois, ont n’a jamais inventé mieux qu’un reflex en photo pour le moment

  6. Nikon va se réorienter sur les mirrorless, en complément des reflex. Canon va aussi creuser dans cette direction.

    C’est clairement un relais de croissance non négligeable, le marché n’est pas encore saturé.

    Pour de la photo posée et/ou avec la recherche d’une définition maximale, le mirrorless a des avantages conséquents (MAP sur le capteur, donc jamais de front/back focus ; pas de miroir donc moins de vibrations), pour de la photo d’action le reflex reste encore supérieur. Je pense vraiment que les deux mondes vont cohabiter, et que ça va finir à terme par devenir deux outils assez distincts. En soit, c’est loin d’être une mauvaise chose, d’avoir le choix entre deux outils bien spécifiques et doués dans leurs champs de compétence.

     

    Concrètement, CaNikon a tout intérêt à profiter de la relative solidité des ventes de mirrorless pour lancer leurs concepts. (En espérant que l’un des deux se lance sur les plates-bandes de Sony avec des appareils bien conçus.)

  7. Si ces chiffres sont vrais c’est que les gens sont des idiots :)

    En effet la plupart des mirrorless actuels couvrent 90% des besoins de 80% des photographes amateurs ! Et ils font même parfois mieux que les reflex pour certaines utilisations ou besoins. Mais bon après y’a le buzz, le conseil de l’ami du cousin de machin qui est photographe et qui ne jure que par Canikon, les magazines qui placent toujours en tête Canikon, DxO, les blogs internet… etc, bref la pression sociale ! ;)

    J’ai les 2 et je sais peser le pour et le contre de chaque système. Mais franchement aujourd’hui les mirrorless sont un excellent choix pour la majorité des photographes pas super méga experts. D’ailleurs j’ai l’impression que leur adoption pose moins de problème chez la gente féminine… bizarre hein, elles passent ptet pas leur temps à se comparer la taille du bousin, ahah :) La femme est l’avenir de l’homme comme dit l’autre !

    • ahah ! Je ne suis évidement pas du tout d’accord avec vous…

      La chose intelligente à faire pour un photographe amateur désirant s’équiper : c’est d’acheter un reflex d’entrée de gamme « approuvé » de la génération immédiatement précédente : comme par exemple un Canon EOS 760D, ou un EOS 750D : ce sont de superbes appareils délivrant une qualité d’image exceptionnelle…

      Avec des couleurs vivantes, (que pour l’instant aucun mirorless n’égale) : les couleurs c’est important pour les photos de vacance et de famille)…

      Bref : les mirorless sont au contraire tres chers pour ce qu’ils proposent… et leur ergonomie souvent trop complexe pour la plupart de gens (leurs molettes et boutons minuscules que peut de gens maitrisent) !

      les petiots reflex sont bien plus faciles à utiliser que les mirorless et c’est pour ça qu’ils se vendent mieux…
      Je pense que vous ne vous mettez pas vraiment à la place des gens…

      • Toi non plus t’es pas forcément en phase avec tous les utilisateurs : j’en connais pas mal qui cherchent juste un compact ++ et qui se foutent du viseur  optique (voire qui visent à l’écran). Et là, jusqu’aux Canon dual pixel, c’était mirrorless ou mirrorless pour avoir une qualité d’image vraiment supérieure aux compacts en visée liveview. (Et un AF décent.)

        Si Pentax et Canon se mettent au dual pixel, c’est qu’il y a une demande conséquente sur le marché (pas forcément 100% des utilisateurs, bien sûr). Nikon ne devrait pas trop tarder non plus à s’y coller (lentement, mais sûrement) avec leurs projets de mirrorless.

        Pour filmer, idem, pour l’instant y’a pas grand chose de mieux que Panasonic dans un budget raisonnable, et Sony tient la dragée haute aux Canon pour le plein format en film, ça redonne de bonnes cartes pour les mirrorless. Et comme la vidéo est un besoin de plus en plus important…(Sigma/Fuji ne s’y trompent pas, et lancent leurs gammes Ciné)

         

        Encore une fois — je me répète — les mirrorless ne sont pas voués à remplacer les reflex dans un futur proche (disons 10 à 20 ans, pour donner une estimation à la truelle, et bien malin celui qui pourra dire comment sera la photo dans 20 ans), mais les reflex ne sont pas supérieurs en tous points aux mirrorless même en qualité d’image pure (cf mon message plus haut). Ce sont deux types de produits qui sont appelés à converger sur certains points (AF phase généralisé dans les mirrorless, AF phase sur capteur généralisé dans les reflex) et à rester assez différents sur d’autres points (encombrement, tirage optique, pas de miroir forcément, rapidité du focus à module déporté vs fiabilité du focus sur capteur, etc). Et donc ceux qui cherchaient les caractéristiques d’un mirrorless au temps où il n’y avait que les reflex qui dominaient le marché peuvent switcher, et ceux qui sont très contents de leurs reflex peuvent rester sur la même solution.

