web analytics

Prise en main Fuji X-Pro 2 : mes tops, mes flops !

85
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’un test, ni même d’une véritable prise en main.. Juste quelques réflexions rapides, après avoir essayé rapidement le X-Pro 2 et son petit Fujinon XF 35 mm f/2 R WR. Certains vont adorer ce boîtier et s’émouvoir… Et moi ? Je n’ai pas détesté (va…) mais je reste un peu sur ma faim.

Vous pouvez télécharger quelques RAW et JPEG ici : Fichiers du Fuji X-Pro 2 à télécharger. Je vais commencer par vous livrer les quelques « reproches » que je fais à Fuji… Et je garde (tout) ce que j’ai aimé, pour le bas de l’article. Pourquoi commencer par les critiques ? C’est comme ça : parceque j’ai toujours préféré garder le désert pour la fin… Je conseil donc aux Fuji fans, d’allez directement en bas de l’article (et de s’épargner tout le début ;-)

IMG_4035_blog_1078px

Et je vais commencer par ce qui m’énerve vraiment beaucoup ! Je propose que se « fassent Harakiri » en pleine foule (dans un yodobashi camera à Tokyo) les stupides coupables (probablement du service marketing) qui ont réussi à imposer cette idée ridicule : d’un sélecteur d’ISO « rétro design »… Qui se trouve être totalement « insupportable et fastidieux » à manipuler (et peut-être fragile aussi).

Je suppose qu’il avait contre lui tous les photographes « raisonnables » de chez Fuji : qui « utilisent » les appareils au lieu de les vendre : les photographes, les testeurs, les ergonomes, les techniciens… Et même le fantôme de Steve Jobs (relire :  Steve Jobs explique comment les compacts Nikon sont nuls).

 


Je n’ai pas aimé : le sélecteur de sensibilité

Lorsque le design est fortuit : il est nuisible (et cela vaut pour le rétro design, le meilleur exemple auquel je pense fut sans doute le Nikon Df, le pire reflex sorti par Nikon ces 15 dernières années juste derrière le Nikon D100 pour d’autres raisons)…

De quel droit Fuji peut-il m’interdire de changer l’ISO de bout de l’index et du pouce, sans quitter la scène de l’oeil dans son viseur ? Ce que je fais avec « QUASIMENT TOUS » les autres appareils, depuis nombre d’années… En plus ce « beau viseur », il coûte assez cher à l’acheteur du X-Pro 2 : alors devoir en « retirer » l’oeil, juste pour changer d’ISO : c’est une honte (屈辱 kutsujoku) !

0000_SCREEN_JFV 769

C’est ridicule, tous les appareils, proposent depuis 10 ans (au moins et même plus chez Canon et Nikon) un discrret bouton ISO, tout près du déclencheur… Oui, cette fonction de changement d’ISO rapide sous l’index… est « entré dans les moeurs » : elle est UNIVERSELLE comme le Mode P, ou le Mode A.

Et je trouve lamentable que des « impératifs marketing » aussi secondaires, puissent ruiner une fonctionnalité aussi vitale sur un boîtier pro (et même expert)… C’est un peu comme cette molette ridicule que l’on trouve à l’avant de l’Olympus Pen-F, qui ne sert qu’à changer des « style d’image », ce dont tous les gens qui travaillent en RAW n’ont rien à faire. Heureusement dans le cas du Pen-F : elle sert aussi à améliorer efficacement la prise en main du boîtier, essayez le, c’est étonnant (cela rappeler à certain la tenue en main d’un Leica M argentique, facilitée par son levier d’armement).

Pour revenir au X-Pro 2 : c’est d’autant plus dommage que le touche Fn programmable (qui aurait pu réparer ce tord) : ne peut être pas programmée pour changer l’ISO (une mise à jour firmware pourrait le réparer)… Elle peut seulement changer de préréglages de sensibilité ISO Auto. La meilleure façon donc, d’échapper à la malédiction de la commande ISO, sera de rester en ISO Auto et de programmer sur le touche Fn : trois « pré-réglages ISO Auto » assez précise pour vos besoins. Par exemple :

  • Le premier « Spécial haute lumière et paysages » : entre Low et 200 ISO
  • Le second « Polyvalent » : entre 200 et 1200 ISO par exemple
  • Le troisième « Basses lumières » : entre 800 et 3200 ISO

La touche fn permettra d’alterner rapidement de l’un à l’autre… On continue avec quelques critiques plus secondaires.

 


Je n’ai pas aimé :  pourquoi avait-il besoin d’être aussi lourd ? 

Ce Fuji X-Pro 2 est un franchement peu trop lourd, pour un APS-C de street photo, destiné à être utilisé plutôt avec des courtes focales… Avec 495 g, le X-Pro 2 (qui n’est qu’un APS-C), n’est que 275 g plus léger qu’un EOS 6D Full frame (qui profite lui aussi d’objectifs hyper légers et compacts rappelons-le : comme pancake le EF 40 mm f/2.8).

ll devrait être possible de faire aussi beau et bon, mais un peu moins lourd (et moins cher aussi) ? Toutefois, il n’est pas impossible que Fuji n’ai pas cherché à faire trop léger : pour séduire les amateurs de « beau matériel » qui croient que quand c’est lourd c’est meilleur et plus ! C’est « du lourd » comme on dit…

DSCF0091_blog_1078px

Au 35 mm (équivalent 53 mm en FF). Vitesse : 1/140 sec. Ouverture : f/2. ISO : 200.

 


Je n’ai pas aimé : l‘ergonomie des molettes (on aime, ou pas)

L’ergonomie Fuji avec cette molette des vitesses sur le dessus, je n’aime pas ! Elle vous oblige à travailler quasiment tout le temps en Mode Priorité Ouverture (réglage de l’ouverture sur la bague de l’objectif et Sélecteur de vitesse sur A). Ou en Mode Programme (bague de l’objectif sur A et Molette des vitesses sur A). J’aime bien la priorité Ouveture : mais seulement 1/3 du temps…

Avec ce type de molettes (dont l’intérêt est relativement marketing), la Priorité Vitesse est franchement pénible à utiliser, car vous devrez retirer l’oeil du viseur, pour changer de vitesse. Ce que je déteste faire si la scène est « instable », surtout après avoir payé aussi cher pour un viseur !

Vous me répondrez que ce n’est pas trop grave, puisque tout ce qui peut être réglé en Priorité Vitesse, peut se régler en Priorité Ouverture… Evidement ! Mais c’est quand même un peu idiot dans certaines circonstances rares (rétro design, quand tu nous tiens)… D’ailleurs, si tous les constructeurs proposent une la priorité vitesse depuis les années 60 (et même des priorité Sensibilité comme Pentax), c’est bien qu’il y a une raison à cela non ?

