web analytics

Révolution à venir : vers des viseurs hybrides Canon ?

16
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

On apprend ici et , que Canon aurait déposé un brevet (n° 2016-35525 – publié le 2016.03.17 mais déposé le 2014.08.04) pour un viseur optique hybride, permettant d’afficher un écran LCD, en surimpression de la visée optique de la scène…

Si le dispositif s’avèrerait efficace, la question du choix entre hybride et reflex ne se posera plus en les mêmes termes. Un reflex équipé de ce dispositif présenterait les avantages des viseurs optiques et électroniques. Il s’agirait peut-être de la révolution que le monde de la photo attend depuis une petite dizaine d’années…

Toutefois le brevet ne fait pas pour le moment référence à un afficheur électronique « total », mais seulement à l’affichage des données de prises de vue…

 

CANON_PATENT_HYBRID_VIEWFINDER

Imaginons cinq minutes un viseur électronique « complet » basé sur ce principe : il faudrait parvenir à le loger dans l’espace restant entre le prisme et le verre de visée… Si c’était possible, un tel viseur serait probablement bien plus intéressant que le viseur hybride du Fuji X-Pro 2, qui présente de nombreux défauts de parallaxe et de grossissement selon les objectifs (n’étant pas de type reflex) : Prise en main Fuji X-Pro 2 : mes tops, mes flops !

Si à partir de 1959 les reflex ont progressivement remplacé les appareils télémétriques dans les « fourre-tout » des photographes pro et amateurs, c’est bien pour ces raisons là… Il semblerait tout de même assez étrange que par un bizarre détour, l’histoire nous fasse « revenir en arrière »… après plus de 50 ans de progrès du confort de visée. Alors que probablement des solutions techniques existent, permettant de combiner « viseur optique reflex » et « viseur électronique ».

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

16 commentaires

  1. Oui ça serait bizarre que l’histoire nous fasse faire un retour en arrière mais des fois je me demande…

    En tout cas, le réflex me parait encore indispensable aujourd’hui, quoi qu’on en dise presque partout !

    pour le viseur hybride canon, à suivre…

     

  2. Bin l’histoire montre que ce n’est pas toujours la meilleure technologie qui gagne, mais celle dont le mix rentabilité/popularité l’emporte. Dans le cas des viseurs, on voit bien que les evf, même si innovants, ne sont toujours pas à la hauteur des ovf ; par contre ils sont extrêmement rentables pour les constructeurs, économie qui n’est certainement pas redonnée aux consommateurs. Pour l’instant l’écart qualitatif est trop important, mais il se réduira dans le futur. Quand verra t’on les descendants des D810/D5 ou 1D/5D avec un evf ? ce jour là les evf seront à la hauteur par contre.

  3. Mais je comprends pas bien… Canon a déjà implémenté cette techno sur ses reflex récents. Je veux dire par là qu’on a déjà des infos de prises de vues qui s’affichent en surimpression (je pense à la grille d’aide à la composition par exemple).

    Donc là ça apporterait quoi en fait par rapport à l’existant ? L’affichage d’un historgramme par exemple ?

    Car un vrai EVF apporte la vision de l’exposition de l’image finale par exemple, or là, je vois pas comment une surimpression d’image sur un OVF pourrait apporter ça par exemple… ?

    • Il faut savoir (lorsque l’on a un peu d’expérience), que l’affichage de l’expo réel dans le viseur est un truc inutile…

      Il suffit de savoir anticiper ce que va mesurer la cellule : ce qui n’est pas trop compliqué… Sachant que la scène mesurée est ramenée à un gris à 18% en général.

