web analytics

Annonce du AF-S Nikkor 105mm f/1.4E ED

27
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Voilà, comme espéré le AF-S Nikkor 105mm f/1.4E ED, a été annoncé… Il est le télé court le plus lumineux en son genre. Presque 1 kg de performances optiques, vont en faire la machine à portraits ultime. Mais il en coutera 2 299 € tout de même !

Face à ce tarif stratosphérique, l’offre Sigma a encore de beaux jours devant elle… Y compris l’actuel 85 mm f/1.4 (avant qu’il ne soit remplacé par sa version Art qui coûtera plus cher). Caractéristiques du AF-S Nikkor 105mm f/1.4E ED :

AF-S Nikkor 105mm f:1.4E ED 702 

AF-S Nikkor 105mm f/1.4E ED
Focal Length 105mm
Ouverture Maximum f/1.4 – Mini : f/16
Camera Mount Type Nikon F
Format Compatibility Nikon FX/35mm Film
Angle of View 23° 10′
Minimum Focus Distance 3.28′ (1 m)
Magnification 0.13x
Elements/Groups 14/9
Diaphragm Blades 9, Rounded

 

Filter Thread Front: 82 mm
Dimensions (DxL) Approx. 3.72 x 4.17″ (94.5 x 106 mm)
Weight 2.17 lb (985 g)
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

27 commentaires

  1. Cher et gros. Mais bon, a priori sans équivalent chez la concurrence, donc Nikon peut se le permettre.
    Mais bon, j’aimerais bien qu’ils prolongent leur gamme f/1.8G avec un 105 et pourquoi pas un 135 compact. Ça se vendrait comme des petits pains (de même qu’un pancake 40mm façon Canon).

  2. Alors que la tendance est au matériel léger , compact et qualitatif , Nikon persiste et signe avec un objectif plus gros, plus chère, plus lourd…. Je suppose que les ventes seront en conséquence.

    • La tendance ? Laquelle ? ???

      Car il y a plusieurs tendances… Une tendance va vers l’hybride et les compacts à capteur 1″ c’est vrai : pour les photographes du dimanche, pour les amateurs dont le budget évolue entre 300 et 900 €.

      Ensuite : il y a une seconde tendance hybride (haut de gamme), avec des boitiers à 1500 € (dont la durée de vie est extrêmement courte et que l’on trouve soldés en fin de série en 18 mois à 50% du prix auquel ils ont été annoncés… ça peut énerver ! ET ça déçoit…) Ce genre de boîtier attire d’abord les fans de technologie, ceux qui sont prêts à acheter tous les gadgets… sans penser forcément à la pérénité.

      Il y a enfin une troisième tendance (le Full frame), tourné vers la très haute performance, avec des capteurs de 36, 42, ou 50 Mpix, donc des objectifs de plus en plus performants (pour être à la hauteur de capteurs qui vont grimper d’ici 2 ans à 100 Millions de pixels. ). Et crois moi : c’est ce type de matériel que visent les constructeurs qui dominent le marché : Canon, Nikon, et aussi Sony (le 3em vendeur d’appareils photos), qui vient de proposer des optiques aussi lourdes que celles de Canon et Nikon, (à côté de ces trois là, Fuji est encore un nain)…

      Ce type de matériel est celui qui permet de faire la différence : et les pro visent évidement le full frame (et même au delà, si c’est financièrement possible) et des objectifs très haut de gamme. D’ailleurs : pour moi, la photo = c’est le full frame…

      Puisque le full frame est un des principaux moyens de se différencier des amateurs (qui arrivent avec moins de 500 € à produire des images de 24 Mpix. Malheureusement pour eux : les objectifs bien pourris que l’on trouve pour quelques centaines d’euros, ne valent pas grand chose. A part quelques exceptions).

      Bref, la tendance Full frame, à mon avis se porte bien : les reflex comme l’EOS 5DsR ou le Sony A7RII, sont des merveilles… ET les acheteurs ne s’y trompent pas.