Moi qui prend 1/3 de mes images en Priorité Vitesse environ, cette ergonomie « à l’ancienne » me prive de certaines méthodes de prise de vue que je juge plus efficaces, dans certaines circonstances. D’ailleurs : une partie du fiasco ergonomique du Nikon Df avait quelque chose à voir avec cette question de molettes. Nikon ayant voulu préserver la chèvre et le choux, il en résultait un vrai mic-mac ergonomique à la fin…

DSCF0055_blog_1078px

Au 35 mm (équivalent 53 mm en FF). Vitesse : 1/250 sec. Ouverture : f/2. ISO : 200.

 


Je n’ai pas aimé : la molette de correction d’exposition

Elle est plutôt ferme, mais l’est-elle assez vraiment ? Trop ferme, c’est pénible à tourner du pouce (en gardant l’oeil dans le viseur)… Pas assez ferme, on risque l’accident en sortant l’appareil du sac. A voir au quotidien.

Sur un appareil de ce type (conçu pour les experts et à ce prix) : la molette de correction d’expo devrait être verouillable de façon optionnelle, style molette des Modes Olympus qui peut-être libre ou verrouillée (selon que le poussoir est enfoncé ou pas).

Mon avis d’utilisateur de reflex expérimenté est que : jamais un tel système ne sera aussi sûr, précis et rapide que le molette de correction d’expo à l’arrière de mon EOS. On a parfois l’impression de revenir à la préhistoire, au détriment de l’efficacité (il faut bien dire les choses : dans Rétro design, il y a surtout Rétro)…

En voyant cette jolie molette, le débutant se dit « une molette à l’ancienne, facile à comprendre ». Mais l’expert se dit, « je vais perdre du temps avec ce binz rétro conçu pour les débutants et pour les poseurs ».

IMG_4042_blog_1078px

 


Je n’ai pas aimé : le problème du décalage de parallaxe…

Lors de l’utilisation du viseur optique, « le décalage de parallaxe », à courte distance de mise au point devient un sérieux handicape pour la précision du cadrage. On avait déjà testé ça (détesté ça) avec d’autres modèles Fuji à viseurs optiques (comme le X100 ou le X10) : c’est un problème inhérent à ce type de viseur…

Le cadre blanc de visé, se décale heureusement latéralement dès que l’on presse sur le déclencheur pour la mise au point, afin de nous montrer le cadrage final. Mais je ne comprend pas pourquoi ce cadre ne reste pas sur le dernier « état » correspondant à la dernière distance de mise au point acquise par l’AF. Je suppose que l’on peut s’y habituer…

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que par leurs progrès technologiques liés à la visée WISYWIG (what you see is what you get), les reflex ont « balayé » les « range-finder » après 1959. C’est pour cette raison que Fuji propose d’ailleurs un viseur hybride et que pas mal de photographes sont finalement contraints d’utiliser sa partie électronique 50% du temps (je suppose). Alors qu’ils préféreraient sans doute rester en visée optique.

Heureusement, l’astucieux bouton situé sur la face avant du boîtier, qui permet de switcher rapidement de viseur optique à viseur électronique est pratique.

 


Je n’ai pas aimé : l‘écran reste fixe…

Quelle dommage de ne pas avoir proposé un écran orientable, sur un tel boîtier « urbain »… Quelle bêtise même ! C’est probablement le même gars responsable du fiasco de la molette ISO, qui est responsable.

Il a certainement décrété qu’un écran basculant, ne semblerait pas assez « classique » aux acheteurs de X-Pro 2 et que ça allait « casser le style rétro » du boîtier… Quelle connerie : alors qu’en street photo c’est devenu indispensable pour quiconque l’a utilisé sérieusement…

On est en 2016 quand même ! Une époque ou l’on sait fabriquer des écran avec double articulation, extrêmement fins et solides… Comme celui du Fuji X70 !

IMG_4041_blog_1078px

 


Je n’ai pas aimé : l’autonomie ridicule, l’absence de flash et le prix…

Est-ce le même gars qui a interdit la présence d’un petit flash pop-up (alors que le boîtier est assez énorme pour en accueillir un) ? Est-ce lui qui a viré le Mode panoramique, qui était parait-il présent sur le X-Pro 1 ?

Est-ce encore lui qui n’a pas voulu d’écran tactile sur le X-Pro 2 (que l’on peut toujours désactiver si on trouve ça gênant et parfois ça l’est en effet au moins pour la partie prise de vue)… Il avait du faire un stage dans l’équipe marketing de conception du Nikon Df : où on lui avait déjà expliqué qu’il fallait supprimer la vidéo pour préserver le « style rétro »…

L’autonomie « théorique » de ce boîtier est sensée évoluer entre 250 et 350 photos seulement, selon que vous travaillez avec le viseur électronique ou optique. C’est suffisant pour aller « frimer quelques heures » à une terrasse au printemps. Par contre si il s’agit de faire de la vraie photo : prévoyez deux batteries supplémentaires dans le sac !

Dernier regret : le prix qui est de 1700 € boîtier nu… Ou 2134 € avec le « pancake » Fujinon XF 27 mm f/2.8. C’est beaucoup trop cher à mon goût (je ne l’achèterais pas vous aviez deviné). D’autant que les objectifs (à part le petit 35 mm f/2), sont eux aussi assez chers.

 


Pas sûr d’avoir aimé : le look !

Ce n’est pas une question primordiale : mais je ne trouve pas ces X-Pro 1 et X-Pro 2 très réussis esthétiquement, dans le genre… Enfin, ça dépend de quel angle on les regarde. De face il est même très moche, mais c’est mon avis… Vu de dessus, c’est beaucoup mieux, surtout à droite. Mais laissons cela, c’est sans importance.

 


J’ai aimé : d’abord le viseur optique !

Je sais qu’il existe des amateurs de ce genre d’appareils, amateurs fanatiques pour certains qui sont bien connus chez nous et dont les commentaires sont appréciés ! Alors, passons à ce que j’ai aimé…

D’abord le viseur optique, qui est toujours assez unique et agréable… Si vous achetez cet appareil : c’est pour son viseur optique (en principe).

A côté de ça, le viseur électronique parait assez acceptable (du moins par temps gris comme aujourd’hui), avec un rafraîchissement correct (de 85 fus), ce qui est très important… Il a au moins une qualité : ne pas avoir un grossissement exagéré (seulement 0,59x), ce qui permet de ne pas trop voir ses défauts (comme sur  les Sony A7 au grossissement ridiculement élevé). Mais évidement face à de la « belle lumière » : vous ne « gâcherez pas » et vous préférerez bien entendu le viseur optique.

 


J’ai aimé : la résolution de 24 Mpix

La qualité d’image : c’est très bon aussi pour de l’APS-C… De toutes façons, 24 Mpix est beaucoup mieux que 16 Mix.

Toutefois, inutile de prétendre (comme on l’entend parfois), que l’APS-C de Fuji est aussi bien qu’un Full frame de même résolution (et de même génération) : car c’est impossible… Un APS-C n’est pas un Full frame et ne rivalisera jamais. Ne serait-ce que pour la profondeur de champs. Mais aussi à cause de la taille des photosites : plus larges sur un Full frame (à résolution égale).

