web analytics

Un problème avec les fichiers JPEG et RAW de Fuji ?

14
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Voici un article (X-Trans: The Promise and the Problem) qui risque de jeter « comme un froid » auprès de ceux qui ont cru longtemps, que les Fuji produisaient de meilleurs images que les autres appareils, grâce à leur fameux capteur X-Trans…

Ce que je n’ai jamais constaté personnellement (sois dit en passant). Ce que j’ai pu constater par contre (et vous aussi peut-être), c’est que la réduction du bruit chromatique sur les JPEG produits par l’appareil est plus forte chez Fuji que chez les autres constructeurs, ce que l’on ne peut malheureusement désactiver… Le résultat du coup, ce sont des vissages parfois un peu « cireux » car « déssaturés » dans des zones pourtant vitales : comme les joues… Les exemple donnés sont parlants : ce que l’auteur appèle un effet « cireux », trop lisse pour être réaliste disons… 

Photo by : Jonathan Moore Liles (screen copy from X-Trans: The Promise and the Problem).

Position BEFORE (curseur poussé à gauche) : le JPEG issu directement de l’appareil… Dans son article (X-Trans: The Promise and the Problem), l’auteur souligne un aspect assez mat ou « cireux », comme « en bois »… D’ou les couleurs ont étés déssaturées (le rose des joues). On constate aussi que les hautes lumières qui donnent le relief sont « éteintes ». Vous pouvez aussi dire « préservées »… Et même préférer cet aspect là (personnellement, ce n’est pas mon cas)..

Position AFTER (curseur poussé à droite), l’image RAW développée dans Darktable : la différence est subtile et n’apparaitra pas immédiatement à tout le monde… On retrouve le « rose » des joues et des pommettes lumineuses, un aspect un peu plus « translucide » de la peau, ce qui manque au JPEG. Vous pourrez regretter éventuellement les hautes lumières plus « crues », mais c’est probablement plus proche de la réalité. Ainsi qu’un certain « moutonnement » (façon bouillie de pixels), caractéristique des RAW Fuji dématricés par autre chose que l’appareil Fuji. Et que je n’ai jamais beaucoup aimé (quoique on ne le remarque plus si l’on observe l’image à une distance « normale », ou un zoom de 50%)…

Si l’on préfère la seconde image : la solution est de shooter en RAW me répondrez-vous… Oui mais là, un autre problème persiste… Et il vient du fait que Fuji ne communique toujours pas l’intégralité des caractéristiques de ses RAW aux développeurs « tiers », notamment leurs profiles colorimétriques… J’ai d’ailleurs eu bien du mal à en créer d’efficaces en utilisant la charte Color Passport dans le cas des X-T2 et X-T1 (ce qui marche très bien avec les NEF, ne marche pas très bien avec les RAW Fuji).

En shootant en RAW, on perd aussi tout l’avantage théorique que donnerait le fameux capteur « X-Trans » (dont l’originalité est de ne pas utiliser la classique « mosaïque de Bayer »). Avantage qui se résumerait selon Fuji à l’absence de risque de moiré. Ce dont l’auteur doute au passage…

MAJ : On me glisse en commentaires (merci), qu’il est possible de convertir les fichier RAF en .dng grâce à Irrident Transformer (en bêta) et que le résultat serait un peu mieux du côté du « moutonnement »… Merci, mais je ne suis vraiment pas motivé pour perdre encore un peu plus de temps en manipulations, avant de trier mes photos. Les télécharger, les organiser, les taguer tout ça est déjà assez long comme ça… Plutôt que de me prendre la tête, je préfère un bon appareil photo, à capteur à matrice de Bayer !

Bref, je ne vais pas traduire l’intégralité de ce long article très technique, que je vous engage à lire très lentement : X-Trans: The Promise and the Problem.

« The X-Trans sensors and the X series of cameras have been plagued by image quality problems from their inception and it’s clear from these examples that the problem persists in the current generation (X-Trans III), whose members include the X-Pro2, X-T2, X-T20 and X100F. With every new camera generation, people claim that the problem is solved once and for all, but the reality is that it has never been solved, just tweaked here and there. The underlying problem remains.