      • Je ne serai pas aussi catégorique sur la supériorité du plein format. Un APS-C HDG (D500/7D mark II) bien maîtrisé avec de bonnes optiques a un potentiel énorme.

        Sur le reste, Canon et Nikon essaient de se différencier de deux façons :

        * des optiques d’exceptions, lourdes chères et de grande qualité, et surtout fiables. Le 105 1.4 est un exemple, le 11-24 f/4 de Canon aussi, pour citer deux exemples récents. Ce genre de couple est différenciant pour un.e photographe qui veut la qualité pure.

        * des optiques de grande qualité, pas chères et compact, même si moins exceptionnelles que les TOTL ci-dessus : la série 1.8G chez Nikon, quoi qu’incomplète, les petits pancakes de Canon, les zooms f/4 (16-35 f/4 ; 24-70 f/4 malheureusement que chez Canon pour le moment ; 70-200 f/4 ; 300 f/4 PF (exclu Nikon pour le coup)) qui permettent d’atteindre une très bonne qualité pour pas trop trop cher (restons honnêtes, ça coûte quand même un bras la course à l’armement).

        Malheureusement, je suis pas trop fan des solutions des tiers (Sigma/Tamron) : si en labo ils sont très bons pour pas trop cher, sur le terrain j’ai du mal à leur faire confiance niveau focus, même si je suis très difficile. Même si Canikon n’est pas exempt de défauts et de problèmes de fiabilité, soit dit en passant.

         

        Pour les images de plus de 24MPx, je ne sais pas si je connais beaucoup de monde qui en a l’usage impératif, JF, hormis pour de très grands tirages je doute même que leur usage soit vraiment indispensable.

        • L’usage des images de haute résolution est en train de s’imposer tout simplement à cause des écrans Retina… Sur un écran Retina : il faut 4 pixels pour afficher un pixel « d’avant »

          La haute résolution est en train de s’imposer (et de devenir une nécessité), à cause de Lightroom, qui permet ce mouvement rapide de zoom avant / arrière par un simple clic.

          Idem sur tous les écran tactiles (double clic rapide = zoom avant. Puis double clic rapide = zoom arrière)… Cela ajoute une 3em dimension à l’image ! Le reflex de tous les enfants est de zoomer sur l’image avec deux doigts, pille s’approcher et pour les détails… C’est bien naturel.

          Du coup, si l’on ne peut zoomer : on ressent une frustration.

          En route pour 100 MPixels ! Dans les 5 ans partout, y compris dans les téléphones…

          • Heu la généralisation dans ton monde peut-être, mais d’une tout le monde n’est pas sur un fixe Apple, plutôt sur téléphone, de deux c’est cher, très cher, et donc pas pour tout le monde.

            Cela étant dit, la grande résolution et le côté troisième dimension sont intéressantes comme remarques, mais ça ne concerne pas tout le monde. Quand ton but c’est de l’impression en format raisonnable (moins que A0/A1), la haute résolution c’est juste de la souplesse en plus, mais pas autre chose, et en rien ça n’est indispensable. ;)

            Tu peux faire des agrandissements de malade avec un 20MPx propre.

             

            Et bon, perso je n’utilise pas LR, trop chronophage, je préfère shooter qu’éditer (donc DXO pour ma part, en 3-4 réglages j’ai le rendu qu’il me faut et roulez jeunesse).

            • On ne sera pas d’accord ! Une fois de plus :

              DxO = très chronophage…
              Et Lightroom bien plus rapide ;-)

              Sinon, 80% des photographes, n’impriment plus du tout (ou n’ont jamais rien imprimé)…
              Par contre la plupart de gens « zooment » sur écran. C’est devenu la façon la plus standard de consommer la photo !

