web analytics

Il abandone le Micro 4/3 et repasse au Full Frame

41
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Intéressant témoignage ici d’un photographe pro Anglais (ex ambassadeur Olympus), qui fini par abandonner le Micro 4/3, pour « repasser » au Full Frame… Il explique pourquoi.

Le Micro 4/3 est pourtant fantastique en terme de performances / taille / poids… Mais son erreur je crois a été de penser (il y a plusieurs années), que le Micro 4/3 pouvait totalement se « substituer » à un capteur Full Frame (et je me fais la même réflexion concernant le passage à un capteur APS-C)… Ces deux formats, ne devraient être envisagés je crois : que comme « complément » au Full Frame ! Lorsqu’il s’agit de « sortir léger », ou que la motivation n’est plus vraiment là…

Ainsi je ne me passerais pas de mon minuscule Panasonic GM1 (et de ce fantastique 7-14 mm f/4 dont je parle souvent)… Ni de mon étonnant petit EOS 100D. Mais lorsqu’il s’agit de faire « vraiment » des photos (que je suis bien motivé, ou que je suis payé pour ça) : alors là je prends mon Full Frame (un Canon EOS 5DsR…), quelque soit le poids du sac qui après tout n’est que « un peu plus » lourd…

Pour revenir à Nicolas Goodden, laissons-lui encore un ou deux ans de réflexion et peut-être annoncera-t-il, qu’il abandonne le viseur électronique… pour revenir à la visée optique ? Moi je suis prêt à prendre les paris à ce propos !

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

41 commentaires

  1. J’ai eu un EM5 remplacé par un EM1.

    J’ai vraiment aimé certains points sur ces appareils.

    Par exemple, la profondeur de champ, avec les bonnes optiques (les 25, 45, 75) on a des rendus magnifiques, bien supérieurs à ceux qui utilisent des zooms f4 ou des zooms amateurs. c’est pas avec un EOS M5 et ses zooms moisis qu’on risque d’avoir des images aussi belles.

    j’ai aimé la taille du boitier et des optiques. c’est petit, léger, et quelle que soit la configuration c’est toujours bien plus petit qu’un équivalent APSC.

    En plein jour, les images sont vraiment pas mal sur le EM1, les couleurs sont belles et la dynamique est très bonne (bien meilleur que sur un canon 5DIII par exemple).

    j’ai fais pas mal de photos de sport (skate) assez sympa avec ce boitier.

    Au final je l’ai vendu (une bouchée de pain, personne en voulait) l’année dernière…
    dès que la lumière commence à baisser c’est bof bof… oui, ça monte haut en iso, mais le rendu est moche, la dynamique baisse, les couleurs sont bof… (au dessus de 800 iso)

    Je l’ai utilisé une fois en le filant a une amie sur un mariage pluvieux en décembre.

    J’ai été incapable de faire quoi que ce soit avec les raw… un vieux D300 qui avait 8 ans faisait bien mieux sur tous les points.

    Au final, j’ai pas envie d’avoir un appareil de compromis qui coute le prix d’un sytème complet.

    Un 100D ou un fuji X100, un canon 1GX, un ricoh GR, un sony RX 100… ok, ya des compromis, mais c’est « abordable » et minuscule. Pareil pour ton GM1 avec son 7-14 ou même le (s’il sort un jour) nikon DL. mais la a près de 3000 € de matos (EM1 avec des optiques), je pense qu’il y a trop de compromis sur la qualité.

    Tout dépend des images qu’on aime faire… Pour quelqu’un qui utiliser son boitier en amateur et pas trop en faible luminosité, ça reste des super boitiers (chersss !!!!!!) et ultra compacts.

     

     

     

  2.  
    Au début du siècle dernier, certains photographes ont dû se faire la même réflexion face au Leica, ce tout petit machin qui tenait dans une poche, à l’époque des foldings. On ne pouvait pas « travailler » avec de si petites images… un format que l’on nomme aujourd’hui « Full frame » !
     