      Si l’on applique une correction d’expo (de -1 diaph) : on sait ce que ça fait à la louche…

      Et il y a toujours l’écran pour vérifier : si l’on est attentif, au bout de quelques semaines ou mois de pratique, l’observation des résultats, permet d’anticiper ce qui va se passer…

      En cas de doute :hop une rafale de trois images en bracketing de 2/3 de diaph (ça permettra en plus d’obtenir un dông HDR dans l’excellent outil de Lightroom)

      Ajoutez à cela l’énorme capacité de correction des fichiers RAW : de +/- 2 à 3 diaph sans soucis, une erreur d’expo de 1 diaph (qui n’arrive pas souvent), peut aisément être compensée ensuite.

      En résumé : l’affichage de l’expo dans le viseur est un truc de débutant ! (et en plus de débutant feignant qui n’a pas envie d’apprendre à s’en passer ;-)

      Exactement comme les stabilisateurs quand on apprend à faire du vélo…

      Pour quelqu’un comme moi (et des millions d’autres) qui ont appris à faire de la photo en argentique (sans écran pour vérifier) et en diapo (sans possibilité d’ajuster en post traitement) : le besoin de voir l’expo réelle dans le viseur : ça touche au ridicule !

      C’est un peu comm les gens dans quelques décénies (peut-être) qui achèteront des fruits déjà épluchés…

      Des millions de photographes exposent correctement leurs images sans ce gadget… Et la plupart des gens font du vélo sans stabilisateurs ! Il n’y a aucune nécessitée d’afficher l’expo dans le viseur pour être créatif !

      • Et sans oublier qu’aussitôt qu’on entre un flash dans l’équation, l’expo dans le viseur ne veut plus rien dire…

      • J’ai exposé des paquets de Provia/Velvia au siècle dernier, presque exclusivement travaillé en RAW depuis le passage au numérique et pourtant, lorsqu’en marge de mes reflex j’utilise mon petit GX7 (dont le viseur, certes perfectible, ne m’a jamais donné la nausée), j’apprécie de photographier dans ce mode très proche d’un « WYSIWYG », qui s’avère de surcroît lumineux dans le sombre. J’y vois une forme de confort pas nécessaire, mais bien agréable (en forçant le trait, c’est aussi une recherche de confort qui me fait travailler sur un écran calibré en mode simulation d’impression sous Photoshop plutôt qu’en analysant l’image). Mais bon, si je ne pense pas être seul dans ce cas, j’admets aussi volontiers que ma pratique professionnelle de la photo (majoritairement sportive) ne fait pas de moi un « vrai photographe » et c’est là, je crois, l’origine de nos divergences d’intérêt pour cette fonction.
         
        Concernant l’enseignement de la photo, j’imaginais au contraire que, positionné en mode manuel, un appareil rendant compte en temps réel de l’expo finale permet de vite en comprendre le fonctionnement tout en réussissant ses photos. Pour reprendre la comparaison avec la bicyclette… je n’aime pas les stabilisateurs, mais je ne trouve pas idéal non plus d’encombrer un minot avec des pédales alors qu’il peut presque instantanément prendre plaisir au guidon d’un vélo débarrassé de ces dernières. Et une fois l’enfant en confiance sur sa draisienne, il ne lui reste plus qu’à maîtriser le seul pédalier pour devenir un cycliste, ce à quoi ceux que j’ai vus suivre ce parcours sont très rapidement (et sans heurts) parvenus.

        • Tout le problème du stabilisateur est là…

          On a enseigné à des générations d’étudiants la photo sans EVF et en 30 ou 40 minutes, n’importe qui est capable de comprendre…

          Utiliser l’EVF pour les débutants : pourquoi pas… Je crois que ça ne présente pas un grand intérêt, mais à la limite pourquoi pas ?

          Par contre laisser un débutant travailler pendant 1 an avec l’EVF : et il ne voudra jamais oser s’en passer. Du coup il sera handicapé par rapport a quelqu’un qui a pris sur un reflex je crois… DU moins tant que les EVF n’auront pas progressé. Et cela prendra encore 3 ou 4 ans je le crains.

