web analytics

Superstition : un Leica M-D sans écran à 5950 €

50
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Jusqu’ou peuvent aller se loger le snobisme, ou la superstition ? Jusque dans un Leica M-D, vendu 5950 € : sans écran… Alors que l’on peut sur n’importe quel appareil, désactiver l’écran si l’on a pas envie de l’utiliser. Ce qui m’arrive d’ailleurs parfois…

Toutefois s’en priver délibérément, définitivement et irrémédiablement : voilà une démarche totalement ridicule. Enfin, c’est plutôt la démarche d’acheter un tel appareil qui est pathétique, car si les Allemands de Leica le fabriquent : c’est certainement qu’il va se trouver des clients assez « dévots »… pour l’acheter (tant mieux pour les ouvriers Allemands).

Démarche qui ne peut avoir que 2 explications selon moi : soit un snobisme confinant au ridicule dans le meilleur des cas (et dieu sait que le snobisme se pose là, dans le Monde de la photo)… Soit dans le pire des cas : un dogmatisme ayant plus à voir avec la ferveur religieuse qu’avec la photographie ! Ce sont en général « les sectes fanatiques » qui imposent d’inutiles privations sensorielles à leurs victimes…

0000_SCREEN_JFV 940

 

Mais laissons cela : j’imagine que nous sommes une majorité de photographes à trouver cet appareil ridicule… Avis à ceux qui sont impressionnés par le concept : c’est bien votre droit ! Chacun est libre de penser qu’un appareil photo sans écran, permet de réaliser de meilleurs photos, qu’un appareil dont on pourrait éteindre l’écran… 

Tout devient possible dans un monde ou les superstitions ont de plus en plus tendance, à remplacer la raison… En photo comme ailleurs, des tas de gens croient qu’il suffit de lancer quelques incantations, d’utiliser certains mots divins, certaines formules magiques pour y arriver… Toutes les religions païennes ont leur objet du culte, leur « veau d’or », que les fidèles idolâtrent en déposant des fortunes à ses pieds…

emotional_leica_m-d_front-9fffd

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

50 commentaires

  1. JF est trop terre à terre. C’est un matérialiste. Il faut être plus transgressif ! Mais voyons un écran pourquoi faire ! On touche ici à l’ART, à la pureté conceptuelle et à l’essence de la photographie. Et cela a un prix. Un écran pour quoi faire : tout est dans l’œil. Au premier regard l’heureux possesseur est en harmonie avec son univers pictural. Quand on photographie avec ce Leica chaque prise est délicieusement parfaite. Et encore Il faut regretter la présence d’une carte mémoire. Ce produit n’est pas encore suffisamment mature. Son absence permettrait de prendre deux photos éphémères … Enfin, à ce prix là c’est low-cost. La photo doit rester une expression artistique de l’élite !

    • Je crois deviner le « second degrés dans ta réponse… Mais j’y répond au 1er degrés quand même !

      Ainsi, il « FAUDRAIT » être plus transgressif ?

      Pourquoi « FAUDRAIT-il » être transgressif ? Ou a-t-on vu que la transgression faisait progresser l’humanité, ou même l’Art ?

      Picasso n’étaient pas « transgressif » : il était inventif ! Nuance…

      Aucun génie n’a jamais été transgressif ! Inventif, créatif, oui… Constructif, cultivé, héritier du passé, oui !

      Mais la transgression « en tant que telle » n’a jamais rien apporté de très intéressant… c’est juste une « lubie » du 20 em siècle.

      L’argument de tas d’artistes ratés, qui faute de créativité et de génie, se réclamaient de la transgression !

      Un argument de « marchands d’Arts » aussi… Uns astuce « marketing », pour essayer de faire un max de fric ! Voilà ce que j’en pense de la transgression ;-) C’est bidon !

