web analytics

J’ai… enfin touché : le Canon EOS M5 !

16
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Le Canon EOS M5 est disponible à Hong Kong depuis quelques semaines déjà… Je n’avais pas eu le temps de l’essayer en France, mais ici j’ai pu enfin le toucher et l’essayer rapidement. Voici mes toutes premières impression.

Connaissant bien l’ergonomie Canon, ainsi que les défauts et qualités des hybrides concurrents, j’ai pu m’en faire une assez bonne idée. Mais attention, cela ne signifie pas que j’ai fais le tour du Canon EOS M5 : très loin de là… Il me faudrait au minimum une bonne semaine de pratique en voyage pour le juger équitablement, face à d’autres boîtiers que j’ai pu essayer tranquillement sur la longueur.

 


Prise en main : le premier contact est pas mal. Franchement pas mal… Contrairement à l’impression que m’avait laissé l’EOS M3 : on tient parfaitement en main cet EOS M5… Bien que ce boîtier soit vraiment petit et léger, on le tient presque comme un EOS 100D.

La forme de reflex « fait l’affaire ». Et confirme mon impression que vraiment Sony s’était trompé avec les formes allongées des Sony A6000, A6300, etc… Non, je crois que tout utilisateur de reflex préférera revenir à un viseur central, ce qu’a bien compris Fuji en proposant les X-T1, X-T10, X-T2… Je suis prêt à parier que Sony finira par imiter Canon et Fuji en revenant à une « forme de reflex » pour ses hybrides APS-C, comme il a d’ailleurs choisi cette « formule gagnante » pour les A7.

L’avantage du Canon EOS M5 par rapport aux autres hybrides de prix équivalent : ses boutons et molettes plus grosses et plus agréables à manipuler… L’ergonomie, c’est vraiment la première « force » de Canon ! Comme sur tous les Canon (notamment depuis 5 ou 6 ans) : on est dans le net et précis, dans l’efficacité et dans le compréhensible.

Même le petit bouton servant à verrouiller molette des modes est bien là. La molette de correction manuelle d’exposition est juste assez ferme pour ne pas se dérégler toute seule, tout en restant facilement manipulable du pouce. Un petit bouton éjecte un minuscule flash pop-up que l’on replie manuellement.

 


Finition et fabrication : il est très réussi je trouve… L’ensemble ne « fait pas plastoc », comme certains le racontent sur Internet, dans une campagne « d’EOS M5 bashing » assez étonnante par sa virulence… Et relativement injustifiée.

La couleur est jolie, tout est bien dessiné et équilibré : vraiment c’est un bel objet que l’on désire dès qu’on le touche. Les matériaux sont satisfaisants, notamment le grip caoutchouté. On aurait jamais rêvé de ça en 2005 : rappelez-vous de la finition « glissante » de la poignée des reflex EOS de cette époque. Canon a fait d’énormes progrès de ce côté là en dix ans, dépassant Nikon qui était meilleur sur les finitions à l’époque.

 


L’Auto Focus Dual Pixel : je ne vais pas rentrer trop dans les détails, mais il m’a semblé assez rapide… Disons suffisamment rapide pour ce qu’un utilisateur d’hybride veut faire de son AF (souvenirs, voyage, portraits).

Si vous désirez plus rapide c’est qu’en fait : vous désirez peut-être un reflex ? Car oui : l’EOS M5 ne m’a pas donné tout de même pas la même sensation d’instantanéité qu’un reflex de dernière génération.

Mais il me faudrait un essai longue durée pour vous donner mon sentiment sur la réelle efficacité de son AF. Je dirais qu’il a l’air relativement satisfaisant, au moins autant que celui du minuscule Panasonic GM1, qui fait à peu près l’affaire.

 


Oui, mais il fait « un peu » de bruit : le déclenchement n’est pas 100% silencieux, dommage ! Il ne fait pas beaucoup de bruit, mais tout de même c’est dommage pour un hybride : un défaut que beaucoup de testeurs n’ont pas assez souligné. J’ai même l’impression que mon EOS 100D en mode silencieux, est presque plus silencieux. Enfin, il fait toujours moins de bruit qu’un reflex d’entrée de gamme Nikon dont le Mode silencieux est remarquablement peu efficace. Et toc…

 


L’écran orientable : il est très lisible et agréable. La position basculante vers le haut apporte et vrai « plus » par rapport à un Canon EOS 100D (écran fixe) en street photo par exemple. C’est bien plus agréable et discret qu’un écran latéral comme celui de l’EOS 760D (plus adapté à la vidéo sans doute).