Toutefois, c’est probablement un des meilleurs capteurs APS-C actuels. Mais restez conscient que la nuance entre l’éventuel « meilleur capteur APS-C actuel » et ses poursuivants de la même génération, n’est qu’une légère nuance qui restera indiscernable en dessous d’un tirage A2… qu’on se le dise.

Une petite visite chez Preview sera instructive : http://www.dpreview.com. On voit que le Canon EOS 6D de 2012 rivalise à peu près avec le X-Pro 2 (alors qu’il ne dispose que de 20 Mpix, au lieu de 24 pour le X-Pro 2)… On comparera avec l’EOS 6D MkII (lorsqu’il sera disponible).

0000_SCREEN_JFV 774

 

Fuji_X-Pro2_versus_Canon_EOS6D

 

On appréciera que le X-Pro 2 est légèrement plus à l’aise à 1600 ISO, que le capteur APS-C de 25 Mpix du Canon EOS 750. Ce dernier sorti début 2015 (acessible dès 609 €) étant 2,8 fois moins cher que le X-Pro 2, sa qualité d’image est-elle 2,8 fois moins bonne ? Je vous laisse juger ;-)

 


J’ai aimé : l’AF en progrès… (même si rien à voir avec un reflex de 2015)

J’ai noté un progrès général de la vitesse AF. Toutefois j’ai parfois été étonné par un comportement un peu étrange : l’appareil persistait à faire le point « plus souvent » sur l’arrière plan que sur le premier plan » en mode « Sélection Auto des collimateurs » et AF-S. Comportement jamais vu sur aucun autre appareil, du coup je me demande s’il ne s’agissait pas d’un réglage avancé spécial de l’AF (que je n’ai pas eu le temps de rechercher).

Fuji a ajouté un « joystick », pour choisir ses collimateurs AF… ouf ! Joystick dont sont étrangement dépourvus les Sony A7, ce qui leur manque beaucoup (dans ce cas là, je demande que le responsable de cette absence soit torturé par des chinois).

L’AF est assez rapide OK, mais ça n’a toujours rien à voir avec un reflex de génération 2015 : j’ai fait quelques test de suivi avec des voitures… Passons.

Une critique ergonomique : Fuji aurait tout de même pu appliquer une petite sérigraphie sous le bouton bas du trèfle de pilotage arrière : c’est le bouton qui permet d’alterner entre les trois Modes de sélection des collimateurs AF. Je l’ai trouvé rapidement (en me disant que fatalement un des quatre boutons devrait servir à ça), mais un logo discret aurait été souhaitable.

 


J’ai aimé : la prise en main et l’ergonomie sont en progrès

La prise en main et l’ergonomie générale sont en progrès par rapport au X-Pro 1. L’appareil tient mieux en main que son prédécesseur, le creux pour le pouce sécurise la tenue… Spécialement avec une petite dragonne de poignet (d’un point de vue philosophique, il devrait être utilisé comme ça : comme un compact).

C’est donc plutôt pas mal en général, à l’exception de la molette ISO et du principe de la Molette de réglage de la vitesse sur le dessus. Les molettes supplémentaires ne permettent pas de changer la vitesse, à quoi servent-elles alors ?

Les Menus, sont toujours des menus Fuji par contre (même si l’on peut supposer quelques améliorations) : peu logiques, peu lisibles… Un Menu perso, permettra de mémoriser ces Menus qui sont impossibles à retrouver d’habitude (plus encore chez Fuji que chez les autres constructeurs) : sa personnalisation est d’autant plus indispensable…

 


J’ai aimé : la réactivité globale, en progrès

La réactivité globale est assez correcte. Dommage, je n’avais sous la main qu’une carte SD « de base » (à 40 m/sec), qui avait un peu de mal à « engranger » les fichiers RAW + JPEG de 24 Mpix. Je ne me prononcerait pas sur ce point, il faudrait tester ça avec une meilleure carte…

 


J’ai aimé : un objectif pas trop coûteux, le Fujinon XF 35 mm f/2 R WR

Le petit Fujinon XF 35 mm f/2 R WR (équivalent à un 53 mm) est une assez bonne surprise… L’ouverture de f/2 génère un joli bokeh (CF Fichiers RAW du Fuji X-Pro 2 à télécharger).

La bague manuelle de réglage de l’ouverture est parfaite. Le tarif assez raisonnable pour Fuji (de 480 à 500 €). Il est compact, léger (170 g), bien fini. Il est assez piqué au centre (moins sur les bords, mais avec 24 Mpix on peut forcer sur la netteté dans LR)… En plus il est très joli à regarder.

fujifilm-fujinon-xf-35-mm-f-2-r-wr_702

Ok, on aurait préféré un équivalent 40 mm pour un peu plus de polyvalence. Mais on peut se consoler en se disant qu’un 53 mm, est toujours mieux qu’un 40 mm pour les portraits (il faudra donc lui adjoindre un 28 mm ou un 24 mm par exemple)…

Je n’ai pas osé poursuivre mes images alors que la pluie commençait à tomber (avec cet appareil destiné aux démo de la boutique), mais ce 35 mm est étanchéité et le X-Pro 2 aussi… donc, j’aurais du ! Par contre la bague de mise au point manuelle est du type « sans fin » : dans ce cas, on repassera pour l’aspect « rétro ».

 

Lire aussi : Fichiers du Fuji X-Pro 2 à télécharger

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

85 commentaires

  1. Cette molette d’iso est vraiment con, c’est clair.

    Le mec qui a validé ça savait-il qu’à l’époque de l’argentique c’était acceptable tout simplement parce qu’on ne changeait les asa constamment ?!

    Remettre un bague d’ouverture, ça c’est bien.

    Remettre la bague d’iso/asa à l’ancienne, c’est complètement con, vraiment.

  2. Eric (Japon) le

    Mmm… Le coup de donner son avis sur une simple prise en main, en magasin, pour un systeme totalement different de ses habitudes : avoue que c’est quand meme un peu leger. Un peu comme un socialiste qui voudrait donner son avis sur l’innovation en entreprise, mais bon… ;-) Beaucoup de points bons et moins bons a garder bien sur, mais qui demandent un peu plus de temps et de pratique pour savoir s’ils sont insurmontables ou pas.

     

    Le coup du boitier lourd et la comparaison avec le 6D, faut arreter : autant comparer les premiers prix alors, mais pas croiser le top d’une gamme et avec le premier prix d’une autre. Le X-Pro1 est construit comme un tank, le X-Pro2 fait pareil. « Street photo » n’a pas le meme sens pour un Eric Bouvet en Ukraine et moi de sortie a Paris le matin a 6:00 : dans ce dernier cas je me rabattrais plutot sur un XM1, XE2 ou autre modele moins cher et bien plus leger. Pas d’ecran inclinable pour garder le maximum de rigidite et limiter l’epaisseur du boitier qui est un facteur important pour les utilisateurs. Fais tomber le XP2 d’un metre sur une dalle de beton : il marche encore. Fais pareil avec un 6D (ou un X-E2) : tu vas avoir un probleme de focus bousille ou pire, ecran/EVF a reparer. Je n’ai pas utilise le 6D (hors magasin…) mais d’experience je peux me referer au D600 vs. D800 : on sait pourquoi on achete l’un des deux, maintenant si on veut la resistance pour autre chose que les photos de Tata Ginette ou le 2632eme panorama de New York par temp calme, mieux vaut un boitier solide (ou plusieurs boitiers).