      • Patrice 55.2 on

        Effectivement, cela peut paraitre OUF,  il y a du pour et du contre dans vos arguments… qui sont tres intéressants  Mais Leica reste «Leica ». Moi je dis pourquoi pas, mais a un prix  raisonnable voir proche du Sony RxII ou du Leica Q cela permettrai à ceux qui sont impressionnés par le concept et c’est bien leur droit, quelqu’un la deja dit, il me semble.. d’avoir un Leica M (low cost) petite plaisanterie.
        Patrice 55.2 

         

  2. @RAGE : mais cela existe déjà ! Si, si, j’ai vu au mariage de ma nièce l’année dernière. Le gars mettait une bobine bizarre dans l’appareil.

     

  3. @Julius: ce n’est pas beau de faire des cochonneries en plein mariage. Vous auriez dû intervenir et l’empêcher qu’il mette sa bobine. Ca ne se fait pas.

  4. Haaaaa, Leica bashing is back :) :) ça fait plaisir.
    Merci pour la publication d’hier en passant, je n’en demandais pas tant.

    Concernant ce nouveau M, je comprends parfaitement vos réactions.

    – C’est irrationnel en 2016.

    – Dans un flux professionnel, c’est bien sûr devenu  risqué, inutile et irrecevable de ne pas pouvoir vérifier le résultat de sa prise de vue.

    – Pour ceux qui pratiquent la correction d’exposition ou le bracketing évidemment, c’est réellement problématique.

    – On a aussi le droit d’être agacé par les multiples déclinaisons du même modèle.
    Mais c’est une contrainte du marketing moderne pour animer l’actualité de la marque et ne pas disparaître des radars. Et beaucoup de constructeurs appliquent la même roadmap (Fuji, Olympus déclinent leur gamme de la même manière).

    A titre personnel, je comprends toutefois parfaitement la démarche de Leica :

    – Une ergonomie toujours plus minimaliste qui me séduit pour tout dire

    – Aussi, la magie de (re)découvrir ses photos a posteriori. Renouer avec le plaisir et l’excitation d’attendre de découvrir le résultat du développement argentique. Une approche qui réenchante et réinjecte un peu de poésie, de désir et d’incertitudes dans ce monde peuplé d’écrans. Vous objecterez bien sûr qu’on peut très bien se passer de contrôler ses photos sur son écran d’appareil photo et vous aurez raison. Mais honnêtement, sans la contrainte technique, personne ne résiste à la tentation qui est trop forte de jeter un oeil. Ce qui tend pour moi à banaliser le téléchargement sur son ordinateur.

    Ce qui manque surtout pour moi à cet appareil :

    – on ne peut pas vérifier la charge de la batterie ou la mémoire disponible sur sa carte SD

    – on ne peut pas formater sa carte

    – la contrainte de devoir gérer les fichier JPG en plus des Raw

    Mais franchement, si le prix était significativement moins cher, je trouverais ce parti-pris très intéressant. C’est discret, robuste, radical et audacieux.

    Il n’y a pas de quoi être impressionné techniquement par cette initiative et ça ne contribuera pas à faire de meilleures photos. C’est juste une question de plaisir et d’émotions.

    Et puis arrêtez de penser que tous les acheteurs sont tous motivés par le côté frime de Leica. Franchement, à part dans le 6ème ou le 17ème arrondissement où quelques initiés peuvent remarquer votre boitier (c’est plus gênant qu’autre chose à vrai dire), tout le monde s’en moque de cette marque à part les haters du net. De surcroît, personne ne remarquera que vous n’avez pas d’écran.

    Ce n’est pas non plus une histoire de dévotion à la marque. Comme je le disais hier, je suis pas un intégriste puisque j’expérimente d’autres boitiers, d’autres marques. Mais à chaque fois, la même frustration revient : je ne retrouve jamais le confort de l’ergonomie simple, efficace, sans assistance Leica (ou Nikon FM3) qui me donnent envie de réfléchir à ce que je fais quand je déclenche. Avec tous les autres appareil, j’ai l’impression de naviguer sur une livebox. Vous avez remarqué comme c’est devenu compliqué de regarder la télé ?