    Le sens de l’histoire, c’est plutôt ce qui suit…
     
    http://www.fondsphotographiquepoyet.fr/chambre.geante.html
     

  3. Pour moi, ces articles sont à prendre avec des pincettes. Voire à ne pas lire en fait. Un gars qui se dit pro et fait un « coup de gueule » (c’est dans le titre) pour prévenir qu’il re-passe de Olympus à Sony, ça ne fait déjà pas sérieux, quelque soit les marques visées, d’ailleurs. La plupart des bloggers qui postent ce genre d’article se disent pro à peine ils ont vendu trois photos sur le net. Je ne dis pas que c’est son cas, mais méfiance. Pour moi un photographe professionnel sérieux (pas un hobbyiste, comme moi), il a étudié, eu des clients, une entreprise en vrai, pas juste un site web avec quelques clichés. Etre ambassadeur d’une marque n’indique rien de tout ça. Encore, ce serait Canon ou Nikon je veux bien. On sait que leur circuit pros sont sérieux et éprouvés depuis des dizaines d’années. Mais Olympus ou même Sony… Ca n’ôte rien aux qualités des appareils et aux motivations justifiées de ceux qui les apprécient, ce n’est pas ce que je dis, attention. Je note juste que les circuits commerciaux autour de ces marques sont très différents et que, par exemple, pour devenir ambassadeur Canon ou Nikon, ça semble exiger plus et c’est bien plus difficile. Bref, ce genre d’article ne donne aucune indication valable de ce qu’il faut faire ou pas. Je suis certain que pas mal de gens sont très contents de leurs Olympus pour des arguments exactement opposés à ceux qu’il décrit d’ailleurs (on peut le lire dans certains commentaires sur PetaPixel).

    En fait ça donne surtout l’impression d’un gars qui essaie d’être payé (on ne sait trop comment, lui-même le sait-il ?). Les vrais ambassadeurs montrent juste leur travaux, font des reportages de qualité et ça suffit bien à montrer ce qu’on peut faire avec le matos. C’est ça leur boulot, pas celui de basher les autres marques ou de pousser de soit-disant « coup de gueule » sur le net. Et quoiqu’il en soit,  je trouve que pousser un coup de gueule ne peut être justifié  que quand on paye son matériel et qu’on est un juste utilisateur mécontent qui se présente comme tel, pas en se présentant comme un pro dépité par X ou Y !

    Non définitivement, ce n’est pas sérieux.

    • vous pensée sérieusement qu’un capteur 4/3 est du niveau d’un FF ,avez déja zoomer dans les deux si c’était le cas tout le monde le saurait, le 4/5 est née pour de moyen de coût, l’APS aussi ,tout comme le FF n’est pas du niveau du moyen-format, au début ont achète le 4/3  pour le poids, les balades  pour un résultat médiocre pour moi personnellement ils partent tous à la poubelle il me sert de bloc note je n’ai jamais sélectionné une image en 4/3 sauf les photos des enfants en balade

      • Je ne suis pas très sûr que vous vous adressiez à moi, mais je vais quand même répondre, au cas où. Je n’ai pas abordé ce sujet. Je parlais juste du manque de sérieux de l’article pour les raisons que j’ai évoquées et qui ne sont justement pas celles de la qualité des appareils. Pour le reste, je ne peux pas vous dire, je n’ai que du Canon en plein format et du Nikon en APSC chez moi. J’imagine en effet qu’un Olympus pourrait faire un beau presse-papier, mais en même temps, il me semblent un peu léger pour ça :D.

      • Ne pas réussir à faire d’excellentes photos avec du micro 4/3, faut être une buse! (testé les M-1 et 5 Olympus, même en concerts peu éclairés…);

        D’ailleurs mon affirmation peut être reprise avec tout type de matériel, quel que soit le format de capteur… certains font de bien meilleures photos avec du micro 4/3 que d’autres avec du FF!

        Définir son besoin en matériel ne devrait se faire qu’en fonction de la finalité de ses images, en dehors de l’aspect financier bien sûr; moi même, bien qu’amateur n’ayant jamais vendu une image, si mes moyens le permettaient, j’aurais du matériel dans les systèmes 4/3 ET FF!

        • Oui, mais certaines photos sont impossibles à faire avec du Micro 4/3…

          J’en ai vendu une justement aujourd’hui à un client en Allemagne pour un catalogue de voyage…

          Une dans ce style là… avec un arrière plan « typique » du Full Frame : un genre d’image que les gens achètent de préférence aux images « plates » (car tout est net ou presque).

          Il est évident que si j’avais fait la même au Micro 4/3 dans les mêmes circonstances, le résultat eut été différent. Et la vente aurait été-t-elle faite aussi ?

          Je ne sais pas… Mais je ne prendrais pas le risque !