On peut considérer que l’EOS M5 apporte un véritable progrès utile par rapport aux reflex Canon EOS classiques (dont aucun ne propose un écran pivotant de cette façon).

La position Selfie (écran sous l’appareil) est agréable à utiliser : on sera peut-être tenté d’en abuser vu que la prise en main et le déclenchement sont faciles… Certes, si vous montez l’appareil sur pied alors l’écran sera « un peu caché » derrière la rotule, mais tout de même visible. Si vous êtes un vidéo blogueur : il suffira alors d’utiliser une platine pour décentrer légèrement l’appareil… Pas trop un souci.

Je n’ai pas trop testé l’aspect tactile… Mais l’implémentation Canon est parait-il très réussie. Y compris lors de l’utilisation des menus.

 


Les menus : je n’ai pas grand chose à leur reprocher. J’y retrouve l’ergonomie parfaite à laquelle je suis habitué, sur tous mes reflex Canon EOS, depuis… plus de 15 ans ! Un point positif non négligeable, en faveur de cet EOS M5 par rapport à d’autres hybrides.

Au moins dans chaque onglet, toutes les entrées sont bien visibles ! Merci Canon… Avec des codes couleurs immuables de génération en génération de reflex EOS. Par exemple : rouge pour les réglages de prise de vue. Bleu pour les réglages d’affichage. Orange pour les fonctions avancées et depuis quelques années. Vert pour les menus personnalisable… Un bonheur pour nos cerveaux fatigués : lorsque l’on faut de image, on a pas le temps de réfléchir aux menus, tout doit être instinctif.

Il n’existe pas d’entrée cachées, je pense à ces interminables menus déroulants (Nikon, Fuji, Panasonic), dont on ne peut jamais dire si l’on en a fait le tour. Ou si il en reste encore en dessous que l’on aurait pas vu.

 


Le viseur électronique : c’est un peu lui que j’attendais au tournant. Il n’est pas trop mal, disons… Du moins, pour un viseur électronique ! La couleur est agréable mais légèrement trop saturée (ça doit être fait exprès pour le rendre plus lisible lors des prises de vue en plein soleil). Il est à peu près réactif, ça ira à peu près…

Mais bon : il reste loin de rivaliser avec le pire des viseurs optiques ! En plein soleil avec une belle lumière (c’est à dire lorsqu’il est temps de faire des photos) : je préfèrerais toujours utiliser le viseur optique de mon Canon EOS 100D, même si le grossissement de celui-ci est bien plus faible (ce qui n’est pas bien grave).

Au moins dans un viseur optique : on voit la véritable luminosité et les véritables contrastes de la scène. Et c’est ce qui compte et qui donne envie de déclencher… La qualité de la visée, reste selon moi un « préalable nécessaire » à la prise de décision photographique. Enfin, on en a déjà parlé..

On ne va donc pas « refaire le match » tout de suite : beaucoup de photographes peu expérimentés (et des testeurs qui ne sont que des informaticiens », préféreront sans doute un viseur électronique ! Je sais… A l’image de « gastronomes en culottes courtes » qui préféreront toujours un « Kiri » à un véritable fromage ! C’est une question d’éducation du palais et d’éducation de l’oeil… Ceux qui n’on a jamais travaillé au reflex Full Frame, ne peuvent pas comprendre (et ne comprendront probalmenet jamais). Passons !

Alors, oui je sais qu’à long terme : le viseur électronique sera gagnant : car il est la condition « nécessaire » à une réduction du volume des appareils photo. Et comme les gens deviennent de plus en plus « fainéants » et de moins en moins sportifs : ils transporteront de moins en moins de choses sur leur dos… Un jour il ne sera même plus nécessaire de marcher pour aller faire des photos, vous verrez que l’on ira en fauteuil électrique !