    Pour conclure sur une analogie automobile, je préfère souvent me perdre avec une carte routière quand je ne suis pas pressé plutôt que de m’agacer avec un GPS ou Google Maps (super outils bien pratiques dans certains cas). Tout n’est qu’une question d’humeur, de contraintes, d’état d’esprit et de rapport au temps dans sa pratique finalement.

    A bientôt,

    • Merci pour le retour… toujours aussi intéressant, j’aimerais des commentaires comme ça tous les jours !

      100% d’accord avec toi pour le GPS et se perdre avec vous sans carte : je pratique ça très souvent ! Un très bon moyen d’explorer de nouvelles pistes (§au propre comme au figuré).

      Par contre, s’il fallait payer 6000 € pour ça : je ne crois pas que je te suivrais ;-)

      • – la contrainte de devoir gérer les fichier JPG en plus des Raw

        J’ai lu quelque part qu’il n’y avait que des DNG pas de JPG…

        (Sur Focus Numérique) :

        sous le capot, on retrouve toujours le capteur CMOS 24 x 36 mm de 24 millions de pixels, associé au processeur d’image Maestro qui fournit des images uniquement en DNG !

         

      • On est bien d’accord :-)
        Dommage que les prix ne soient pas plus compétitifs.
        Mais il faut reconnaitre que la qualité de fabrication et le SAV Leica, ça se paye.

        La gestion du problème des capteurs de M9 par exemple est assez remarquable (remplacement gratuit, même sur des boitiers qui ont maintenant 6 ou 7 ans ou remise de quasiment 50% sur l’achat d’un boitier neuf).

  5. C’est surtout que Leica compte sur vous pour vendre 6k € de logo à exposer dans la rue avec une belle ctm à la clé, pendant que je vais claquer le triple dans des voyages pour finalement cacher le logo et la marque de mon matos gp pour passer discret dans les ruelles à l’autre bout de la planète (tonton je suis désolé pour tes 2 5D braqués) Ca me fait penser au patron du resto d’en face d’où je bosse qui shootait une star avec son leica M qui sortait d’Europe et qui était déçu du rendu du visage. Visage pris évidemment en intérieur vers l’extérieur avec un fort contre jour non négociable et à qui j’avais conseillé de prendre le modèle au dessus et plus récent avec une dynamique (ta mère) de malade. J’en rigole encore… J’en ai une autre du même type, mais je la garde pour la prochaine… C’est un mec du marketing qui shoote des pots de yaourt avec un Leica.

  6. Il est pas trop cher ce Leica, à 6000 boules, Leica semble vouloir atteindre les pauvres cadres en plus des millionnaires, et quand je pense que t’as des pauvres bougres qui doivent prendre des crédits à la conso pour toucher « la magie » du doigt :'(

  7. le pire dans tout ça c’est que une fois l’écran retiré sur ce model il est plus lourd que celui qui à un écran…. Si encore on avait gagné en taille et en poids au passage…

  8. Haa je me demandais quand tu allais réagir la dessus :D

    Dans le concept minimaliste (pour ceux qui sont allergique aux menus, ou puristes ou je ne sais quoi) ils auraient pu laisser l’écran mais avec juste une fonction « effacer ou conserver l’image », la ça aurait été un peu plus crédible.

  9. Jean Michel Snob on

    Une fois encore – si tu ne supprimes pas carrément mon post comme la dernière fois – JF tu fais preuve d’une certaine incapacité à voir le monde autrement que par ton filtre utilitariste et TES besoins. Sans imaginer que d’autres puissent avoir des besoins ou ENVIES différents des tiens.

    Psychorigidité quand tu nous tiens… A quoi donc peut servir une chambre avec un dos polaroid alors que l’autofocus numérique de ton Canon fait 5 ou 6 photos à la seconde… on se le demande hein ?