(…)

So, why, you ask, does FujiFilm use such strong chroma NR if it causes this ugly rendering? If you’ve been paying attention you might have already guessed. The answer is simple: To suppress moiré! Ah ha, you say, but, according to FujiFilm’s marketing department (there’s that smell again), X-Trans is immune to moiré! Well, I’m here to tell you that it’s no more immune to moiré than Bayer and in fact probably a little less. »

Mais personnellement il vient confirmer ce que j’ai toujours pensé : beaucoup de photographes (spécialement des Nikonnistes) ont étés d’abord séduits par les JPEG de Fuji, car ils venaient de reflex Nikon dont les profiles colorimétriques ont toujours été totalement fantaisistes en JPEG (relire mon propre article La colorimétrie défaillante de vos… Nikon). Et accessoirement aussi car leurs reflex Nikon étaient assez lourds (génération pré 750D)…

Ensuite, il sont découvert qu’ils pouvaient grimper assez facilement dans les ISO et que le résultat restaient « lisses » : ce qui les a séduit… Mais ils ont oublié au passage de comparer la saturation des visages et n’ont pas repéré que ce lissage se faisait au prix d’une dénaturation excessive, dont les conséquences n’étaient pas très souvent génantes : mais qu’elles pouvaient l’être parfois…

Enfin, il y a une autre catégorie d’utilisateurs séduits par les JPEG Fuji : ceux qui n’ont jamais pu se mettre au traitement des fichiers RAW ni au « catalogage » et au traitement « par lots » (plus ou moins nécessaire, dès que la qualité d’image en RAW dépasse la centaine par jour)… Et je vous assure que le nombre de photographes de plus de 55 / 60 ans qui sont dans ce cas : est absolument phénoménale : c’est un âge ou l’on retrouve le temps et l’envie de se mettre à ses ses « passions de jeunesse » (et l’on a enfin de l’argent pour ça)… Ce qu’à très bien compris Fuji !

Fuji a en partie rencontré le succès auprès de « ce public sénior » : car il leur a promis un flux de travail 100% en JPEG… L’argument marketing fonctionne. Et il est vrai, que pour la plupart des gens ; les JPEG Fuji sont bien assez bons… D’autant que leurs couleurs « douces » et les hautes lumières bien préservées, rappellent « l’argentique » et sont aux antipodes des bleus « Nikon » trop peu réalistes dont on se lasse après quelques années (La colorimétrie défaillante de vos… Nikon)… Sans parler du design « rétro » des boîtiers Fuji X : ce qui forme un « tout » assez cohérent… Tant mieux pour Fuji !

Par contre les utilisateurs experts, ceux maitrisant bien la question de l’accentuation « fine » des détails dans Lightroom (en jouant sur les 4 curseurs à notre disposition, sans oublier 6 pour le contrôle délicat du bruit) et ceux connaissant bien la subtilité colorimétrique qu’il est possible d’obtenir en RAW et qui accordent toute son importance à la justesse des couleurs et aux profils d’étalonnage en RAW : se permettent de « douter » du marketing de Fuji autour des capteurs X-Trans… Et ils appréciraient un peu plus « transparence » de la part de Fuji : ils ne se laisseront séduire par les fichiers RAF de Fuji, que lorsque Fuji permettra à Adobe de développer enfin correctement ces fameux fichiers, dans Lightroom.

Si vous lisez bien attentivement cet article jusqu’au bout, vous comprendrez que son auteur pense carrément que le capteur X-Trans est un « cul de sac » technologique… D’ailleurs le nouveau moyen format Fuji GFX-50s n’est pas équipé d’un capteur X-Trans. Sans doute une bonne nouvelle, qui lui ouvrira les portes de Lightroom (et des autres développeurs tiers).

« In the future, I sincerely hope that FujiFilm stops producing sensors with the X-Trans CFA. I am convinced that the X-Trans CFA causes more problems (many) than it solves (none) and FujiFilm could have well known this from computer simulations before ever manifesting it physically. If the GFX 50s is any indication, then the next generation of X-series cameras may indeed utilize a Bayer CFA.