  4. Que c’est lassant de toujours lire : « pour qui veut vraiment faire de la photo… » – comme si la « vraie » photo devait répondre à des critères ultra précis. En soi cette phrase ne veut rien dire

    • Oui, sauf qu’à une époque ou tout se vaudrait, ou tout serait « art », ou tout serait « relatif », ou n’importe quel « tag » est élevé au niveau de « chef d’oeuvre »… et bien désolé : je revendique (pour moi-même) le droit d’avoir une opinion un peu plus arrêtée.

      Oui, on a le droit de penser (et même d’écrire), qu’il y a de la vrai photo… et du bricolage pour s’occuper le dimanche. Et que sans un minimum d’investissement personnel : on en restera fatalement au second stade.

      Et je crois qu’on a le droit de faire la distinction, entre « vraie photo » et « simple prise de vue » (au sens technique)…

      Comme on peut faire la distinction entre « vraie musique » et bruit… entre dessin et « gribouillage »… entre « cuisine » et nourriture !

      Toutefois, je ne me permettrais pas de juger les images des autres. Du moins je garderais mon jugement pour moi (car je ne veux être méchant avec personne). ET la frontière entre les deux est mince et fluctuante.

      Alors à chacun « sa vraie » photo : oui, ça peut être assez personnel… c’est vrai. Mais souffrez que je donne tout de même mon avis ici !

      Et donnez le votre aussi tant que vous voulez : il est bienvenu.

       

      • C’est bien pour cela, que entre Réponses Photo et Chasseurs d’Images, ou l’on ne parle que de technique, de pixels, de formats numériques, j’ai choisi Photo ou Fisheyes, qui ne traitent que des sujets.

  5. C’est interresant mais un peu élitiste tout de même, je comprends cette logique pour un professionnel qui peut s’offrir un boitier à plus ou moins 2000 euros en full et compléter par un petit boîtier mais pour de la photo amateur on en est pas tous là et nombreux sont ceux qui se contenteront d’un aps-c ou d’un hybride sans jamais connaitre le full frame non ?

  6. J’ai un E-M1 depuis 2 ans, qui a suivi un E-M10 utilisé 1 an. Donc hybride et EVF depuis 3 ans.
    Je rejoins pas mal de point du premier commentaire, en extérieur avec les bonnes optiques, j’adore le rendu. J’ai fait des photos pendant un mariage (avec un E-M1 + des optiques fixes), en parallèle d’un ami qui avait un 6D avec des zooms F/4. Franchement ces photos n’avaient rien à envier aux miennes. Surtout celle faite en intérieur, où lui devait monter en ISO quand moi j’ai pu user de la stabilisation 5 axes très performante pour limiter mes ISO.
    Mais au final, je ne suis qu’un amateur éclairé. Je fais surtout des photos pour moi : beaucoup de photos de ma famille et un peu de photo de voyage. Je me balade souvent avec mon appareil, pour prendre une jolie photo si l’occasion se présente. J’imprime mes plus jolies photos en A3 ou rarement en 45x60cm. Oui, parfois les limites du capteur en faible lumière me sautent aux yeux quand je fais du pixel peeping sur mon écran d’ordi. Mais dès que je fais mes tirages, tout ceci disparait totalement.

    Concernant « le vrai photo », j’ai fini par considérer que cela voulait dire « faire des photos que l’on cherche à afficher » soit sur internet via un site perso montrant un portfolio soit en faisant des expositions privés (dans son salon) ou public. C’est finalement le genre de personne qui font de la photo de manière proactive : ils font des voyages photos, ou des sorties de photos, dans le but de ramener une ou plusieurs belles images.
    Comme je ne me considère pas dans cette catégorie, les limites du m4/3 ou de l’APS-C sont des limites tout à fait acceptables. Que les pro (ceux qui vendent des photos) ou les passionnés qui veulent avoir des grands tirages ressentent le besoin du Full-Frame, je peux comprendre. Mais pour la majorité des utilisateurs tout aussi éclairés soient-ils, le m4/3 et l’APS-C sont amplement suffisants.

    Un jour peut-être je succomberai aux sirènes du Full Frame, le jour où je serai capable d’investir plus d’argent et de temps dans la photographie afin de sortir des belles images. C’est pour moi une chose essentielle que les gens devraient se demander avant d’acheter un boitier Full-Frame : le boitier c’est un quart du chemin, le reste c’est du temps à consacrer pour aller chercher les belles images.