                • C’est pas une question de traitement…

                  Mais une question de flux de travail surtout. Importation, classement (même simpliste, il faut bien au minimum appliquer des étoiles, pour choisir les photos à développer)… c’est là que l’on gagne du temps grâce à Lightroom :

                  Jour après jour, reportage après reportage, on comprend petit à petit à quel point on était lent, « avant »…

                  • Tu as aussi les étoiles sur DXO, et je trie tout comme toi mes photos grâce à ça.

                     

                    La chose sur laquelle LR est très en avance, c’est l’archivage des photos. Sur DXO, il faut être *très* méthodique/rigoureux en amont. Perso, dès que je vide une SD, je crée un dossier *date de vidage (keywords) », puis un sous-dossier RAW et un sous-dossier photos développées. C’est rapide à faire, et si ça n’est pas automatique ça n’est pas infaisable non plus, ma perte de temps est mineure.

                     

                    Non, là où je veux en venir, c’est que DXO a introduit beaucoup d’outils automatisés très performants (Smart Lightning pour gérer la lumière même locale et ClearView qui est tout bonnement monstrueux pour tous les paysagistes (et pour les photos au télé). Avec vraiment 3-4 clics, tu as un rendu vraiment adapté à chaque image, et ça je ne l’ai jamais retrouvé sur LR (bien qu’ils s’améliorent).

                    Si je devais résumer, je dirais que pour avoir un rendu optimal et bien précis sur chaque photo, LR/PS est un duo d’excellence, et très universel. Pour juste post-prod rapidement des photos, avec un rendu un peu moins fin mais un temps de dev cent fois moindre que le nec plus ultra de LR/PS, DXO est très bon et ça me convient. :)

                     

                    Je suis tout de même d’accord avec toi sur deux choses :

                    * on a des outils beaucoup plus performants qu’avant

                    * consommer des photos est bien différent d’autrefois, même s’il ne faut pas non plus trop généraliser ; si je fais des photos pour moi et mon entourage, le plaisir sera décuplé sur une impression. Si c’est pour de la diffusion j’en conviens le numérique est le plus massif…

                    • ah, là, là… mais comment peut-on survivre sans Lightroom, ses collections, ses collections dynamiques, ses Aperçus dynamiques… Et j’en passe !

                      DxO reste sur un flux de travail tout à fait préhistorique…

                      Je ne pourrais pas travailler aussi lentement ! Je n’en ferais pas la moitié de ce que je peux faire avec Lightroom…

      • Malheureusement pour eux : les objectifs bien pourris que l’on trouve pour quelques centaines d’euros, ne valent pas grand chose. A part quelques exceptions).

        Et non, des optiques APS-C qualitative ça existe. Juste pas chez Canon où, effectivement, c’est plutôt moche en APS-C. Normal, on veut pousser les gens vers le FF, ce qui serait beaucoup plus difficile à faire si Canon offrait des optiques APS-C haut de gamme à ses clients… Là, on préfère leur dire: acheter plutôt un FF si vous voulez de la qualité. Discours marketing pour lequel bien des gens tombe… Si on veut de l’APS-C qualitatif, on a seulement à regarder ailleurs que chez Canon (si, si, d’autres fabricants existent!). Ce n’est pas parce que Canon ne fait pas quelque chose que ça n’existe pas…

  3. J’ai sincèrement hâte de voir le rendu de ce cailloux (couleurs, contraste, bokeh), un 105 à 1.4 c’est l’arme parfaite en église/cérémonie :) Sans parler de ce que tu peux faire en portrait avec cette bête… Manque juste un 135 f2 comme les rouges :)

    Sigma, merci de faire le même deux fois moins cher car celui là pour se le payer…

  4. Oui magnifique cailloux mais 1 Kg merci mais très peu pour moi

    Moi je suis fan de Canon, mais la série NIKON  f 1,8 , le 70 200 f4, le  300 mm f4 super compact et el 200 – 500 au rapport qualité prix époustouflant  me font de l’œil, le tout  sur un 750 D et un 7200 D pour commencer puis un  500 D (lorsqu’il aura bien baissé parce que là c’est bien trop cher)