In the meantime, a firmware update to give users the option to customize the chroma NR/moiré removal strength ramp ourselves in camera (like some other manufacturers like do with their High ISO NR customization) could alleviate the problem for users who consider the lifelike rendition of human faces more important than complete freedom from moiré. I challenge FujiFilm to offer a solution. Any solution. Because until they do so, the JPEG images from your new FujiFilm camera are going to be compromised in color resolution. For this reason I would strongly recommend recording RAW files in addition to JPEG if you care about this sort of thing. »

Tout à fait nouveau ce genre de discours… n’est-ce pas ? Cela change de l’habituel « refrain » sur la sois-disant qualité légendaire des JPEG Fuji, que certain répètent sans l’avoir véritablement vérifié (par exemple sur des portraits).

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

14 commentaires

    • Pas intéressé ! Car flux de travail préhistorique : incompatible avec une production rapide (comme je peux le faire avec Lightroom)…

      Convertir les RAW en DNG ? Une étape de trop, dans un « flux » que je cherche à simplifier au maximum… afin de me concentrer sur la sélection des meilleures images.

      Du coup, comme je préfère ne pas me passer de Lightroom (et ça risque de rester comme ça pour quelques années, car je ne vois pas venir de concurrent crédible) : la solution sera de me passer de Fuji ;-)

      • fuji au départ je trouvais ça sympa les couleurs, les imitations de films, mais a la longue ça devenait lassant, fluo, en portrait c’est poupée de cire ,quand ont a l’habitude des couleurs canon c’est très difficile de s’en accommoder… pour le carnaval,  la fête de l’école les couchers de soleil ça passe bien…

  1. Ces capteurs fuji sont effectivement pas pour tout le monde…

    J’ai utilisé un x-pro1 pendant 2 ans, exclusivemet en raw, et j’ai toujours trouvé le fichier de base trop plat. Certains aiment, moi je trouve que c’est trop de boulot pour en sortir un fichier de dynamique standard (comme on sort d’un Canon ou Nikon dans LR, avec aujourd’hui très peu de bricolage)

    • Oui, c’est en effet cet effet « plat » qui m’ennuie un peu sur les fichiers Fuji…

      De plus : au moment de choisir un Etalonnage dans Lightroom, on est bien embêté…

      Finalement (en dehors du profile que j’ai crée avec la Color Checker qui ne convient pas à tout), seul le style Astia est vraiment polyvalent… Car si l’on passe en Provia Standard, c’est trop claquant… Et les rouges ne me plaisent pas trop.

      Décidément dans Lightroom, pas grand chose ne rivalise avec le Camera Standard Canon !

  2. Ouf enfin !! Les jpeg Fuji sont les meilleurs du monde ! Ouais, sauf que ça ressemble de plus en plus à une légende urbaine qui comme de bien entendu est colportée par les ’embassadeurs’ Fuji, à longueur d’Internet. Ils sont très bon c’est entendu, mais vu le prix du matos c’est la moindre des choses. Je maintient que si vous savez régler et utiliser votre reflex ‘de base’ vous aurez des jpeg aussi bon, et surtout des Raw exploitables. Enfin ce que j’en dit …

    • J’en dit que je suis parfaitement d’accord avec toi…

      Il est vrai que les JPEG Fuji ont eu une qualité avant les autres : le rayon de l’accentuation était réglé assez fin… et avec 16 Mix seulement il fallait mieux !

      Mais maintenant que chez Canon il y a la possibilité de le régler sois-même dans le style d’image : je crois que les jPEG Canon sont encore bien meilleurs à ce niveau là (si l’on choisi le rayon le plus fin et une accentuation plus forte). Surtout avec 24 Mix…

      Et tu m’accordera que je combat cette légende urbaine depuis des années !

      Notamment à coup de captures d’écran ! Comme celle qui comparait le X-T1 au Canon EOS 100D… Pas tres flatteuse pour le Fuji. Heureusement avec le X-T2 et ses 24 Mix, ça va mieux…

      https://goo.gl/Zy6usR

  3. Je n’ai pas le temps de développer ce soir, mais j’y vais quand même de mon petit commentaire :

    Je possède un X-T1 depuis 2 ans, et je confirme que le problème du rendu des visages (texture et rendu des nuances de couleurs de la peau) est bien réel.