    Enfin un dernier point sur l’EVF, je suis très content de mon EVF sur E-M1. Je trouve qu’il est très réaliste dans son rendu et n’en déplaise à JF, j’aime le fait de voir en direct la correction d’exposition directement dans le viseur. Rien que pour ça, je ne pourrais plus revenir en arrière. (petite aparté, c’est bien mieux expliqué à cette endroit :http://www.sansmirror.com/newsviews/why-are-mirrorless-cameras.html )
    Néanmoins, j’ai eu l’occasion de mettre l’œil dans d’autres EVF, certains juste le temps d’une démo (GX8, X-Pro2, X-T2) ou pendant un essai complet sur un week-end (X-T1 ou PEN-F). Tous les EVF ne se valent pas, et ce n’est pas qu’une question de résolution. Certains m’ont paru mauvais dans la colorimétrie (X-T1) et d’autres sont vraiment trop éloignés de ce qu’on voit en vrai. C’est particulièrement le cas pour ceux OLED comme le GX8 ou le PEN-F qui boostent les contrastes. Le rendu en devient flatteur, mais la réalité et le résultat sur un écran calibré parait fade après coup. C’est trompeur et bien éloigné de la philo « WYSIWYG ». Quitte à être à l’ouest sur le rendu, autant voir la réalité et donc de prendre un OVF.

    • « Surtout celle faite en intérieur, où lui devait monter en ISO quand moi j’ai pu user de la stabilisation 5 axes très performante pour limiter mes ISO » , oui cela limite le flou de bougé du photographe mais pas des sujet photographiés si tu descends trop bas en vitesse!

      • Pour le coup, la situation était particulière, on était dans une ancienne cave voûtée pour la cérémonie. Donc les protagonistes étaient très statiques, j’ai reussi nombre de photos avec mon 75mm à 1.8, avec une vitesse de 1/10. Mais je n’étais pas le photographe officiel, donc je n’avais pas d’obligation de résultat. Je pouvais me permettre de rater des photos et des moments importants.

        Mais la stabilisation n’aide pas pour les sujets statiques en effet. Elle ne m’est d’aucune utilitée pour photographier des enfants en bas âge en intérieur.

  7. Encore une fois tout dépend des usages et des préférences je pense !

    En street photo (domaine où on a en général une profondeur de champ plutôt étendue) la compacité et la discrétion seront bien plus importants pour obtenir de bonnes images que la qualité d’image technique pure d’un grand capteur.

    Par contre en photo de potrait posé, le rendu des flous ou la meilleure montée en iso d’un grand capteur donneront une bien meilleure image au final, surtout si elle est en plus imprimée en grand format.

    Bref, perso j’ai les 2, et je ne les utilise pas pour les mêmes usages.

    Bon en voyage, je reconnais que le choix est plus cornélien, car on ne sait pas vraiment ce qu’on va avoir à photographier. Perso je prends le 24×36 si je sais que je vais voir des trucs extraordinaires que je ne reverrai jamais en gros, et que j’espère en obtenir une image à imprimser en grand en gros :) Sinon j’apprécie le gain de poids du m43, qui donne tellement de liberté et de fun à shooter.

    Donc à mon avis, il n’y a pas de réponse absolue.

  8. Mais son erreur je crois a été de penser (il y a plusieurs années), que le Micro 4/3 pouvait totalement se « substituer » à un capteur Full Frame (et je me fais la même réflexion concernant le passage à un capteur APS-C)…

    Bien d’accord. D’autant plus que le type semble travailler beaucoup en basse lumière, en plein dans les conditions où un FF est avantageux relativement aux plus petits formats. D’autant plus qu’il est dans un cadre professionnel où la compétition travaille très majoritairement en FF… C’est certain que la comparaison ne sera pas à l’avantage du m43. Pour un pro, tout de même bizarre qu’il n’y ait pas pensé avant. Ce n’est pas comme si cette différence de performance était inattendue… S’il s’attendait à ce qu’un m43 soit comme un FF format réduit, c’était de l’aveuglement volontaire.

    C’est un peu la même chose lorsqu’il se plaint de l’absence de 4K. Encore là, ce n’est pas une information secrète et qui n’a, au final, rien à voir avec le format. Le type ne peut quand même pas se plaindre qu’il ignorait que son boitier ne supportait cette fonction. Si le 4K faisait partie de son cahier de charge, il n’avait qu’à acheter un boitier supportant cette fonction dès le départ. Mais aller se plaindre après coup que le boitier ne supporte pas un fonction « que les clients demandent », mais qu’on a tout de même décider d’acheter, relève plus du bashing et de la mauvaise foi qu’autre chose. Un moment donné, il faut assumer  nos choix… Personne ne l’a forcé à travailler un boitier ne supportant pas le 4K malgré qu’il savait avoir un besoin à ce niveau.

