web analytics

Analyse de la situation de Nikon : rassurante ? Ou pas…

5
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Très intéressante analyse de la situation de Nikon par Tony Northrup… Que s’est-il passé depuis 10 ans chez Nikon ? Que fait Nikon en ce moment… que devraient-ils faire ? Et que vont-ils faire bientôt ? Mmmm….

Je suis d’accord avec plein de choses expliquées dans cette vidéo (le problème des menus de Nikon, des logiciels, des objectifs APS-C, de Snap Bridge, des Compacts, du mode silencieux)… Et aussi en désaccord total sur quelques points (assez rares comme les EVF), déjà évoqués ici : « Nikon Extraordinary Loss » et annulation des Nikon DL En tous cas, il y a de quoi discuter : en commentaires…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

5 commentaires

  1.  
    Je n’achèterais pas d’actions Nikon pour le matériel photo, dommage, j’aimais bien, mieux que Canon que je supporte difficilement depuis de trop nombreuses années. Heureusement pour eux, ils ne font pas que cela.
     
    Ils ont, comme Canon, raté le virage de la visée électronique… L’avenir jugera.
     

    • Ils ne l’ont pas raté du tout ce marché qui est totalement balbutiant pour le moment…

      Ils attendent juste que l’industrie propose sur « étagère » des viseurs utilisables… ET ce n’est pas vraiment le cas !

      http://photoetmac.com/2015/10/votre-viseur-electronique-est-il-depasse/?hilite=est-il+dépassé+%3F

      90% des viseurs électroniques vendus (2,36 Mpix), sont de modèles qui existent depuis… septembre 2013 !

      Il n’y a quasiment pas eu de progrès en trois ans : ce qui en dit beaucoup !

      Car si ce type de viseurs « se vendait » : alors l’Unique constructeur (Seiko Epson) aurait développé de nouveaux modèles…

      Et surtout plusieurs concurrents auraient tenté d’investir ce marché (comme à chaque fois qu’un marché nouveau s’ouvre il y a au moins 3 ou 4 compétiteurs)

      Mais rien ! Nada, que dalle ! ! !

      Quelques constructeurs font fabriquer (à grand frais) leur viseur (un peu mieux) comme Leica pour le SL et restent les seuls à l’utiliser pour des séries minuscules…

      Bref, l’industrie du viseur électronique n’existe pas encore… (si on compare son « échelle » à l’industrie des capteurs d’appareils photo). Donc Canon et Nikon n’ont rien raté pour le moment…

      Et vu les chiffres de vente (à la baisse) des hybrides : rien ne dit que cette industrie de l’EVF ne décolle à court ou moyen terme.

      Tout cela n’a rien à voir avec la transition de l’argentine au numérique ! Une telle transition n’arrive qu’une fois par siècle… La transistion du viseur optique au viseur électronique n’est qu’un détail technique, assez insignifiant en terme industriel et financier.

      Car, ni Sony, ni Fuji, ni Olympus, ni Panasonic ne fabriquent eux-même leurs viseurs… Ile les achètent ! Ils n’ont donc aucune maitrise technologique (ou avance technologique) par rapport à Canon , ou Nikon, qui achètent aussi leurs viseurs au même fournisseur : Epson (unique semble-il)…

      Si demain une « révolution technologique arrivait (enfin) pour le viseur électronique (et c’est possible) : elle ne profiterait qu’à la société qui développerait elle même ce viseur. Pas aux constructeurs d’APN…

  2. Tout dépend ce que Nikon entend par « restructuration ». Si c’est juste un terme politiquement correct pour justifier des mises à pied et jouer à la chaise musicale avec les gens en place, ça ne changera pas grand chose à moyen terme. Peut-être qu’ils vont améliorer leur bilan à court terme mais se retrouveront face au même problème assez rapidement…

    Il faut vraiment que Nikon restructure aussi son modèle d’affaire. Mais ce n’est pas évident de voir quelle direction devrait être prise. Dans le contexte actuelle de baisse généralisée du marché, j’ai l’impression que Nikon est un peu pris entre deux chaises. Trop petit pour continuer à jouer les généralistes dans un marché de plus en plus difficile; l’époque du duopole avec Canon dans un marché garantissant, bon an mal an,  une croissance des ventes à deux chiffres et de juteux profits, même sur des compacts et entrées de gamme, étant bel et bien terminée. Et de l’autre côté, Nikon est un peu trop gros pour se retrancher  dans un marché de niche plus modeste mais profitable et moins concurrentiel, à l’image d’autres fabricants. Mais encore, faut-il trouver ou créer cette niche…

    Bref, pas évident du tout de voir comment Nikon va se désembourber… Mais chose certaine, ça va prendre plus qu’un D820 pour renverser la tendance…

  3. Nikon a fait des erreurs et impasses graves je trouve… Un D7200 qui n’arrive pas à se poser face à un 80D utilisé par les photographes ET les vidéastes, pas de compact expert (pour moi c’est un peu le premier pas dans la photo plaisir, pour ensuite passer au reflex), pas beaucoup d’optiques accessibles et de qualité (un pancake à 200€ ? tu peux rêver mais tu peux claquer 700€ dans une optique fixe F/1.8G), ils ne sont pas vraiment motivés par la vidéo (quand je vois le nombre de pro qui filme avec du Canon 5D et les optiques série L qui vont avec depuis des années…), l’hybride c’est mort chez eux, etc…

    On dirait que la marque ne veut juste pas produire ce que les gens attendent vraiment et qu’ils se plantent à chaque niveau de gamme. Au lieu de ça ils ont concentré leur développement sur des produits médiocres (key mission 360 ?) ou de niche (D5, D810, D500), donc que des trucs qui se vendent en « petit » volume et ne permette pas de développer une grosse base d’utilisateurs et clients (qui peuvent ensuite acheter des accessoires, des objectifs, etc…).

    Et pourtant je suis nikoniste, j’aime leurs produits, mais il faut qu’ils arrivent à nous faire rêver un peu plus et nous donner envie d’acheter plusieurs produits chez eux, et pas juste un reflex amateur/pro et des optiques inaccessibles.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.