    C’est bizarre mais si tu poses la question à Paolo Roversi, c’est lui qui va te rire au nez.

    De la même manière, le client potentiel de ce Leica (pas moi, car c’est trop cher pour ma bourse) n’a que faire de ton autofocus, de ta rafale (et de ton joujou en plastique aussi, mais c’est un autre sujet). Tu peux l’appeler snob, bobo ou ce que tu veux avec ton mépris habituel des gens qui ne pensent pas comme toi ou qui sont prêt à mettre beaucoup d’argent pour un outil (soit parce qu’ils ont plus de moyens que toi, soit simplement parce qu’ils ne voient pas le monde avec le seul critère de rapport qualité/prix, ne t’en déplaise…).

    Alors oui, figure toi certains artistes recherchent la transgression. Oui certains – et c’est même très courant pour qui s’intéresse à l’histoire de l’art – aiment à travailler sous contrainte. D’autres encore aime un outil épuré à l’extreme pour retrouver le plaisir et la vertu des gestes simples, s’éviter des réflexes qui sont autant d’obstacles à la création (regarder ce qu’on vient de faire, c’est souvent perdre l’image qu’on aurait pu faire la seconde d’après).

    Tu peux trouver ça cher payé, tu peux trouver ça ridicule, snob, dévot, tout ce que tu veux. C’est le simple reflet de ton incompréhension de la différence. Pour quelqu’un qui voyage autant que toi c’est assez déconcertant…

    • Je ne supprime que les commentaires qui sortent « des clous »… ça peut arriver.

      Désolé : tout ne se vaut pas, tout n’est pas relatif et je ne suis pas « utilitariste », ni « psychorigide »… Je suis juste « libre de penser » et ça c’est beaucoup plus précieux que tous les Leica du monde !

      On a le droit de dire et d’écrire qu’il existe effectivement : des « stupidités » dans ce monde, comme ce Leica sans écran (heureusement pour Leica il y a aussi le Leica Q, qui est bien plus intelligent) !

      Oui, osons expliquer qu’il existe des « idées à la con », des « superstitions » et pas mal « bêtise et de naïveté » dans ce monde…

      Et c’est bien mon droit de le penser et de dire…

      Ce Leica sans écran fait partie de ces « absurdités », dont on a bien le droit de s’amuser et de moquer ! Du moment qu’on laisse tranquillement les gens dirent et fairent ce qu’ils veulent (acheter cette stupidité par exemple et en être fiers)… on a aussi le droit de penser sans tabous que c’est une « stupidité » ! ! !

      C’est ça la liberté de penser ! Et c’est précieux…

    • C’est justement parceque j’ai beaucoup voyagé… avec toute sorte de matériel : que je sais quun Leica n’est pas ce qu’il faut pour voyager et réussir ses photos !

      Le Leica ; c’est l’idées que ceux qui ne voyagent pas souvent, se font des voyages…
      C’est juste un « fantasme »…

      D’ailleurs on en croise pas souvent à l’autre bout du monde ! A part dans les boutiques de luxe des aéroports…

  10. Sérieusement je suis séduit par l’idée, et au lieu d’y voir du religieux, je trouve ça très en phase avec la tendance actuelle à se débarrasser du superflu. Perso j’ai jamais aimé les écrans sur les appareils photo: points de fragilité, moches, difficile à lire en forte luminosité, crades avec les traces de doigts et de pif. Ils sont le point d’entrée vers ces menus hiérarchiques infernaux et ces options pléthoriques qui embarrassent nos cerveaux.

    On ne peut pas non plus critiquer Leica pour son adandon de la pastille rouge sur cet appareil. Vous avez vu la marque Pentax sur le K1? On voit que ça!

    Pour le poids, cela vient du laiton utilisé qui doit être plus agréable sous les doigts.

    Là où je ne suis pas du tout Leica, c’est sur le tarif. On ne devrait payer moins cher un produit plus simple.