  9. Franchement, tous ces formats un peu batard sur les bords ne devraient être utilisé qu’en complément d’un ou plusieurs boitiers plein ou moyen format, mais pas en remplacement, je trouve que ça n’a pas trop de sens ces switch interminables ! chaque format à plus ou moins ses avantages et inconvénients propres à chaque utilisateur :)

    • On aurait pu faire les mêmes photos, avec un APN compact… et écrire le même article plus ou moins !

      Article peu crédible par ailleurs, dès que l’on comprend que l’auteur compare deux photos (l’une de l’EOS 6D et l’autre de l’Olympus E-M10, dans des conditions « volontairement » défavorables pour l’EOS 6D)…

      Ce qui frise la désinformation et la malhonnêteté… destinée aux débutants qui n’y verront que du feux !

      1 – Il ferme le diaph à f/10 (faisant apparaître de la diffraction surtout sur cet objectifs datant de 2003) pour l’image de l’EOS 6D… Alors que la même image est faite à f/4 (ce qui est l’état, ou un objectif ouvrant à f/2.8, commence à être très bon) dans le cas de l’Olympus…

      2 – Il choisi (volontairement ?) une optique ancienne (et totalement dépassée) pour la photo de l’EOS 6D : le EF 17-40 mm f/4 est sorti en 2003, alors que les capteurs ne faisaient que 6 Millons depixels (donc l’exigence pour les optiques n’était pas aussi élevée) ! Alors que pour l’Olympus il choisi le meilleur zoom de la gamme actuelle : le 12-40 mm sorti en 2013 qui s’achète près de 1000 € ! Sorti 10 ans plus tard, 10 ans de progression des capteurs et des optiques entre ces deux générations… Match ridiculement truqué !

      4 – Il n’utilise pas la même sensibilité : 160 ISO contre 100 ISO : même si cela ne fait pas une grosse différence… cela démontre le manque de sérieux de cet auteur !

      5 – De plus il choisi un coin de l’image et rien n’indique que le point ait été fait ici… Il se peut que l’image de l’EOS 6D soit tout simplement floue, car la zone cadrée est « hors » de la zone de netteté ou le point a été fait…

      Car j’ai moi-même fait des comparaison de netteté et de détail entre EOS 6D et Panasonic GM1 (auteur de 16 Mix) et je vous assure que le différence de piqué est largement en faveur du capteur Full Frame de 20 Mix… Bref cette copie d’écran est le symbole même de la désinformation sur Internet :

      https://goo.gl/u23t5u

      Sans aucune explication il balance la photo et écrit :

       » For me, a bigger sensor wasn’t the marker of a great camera. The real a-ha moment was when I tested the full frame Canon 6D against the Olympus OMD EM10. The Olympus image was sharp from corner to corner while the Canon gear produced a very soft photo. « 

      Si l’on est pas « déjà » un expert : il ne faut rien croire de ce qu’on lit sur Internet… Décidément… Pour la vrai comparaison des performances des appareils (à objectifs égaux), allez plutôt ici :

      https://goo.gl/iuwEwZ

       

      • J’ai noté aussi que les photos ont été prises à un an d’intervalle (!)… (?), avec le texte cité, ça ajoute au sérieux de l’affaire. C’est un peu ballot parce que ses photos sont plutôt excellentes (enfin à mon goût) et suffisamment démonstratives pour se passer de cette comparaison inutile… Maintenant, tout ça jette assez de discrédit sur l’article pour douter de l’origine technique même des clichés et de l’honnêteté de l’auteur (en tout cas au moins de ses compétences). La conclusion est toujours la même, pour ma part : ces articles ne servent à rien. Si j’ai du temps à perdre avec des tests techniques sur le net avant d’acheter, je préfère regarder les galeries de DPreview (et télécharger les raws quand c’est possible) : au moins elles permettent de se faire un peu mieux son propre avis sur des clichés réels. Surtout que les caractéristiques visuelles d’un outil à l’autre peuvent plaire ou déplaire sans que ça ait nécessairement de rapport avec les qualités techniques. Et puis ça a l’avantage de permettre un passage sous Lightroom de ses propres mains avec ses propres habitudes et ses propres choix en terme de genre de clichés et de conditions de prise de vue. Ca ne remplace pas l’essaie de l’appareil, mais pour une information venant du net, c’est déjà ça.