    C’est donc tentant, mais j’attends un peu de voir ce que le 6D mark II aura dans le ventre

     

     

    • Si tu es déjà chez Canon et bien équipé, le switch n’a presque aucun intérêt. Sauf à faire quelques trucs spécifiques, comme de l’animalier par exemple (où Nikon est un peu plus avancé que Canon, et encore), et à ne pas avoir de problème de budget, mieux vaut rester chez ton crémier.

      • Nikon mieux équipé en animalier ? EN es tu certain ?
        Je ne prendrais pas les paris (ni dans un sens, ni dans l’autre)…

        Lorsque l’on voit le zoom Canon 200-400 mm avec son extender x1.4 intégré, qui est un sacré avantage en terme de polyvalence…

        Ou l’EOS 1DX MkII : http://photoetmac.com/2016/03/incroyable-canon-eos-1dx-mkii/?hlst=Comparatif+Canon+EOS+1Dx+MkII

        Comparé au Nikon D5 : http://photoetmac.com/2016/02/18587/

        Disons que dans le doute les deux sa valent. Il faudrait un test de terrain pour les différencier…

        Je vois quand même quelques avantages à Canon (colorimétrie par exemple), ou possibilité d’utiliser l’EOS 5Ds R en complément…

        • DPreview est formel : le 1Dx II est un cran en dessous du D5 pour le tracking 3D. Et ils n’ont pas bâclé leurs tests, contrairement aux sites qui se sentent obligés de sortir du test moins de trois semaines après la mise sur le marché d’un produit (je ne leur jette pas la pierre non plus, il faut bien vivre).

          Les testeurs de Photographylife classent le D500 au-dessus… du D4, c’est dire le niveau de cet APSC.

          Pour les optiques, c’est kif kif bourrico, Nikon propose un 200-500 très abordable, alors que le 200-400 1.4x inclus coûte un rein et demi.

          Si on a pas de limite de budget, Canon ou Nikon donneront peu ou prou les mêmes choses, avec quelques petites variations d’une optique sur l’autre. Je ne sais pas à quel point Canon a renouvelé récemment ses téléobjectifs, mais Nikon a renouvelé leur 400/500/600/800 avec des lentilles FL récemment, leur gamme est donc plus mise à jour.

          Si on a une limite de budget, à mon sens le 200-500 de Nikon et leur 300 f/4 PF (très bon même avec un TC) sont deux arguments constructeur de poids face à ce que Canon propose (il n’existe aucun équivalent fixe au 300 f/4 qui soit aussi compact). Ils ont un 200-600 4.5-5.6 dans les cartons, chez les rouges, mais il n’est pas encore sorti donc on spécule sur du vent.

          Pour l’instant, en optique abordable à longue focale, Nikon est un peu plus intéressant que Canon, de même qu’en zoom transtandard Canon est un peu plus abouti. On parle de toute façon de nuances d’une marque sur l’autre, et on grossit tous les deux le trait pour exacerber les différences entre ces deux marques, même si tu as souvent du mal à le reconnaître.

           

          Pour la colorimétrie, en animalier on est pas sur le respect absolu des tons chair, alors bon il n’y a pas non plus de gros écart sur ce point, pour de l’animalier. De plus, si on s’en tient aux mesures brutes, Nikon est quand même un peu devant en quantité d’informations enregistrées sur les couleurs, pour ce que ça vaut.

           

          Enfin, il y a un truc qui me frustre chez Canon, c’est une castration du mode d’expo : pas de mode spot sur le colli actif, contrairement à tous les DSLR Nikon/Pentax (même entrée de gamme), sauf sur les 1Dx, et ça c’est très mesquin. (Et peut-être le 7D II.)