         

        That’ all, pourquoi vouloir opposer les deux mondes ?

        • Le problème ce n’est pas tant d’opposer des système (hybride ou reflex)…

          Mais c’est plutôt d’opposer les « ergonomies » pénibles (que l’on trouve chez Sony, Panasonic et un peu chez Fuji aussi)… à des ergonomie totalement abouties (celles des reflex).

          Car l’ergonomie des reflex d’entrée de gamme, est le fruit de 15 ans d’évolution (séries des reflex d’entrée de gamme de Canon et Nikon).

          A la limite : lorsque Canon fait un hybride comme l’EOS M5, et qu’il s’avère soudain qu’il est (presque) aussi agréable à utiliser qu’un reflex, il est en effet aucun besoin d’opposer hybrides et reflex.

          Ce que je reproche vraiment aux hybrides :  ce n’est pas seulement d’être équipés d’un viseur électronique, mais c’est surtout leur ergonomie « non finalisée », trop compliquée et des commandes mal conçues et mal placées…

           

  8. j’ai les deux, mais comme dit JF c’est chiant à utilisé même ma femme avec ses petites mains prend mon 6D mon second boitier ,au début elle trouvait ça bien mais après elle n’en voulait plus c’est ça le problème des hybrides

  9. Petit commentaire sur l’affirmation « la proportion d’hybrides vendus, reste encore assez minoritaire face aux reflex. ».. Je serais d’accord s’il était écrit « le nombre d’hybrides vendus, reste encore assez minoritaire face aux reflex »… mais pas la proportion.
     
    en 2013.. 3182694/13635101 = 23,34 %
    en 2016… 3137717/8275003 = 37,9 %
    Aujourd’hui, les mirrorless représentent 38 % des ventes d’appareils ce qui n’est plus négligeable pour les fabricants. Même si les mirrorless stagnent, la courbe montre un effondrement des DSLR (moins 39% en 4 ans) => (13635101-8275003) /13635101 = 39,3% .
    Évidemment, je ne rentre pas dans débat technique DSLR contre Mirrorless, je connais la position de François vis-à-vis de Sony et Fudji
    Pour ma part, je garde évidemment mon DSLR Canon, mais je réfléchis sérieusement à l’achat d’un très bon smartphone en appoint compte tenu du fait que je n’ai pas de smartphones et des progrès des smartphones (RAW, double capteurs, 12 Mpx, luminosité, vidéo, légèreté, autonomie…).
    De plus, je pense que le rythme d’évolution des DSLR n’est pas le même que celui des smartphones.. Il suffit de regarder qu’il faut (ou a fallu) 4 ans pour trouver un successeur au 6D et au 7D alors qu’il sort un iPhone ou Galaxy par an..
    Bref, entre smartphone et mirrorless mon choix est vite fait…

    • Oui, je pense que le reflex haut de gamme resteront ces outils exceptionnels pour faire des images exceptionnelles… L’outil indispensable pour qui veut se dissocier de la masse des images prises avec des smartphones, (images qui restent tres reconnaissables).

      Les mirorless d’entrée de gamme seront rapidement « balayés » par les smartphone je le crains… car les acheteurs de ces appareils (sous les 700 €) n’achètent pas de second (ou troisième) objectif spécialisé : donc rien ne distinguera leurs images de celles prises par les smartphone (qui auront bientôt des zoom optiques)…

      La seule raison de ne pas utiliser le smartphone bientôt : sera la volonté de se différencier « vraiment » des photos standards (que l’on fait avec petit capteurs, grande profondeurs de champs, focales moyennes entre 28 et 100 mm)…

      Il faudra pour cela : de grands capteurs (Full Frame) et des objectifs spéciaux… je ne suis pas inquiet pour l’avenir du reflex Full Frame : qui continua à bien se porter.

      Mais pour tout ce qui est « petit capteur  » et entrée de gamme…. le smartphone va continuer à progresser et à « bouffer » ce marché…

      • Bonjour, tu écrits:

        Mais pour tout ce qui est « petit capteur  » et entrée de gamme…. le smartphone va continuer à progresser et à « bouffer » ce marché…

        J’ai envie de répondre: c’est logique. Le grand public n’a jamais fait de photos. Il a toujours utilisé des appareils photos très modestes pour réaliser ses photos souvenir. Rien de nouveau.