    • Globalement quand même, les tarifs de Leica à se défendaient quand on achetait un appareil pour 30 ans. Ils ne sont pas du tout adaptés aux évolutions constantes du numérique qui induisent une obsolescence rapide.

    • se débarrasser du superflu oui ! ça me plait ça…

      Sauf que l’écran reste indispensable ! Vraiment obligatoire… et c’est quelqu’un qui a travaillé en pro 10 ans en argentique qui te l’affirme.

      Certes il faut apprendre à ne pas le vérifier en permanence (comme font les débutants). Moi j’ai heureusement appris à travailler en argentique, donc je ne suis pas tenté trop souvent.

      Il n’en reste pas moins qu’il me serait impossible de m’en passer ! Surtout avec 24 Mpix ou plus…

      C’est vraiment du « grand n’importe quoi » cette histoire ! C’est bidon : juste du marketing…

  11. Moi qui déteste passer en revue mes images sur l’écran arrière, je ne suis pas choqué outre-mesure par l’absence d’écran.

    Néanmoins, s’en passer totalement me paraît une idée assez incongrue.

  12. En tout cas, une chose est réussie pour les gens du marketing de Leica : on en parle (pas seulement ici, j’ai vérifié sur d’autres blogs…).

    Oui, je comprends certaines paroles de Jérôme : « Aussi, la magie de (re)découvrir ses photos a posteriori. Renouer avec le plaisir et l’excitation d’attendre de découvrir le résultat du développement argentique. Une approche qui réenchante et réinjecte un peu de poésie, de désir et d’incertitudes dans ce monde peuplé d’écrans ».

    Sauf qu’il y a, je trouve, un coté artificiel dans tout cela, une sorte de supercherie commerciale. Qu’on aime ça ou pas, le numérique n’est pas l’argentique, on ne travaille pas de la même façon avec l’un et l’autre.

    Non, le vrai plus, je trouve, ça aurait été de ressortir un Leica tout nouveau, tout neuf et tout beau, mais en argentique, puisqu’on trouve encore des films négatifs et surtout noir et blanc. Là, oui, la poésie avec l’objet aurait été intacte et l’objet vraiment osé !

    Et puis, il y a différentes façons d’aborder la poésie, ou ce qu’on pense en être. Moi, franchement, que cela soit en numérique ou en argentique, et quelle que soit la marque, ce qui m’intéresse dans tout ça, ce n’est pas tant l’objet que l’image elle-même… pour moi la poésie est surtout ailleurs. Même si je ne nie pas que certains objets qui m’entourent, généralement d’un autre temps (car il faut qu’ils aient vécu), sans artefact moderne, sont véritablement poétiques en eux-mêmes bien sûr (tout est dans la tête on le sait bien).

    Maintenant, si certains ont besoin d’un Leica pour créer une image poétique ou voir de la poésie dans un certain type d’objet, libre à eux…

    Enfin : se passer d’un écran ? pourquoi pas, oui, après tout, pour changer les habitudes, de temps en temps. D’ailleurs sur mon Canon, si je veux, ça se débraye… Avec la qualité des raw aujourd’hui de toute façon, même si on se plante à la prise de vue, on récupère tellement au traitement… À moins vraiment de se planter grave ! Cependant, on peut aussi trouver de la magie dans l’écran, s’il est utilisé avec parcimonie et intelligence. En voyage, après une longue et belle journée de prises de vues, s’enfoncer dans une couette et revivre les moments de la journée avant de s’endormir… Ouahh, ça aussi c’est magique… :-)

  13. Eric (Japon) on

    Moi j’aime bien désactiver complètement mon écran… Pour ne garder que le viseur électronique. Sur le X100T c’est vraiment un plaisir, et si besoin tout est accessible dans le viseur, des menus aux photos prises. Ça me permet d’être très discret, notamment dans la rue ou quand je shoote en avion et que je n’ai pas envie que mon voisin regarde mon écran. Tout le monde n’est pas dans le même cas de figure bien sûr. Mais c’est pas mal non plus de rencontrer des photographes qui prennent leurs photos sans passer leur temps à regarder chacune de leurs expositions.