      • Oui je suis d’accord que l’intérêt est assez limité (surtout vu la piètre qualité de cette visualisation dans l’EVF, pour bien évaluer l’expo bonjour…), mais c’est tout de même l’intérêt souvent cité en numéro 1 par les afficionados de l’EVF… :)

        • Et bien ils se trompent… en général les aficionados de l’EVF sont des gens ne maitrisant pas bien leur reflex.

          L’EVF est un truc de débutants, ou d’amateurs !
          Il y a des amateurs qui font de très belles photos, ça n’empêche pas.

          Mais l’amateur est par définition quelqu’un qui n’a pas besoin d’être pointu techniquement : il a tout son temps et aucune obligation de résultat (dans un timing donné). Du coup, il n’a pas vraiment besoin de maitriser la technique de son appareil…

          DU coup il aime bien l’idée de l’EVF capable d’afficher l’image telle qu’elle sera exposée.

          • Je ne me considere plus comme un debutant depuis pas mal de temps, mais plutot amateur ayant de belles optiques (je ne vends pas encore assez de photos pour etre « pro »), cependant j’apprecie utiliser le viseur electronique de mon Fuji X-E1 pour certaines occasions. Apres de longues periodes d’utilisations de l’EVF, je dois avouer qu’il me manque parfois en reprenant le FF Canon. Si le viseur optique reste superieur dans 85% du temps, un EVF a aussi des avantages de temps en temps

            Le Focus Peaking et le WYSIWYG sont tres pratiques, surtout avec des optiques bourrees de defauts attachants (Helios 40, Canon 50L…)

            • Oui, enfin, Helios 40 mm : on est dans le gadget grand-gniniolesque, pathétique et Kichissime là ;-)

              C’est l’équivalent exacte des filtres « soft » de David Hamilton, dans les années 80 (qui faisait aussi de jolies photo par ailleurs), mais on va en rigoler dans pas très longtemps ;-)

              Pire : pour une raison mystérieuse, l’utilisation de ce filtre aurait tendance à faire tomber les filles sur les fesses ( ! ) et même les pousse à se rouler dans les feuilles mortes, ce qui est salissant et qu’elle une feraient jamais autrement !

              http://www.ilkoallexandroff.com/helios-40-2-85mm-f1-5-lens/

              ahah !

              Bon, à part ça… les quelques avantages de l’EVF, ne me semble aucunement compensés par quelques avantages… Mais bon, chacun verra Midi à sa porte.

  4. Je ne vois pas bien l’intérêt d’un tel viseur sinon d’ajouter un coup sans permettre aucun gain de place.

    Autant sur les Fuji j’en comprends tout l’intérêt que là …

    De nuit peut-être ?

    A moins que se soit pour visionner ses photos sans quitter le viseur.

     

  5. Les avis super nuancés de JF sont à tordre de rire… Le mec a tout compris sur tout ;-)

    C’est étrange d’être si sur de soi quand le marché est en train de prouver par A + B tout le contraire. Je vous invite à revenir dans 3 ou 4 ans sur ces commentaires pour bien vous poiler et observer comment JF vous expliquera par un tour de passe passe pourquoi il avait quand meme raison :)

     

    • dans 3 ou 4 ans, peut-être qu elles viseur électroniques étant progressé, les hybrides représenteront la majorité des ventes par rapport aux reflex…

      Pour le moment on en est encore très, très loin ! Il ne faut pas prendre vos désirs pour des réalités…

      Il y a un temps pour tout : l’adoption d’une nouvelle technologie par le plus grand nombre, doit nécessairement attendre que celle-ci soit parfaitement au point, et aussi performante que celle qu’elle est sensée remplacer. On y est pas encore : gamme optique, autonomie, ergonomie, confort de visée, réactivité, AF, etc…

      Le bilan n’est pas encore si reluisant que ça pour la majorité des hybrides. Seuls trois ou quatre modèles (hors de prix pour 80% des photographes), commencent à s’approcher des performances de reflex (et à les dépasser parfois dans certains domaines) : cela ne suffit pas à ce que la majorité des photographes passent à l’hybride !

      CQFD

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.