     

    La molette d’ISO : 9 ans de boitiers Nikon avec tout controlable au pouce et a l’index. Verdict : c’est bien, c’est efficace, mais ce n’est pas parfaitement universel. Je suis passe au X100 et la bague sur l’objectif, franchement c’est au moins aussi bien. Bref : j’ai aussi teste le XP2 en magasin, j’etais egalement dubitatif sur cette molette gadget. Effectivement de premier abord elle fait « leger ». Pourtant en moins de 5 minutes j’ai reussi a m’y faire et surtout a retrouver mes habitudes pour regler tous mes parametres sans quitter l’objectif de l’oeil. De ce point du vue la, la solution n’est peut-etre pas parfaite mais elle fonctionne.

     

    La comparaison avec le full frame : mouais, ecoute, encore une fois pour le paysage ton Canon se fait eclater par un large format Pentax 645. Ou une bonne vieille chambre. Et alors ? On s’en fout du Pentax, l’important c’est que ton boitier Canon tu peux l’emmener partout et faire plus que du paysage. Ben pareil pour le Fuji/APS-C. J’en suis revenu de « l’incomparable full frame » : ca donne un angle de vue different, une optique differente, ce qui ne veut pas dire meilleure. Au fait, en paysage, c’est parfois galere la faible profondeur de champ.

     

    En fait, mon bemol, alors que je pensais que j’en acheterais un : c’est le viseur. En venant du X-T1 (et meme X-T10) je trouve le viseur du X-Pro2 un peu trop petit pour mon oeil (bon, la encore, le 6D ne fait guere mieux). Un bon gros viseur c’est super, meme si le XP2 rafraichit encore plus vite que tout ce qu’on a vu a present. Je pense que je vais attendre le XT2 mais, surtout, je vais plutot aller faire des photos : je reviens d’une seance avec cygnes de Siberie avec un pauvre X-T10 mais surtout le nouveau XF 100-400 : il eclate allegrement le Nikon 200-400 premiere mouture.

     

    En fait, le vrai probleme de Fuji en France c’est le prix. Canikon veulent garder le marche et ont deja deprecie leurs investissements depuis longtemps. On ne voit pas les choses pareillement toi et moi parce que pour moi le prix des appareils Fujifilm en Asie est bien plus competitif.

    • J’ai dit lourd…. pour un APS-C : 495g avec batterie et carte…

      Lorsque un EOS 760D (24 Mpix aussi, mais avec un viseur reflex plus encombrant) ne pèse que 440 g (soit à peu près la même chose)

      Et un EOS 6D a peine plus : 770 g c’est un full frame avec un vrai prisme de verre (il ne pèse que 275 gr de plus, et dispose d’objectifs plus légers que les Fuji… qui sont tout aussi bons).

      Le Fuji X-Pro 2, n’est pas « très » lourd… Mais un peu lourd quand même (pour un APS-C)

      • Eric Laruelle le

        Lourd parce que plus solide, c’est un boitier pro, pas aussi solide que du granit mais plus que mon X-T10 dont la plaque inferieure s’est fendue a force de porte a faux avec un 100-400. De meme qu’un 6D et un 5D ne supporteront pas aussi bien une chute, on ne peut pas mettre tous les APS-C dans le meme sac au pretexte que leur capteur a la meme taille, c’est d’un non sens…

        • Malheureusement… tout ça : ce ne sont que des suppositions Eric ! Suppositions, faites sur « la bonne gueule » du boîtier : c’est absolument subjectif.

          La fiabilité d’un boîtier, on n’en ABSOLUMENT RIEN sait rien, avant d’avoir 2 ou 3 ans de recule.

          Et logiquement : les boîtiers les plus suspects, sont forcément les plus nouveaux et les moins répandus.

          Lorque un problème survient (en série), par exemple sur les Nikon D600 (dustgate) : le web fini par s’en faire l’écho et « l’affaire » explose : au point que Nikon doit sortir un nouveau boîtier pour le remplacer.

          Mais lorsque la diffusion est confidentielles (comme celle du Fuji X-Pro 1, dont il a été vendu 10 ou 20 fois moins d’exemplaires que n’ont été vendu des D600), alors les éventuels problèmes de fiabilité (si ils existent) restent invisibles…

          Bref : il a une bonne gueule le Fuji X-Pro 2 : mais de là à affirmer (sans aucuns argument scientifique), qu’ils serait plus fiable ? La je ne voit pas comment on peut dire ça Eric…

    • Il faut arrêter avec Eric Bouvet ; il est un des seuls reporters à ma connaissance à utiliser ces Fuji X-Pro 1 en reportage… Et c’est (éventuellement) parcequ’il est payé pour ça !

      j’ai beaucoup de respect pour lui et pour son travail… Mais j’ai aussi le droit de rappeler qu’il est « ambassadeur Fuji » (ce qui n’enlève rien à l’homme, ni à ses photos. Comme c’est une position qu’il assume publiquement, on a donc le droit de le rappeler, lorsque quelqu’un nous le cite en exemple).

      Il faut arrêter de le prendre en exemple de « l’utilisateur typique » du Fuji X-Pro 2. Il est un utilisateur « exceptionnel » : il est ambassadeur Fuji…

      Ce n’est aucunement une critique : juste un « fait » à prendre en considération.

      Le X-Pro 2 est un appareil conçu pour les « amateurs de street photo »… Pas pour les pro : la preuve en est le sélecteur de ISO (jamais il n’aurait été conçu comme ça pour les professionnels).

      C’est un appareil conçu « comme pour les pro », mais la cible est clairement « amateurs experts », les « amateurs de « matos construit comme un tank ».

      Tous les pro sont en full frame, déjà pour commencer…

      • « C’est un appareil conçu pour les « amateurs de street photo »… Pas pour les pro ». Et bien avec Bouvet, nous sommes au moins 2 sur la planète à utiliser à titre professionnel le système Fuji….

        Perso j’ai été obligé de switcher de Canon à Fuji pour raison médicale (arthrose, cervicalgie) et cela n’a pas affecté pour autant la qualité de mes publications (Terre Sauvage, Images & Nature …). Contrairement à mon kiné, mes agences (Biosphoto, AFP ..), n’ont pas vu de différence.

        Alors que j’étais encore en possession d’un 6D/40mm STM, j’ai comparé ses clichés avec mon XT1/18-55mm à focales et ouvertures équivalentes. Et bien les RAW et JPEG du Fuji étaient bien plus piqués. Idem avec le 17-40 L (complètement à l’ouest surtout dans les angles même à f11 et f16).