Mais en 2016 : il est encore temps de détester les viseurs électroniques : qui ne sont encore que de médiocres télévisions, sur lesquelles on accepterait même pas de regarder une série policière… (Lien : votre viseur électronique est-il dépassé ?)

Rappelez-vous : lorsque le CD a tué le vinyle, ça n’a pas été un progrès pour l’écoute musicale, du moins pendant la première décennie ! Avec les viseurs électronique, il faut s’attendre à un minimum de 10 ou 15 ans de médiocrité ! Heureusement, rien ne vous oblige à vous précipiter, vous devez juste savoir ce que vous désirez acheter :

1 – Vous souhaitez un appareil vraiment petit et vraiment léger ? Dans ce cas, il faudra accepter la « médiocrité » d’un viseur électronique (celui de l’EOS M5 est dans moyenne actuelle, disons)…

2 – Vous préférez un viseur lumineux et réaliste ? Dans ce cas il faudra accepter un peu plus de poids et de volume pour conserver un viseur optique. Et tant qu’à faire : ajoutez-y un capteur Full Frame, histoire d’y voir vraiment plus clair.

Passons sur la question du viseur : selon moi un hybride reste un appareil de week end, ou d’appoint… En complément d’un vrai reflex à viseur optique. Si j’accepte d’utiliser un viseur électronique, c’est dans ces conditions : un pis-aller…

 


Qualité d’image : je n’ai pas pu suffisamment l’essayer ni comparer… Mais ce n’est pas très grave : car je sais qu’elle me convient parfaitement. J’ai téléchargé de nombreux fichiers RAW disponibles sur Internet.

Le capteur de 24 Mpix est pour moi nécessaire à la finesse de détails, que je souhaite par mes images… Et je considère que tous les APN hybrides de 16 Mix, sont « dépassés » désormais.

Par ailleurs, je préfère de très loin : la colorimétrie Canon, de préférence à celle de toutes les autres marques (Sony, Panasonic, Olympus et Fuji compris). D’autant que le développement des RAW Fuji par Lightroom n’est pas aussi parfait que le dévelopement des RAW Canon.

Et la colorimétrie : cela compte beaucoup plus pour moi, que n’importe quel autre paramètre (montée en ISO ou contrôle du bruit). La qualité d’image du Canon EOS M5 est donc selon moi un de ses principaux atouts : une bonne raison d’upgrades depuis un petit reflex de 18 ou 16 Mix.

 


L’objectif en kit EF-M 15-45 mm : il est vraiment compact et c’est ce que l’on espérait de ce premier hybride Canon… D’autant qu’il commence à l’équivalent de 24 mm en position grand angle ! C’est indispensable… Pas seulement pour vos Selfies.

Cet EF-M 15-45 mm est un peu l’équivalent du 12-32 mm (micro 4/3) Panasonic… Mais en version APS-C, donc un peu plus gros bien entendu que le minuscule Panasonic. Ce 15-45 mm est toutefois beaucoup plus compact qu’un classique 18-55 mm (reflex APS-C) qui semble du coup très démodé.

Un petit loquet très discret permet de le déverrouiller avant de le déployer, ce qui est nécessaire pour déclencher (même en position déployée il reste assez court). La course de zoom est très courte, ce qui permet d’être rapide pour passer du grand angle (24 mm) au petit télé (un court 72 mm)…

Les amateurs de belle mécanique trouveront sans doute que le poids est un peu léger et la course du zoom trop « lâche » et « souple »… Trop « plastoc ». Dans ce cas, ils achèteront plutôt une « montre Suisse » taillée dans la masse ! Mais pour faire des photos du 24 au 72 mm, tout en transportant le minimum de poids dans le plus petit sac possible : je considère qu’il n’existe pas beaucoup d’objectif plus adapté.

Il pourrait donc me satisfaire (à confirmer après un essai longue durée)… N’oublions pas la « vocation » d’un compact à viseur électronique : est d’être le plus compact et le plus léger possible.