  10. Deux choses pourtant

    1) J’ai abandonné Canon, mes 5D MarkII et III, mes 85mm1.2, 135mm2 et 200mm1.8 après 25 ans de bons et loyaux services pour passer au micro 4/3 : deux GX8 un 42.5mm1.2 un 75mm1.8 un 7-14mm2.8 un 40-150mm2.8 et j’ai reconverti mon 85mm Canon avec une bague Metabones 0,64  pour un bokeh assez renversant. C’est le meilleur système que j’ai eu en main en terme d’usage depuis 30 ans ; léger, efficace, très bien conçu (GX8 et son viseur orientable merci Pana)

    2) Quand je compare la qualité des fichiers, la différence existe, elle n’est pas déterminante ou plus précisément la perte de qualité du micro 4/3 dans des conditions de lumière délicate et très largement contre balancée par l’efficacité, la disponibilité bien supérieures du système micro 4/3. Quant au débat sur les viseurs…on en reparle en 3)

    3) Bien sûr, depuis peu, des boitiers à plus de 30 millions de pixels sont venus établir de nouveaux standards, mais c’est faire peu de cas du progrès et de ce point de vue un simple petit passage sur le site DXO se révèle plutôt intéressant…

    4) Si on prend comme point de départ du M4/3 l’année 2008 :

    Les FF Nikon passent de l’indice 81 (2008) à 97 (2016)

    Les FF Canon de 79 à 91

    Les Micro 4/3 de 53 à 80

    Les progrès sur le petit format sont donc  plus rapides et spectaculaires, ils vont se poursuivre et nous allons entrer rapidement dans des valeurs qui ne concerneront qu’un photographe pro sur 10 000. Qui utilise les sensibilités à 25000 iso et + qui utilisera demain des images à plus de 100 millions de pixels ? Il se profile un tassement autour de performances voisines et les seuls critères de prix, de fiabilité, d’efficacité et de qualité des services pros feront la différence.

    Il en sera de même pour les viseurs, celui du Leica fait quasiment l’unanimité, celui du GH5 – que je n’ai pas testé – semble aussi rallier les suffrages et s’il y a encore des récalcitrants, ce sera pour la prochaine génération… dans un an.

     

      • Plus de confort dans mon atelier en termes de recul et de cadrage. Très proches pour la  profondeur de champ à pleine ouverture. Qualité de fabrication exemplaire.

        Le CanonEF85mm1.2+bague Metabone 0,64 permt en revanche de gratter un peu en qualité de bokeh (voir exemple ci dessous)

          • je préfère celle au 42. le velouté de celle au 85 est vraiment beau mais sur un portrait aussi serré, je préfère celle avec les sourcils et les yeux nets. non ?

          • Intéressante cette comparaison…  Merci !

            Moi je préfère évidement l’image à l’arrière plan plus flou…

            La différence, c’est qu’avec un Full Frame, on peut obtenir ce type d’arrière plan bien plus facilement (et souvent), avec une optique beaucoup moins chère, moins lourde et moins exigeante qu’un EF 85 mm f/1.2… ou que le Leica 45 mm f/1.2

            Il existe par exemple cet incroyable EF 100 mm f/2 à seulement 449 € seulement !

            Dont les performances sur un EOS 6D de 20 Mix… sera,nt largement aussi bonnes que celles du Leica 45 mm f/1.2 sur Micro 4/3, qui coute environ 3 fois plus cher…

            https://goo.gl/9oLNmm

            Et si on monte le EF 100 mm sur un capteur 24 ou 50 Mix, alors là : le piqué explose le Leica. Et l’ambiance (bokeh) à min avis équivalente… (une image ci-dessous réalisée sur le vif).

            Pourquoi personne ne pense à cet objectif léger et bon marché (qui existe depuis 1991… et qui a réalisé tellement de beau portraits depuis cette époque) ?

            Mon avis est que ce n’est pas vraiment la peine de se compliquer la vie avec des bagues d’adaptation, ou des objectifs aussi « exotiques » et couteux…

            C’est ça que je repproche au Micro 4/3 : de faire souvent « très compliqué », alors qu’il existe si simple déjà… tellement fiable, rapide et approuvé !

            Une exception : le Panasonic 7-14 mm, que j’adore. Mais malheureusement lorsque je compare ses résultats (en 16 Mix), face à mon Sigma 24 mm monté sur mon EOS 5DsR, c’est tout de même largement en dessous…

            • Entièrement d’accord avec toi sur le « faisons simple »

              et sur la qualité du 100mmf2 comme du 85mmf1.8 d’ailleurs, j’avais quant à moi aussi le 135mm qui était  une petite merveille, très léger, peu encombrant et pas si chère que cela, c’était l’optique que j’utilisais le plus.