        Ce n’était pas un test scientifique mais juste un test effectué sur trépied et une comparaison sur écran à 100%. Lorsque j’ai vu les résultats, je n’ai pas hésité 1 seconde à vendre tout mon matos. Canon. Quant à la fiabilité de Canon, pour moi, ce n’est plus une référence.

        L’électronique de mon 6D quasi neuf est tombée en panne lors d’un reportage en Polynésie (je suis spécialisé dans le tourisme) à cause de l’humidité (85 %) selon le SAV. J’ai terminé avec un XE1 de secours qui lui a tenu. Ok, le 6D n’est pas tropicalisé, mais quand même, à 1400 E le boitier, je trouve que c’est limite.

        Bien sûr, pour la faune ou le sport, les Fuji ne sont pas adaptés mais dans la plupart des autres domaines, pas besoin d’avoir 50 M de P ou un autofocus ultrasonic pour faire la couv de magasines. Par contre, côté frime, c’est sûr, il vaut mieux se trimbaler avec un ostentatoire 5DMIII avec grip + 70-200 L.

         

        • Hello ! Merci pour votre témoignage… mais !

          Allons, allons, Eric Bouvet est payé (d’une façon ou d’une autre en moto ou autrement, je n’ai pas les détails), pour être ambassadeur Fuji. >>> Donc, impossible ( ! ) de savoir si il aurait choisi ce système si il n’était pas ambassadeur.

          Avec tout le respect que j’ai pour lui et son travail très intéressant, n’est-ce pas ! Mais du moment qu’il existe une relation entre eux, il ne peut plus être considéré comme un exemple…

          Ensuite : si vous comparez un objectif (le EF 17-40 mm) semi pro sorti en 2003 (il y a 13 ans), alors qu’il n’existait pas encore de reflex full frame « milieu de gamme » de haute résolution…. « Idem avec le 17-40 L, complètement à l’ouest surtout dans les angles même à f11 et f16) »…

          C’est comme de comparer un portable Apple de 2003, avec ce qu’on a aujourd’hui ;-) Allons, allons : c’est « anti scientifique » comme démarche de test ça… Et convenez avec moi, que ce n’est pas tout à fait honnête comme comparaison…

          Les RAW du X-T1 plus piqué de ceux du 6D avec le EF 40 mm f/2.8 ??? Pardon ??? Alors là : je dis que c’est impossible… (les 16 Mpix, ne peuvent pas rivaliser avec les 20 Mpix en full frame du 6D et ce petit EF 40 mm f/2.8 est très piqué)…

          C’est certainement que vous n’avez pas fait les bons réglages de netteté dans Lightroom ! Ou alors il y a un autre problème d’analyse et d’expertise technique au niveau de ce test…

          Disons, que je suis prêt à reconnaitre des tas de qualités au X-Pro 1 et au X-Pro 2, idem pour le X-T1, mais je préfère qu’on reste raisonnable au niveau des données techniques sur le piqué (ce n’est pas sur ce point que le X-T1 pouvait convaincre – Sur d’autres point oui – Mais pas sur le piqué) :  D’ailleurs voyage vous-même :

          http://www.dpreview.com/reviews/canon-eos-760d-rebel-t6s/8

          On voit très bien l’avantage de résolution sur cet exemple ci-dessous… Je précise que j’ai moi aussi comparé ces couples boîtiers / objectifs entre eux…

           

        • A 1600 ISO… Le traitement Fuji dénature davantage de bruit coloré (ce qui peut être fait manuellement dans Lightroom). A niveau des détails, l’EOS 6D en préserve davantage. C’est normal.

          Le X-Pro 2 reprendra l’avantage grâce à ses 24 Mpix, face à l’EOS 6D (sorti en 2012, qui plafonne à 20 Mpix)…

          Il faudra alors comparer à l’EOS 6D MkII (de 24 à 28 Mpix) : il faut comparer des appareils de même génération entre eux !

        • Enfin, dernier point technique :

          lorsque vous comparez le Fuji 18-55 mm f/2.8-4 avec le Canon EF 17-40 mm f/2.8, ce comparatif est biaisé… c’est comparer des pommes et des carottes !

          Le EF 70-40 mm (en plus de dater de 2003), est un zoom ultra grand angle full frame, à ouverture constante. Dont les bords sont obligatoirement doux…  (surtout en 2003, des progrès énormes ont été fait depuis)

          Alors que le Fuji 18-55 mm f/2.8-4 est une focale standard, à ouverture glissante  (extrêmement facile à fabriquer pour tous les constructeurs) : c’est à dire l’équivalent d’un 27-82 mm (ce n’est même pas un 24 mm…)… dont l’ouverture (équiv FF) est environ de f/4-6…

          Vous comprenez qu’il y a un problème de méthodologie ! Vous devriez comparer des focales équivalentes, à la même ouverture relative ! Et datant à peu près de la même génération (à 2 ou 3 ans près)…

          Car des 18-55 mm pour APS-C à ouverture moyenne : cela pullule sur le marché et à tous les prix ! Regardez ici :

          http://goo.gl/0lMXht

          Et les Fuji ne sont pas forcément les plus piquées, ni les plus bon marché… A noter que les objectifs Fuji de ce tableau sont pour l’instant « terriblement handicapé » par les 16 Mpi du Fuji XT-1 (ils vont les re-tester avec le X-Pro 2 et elles vont remonter dans le classement).

          Ce qui prouve d’ailleurs à quel point votre comparatif d’objectif est faussé par un problème de méthodologie… Aucun objectif monté sur un capteur APS-C de seulement 16 Mpix, ne peut rivaliser avec un objectif de génération  comparable monté sur un capteur APS-C de 24 Mpix…

          En conclusion : parlez moi de toutes les qualités des APN Fuji (et elles sont nombreuses), mais ne parlez pas du piqué en donnant des infos aussi fausses !

          Qui risquent d’induire des débutants en erreur, car c’est un peu de la désinformation ;-) Et je ne peux le laisser passer cela sans corriger !

          J’espère que vous comprendre ma démarche. 

           

          • Oui, je comprends votre démarche mais affirmer qu’un APS-C ne peut rivaliser avec un réflex FF en terme de IQ est tout aussi faux. C’était vrai il y a 10 ans mais plus maintenant. Focus Numérique vient de confronter les tirages du X pro 2 avec ceux du Sony A7II (définition équivalente) et leurs résultats montrent des images similaires.

            Mais peut-être ne disposent-ils pas d’un équipement de test aussi perfectionné que vous ou que leur test était aussi « biaisé ».

            Il est aussi probable que les nouveaux Sigma SD Quattro et SD Quattro H, malgré leur « modeste » capteur APS-C-H, en terme de IQ, mettent la pâté aux meilleurs réflex FF du moment à définition équivalente.

            Dire que les Fuji X sont réservés aux amateurs-experts, c’est « induire les débutants en erreur car c’est de la désinformation ». Fuji est un grand constructeur (les premiers  à mettre une cellule silicium dans un réflex quand même) et leurs boitiers argentiques  6X7, 6X9 … ont été utilisés par des générations de photographes.