Je suppose que la (longue ?) mise au point de cette petit merveille, pourrait expliquer à elle seule, le temps étonnamment long qu’aura pris Canon avant de proposer cet EOS M5. Un tout petit zoom qui n’a rien d’impressionnant extérieurement, mais la mise au point d’une formule aussi compacte en format APS-C pour un prix aussi serré… cela n’a pas du être si facile et rapide que ça ! Sinon, toutes les marques y seraient déjà parvenues. Non ?

Qu’en est-il des performances optiques ? Faute d’un véritable essai, je ne peux vous répondre. Mais cet objectif est à prendre ou à laisser : car si l’on achète un EOS M5 c’est pour son extrême compacité. Et non pour s’encombrer d’un objectif plus gros (que Canon serait en train de préparer d’après les rumeurs).

 


La bague adaptatrice Canon pour objectifs EF-S et EF : je n’ai pas pu l’essayer… Mais soyons clair : la possibilité d’utiliser l’EOS M5 avec tous les objectifs EF-S et EF existants (surtout ceux que je possède), change totalement la donne.

Cette bague Canon avantage sérieusement l’EOS M5 par rapport aux concurrents des autres marques (qui ne sont pas si nombreux nous l’avons dit). Notamment pour ceux qui comme moi, considèrent qu’un hybride reste un boîtier d’appoint. En complément d’un vrai reflex.

Pour un Canoniste possédant déjà quelques objectifs EF ou EF-S (vous êtes nombreux dans ce cas) : je ne vois donc pas vraiment de raison valable de préférer avec un hybride Fuji ou Sony. Puisque ici, c’est Canon (directement) qui vous garanti la compatibilité parfaite de vos objectifs anciens avec votre EOS M5. Ce qui n’est pas le cas lorsque vous utilisez une bague adaptatrice d’un fabricant Chinois…

Cela ne veut pas dire évidement que le but sera d’utiliser cet EOS M5 avec une bague et des objectifs non « conçus » pour lui. Vraiment je déteste l’idée de devoir utiliser une bague (surtout lorsque la bague et les objectifs ne sont pas de même marque)… Mais un tel « montage » sera toujours possible « pour dépanner » et ça : ça me plait ! Spécialement avec les longues focales, cet EOS M5 fera probablement une bonne équipe avec mon EF 70-200 mm f/4.

Jusqu’au 31 décembre Canon offrait cette bague XXXXX aux premiers acheteurs d’EOS M5. Ce n’est plus le cas malheureusement. Il faudra donc débourser XX € pour acquérir la bague XXXX. Mais ici à Hong Kong, elle peut être offerte si vous achetez l’EOS M5 en même temps qu’un objectif EF ou EF-M. C’est toujours ça de pris…

 


La vidéo : je ne l’ai pas testé ! Mais je m’en fout totalement de la vidéo… Si j’avais été intéressé par la vidéo j’en aurais fait mon métier. Vous aussi non ? Et la vidéo 4K : je m’en fout encore un plus…

 


Vais-je l’acheter ? Et bien non, pas tout de suite… Je ne craquerais pas à ce prix : ici le kit EOS M5 coute environ 1050 € accompagné du zoom 15-45 mm (au lieu de 1250 € en France). Il me fait envie… Mais je ne craquerais pas maintenant : pas avec un Euro que l’on change pour seulement 7,5 HKD. Alors qu’il y a quelques années nous étions à 1€ pour 10 HKD : il était beaucoup plus tentant de « craquer ».

Il faut dire aussi : que je n’en ai pas vraiment besoin… Vu que je préfère tout de même travailler au Full Frame et avec un viseur optique à chaque fois que c’est possible (et mon EOS 5Ds R m’a tout de même couté assez cher, il faut que je l’amortisse).

En mini reflex : mon EOS 100D fait toujours « assez bien » l’affaire depuis trois ans… Et lorsque je veux sortir avec un ultra compact (rarement finalement) : alors c’est toujours l’increvable Panasonic GM1 qui reste de mise. Car il est vraiment très compacte pour le coup.