              Pour en revenir à mon 85mmF1.2 monté sur du micro 4/3 avec la Metabones, c’est que je n’ai pas voulu me séparer de cet objectif et puisqu’il était dit que pour moi, en tant que stricte portraitiste, je risquais de perdre en qualité de bokeh, je me suis laissé allé à cet assemblage improbable. Dans les faits le 42,5F1.2 Leica est largement suffisant dans mon usage courant mais le 85mm sera le seul à me donner cette qualité de flou sur mon lumix en focal portrait. (les petits 85 et 100mm ne sont pas suffisamment lumineux et à partir du 135mm cela me fait un équivalent 180mm trop long pour mon travail d’atelier)

               

               

               

               

              • Et une petite dernière pour la route, parce qu’en portrait je passe mon temps à casser le piqué de mon petit 42,5 Leica, trop chirurgical… Cela fait parti des contradictions parfois de juger et choisir du matos pour des qualités dont on  s’efforcera finalement à prendre le contre pied :-)

              • Belle image !

                Toutefois je persiste à penser que sur un Full Frame, le 100 mm f/2 et le 85 mm f/1.8 seraient « suffisamment » lumineux… car aussi lumineux qu’un f/1 sur un capteur micro 4/3.

                Puisque d’une part : à ouverture égale, tu obtiens un flou largement supérieur sur un plus grand capteur…

                Et d’autre part : tu peux monter en ISO largement plus haut sur un Full Frame, que sur un petit capteur. Donc un 100 mm f/2 permet de travailler (à 800 ISO) avec la même quantité de lumière ambiante, que si tu utilise un objectif de 50 mm f/1 en restant à 400 ISO (en simplifiant)…

                Et tu aura un meilleur résultat à mon avis ! Pour résumer à mon avis : mieux vaut 800 ISO et f/2 sur un Full frame… que 400 ISO à f/1 sur un micro 4/3 !

                Si j’avais de quoi faire le test avec les meilleurs représentants des deux monde, ça serait vite fait !

                Enfin, le Full Frame proposant beaucoup plus de Mpixels (20, 24, 28, 36, ou même 50 Mpix), : tu peux davantage monter dans les ISO…

                Puisque le bruit est de plus petite taille :  il « détruit moins » de détails… (rappelons que c’est une idée fausse que de croire que davantage de Mpix génèrent plus de bruit à l’échelle de la photo (pour une taille de tirage donné)…

                C’est vrai, mais seulement si l’on observe « à l’échelle » du pixel… Mais ces pixels étant plus petits : alors le bruit est moins visible finalement pour une observation à une taille de tirage donnée…

                Alors she veux bien croire que l’avantage réelle que tu trouve au Micro 4/3 dans ce cas : est la légèreté (quoique pas avec le 85 mm, celui qui donne le meilleur résulta)… Au delà de ça : je ne comprend toujours pas bien l’intérêt.

                Je prends le pari que si Canon sors un EOS 6D MkII pas trop cher, tu vas l’acheter pour mettre derrière ton 85 mm… Qui rest un peu orphelin !

                Oui, j’imagine que le 85 mm f/1.2, c’est le genre d’objectif dont tu te dis : « si je le vends, je ne le rachèterais jamais… et probablement jamais au même prix !  »

                Il m’est arrivé deux fois de vendre un de mes objectifs, pour être obligé de racheter le même un an après : c’était le Canon EF-S 10-22 mm du temps de l’APS-C (qui était braiment irremplaçable).

                Et il y a quelques années le petit Voigtlander 20 mm, car finalement il était le seule solution en photo sous-marine qui ne m’oblige pas à changer de système étanche…

                 

                • On est d’accord, sur un full frame, le 85 comme le 100 sont parfaits. Mais comme je ne reviendrai pas au FF, ma remarque ne concernait que l’adaptation de ces objectifs sur mes 4/3.

                  Quand les premiers boitiers numériques sont arrivés, je me suis précipité dessus, je n’en pouvais plus du labo et du temps à retoucher au pinceau les tirages pour des négatifs abîmés. Très honnêtement avec mon D20 c’était un peu limite en qualité et les premiers tirages, notamment noir et blanc d’après fichiers numériques n’étaient pas loin d’être catastrophiques.