        Le grand public a utilisé les compact numériques car c’était la suite logique des compacts 24×36 (Full frame) qu’il utilisait avant. Et pendant ces deux périodes (compacts argentiques et numériques), le matériel mis entre ses mains était de bonne qualité par rapport à tout ce qu’il avait connu avant (film 110 et autres micro-pellicules).

        Le naturel revenant au galop ce groupe de photographes (!) ne faisant toujours rien de mieux, il est revenu à son besoin de base: clic clac. Donc le smartphone bourré de pixels bruités et moutonneux lui va bien.

        Reste donc le groupe des photographes plus ou moins pro qui choisira lui, le produit qui répond a ses besoins: le compact super expert (1″), l’hybride ou le reflex, voir le moyen-format (capteur type 6×6).

        Et pour finir, l’appareil photo, ni la taille du capteur n’ont jamais fait le talent.

  10. Francehement ce genre de post est ridicule car personne ne sait qui achète quoi et quand. Seuls les constructeurs savent les vrais chiffres de vente de leur marque (pas des concurrents). Et il y a tellement de profils d’acheteurs différents, que vouloir généraliser ou prédire des tendances est juste « useless » à mon avis… Ca sert juste à s’engueuler en disant c’est moi qui ait raison et pas toi, car je connais mieux le marché que toi. C’est ridicule, car on ne connait que son entourage proche ou ce que nous disent certains contacts du milieu ou ce qu’on peut lire sur internet, bref tout cela n’est que pure spéculation…

    Après qu’on dise pourquoi soit-même on aime tel ou tel appareil, ok, mais de là à extrapoler… Bref :)

    • Ben disons, quand même… moi qui fais de la formation chaque semaine auprès de deux public bien différents : ( les professionnels, et les amateurs… je vois ce que les uns et les autres achètent. Et j’ai quelques amis dans les boutiques photos aussi, qui me disent ce qu’ils vendent !

      Fuji déclarent qu’ils ont atteint 20% de part de marché, sur le marché mirorless (et ça parait peu comparé au buzz qui entoure la marque)… Mais je ne suis pas trop surpris, j’avais bien anticipé cette proportion, à vue de nez…

      Il y a aussi ce que l’on voit sur les lieux touristiques : comment et avec quoi sont équipés les touristes, qui donne une idée de ce qui se passe… Les Canon G10, G11 et G12 que l’on voyait il y a quelques années ont plus ou moins disparus par exemple. Remplacés par des téléphones et des… tablettes !

  11. Tu fais dire au chiffres ce qui t’arrange vu que tu n’aimes pas les hybrides. Sauf peut-être les Canon, parce que tu es sans doute sponsorisé par la marque.

    Ce que je lis dans ton tableau c’est qu’en 2013 la part de marché des réflex était de 81% pour 19% aux hybrides, et qu’année après année, c’est tombé jusqu’à 72,6% contre 27,4%. Et que dans un marché global des APN, les réflex s’effondrent quand les hybrides se maintiennent.

    Chacun voit midi à sa porte, certains avec objectivité, d’autres comme toi, sans aucune objectivité.

    • ahah ! Sponsorisé, mes fesse oui !

      C’est amusant les « fantasmes » des gens : je ne suis en rien « sponsorisé » !

      Et j’achète mon matos Canon, avec les 10 ou 15 % de remise consentis à tous les professionnels, par toutes les bonnes boutiques…

      Il suffit de regarder la part de marché des hybrides au bord d’un terrain de foot, ou d’un circuit automobile, ou d’un stade, pour comprendre que mon analyse des chiffres est la bonne…

      • Evidemment qu’il n’y a aucun hybride sur un terrain de foot ou au bord d’un circuit. Les appareils sont fournis par les agences au photographes pros. Ce n’est pas le sujet, il n’y a pas que des pros qui font de la photo, et les gens que tu emmènes dans tes voyages photo, ce ne sont pas des pros !

        Les hybrides existent depuis bien moins longtemps et c’est enfoncer des portes ouvertes que de dire qu’il y en a moins sur le marché parce que ça existe depuis moins longtemps. Les hybrides sont des appareils pour amateurs, et même si certains pros en utilisent, ce n’est pas le marché de prédilection (pour l’instant) de ce genre d’appareil. Par contre, le grand public et les amateurs ont clairement choisi leur marché et les chiffres que tu annonces vont continuer d’évoluer dans ce sens dans les années qui viennent car les fabricants de réflex n’ont pas su prendre le virage de l’hybride (Canon, Nikon, Pentax).