 


Conclusion, si vous deviez acheter un hybride : et bien ce serait certainement lui que je vous recommanderais tout de même (je sais : les conseilleurs ne sont pas les payeurs)… Du moins si vous considérez (comme moi) qu’une résolution de 24 Mix et un viseur sont absolument nécessaires : alors il ne reste que trois choix entre lesquels hésiter…

D’abord les Sony A6300 et A6500 : ils ne me conviennent guère… A cause de leur ergonomie « à la Sony » et à cause de leur gamme optique peu excitante (lorsque j’écris cela, je prend en compte le faite de pouvoir monter les EF et EF-S sur l’EOS M5 via la bague d’adaptation).

Ensuite, le Fuji X-T2, qui a ses partisans (nombreux sur ce blog)… Mais il est encore plus cher (vraiment trop cher selon moi). Et accompagné d’une offre d’objectifs complémentaires eux aussi vraiment trop onéreux… Il est par ailleurs plus encombrant que l’EOS M5 et les objectifs Fuji sont souvent très lourds. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt d’acheter un hybride, si c’est pour se retrouver avec un sac « presque aussi lourd » que si l’on avait un vrai reflex.

Enfin, ce Canon EOS M5 qui est un peu trop cher, c’est vrai… (surtout depuis l’expiration de l’offre Canon d’ajout de la bague de conversion en cadeau dans le kit EOS M5 + 15-45 mm)… Mais au moins il est très léger et très compact : et c’est vraiment la raison pour laquelle on achète un hybride. Comme il propose un « package » unique sur le marché pour ce prix : alors on pourrait presque dire (à la limite), que son prix est justifié.

Donc, si je devais vous conseiller un APN hybride : ce serait tout de même ce Canon EOS M5… Mais en précisant que le Panasonic GX80 serait le « choix de la raison » vu son prix beaucoup plus raisonnable (en admettant alors, qu’un capteur Micro 4/3 de seulement 16 Mix vous suffise (il suffira à la plupart des gens). Mais si la photo était une affaire de raison : ça se saurait !

En attendant un essai grandeur nature : alors bien entendu : il ne s’agit que de mes premières impressions, je ne l’ai pas vraiment testé ce Canon EOS M5. Il faudrait pour pour confirmer mon avis et vous livrer mes conclusions définitives, que je l’essaye en vrai, au cours d’une semaine entière de voyage… Notamment pour estimer son autonomie (ne pas oublier dans le prix, l’achat d’une seconde batterie qui est absolument indispensable comme avec tous les hybrides).

Je l’ai juste essayé assez tranquillement, en y passant à plusieurs reprises 15 ou 20 minutes, successivement dans plusieurs boutiques de Hong Kong. Ici à Hong Kong, il suffit de marcher 20 ou 100 mètre, pour passer d’une boutique Fortress, à une boutique Broadway (qui sont un peu l’équivalent des FNAC et Darty locaux). On peut dire que le Canon EOS M5 est visible partout…

Et les vendeurs me disent qu’il « part » très bien… Cela ne m’étonne pas trop, car les Hong Kongais ne sont pas à 300 ou 400 € près. Face à un modèle de 16 Mix, ici on est prêt à payer la différence sans trop d’hésitations… En tous cas les vendeurs sont assez patients et nombreux, pour vous faire essayer les appareils assez tranquillement. Ils savent que si vous ne achetez pas chez eux, vous achèterez lors d’une prochaine visite, chez le voisin ! Et vice versa…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

16 commentaires

  1. Julius Polopino on

    Merci pour ce long article. « Un jour il ne sera même plus nécessaire de marcher pour aller faire des photos, vous verrez que l’on ira en fauteuil électrique ! » C’est déjà fait voir Benidorm en hiver !

     

  2. Ce qui est étonnant c’est que le positionnement des molettes et présence de boutons se rapprochent plus de celui de Olympus que du positionnement et boutons des Réflex. J’aurai bien aimé des boutons spécifiques ISO, AF, Drive pour l’ergonomie typée Canon.