  14. Et comment on fait pour montrer tout de suite les photos à tata Fernande ? C’est aussi ça l’interêt.
    En plus quand on montre le résultat au modèle, ça l’encourage à continuer…

  15. Jean-Claude Grouard Grouard on

    Il ne faut pas oublier que Leica a été racheté par Hermès, il y a déjà quelques années. C’est un objet de luxe, c’est tout. Ils vont surement faire une sangle en carré Hermès ou dans le cuir sellerie.

  16. J’adore cet appareil! Certes un peu cher! Cela va à l’encontre de la complexité des appareils actuels. Et la magie de découvrir à posteriori ses photos lors du développement.

    • Oui ! Enfin, si on considère que passer de 100 à 200 ISO manuellement grâce à un écran : ça c’est de la complexité… Alors là !

      Ou encore encadrer la sensibilité ISO Auto entre deux valeurs, si ça c’est de la complexité ? C’est un peu au moins aussi complexe que de sortir un surgelé du congélo pour le mettre au micro onde !

      Non, faut arrêter là : la plupart des appareils proposent des modes 100% Auto qui marchent idéalement… Rien de complexe là dedans !

      C’est du snobisme : point barre… Une « posture » face à une « sois-disant » complexité : que 90% des enfants de 12 ans peuvent maitriser sans mode d’emploi.

      • je croise parfois ce type de personnes (snob) qui se faufile dans les manifs ou pendant des petites bousculades de politiciens. Des « francois marie barnier », de « grands artistes » avec un look mi bobo café saint martin, mi reporter de guerre année 80, mi « je me cherche je ne sais pas qui je suis » alors qu’ils n’ont jamais quitter leur petit nid douillet, bref j’ai jamais compris cette mode à la con :)

  17. Je suis daccord. Un leica numérique à ce prix, sans Écran, c’est parfaitement ridicule et snob au possible. Un écran qui s’éteint suffit, ou alors un écran qui se Flip pour se retourner et éviter d’abîmer l’écran ok. Mais la, ils pouss’et vraiment. C’est un concept, ok, au même titre que je dis aux personnes qui apprennent la photo de mettez une carte mémoire de 1Go pour limiter les photos et forcer à se concentrer sur le cadrage, mais de là à faire un appareil à plus de 5000€ sans écran…

  18. Ceux qui veulent faire des photos sans ecran peuvent investir dans un Leica argentique (M2 ou M3 a moins de 800€ sur ebay) et puis c’est tout.

    Il auront un rendu de la production numerique actuelle, devront attendre d’être a la maison pour visualiser leur photos, et beneficieront d’une dynamique de folie.

    Et s’ils ne sont pas content il peuvent revendre leur matos 1 ou 2 ans aprés au prix d’achat (allez faire pareil avec un Leica numerique).

  19. Allez vais aussi y aller de mon petit commentaire :) Bon j’avoue je n’ai pas tout lu, entre l’article et les 40 commentaires, ça fait un peu trop à mon goût…

    Bref, c’est vrai que 6000€ sans écran pour le coup c’est un peu du foutage de gueule, parce que du coup, qu’est-ce qui coute cher à produire ? On parle d’un M qui ne change pas (ce qui me va très bien), d’un principe de visée qui ne change pas (c’est très bien, il en faut aussi). Du coup ils réutilisent des dos argentique en gros… Donc largement amortis et avec des moules existants.

    Donc justifier ce prix, là perso je comprends pas (où ils ont  déjà prévu qu’ils allaient en vendre 3). Et pourtant, je suis un adepte de la simplicité, et je comprends ce qu’ils ont voulu faire. Retrouver une partie de la magie de l’argentique avec du numérique. Mais du coup, je me dis que ça existe déjà, ça s’appelle un Leica M6, M7 etc.