        Par contre, là où tu es d’une mauvaise foi évidente, c’est de ne même pas reconnaître que quand les ventes de réflex passent de 13,6 millions d’appareils à 8,3 millions d’appareils, c’est à dire -39% en 4 ans (très rare sur un marché quel qu’il soit) alors que les hybrides sont stables sur ce marché qui s’effondre, c’est une tendance de fond.

        Mais tu as raison, accroche à tes certitudes et fait dire aux chiffres ce que tu as envie. Une chose est pourtant certaine, dans un marché de la photo qui s’effondre, les hybrides résistent et les réflex n’ont plus du tout le vent en poupe.

        • « les fabricants de réflex n’ont pas su prendre le virage de l’hybride (Canon, Nikon, Pentax). » ? 

          N’importe quoi ! Le second vendeur d’hybride en 2016 : c’était Canon !

          Pas loin derrière Sony…

          • Au Japon où les hybrides représentent d’ailleurs 40% des ventes en 2016 (voir ici : http://www.lesnumeriques.com/photo/marche-photo-vers-fin-hemorragie-n60103.html)

        • Si je ne crois pas trop à l’avenir des hybrides entrée de gamme (sous les 900 €), c’est que les photographes amateurs, ne vont plus utiliser d’appareils photos d’ici 2 à 3 ans…

          Car d’ici 2 à 3 ans, les téléphones seront tellement bon, qu’il n’y aura plus besoin d’hybrides d’entrée de gamme (les smartphones disposeront bientôt de zoom optiques)… Allez peut-être d’ici 5 ans !

          Ce qui veut dire que les seuls à utiliser des appareils à objectifs interchangeables, seront ceux qui en ont vraiment besoin : les professionnels (ceux qui utilisent des reflex aujourd’hui, et pas encore des hybrides).

          Je ne les vois pas changer si facilement de système… Car que pourraient amener les hybrides de plus, que ce que proposent les reflex d’aujourd’hui ? Sachant qu’un professionnel, : ça ne le gène pas vraiment de transporter un sac de 3 kg, plutôt qu’un sac de 2kg…

          Bref : l’avenir nous le dira…

          Mais les chiffres de vente des hybrides actuellement, démontrent que ceux qui se vendent le plus (80% du marché des hybrides) sont des hybrides bas de gamme sans viseurs…

          Ce marché va être littéralement « laminé » par les téléphones dans les 2 ou 3 ans !

          Croyez-vous que les hybride haut de gamme (ceux entre 1500 et 2000 €), aient la moindre chance de remplacer des reflex qui actuellement en font beaucoup plus, pour moins cher ?

          Nous verrons… j’en doute ! Rendez-vous ici même dans 3 ans !

        • « avoir le vent en poupe » pour les reflex : ce n’est pas vraiment la question ! Il faut prendre en compte la « base installée », c’est ce qui compte…

          Car le marché de la photo est désormais un marché de renouvellement : les nouveaux utilisateurs vont se tourner directement vers le smartphone…

          « Donc, qu’on se le redise : si l’on prend en compte la masse énorme de reflex qui a étés produits depuis 10 ou 12 ans (spécialement aux période fastes des ventes d’appareils numériques entre 2006 et 2012), alors on comprend que le nombre de boitiers Mirorless en circulation restera encore longtemps (ultra) minoritaire… D’autant que les premières générations de mirrorless (sans viseurs et avec écran fixes) ne donnent pas beaucoup envie de s’en servir. Et encore moins envie d’acheter des objectifs complémentaires ! »

          • Ce ne sont pas les bases installées qui font la tendance d’un marché, mais le le renouvellement de cette base installée. C’est quand même même le B.A BA de regarder l’avenir plutôt que le passé (la base installée). C’est ce qui a coulé Kodak ! La base installée en argentique était très forte, alors pourquoi s’intéresser au numérique. C’est exactement la même erreur quand on regarde la base installée des appareils réflex au lieu de regarder ce qui va les remplacer demain.

            • On ne peut absolument pas comparer avec la station de Kodak, qui n’avaut absolument rien à voir avec celle des fabricants de reflex aujourd’hui…

              Kodak a été victime d’un véritable « saut technologique » tel qu’il en existe un par siècle… (mais il n’y a absolument aucun « saut technologique » dans la création des hybrides qui sont un assemble extraordinairement simple à réaliser)… Suivi d’une véritable « ruée » sur la photo numérique…

              Avec un taux d’acquisition qu’aucune autre « nouvelle technologie » n’avait connu avant (à part le téléphone portable).