    • Je pense que ça peut se configurer facilement…

      On a trois molettes (avant, dessus et arrière) plus la molette de correction d’exposition : j’ai remarqué que la molette supérieure est par défaut attribuée aux ISO (en mode P)…

      Pas trop un souci je pense…

  3. Pas de « d’EOS M5 bashing » pour ma part, j »ai eu du Canon (EOS 550D) et j’ y reviendrai peut-être un jour, mais  j’ai vu et touché ce  M5 , et il m’a semblé loin  en finition et  qualité des matériaux  d’un  OMD  E-M10 Mark II (par exemple) .  J’ attends maintenant  comme  toi un peu plus de Pixels.Les  20 mpx , l’ AF  ,  La stab encore  (un poil) meilleure, le processeur  du  M1 Mark II  dans  un  OMD E-M5 Mark III  pour un tarif un peu plus contenu que celui du nouveau venu chez  Olympus  fera mon bonheur pour un petit moment.

    • Oui, mais ce qui compte tout de même un peu :

      – La résolution de 20 Mix, c’est moins bien…

      – La taille du capteur reste Micro 4/3 chez Olympus (moins de bokeh)

      – Le ratio de image 4/3, c’est bof, bof (à part en cadrage vertical ou c’est bien)…

      – On a l’impression que l’on paye un peu pour des tas de choses « inutiles », chez Olympus (ses performances sont impressionnantes, mais ne servent pas à grand chose en vrai).

      • – La résolution de 20 Mix, c’est moins bien…
        –> Pour une même techno de capteur oui mais la pour les quelques % de différences il y a bien d’autres paramètres qui rentrent en compte. la taille des photosites, la techno du capteur, la génération du capteur… juste sur une fiche technique il est impossible d’affirmer que les 24 Mpx du canon sont mieux qu’un 20 mpx de chez olympus.

        – La taille du capteur reste Micro 4/3 chez Olympus (moins de bokeh)
        –> l’avantage du 4/3 c’est les optiques toutes petites et ouvertes. le 45 1.8 le 25 1.4, 75 1.4. tout ça est abordable et avec un rendu au top. canon vend surtout son M5 avec une optique a 70 mm et f6.3… pour la qualité de bokeh on repassera

        – On a l’impression que l’on paye un peu pour des tas de choses « inutiles », chez Olympus (ses performances sont impressionnantes, mais ne servent pas à grand chose en vrai).
        –> c’est la fameuse logique leica que tu aime tant ca…

        Je sais pas du tout lequel des 2 fera les meilleurs images mais dans le genre arguments completement bidons dans le sens qui t’arrange tu en fais une belle la !!!

        • une chose est certaine, c’ est que je prends énormément de plaisir à photographier avec mon petit EM10 Mark II, et clairement les optiques zuiko sont vraiment géniales (avec une offre vraiment large). 12/40, 40/150, et 75 f 1.8, là encore qualité de fabrication géniale , et bokeh plus qu’ acceptable. Mon retour chez Canon n’est pas pour tout de suite…..un jour peut être.

           

           

  4. Charles Merlen on

    Moi qui possède un Canon 100D, et j’en suis content depuis 2014.

    Mais  il me fait envie aussi ce EOS M5, sa « plastique » , son encombrement et ses specs sont intéressante.

    Après avoir lu cet article, je pense qu’il est plus intéressant d’investir dans un objectif (70-200mm) pour le 100D qu’un nouvel appareil.   Dilemme cornélien

  5. En parlant d’Eos 100d, il devrait être remplacé par un nouveau modèle cette année.  Quelqu’un a-t-il des infos à ce sujet ?

  6. La gamme optique du M5 , fait pâle figure à côté de Pana et Olymp…Cela devrait évoluer dans l’avenir, Je ne sais pas ce que donne ce 15-45 mm ? j’aimerai tellement faire un test moi même entre GX80 (16Mpx malheureusement) et le M5…

  7. Ah! parti pris, quand tu nous tiens…

    « La forme de reflex « fait l’affaire ». Et confirme mon impression que vraiment Sony s’était trompé avec les formes allongées des Sony A6000, A6300, etc… »

    Je persiste et signe: depuis que j’utilise le Sony A6000 je me demande si je reviendrai au viseur central! Quant à la forme sans aspérités il n’y a pas mieux pour le loger, même dans un sac on sent la différence dans sa manipulation pour le sortir et le ranger!!!

  8. Pingback: Quel appareil compact cet été ? Le Panasonic GX800 ? - photoetmac.com

  9. Pingback: Prise en main Panasonic GX800 : petit et si pratique - photoetmac.com

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.