    Teints « cireux » et trop uniformes. Je l’ai constaté dès le début.

    Mais bon, ne faisant que très peu de portrait, ce n’est pas bien grave pour moi.

    Bien sur, on s’en sort mieux en RAW (RAF) qu’en JPG, mais ce n’est pas exceptionnel quand même. Et puis, les RAW Fuji posent aussi d’autres soucis avec certains dématriceurs, tel que Lightroom que j’utilise.

    D’ailleurs, je fait un petit hors sujet : pour ceux qui utilisent LR avec leurs fichiers RAF, essayez Iridient X-Transformer (sous Windows). Cela permet d’utiliser le moteur d’Iridient pour le dématriçage (réputé être le meilleur avec les RAF Fuji), puis de procéder à votre traitement habituel sous LR.

    La seule différence est que l’on ne travaille plus directement avec le RAF sous LR, mais avec le DNG créé par Iridient X-Transformer.

    Et franchement, c’est plutôt pas mal :-)

    • Oui, mais si on procède sur toutes les images, ça double presque l’encombrement de votre photothèque… (les dng sont un poil moins lourd) !

      A moins de se débarrasser des RAW originaux, ce qui n’est pas une petite décision !

      Ou alors se contenter de traiter certaines images qui valent le coup dans ce logiciel… Trop compliqué ! Je préfère ne pas utiliser de RAF dans ce cas ;-)

      • C’est vrai que ça double les fichiers. Et supprimer les RAF pour alléger les sauvegardes est, à mon sens, une très mauvaise idée, pour plusieurs raisons.

        D’autant plus qu’Iridient X-Transformer propose un certain nombre d’options pour le dématriçage et que, on peut très bien vouloir, un jour, redématricer des images avec d’autres paramètres que ceux utilisés initialement. Et pour ça, ben il faut avoir les RAF…

        Mais Iridient X-Transformer est tout jeune, on peut peut-être espérer le voir devenir un plugin intégrable directement à LR, ce qui le rendrait plus « User Friendly » pour la fluidité du Workflow.

        Mais, pour ce qui est de la qualité du dématriçage, c’est clair qu’il s’en sort mieux que LR (qui n’est pas catastrophique non plus, comprenons- nous bien) avec les RAF.

        J’ai aussi essayé C1P qui s’en sort également mieux que LR avec les RAF mais, pour diverses raisons, je préfère rester avec LR.

        Et cette solution me permet de continuer à utiliser LR, tout en profitant d’un meilleur dématriçage.

         

  4. J’aime bien les JPEG Fuji..mais je reconnais aussi que la réduction de bruit est bien trop poussée sur les visages dès que l’on grimpe trop dans les ISO. Je trouve pour ma part le reste plutôt bon.

    Mon « astuce » est de diminuer la réduction de bruit de -1 . Un peu de grains me pose nettement moins de soucis que cet effet WAX pas réaliste du tout.

    Côté « dérawtisation » les logiciels autres que Lightroom donnent de meilleurs résultats mais ils sont plus pauvres en fonction avancées. Au final, avec un peu de maitrise des 4 curseurs de netteté de Lightroom on arrive à des résultats très sympa mais un tout petit peu moins fouillé dans les très fins détails.

     

     

  5. Bonjour

    Fuji x100s et Xt-1 pendant 2 ans. Sur mon mac  j’ai tout essayé..mais alors tout!

    LR, Dark, Irridient, photoninja, C1, Camera raw, Rawtherape, etc…

    Le seul qui me sortait des trucs pas mal c’était Photoninja (outils « Détails ») puis j’ai essayé la méthode de Pete Bridgwood ici…http://petebridgwood.com/wp/2014/10/x-trans-sharpening/ sur LightRoom et franchement que ce soit pour les paysages ou portraits les résultats étaient assez satisfaisants…mais toujours cette bouillie de pixel et des images pas très naturelles

    Mais bon bref… FujiX sur le Bon Coin et retour au FF avec le nikon d750 après 6 ans de FF canon…et absolument aucun regret !!…mais alors aucun

     

     

  6. Pingback: "Nikon Extraordinary Loss" et annulation des Nikon DL - photoetmac.com

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.