           

          Bref, Canon est un poil devant en portrait, Nikon un poil devant en animalier, et le monde tourne toujours aussi rond. :)

          • L’AF Spot sur le collimateur AF ? Encore un truc qui ne sert absolument à rien…

            Vu l’incroyable fiabilité de la mesure multizone (que j’utilise pour 99% de mes photos depuis toujours, ou presque).

            Vu l’incroyable potentiel d’ajustement que permet de format RAW (sans oublier les ajustements localisés)…

            Bref, c’est de « l’enfilage de mouches » ça… vraiment !

            • En cas de contrejour violent, tu es très content d’avoir une mesure spot sur le bon colli. Mais bon, faudrait faire de la photo d’action et avoir une marque avec une vraie dynamique de capteur pour ça :D

              • Oui, mais non… car ça sert à rien ça !

                Si tu fais l’expo sur le sujet à contre jour (spot sur le collimateur sélectionné), t’es certain de cramer irrémédiablement l’arrière plan. Cela ne présente absolument aucun intérêt.

                La multizone est bien plus adaptée au contre jour, combinée avec une correction raide d’expo de -1 à -2 diaph (réalisée d’instinct, pas la peine de calculer, face à un contre jour tu sais que c’est ça…)

                Autre solution : on mémorisera l’ex sur l’arrière plan (et surtout pas le sujet que l’on veut mettre au point) ; on est content que mesure Spot et collimateurs AF soient « désynchronisés » justement…

                Vraiment je n’y vois aucun intérêt à la mesure spot sur Collimateurs AF actifs

                • Sauf que le focus & recompose (qui fonctionne aussi avec l’exposition) c’est une perte de temps, d’énergie, et source d’erreurs occasionnelles. C’est mieux quand tu as des automatismes fiables, et pour le coup Nikon s’en sort très bien sur ce terrain.

                  C’est juste une radinerie minable de Canon, surtout que c’est présent sur leurs boîtiers sportifs. Segmentation de gamme, faut croire. Pour une fois que c’est pas Nikon qui la joue blocage débile.

                   

                  Après on survit très bien sans une mesure spot exploitable, de même qu’on survit très bien sans le catalogue Lightroom, maintenant une fois qu’on a un nouvel automatisme c’est quand même vachement plus pratique.

                  • Qui a parlé de Focus et recompose ?

                    La mesure multizone s’en sort très bien sans avoir besoin de mémoriser (et on peut compenser manuellement avec le pouce : ce qui fait tout l’intérêt de la molette arrière Canon qui est selon moi un gros avantage ergonomique Canon)…

                    l’AF et la mesure sont désynchronisés… et l’on peut utiliser la sélection Auto des collimateurs avec le suivi latéral et en profondeur du sujet (identique à l’AF 3D de Nikon), qui marche très bien aussi chez Canon. Seul l’EOS 6D en est dépourvu (c’est dommage mais l’on s’en passe quand même facilement).

        • Et le lien vers le test, DPreview donnant au 1Dx II la même note d’anthologie que pour le D5, preuve s’il en est que dans les deux cas nous avons un outil extrêmement capable et polyvalent.

           

          « So while the 1DX II’s autofocus system works appreciably better than any other Canon camera in iTR mode, and indeed often works very well, it’s still behind Nikon’s 3D Tracking in terms of dependability – meaning you’ll have to gauge whether or not it truly offers enough advantages over single or expanded point AF modes to merit using. iTR doesn’t display the level of consistency we’d like to see from a subject tracking system. Even with the same subject or situation, sometimes it works, sometimes it doesn’t. »

          https://www.dpreview.com/reviews/canon-eos-1d-x-mark-ii/9

  5. Pingback: Brevet pour un Tamron 115 mm f/1.4 VC lens - photoetmac.com

  6. Pingback: Annonce du AF-S NIKKOR 70–200mm f/2.8E FL ED VR ? - photoetmac.com

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.