web analytics

Il n’a pas aimé le Sony A7 RII… retour au Leica ?

5
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Et hop : un « commentaire du jour » ! Car l’actu photo est pauvre en ce moment et je suis très occupé (j’aurais du « faire du marbre« )… et parceque  j’adore ce genre de commentaire, instructif et bien rédigé. Je vous le passe à la Une, car il mérite d’être lu.

Et pour une fois qu’on dit du bien de Leica avec de « vrais » arguments, compréhensible (et non ésotériques) : je trouve que ça mérite d’être lu… Oui, souvent les arguments des utilisateurs de Leica sont peu crédibles, et font plus penser à de la superstition qu’à autre chose. Mais là non. Comme l’auteur du commentaire, j’aurais bien un faible pour le Leica Q. mais le prix n’est pas raisonnable : 

« Et bien moi, je pense que je vais encore avoir tout faux ! J’ai récupéré un Alpha 7RII pendant 3 mois. Résultats photographiques remarquables, mais ergonomie contestable (j’ai dû lire intégralement le mode d’emploi), encombrement important, une impression globale de fragilité (l’écran qui se raye notamment) et surtout une autonomie indigne. => Revendu

A la recherche d’un compact expert, les prix du canon G5X ou du sony RX100 m’ont dissuadé par rapport à la taille du capteur… Et j’ai craqué pour un Fuji XT-10 que je trouvais assez intéressant avec le nouveau 35 mm F/2, nettement moins gros et moins moche que toutes les autres optiques de la gamme. Résultats photographiques très propres (surtout si on compare à un compact), mais la disponibilité du boitier (visée) demeure assez aléatoire (très désagréable d’avoir un écran noir dans le viseur) et l’utilisation du mode vidéo me paraît encore assez ésotérique (un détail doit m’échapper car le bouton rouge n’enregistre jamais). J’avoue que cette fois, je n’ai pas potassé complètement le mode d’emploi.

In fine, Hop, retour au Leica M240 ! Il reste mon chouchou : tous les jours dans mon sac, une ergonomie sans détours, une finition qui procure un plaisir incomparable, une visée claire et permanente, la bague de profondeur de champs sur les objectifs, une mise au point manuelle rapide qui responsabilise son utilisateur (l’auto-focus en street photo, j’ai toujours un peu de mal). Sans parler du rendu propre à chaque optique qui a sa signature.

Maintenant, le fuji reste pratique en deuxième boitier pour monter un équivalent 50mm en complément du 28 ou du 35 de mon Leica, histoire de rompre la monotonie du cadrage.

Mais si je n’étais pas raisonnable, je le changerai volontiers contre un Leica Q.

19505_leica-q_handgrip-5577089f97992

Si mes Nikon D70 et D90 m’ont produit de chouettes clichés en leur temps, leur autofocus ne me manque pas une seconde et surtout je ne pouvais pas les avoir tous les jours à portée de main.

Si la qualité des boitiers Canon ou Nikon est indéniable, tous le monde n’a pas besoin d’un 4×4 pour rouler en ville. Le M, c’est plutôt le plaisir et l’agilité du vespa. J’avais d’ailleurs le même plaisir quand j’utilisais un Nikon FM3 en argentique.

Allez Hop, retour au Leica !

PS: j’adore lire ce blog qui n’est pas fade ou neutre comme le sont beaucoup d’autres. Même si je trouve que le leica bashing un peu en perte de vitesses ces derniers temps ;) »

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

5 commentaires

  1. Tout a fait d’accord, mais comme la photographie est de toute facon affaire de compromis, je suis tres content de mes Fujifilm et j’ai du mal a les prendre en defaut.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.