                  Les temps changent…

                  Les qualités de compacité et d’efficacité du 4/3 aujourd’hui, la qualité du parc optique (7-14 2.8 et 40-150 2.8 : un bonheur quand même :-)) sont, pour mon usage, déterminants. J’attends les avancées sur les viseurs, sur la mise en place d’un service pro et dans une moindre mesure sur la qualité des images comme du bonus à venir :-)

                   

                   

          • Voilà une autre image shootée avec l’EOS 6D et le 100 mm f/2…

            La différence entre Micro 4/3 et Full Frame, restera à mon avis le fait :  que l’on ne pourra jamais en micro 4/3 obtenir ce genre de douceur des arrière plan, avec une optiques à seulement 449 € (ouvrant à f/2)…

            Il faudrait un 50 à f/1… et encore je ne suis pas certain que ça donnerait la même chose.

  11. Waou tout un article pour démontrer q’un capteur FF est meilleur qu’un capteur M43, c’est fou ça ! :D

    Bientôt un article pour démontrer qu’un Compact à capteur 1″ fait de meilleures images qu’un smartphone..

    Pour ma part j’utilise du M43 pour le compromis « compacité du matériel / qualité d’image » et j’en suis très content, mais si j’étais pro je choisirais un reflex FF, inutile de chercher plus loin.

  12. Ma modeste expérience des 2 systèmes :

    Cela fait presque deux ans que j’utilise un double système : FF (Sony avec un alpha 850, seul FF « abordable » il y a déjà quelques années et javais un système Minolta en argentine avant le numérique) et un boitier EP5 en M4/3 car l’EM1 plus n’apportait que la tropicalisation en plus.

    J’ai complété les deux systèmes en parallèle d’objectifs « pro » sur le marché de l’occasion.

    Au quotidien, je laisse de plus en plus le FF vraiment lourd (les objectifs Zeiss de Sony sont lourds !) et je prends de plus en plus l’Olympus avec tous ses objectifs qui tiennent moitié moins de place. Comme je fais pas mal de marche en montagne, le FF devient difficile à trimbaler. Quand je vois que je vais avoir une lumière qui nécessite remonter dans les iso et que je ne veux pas trainer un pied en plus, j’emmène le FF avec un objectif (je me fais de challenge à par exemple photographier avec une focale fixe, ce qui m’oblige à réfléchir à comment composer ma photo). Si je pars à l’étranger j’emmène les deux systèmes en privilégiant les focales fixes pour le FF et les zooms pour le M4/3 : c’est le meilleur compromis efficacité/encombrement.

    Ce que j’ai remarqué :

    – pour la macro : le FF est bien meilleur sauf pour les photos au ras du sol. L’EP5 avec son écran de visée permet plus de choses intéressantes notamment lors de la rosée du matin sans risque de prendre un rhume. Chose que je ne peux pas faire avec mon FF. Par contre il nécessite plus de photos car si on rate le cadrage, le post traitement est plus délicat.

    – pour un diaporama, l’avantage va au FF

    – pour mes tirage papier (maximum A3) il n’y a pas de différence flagrante. Par contre le post traitement du m4/3 est beaucoup plus exigeant et nécessite parfois plusieurs essais pour arriver au résultat escompté.

    – pour les photos à faible luminosité, le FF est beaucoup plus souple car il monte dans les iso (même si mon alpha 850 est loin d’être excellent). Cela dit on peut faire des choses intéressantes avec le m4/3 pour le paysage. La stabilisation du capteur compense la faible montée en iso. Pour les scène plus « vivante » de faible luminosité (notamment en intérieur) : le FF est largement supérieur. Le m4/3 est correct si on fait des tirages papiers inférieurs à l’A4.

    – je me rends compte que la souplesse du système Olympus avec un changement plus facile sur le terrain des objectifs, sa discretion en milieu urbain (versus le Sony avec du Zeiss… !), la qualité de certains objectifs (l’extraordinaire 40-150 f2,8 beaucoup plus polyvalent que je ne le pensait au départ) font que je suis le plus souvent avec mon Olympus.

    -Le FF est cher ! J’ai mis moins de temps à avoir mon parc d’objectifs Olympus que Sony.

    Au total je trouve que les deux systèmes se complètent bien. Quant au « coup de gueule » à dénigrer le m4/3 pour ne plus faire que du FF, franchement, c’est ridicule. Je partage entièrement l’avis de Romain B et de son EM1 : mon usage n’est pas transposable à tout le monde tout comme celui de notre hôte !

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.