    Parce que je vois des vitesses de shutter très limites et aussi un range ISO très limite, du coup, quel avantage à ce numérique par rapport aux bons vieux boitiers films ??? Avoir ces photos le soir, pouvoir en faire plus sans réfléchir ?

    Je préfère attendre plus longtemps et shooter à la peloche, pas de soucis dans les surexpos avec pas mal de négatifs (ça justifie le 1/4000 et le range iso) et surtout un rendu que le numérique ne permet pas. Du coup, ce modèle est vraiment beaucoup trop chère pour ce qu’il apporte et je vois pas pourquoi un fan de Leica qui a connu les M4, M6 etc. passerais sur ce M-D…

    Avec leurs modèles argentiques on a tout le bonheur de leur gamme optique exceptionnelle et surtout la simplicité d’utilisation avec une ergonomie sans faille (sans compter le bonheur de l’attente du résultat que perso j’adore). Je loue la démarche mais selon moi c’est loin d’être au point, en tout cas dans les fonctionnalités qu’ils proposent pour du « numérique ».

    L’avenir nous le dira, ils en vendront peut-être des sacs et on pourra dire qu’au marketing chez Leica ils sont bien forts.

  20. Moi, j’ai depuis pres de 15 ans rencontré mon outil pour la street photographie, et c’est le Leica M. Film puis digital.
    Du M8 au M9 puis au M240 dont J’ai eu deux modele, j’ai toujours regretté tous ces boutons inutile.
    Dans la rue la photo ne se présente qu »une fois, et on le sait en déclenchant. Inutile de vérifier, ni de doubler…
    J’ai donc toujours rêver d’un M sans option ni menu… Pas pour tout le monde certainement, mais pour moi.
    Oui Leica c’est cher, on peut le regretter, mais la qualité se paye et se revend.
    Je vais me délecter de ce MD.
    Les chiens aboient…

    Le M7 était aussi trop cher
    Le M6 aussi
    Le M3 était si cher qu »on à demander à Leica de faire un M2…..

    Et si c’était le prix de l’outil de qualité ( pas pour tout les usages photographiques)

    Leica n’a jamais dit que tous ces appareils n’auront plus de menu ni de DELETE ni de PLAY, ni d’écran….
    Il y en as pour tous les goûts.

  21. J’oubliai:-j’ai eu un xpro, un Ricoh grd, un fuji X100T…. Je suis revenu à Leica.
    Essayez vous aussi, c’est une libération.

    (Ps: ça fait pas vraiment de meilleure photo, mais ça donne la banane d’être zen attribué avec son outil, et la, on en loupe moins)

  22. Pingback: Prise en main : Panasonic GX80 enfin un hybride efficace - Photoetmac.com

  23. La magie leica c’est avant tout les optiques et leurs rendu et le télémètre.
    J’ai toute façon pas le moyens d’acheter des optiques.
    Quand je veux de la simplicité, j’utilise un vieux Rolleicord ou un vieux yashica mat.
    Après c’est pas parce que l’on a un canon qu’on utilise la rafale à 10i/s, le collimateur à tout va en permanence et autres options.
    J’utilise le collimateur central, je suis en m en permanence et je matte pas mon écran à tout va. Faut arrêter de penser qu’il faut un m pour penser une image c’est du n’importe quoi.
    Enlever l’écran… Marketing à fond. Seul avantage ça pollue moins à la fabrication :-)

  24. peut-être que quelqu’un qui souhaite acheter cet appareil souhaite le garder un peu plus que six mois je sais que c’est difficile a comprendre pour certain qui attende le capteur 200 millions de pixels et des que le nouveau modele en gagne 5 on se rue dessus

    mais qui dit moins d’électronique dit moins de pannes et donc une esperence de vie beaucoup plus longue

    mais le canon 5d mark 4 vient de sortir allez vite jeter vos anciens c’est de la mer**

     

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.