              Donc, la situation actuelle n’a absolument rien à voir :

              Car il n’y a aucune « ruée » du public vers les hybrides (au contraire leurs ventes baissent).

              Car ii existe une « ruée du grand public », c’est vers la photo au smartphone… Et ce sont précisément les hybrides et APN entrée de gamme (jusqu’à 900 €) qui sont véritablement en danger.

              Pas APN haut de gamme : (les reflex et hybrides Full Frame) : même si leurs ventes baissent, ils ne disparaitront pas, car ils offriront toujours un avantage notable face aux meilleurs smartphones (grâce au capteur Full Frame et aux optiques à grande ouverture)

              Nous verrons bien !

          • Quant au téléphone qui va remplacer l’APN, c’est un doux rêve, mais ce n’est pas pour demain. Ça va remplacer chez ceux qui achètent des compact d’entrée de gamme mais pas chez ceux qui utilisent un hybride, un réflex ou un bridge haut de gamme. ce n’est clairement pas le même marché. L’APN de base à 80 ou 100€ a déjà disparu des étalages, et même avec des zooms optiques, il y a des lois de l’optique qu’un smartphone ne pourra jamais égaler dans une épaisseur de moins d’un 1cm… et pas certain que le marché achète des smartphones de 3 ou 4 cm d’épaisseur…

            • Les progrès des téléphones : ça va très, très vite… et on sera très surpris de ce qu’ils sauront faire, bientôt. Pour la plupart des photographes : leurs performances seront bien suffisantes.

              Par contre les gens qui sont « conscients » du fait qu’un grand capteur ce sera toujours mieux qu’un petit… Et les gens qui comprennent qu’un zoom optique de téléphone, n’égalera jamais un zoom optique de plus grande taille : ces gens là, ce sont les passionnés, les experts et les pros…

              Ces gens informés : ce sont précisément ceux qui n’achètent pas d’hybrides aujourd’hui ! ! ! (à part une infime minorité peut-être). Ils utiliseront bien entendu un smartphone haut de gamme pour leurs photos de tous les jours.

              Et je crois qu’ils resteront fidèles au reflex de Canon et Nikon (et aux hybrides Full Frame de Sony probablement), pour leurs photos « qui valent le coup ». Car évidement les reflex Full Frame (et hybrides Full Frame que je met dans le même sac) vont continuer à progresser…

              Ils vont continuer à s’alléger (déjà un Nikon D750 ou un EOS 6D sont tellement moins lourds que le génération de Full Frame de 2008)

              Ils vont continuer à offrir des résolution que les petits capteurs n’offriront pas (et cela aura son importance avec des écrans de plus en plus définis)

              Ils continueront à proposer des viseurs optiques qui font toute la différence (du côté du plaisir et de l’efficacité)… ET certains proposeront sans doute des viseurs hybrides.

              Ils continueront à améliorer leurs gammes optiques… tout en restant compatible avec l’immense offre actuelle.

              Bref : je crois que « par construction » les hybrides à petits capteurs (en dessous de APS-C) resteront technologiquement et économiquement limités… La taille critique de ventes, permettant de poursuivre la recherche et le développement : n’a pas été atteinte : ils coutent trop cher à améliorer par rapport à ce qu’ils apportent (l’exemple c’est la stagnation des viseurs électroniques à 2,36 Mpix depuis des années, avec un seul et unique fournisseur : absolument aucuns progrès depuis 2014).

              http://photoetmac.com/2015/10/votre-viseur-electronique-est-il-depasse/

              Les hybrides à moins de 900 € n’ont pas beaucoup d’avenir je suppose… La crise actuelle des ventes, fera que de nombreux constructeurs vont abandonner ce « créneau intermédiaire ». Car ils ne gagneront pas assez d’argent (à cause de la concurrence des smartphone, même si ils n’égaleront pas exactement ce qu’un hybride à objectif interchangeable peut faire).

              Ce marché des hybrides est coincé entre deux mastodontes bien plus rémunérateurs.

              D’ailleurs on voit comment lympus cherche à monter en gamme : son modèle « E-MD O-M1 MkII » est vendu 2000 € boitier nu… C’est la démonstration de ce que j’avance. ET à mon avis : à ce prix-là, cet appareil ne se vendra pas très bien (il est très bon, mais bien trop cher). Car à ce prix : on préfère un Full Frame (et on est pas à 1 ou 2 kg près lorsque l’on est passionné : on veut le meilleur c’est tout…) !

              Le marché des APN à objectifs interchangeable est amené à « monter en gamme » ou à disparaitre.

              Nous verrons bien !

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.