            Je peux aussi vous affirmer, pour votre info, qu’il y a de plus en plus de photographes de mariage qui utilisent ce type de matériel. Mais peut-être sont-ils que des rigolos et pas de vrais pros pour vous. Non, Bouvet n’est pas le seul pro sur la planète à utiliser Fuji.

             

            • Oui, je suis d’accord, sur un tirage A3, on ne verra quasiment pas la différence en effet, entre 24 Mpix d’un reflex Full frame et 24 Mpix d’un appareil APS-C…

              Mais si l’on est amené à recadrer, on la verra tout de même cette différence, c’est évident. Vous ne pensez pas que si Canon, Nikon, Sony, Leica fabriquent des appareils Full frame, il y a une excellente raison à cela ?

              C’est que dans un « form-factor » relativement compact, on obtient de meilleurs résultats qu’avec un capteur plus petit : un bokeh plus marqué et à résolution égale de meilleures performances de capteur (à résolution égale)… Il y aura toujours une différences entre FF et APS-C… Comme il y a une différence entre APS-C et Micro 4/3.

              Pour ma part j’utilise trois types d’appareils et trois tailles de capteurs selon les besoins : mon Full frame (de 50 Mpix), mon petit EOS 100D (pas cher et increvable) APS-C de 18 Mpix… et mon GM1 de 16 Mpix !

              Mais de toutes façon, peu importe : la résolution n’est pas si importante que ça pour moi, ni pour vous je pense (et je vous rappel que c’est vous qui êtes venu sur ce terrain, pas moi ! Avec des affirmations fausses concernant le X-T1 et des comparaison d’optiques peu rigoureuses, que je devais corriger pour plus de clarté).

              J’en suis convaincu : ce ne sont pas le piqué, ni la résolution qui font les bonnes photos…

              J’insiste : contrairement à la « communication » orchestrée par Fuji autour de quelques « ambassadeurs », il y avait jusqu’à présent vraiment très peu de pro à bosser avec ces Fuji X-Pro 1 et X-T1. J’en connais quelques uns en France, qui en possèdent justement de type d’appareils (surtout le X-Pro 1), pour les utiliser le Week End (en dehors du cadre pro justement)…

              Mais maintenant que le capteur est passé de 16 à 24 Mpix (et que la gamme optique s’est pas mal élargie), ça va peut-être commencer changer doucement. Et le X-Pro 2 va commencer à rentrer dans l’utilisation professionnel.

              Mais de grâce ne racontons pas n’importe quoi ! Attendons un peu pour ça…

        • Croire que vous allez soudain réaliser de meilleures images avec un nouveau type d’appareil comme ce Fuji…

          Mieux que vous ne le faisiez avec les reflex que vous utilisez depuis toutes ces années… c’est d’une naïveté !

          Comme si ça changeait quoi que ce soit !  Il est juste plus cher, plus lourd et plus joli… et vous tombez dans le piège !

          • Croire que vous allez faire de meilleures photos avec plus de pixels …. avec le dernier réflex, plus rapide …. avec le GPS, le WIFI, et pourquoi pas la 4K. Tout ça pour garder ses photos sur son DD.

            Pas besoin de tout ça. La photo la plus chère que j’ai vendue avait 10MP seulement. Certains recherchent le confort et la discrétion dans leur travail. Se trimballer avec un 5DMII +24-105 pendant 8 H/J sous 39°, vous avez essayé ? Et shooter avec ce type de matos ostentatoire dans un township en AFS ?

            Vous êtes jeune ? Tant mieux. Quand vous aurez vos premiers rhumatismes ou vos premiers pb de santé, vous aussi vous ferez la chasse aux KG, sauf si la photo n’est pas votre métier. Vous ne pouvez pas imaginer le gain de poids que ces petits boitiers procurent.

            Certains me font penser à ces femmes qui changent de sac à main par ennui ou à ces types qui changent tous les 2000 KM de camping car pour s’en servir qu’un fois dans l’année.

             

            • Oui, c’est pas à moi qu’on va apprendre l’intérêt d’avoir des appareils compacts, pour shooter en toute discrétion lorsque c’est nécessaire… Ou tout simplement se balader léger (en vacances) !

               

              Depuis 2004, que j’ai crée ce blog, je n’ai cesser d’expliquer que posséder un appareil légers (en complément d’un reflex) est totalement obligatoire…

               

              http://photoetmac.com/category/77-test-compacts-experts/

               

              Cela ne fait plus débat depuis longtemps : tous les pro utilisent aussi un compact en complément ! J’ai eu des Canon G9, G12, G15, Fuji X10, puis d’autres plus performants par la suite (actuellement Panasonic GM1 avec trois objectifs légers et discrets…)

               

              Reste qu’un bon reflex reste infiniment supérieur (et irremplaçable) dans certaines circonstances… Tout dépend les images et les sujets évidement !

              J’ai pu faire un tirage A3+ encadré d’une de mes images faites au Lumix GM1 ..

              Et des doubles pages dans la presse magazine en 2000 et 2001 avec des JPEG de 6 Mpix aussi…

              Mais si on me donne le choix entre mon EOS D60 de l’an 2000 et ses 6 Mpix (qui sortait des doubles pages aussi)…. ou mon EOS 5DsR de 2016 avec 50 Mpix : je choisirais ce dernier ! Sans hésiter…

               

              • Tout à fait d’accord avec vous jean-françois, quand on peut, autant choisir la polyvalence. Sauf que pour moi les reflex c’est terminé. Des années de F5,  de 1DMIII, de 5DMII … (j’ai même eu un Bronica GS1), ont eu raison de mes cervicales et bousillé mon dos. L’intrusion de l’informatique dans le métier de photographe m’a achevé. L’apparition de ces petits boitiers hybrides performants, peu importe la marque, est une aubaine pour certains « vieux » photographes arrivés physiquement au bout du rouleau. Couvrir un mariage avec un 5DMII/24-105, c’est pas la même chose qu’avec 1 XT1/18-55 même avec 3 ou 4 batteries dans sa poche (1,5 Kg vs 750 g). Avec un peu d’adaptation, on accepte certains défauts du matériel, d’autant plus que sur le plan qualitatif, les clients ne feront pas la différence. Par contre, de là à prendre un reflex 1 er prix ultra-léger, faut pas pousser. J’ai pas testé mais déjà qu’un 6D m’a une fois lâché …

                • Je comprends… bien sur !

                  Mais je crois que vous vous trompez sur les reflex premier prix… J’en au eu de nombreux (depuis l’EOS 400D, à l’EOS 100D) en complément des Full frame. Je les trouve increvables !

                  ET je ne vois pas bien ce qu’on peut reprocher à un EOS 6D, largement préférable selon moi à un Fuji X-Pro 1 (pour parler des résolutions inférieures à 20 Mpix)… ET la différence de poids ne justifie pas de se priver de l’ergomie d’un reflex…

                  Car la différence de poids est bien moins considérable que vous ne le pensez (vous en êtes resté aux objectifs f/2.8)… mais vous négligez toutes ces optiques légères pour reflex !

                  Franchement la différence de poids n’est pas énorme ! quelques centaines de grammes sur un fourre toi avec un zoom et deux fixes…

      •  »  Tous les pro sont en full frame, déjà pour commencer… »

         

        Vous avez vu  jouer  ça où?  je peux  vous  présenter  pas  mal de  pro  qui sont  en Apsc   et quand  vous verrez  leur  photo vous changerez  certainement d’avis :-)

        • Il peut exister quelques exceptions oui…

          Un pro a aussi besoin d’un APS-C en complément, je l’ai toujours écrit (et pratiqué)…

          Mais je n’en connais vraiment pas beaucoup (aucuns en fait, dans mon entourage), qui ne travaillent pas en Full frame pour la majorité de leurs images professionnelles…

          Vraiment, si vous pouvez m’en citer un (et ajouter son site web en lien), qui ne travaille jamais en Full frame ? ? ? Je suis preneur, je le contacterais et lui donnerais la parole ici, pour expliquer ce choix…

            • Si vous le dites ;-)

              Moi, tout ce que je peux en dire, c’est que ce genre d’images gagnerait beaucoup à être faites en full frame (et à un peu plus grande ouverture, ce qui augmenterait leur aspect romantique ;-)

              Mais ce n’est que mon avis… D’autant qu’il y a désormais du choix en Full frame !

              • Donc  vous connaissez  mieux  la technique de  la  photo que ce  photographe  professionnel qui doit avoir  35 ou 40 ans  de photos  pro  derrière  lui et  justement  il  ne voit aucun intérêt  à avoir un D5 par exemple et défit quiconque de voir  la différence  sur  un grand tirage, vous  pouvez  même  lui  poser  la question  je pense  qu’il vous expliquera tout  ça :-)

                • Je ne vois moi non plus, aucun intérêt (vraiment aucun) a utiliser un Nikon D5, ou un Canon EOS 1Dx MkII, pour faire ce genre de photos. D’ailleurs, il n’existe pas beaucoup de style de photos qui nécessitent un Nikon D5, ou un Canon EOS 1Dx MkII…

                  Par contre un Full frame (plus compact), me semble tout de même indispensable (et pas que pour ce genre de photos)… Et ce n’est pas qu’une question de technique.

                  Je ne vais pas me lancer dans un concours de connaissances techniques, ni même de « style » mon chère James. Et là n’est pas le problème…

                  Mais sachez que j’ai moi aussi un peu de bouteille : j’ai vendu ma première photo dans la presse en 1991 (ça fait donc 25 ans). C’est assez pour savoir comment et pourquoi le Full frame fait la différence.

                  Et si on pouvait avoir un capteur (un peu) plus grand encore dans une gamme de prix acceptable, ce serait encore mieux.

    • Je te rassure, un EOS 6D peut tomber sans problème de 1 mètre de haut !

      Il est increvable… Idem pour un EOS 760D (tout aussi solide : en plus il est moins lourd et se fait moins mal en tombant, car le plastique se déforme légèrement sous le choc, amorti le choc et reprend sa forme).

      Je ne prendrais pas les paris en faveur du Fuji X-Pro 2, pour un test de résistance aux chocs… Personne n’en sait rien avant d’avoir essayé, mais objectivement, il n’y a aucunes rasions scientifiques qui me font penser qu’il serait plus solide.

      • Bonjour.J’ai laisser tomber mon X-Pro1 d’environ 1,5m sur une surface  très dur,et tout s’est passé bien avec une petite déformation au coin du chassis.

        • Laisser tomber un appareil photo de 1m50 de haut sur un sol dur ne signifie rien. Un carrelage posé sur une vraie chape traditionnelle amortit les chocs, alors qu’un carrelage mal posé directement sur du béton vous casse tous les objets qui tombent.

    •  » Au fait, en paysage, c’est parfois galere la faible profondeur de champ. » n’importe quoi là ;-)

      C’est pas un bon argument là : car tu peux fermer à f/16 et faire le point à la meilleure distance… il faut éventuellement réviser les règles de la profondeur de champs l’ami ! Au pire te faire aider d’une petite appli iPhone (comme Dct DOF)…

        • Bon, alors prends f/11… En général entre f5.6 et f/11, c’est le meilleur de l’objectif (tout dépend des objectifs).

          A f/16, ça reste encore excellent la plupart du temps (CF copie d’écran du Sigma 85 mm à f/16, qui est piqué de chez piqué… sur l’EOS 6D)

          Ce sera à chacun de choisir en fonction du sujet, de la profondeur de champs souhaitée, des performances de l’objectif…

          Mais je n’ai jamais vu un photographe de paysage ou d’architecture, préférer l’APS-C, sous prétexte qu’il manque de profondeur de champs avec son Full frame ! Ahhhh ça, non : je n’ai jamais vu ça…

          Je rappel que je répondais à la remarque faite plus haut qui était la suivante  :

          « Au fait, en paysage, c’est parfois galère la faible profondeur de champ »

          … ce n’est vraiment pas un argument courant ça ! Si l’on veut critiquer le full frame, on pourra sortir l’argument du prix, du poids… de la longue focale (en animalier l’APS-C est intéressant). On pourra avancer pas mal d’arguments en faveur de l’APS-C, mais pas celui-ci !

    • Ben oui : au final, Canon et Nikon profitent d’investissement faits 10 ans plus tôt… et au niveau des prix des objectifs ça se ressent.

      Nous sommes bien d’accord que c’est le photographe qui fait la photo… pas l’appareil !

      Dans ce cas, je ne vois pas bien pourquoi payer aussi cher… (si ce n’est pour le look et un peu pour la frime ;-)

      Pourquoi se fatiguer à trimballer des boîtiers et des objectifs trop lourds, construits comme des tanks, alors que un simple EOS 760d est increvable ! Pourquoi si ce n’est pour la frime et le look ?

      Au final, ça ne fait quasiment aucune différence sur l’image…

      • gabriel calixte le

        des mecs comme lui pilule dans les clubs photos, fuji et sony avec je ne sais pas qui, 6 mois après ils ont des réflexs parce qu’ils veulent faire du safaris, photographier des oiseaux dans leur jardin, donc faire comme vincent munier ça m’étonnerais qu’ils y arrivent avec un hybride.. pourtant ils étaient convaincu que les hybrides sont meilleurs,la mauvaise information… ont choisit un boitier en fonction de se que l’on veut faire.. avec un reflex ont peut tout faire, chez canon et nikon pentax ont a pour tout les prix, surtout les objectifs il faut pensée à ça je n’arrête de leur dire.

        • Une prise en main interessante, qui se focalise sur l’ergonomie. J’aime ça.

          Pourquoi les gens dans les commentaires n’arrêtent pas de comparer reflex et sans miroir, ce sont deux mondes complémentaires qui répondent à des besoins différents.  Les gens ont des complexes photographiques ?

          Ou de comparer les formats 1″, m4/3, Apsc, FF et moyen format. Chacun a ses avantages et inconvénients. La diversité permet de répondre au besoin individuel de chacun.

          On ne va pas proposer à une mamie un FF car la qualité est supérieure.

          Beaucoup de personnes (amateurs passionnés ou professionnels) ont plusieurs types d’appareils de format ou de monture différentes.  Il faut arrêter de penser qu’on ne peut avoir choisir un seul.

          On peut avoir un reflex FF 6D couplé avec un rangefinder de type un a6000, Fujifilm X-E2 ou Olympus Pen-F par exemple, ce sont 2 ergonomies différentes. Et le plaisir n’en sera que plus grand.

          Le plaisir de prendre une photo est le plus important. Pour un amateur, qui peut regarder de manière régulière ses milliers de photos prises ? Qui peut faire un 100% de réussite pour déterminer sur 100 photos lequels sont prises  avec un FF, Apsc ou m4/3 ?

          Mon but serait d’avoir un FF compact type d750 ou 6d pour sa faible profondeur de champ de champ dans les portraits (monsieur Canon, je pense que vous pouvez alléger votre FF d’entrée de gamme ou de faire un modèle plus d’entrée de gamme avec une ergonomie simplifiée) avec mon olympus pour son capteur stabilisé, son silence de fonctionnement et sa plus grande profondeur qui a ses avantages (photo culinaire ou bébé), ses objectifs ultra-compacts (que Canon et Nikon ne peuvent rivaliser,  mis à part le 40mm).

          • Bien dit ! D’ailleurs j’ai pour ma part :

            Un Full frame de 50 Mpix… pour la résolution et le bokeh

            Un APS-C de 18 Mpix (EOS 100D minuscule), pour sortir léger…

            ET un GM1 minuscule de de 16 Mpix (pour quand je ne veux pas faire mes images avec l’iPhone, mais que je n’ai pas envie non plus de prendre un appareil photo).

    • C’est vrai ce problème de reflex vs hybride c’est un vrai casse tête, ce qui provoque de fortes migraines.Il suffit de lire les quelques commentaires ci dessus pour s’en rendre compte. Par conséquent on pourrait imaginer que les pilules d’aspirine pullulent dans les clubs photo.

      • Le plus simple est de continuer à faire des photos avec des reflex comme avant… Car ça marchait très, très, très bien !

        Car les reflex d’aujourd’hui, ont fait d’incroyables progrès par rapport aux hybrides… et aux reflex d’hier !

        Car les reflex restent moins chers… (voir beaucoup moins chers)

        Car les reflex permettent de passer en full frame (et pas les hybrides à l’exception de Sony)…

        Car les reflex disposent d’un choix d’objectifs infiniment plus large !

        Car les reflex proposent plus de Megapixels (pour ceux qui en veulent plus)…

        Car les reflex proposent plusieurs tailles de fichiers RAW…

        Car les reflex permettent de mettre des notes aux images (qui seront récupérées dans Lightroom)

        Car il existe des reflex légers et compacts (et des objectifs légers et compacts)…

        Car au moins on y voit dans le viseur, même à contre-jour !

        Car il suffit d’attendre encore quelques années, et nous compareront reflex et hybrides lorsque ces derniers seront 100% au point et compétitifs financièrement…

        En attendant : ne perdons pas notre temps avec les hybrides et profitons de nos reflex pour aller faire des photos…

  3. Vincent Mille le

    Le prosélytisme continue de plus belle… « ne perdons pas notre temps avec les hybrides… » achetez Canon ! ;-)

    Pourquoi certains perdent du temps a essayer de convaincre les autres que c’est LEUR système qui est le mieux pour leurs besoins ?

    Arrête la pub JF !

    Mieux vaut faire des photos.

  4. Une question, comment faites vous pour changer la sensibilité Iso sur un Canon, par exemple 5D M III, sans quitter le sujet de l’oeil…? Parce que moi, je n’y arrive pas ni , en fait , n’en ai besoin. Je sais à peu près de quelle sensibilité je vais avoir besoin avant de travailler. Et de toute façon, change cette sensibilité en regardant l’écran supérieur du Canon, dont ne fegarde pas le sujet!!!!

    • Il suffit d’appuyer de l’index sur le bouton ISO situé près du déclencheur, puis tourner la molette avant ! On peut le faire, en conservant l’oeil dans le viseur (et l’affichage change dans le viseur bien entendu)…

      C’était vital avant l’arrivée de la sensibilité ISO Auto. C’est moins vital maintenant, mais tout de même je le fait toujours assez souvent : spécialement lorsque je suis avec des longues focales, sur pied, ou en train de guetter une scène susceptible de changer rapidement…

      Sur les EOS récents, ce bouton possède un picot en relief qui rend encore plus facile l’opération). Sur les EOS plus ancien il faut se rappeler que c’est le premier des trois (le plus près du déclencheur)…

      Je fais ça en permanence… si je passe de l’intérieur à l’extérieur, aussi souvent que nécessaire.

      Sinon, je bosse en sensibilité ISO Auto (que j’active ou désactive de la même façon sans quitter le sujet de l’oie dans le viseur… si je suis en train de suivre un sujet intéressant). Sinon j’utilise l’écran supérieur monochrome, dont je ne peux me passer…

      L’écran monochrome supérieur d’un reflex présente un double avantage :

      D’une part il est extrêmement économique, j’évite d’activer l’écran arrière autant que possible, ce qui permet de faire durer les batteries plusieurs jours…

      Ensuite, il me permet d’évaluer la lumière de la scène : comme il est sur le dessus, l’appareil vise horizontalement lorsque que je le consulte (donc l’exposition est assez proche de ce que je viserais (du moins avec des focales inférieures à 50 mm)

      Alors que lorsque l’on regarde un écran arrière, l’appareil vise nos pieds : les valeurs de vitesse ouverture affichées, sont pour la « mesure » du sol ! ! !

      • Bravo… Bien sur je sais comment on fait mais pendant que dans l’action, l’on cherche le bon bouton et que, lorsqu’on a fini par le trouvé en changeant par mégarde une autre fonction sur un autre bouton, on regarde dans le viseur la sensibilité changer, on perd le sujet. Tout ça pour dire que la molette du Fuji X-Pro 2 n’est pas si bête que ça, d’autant qu’elle a fait ses preuves pendant quelques décennies sur les boitiers argentiques. Il vrai par contre que de nos jours avec la sensibilité auto, ce problème n’en est plus un….molette extérieure ou bouton et réglage interne. Pour des travaux ne nécessitant pas une précision de la sensibilité extrème, les ISo auto sont vraiment le top, laissant toute liberté de régler la vitesse et le diaph à la volée. Et là pour le coup sans perdre son sujet de vue!!!!

        • Normalement si l’on fait des photos toutes les semaines (un pro en fait chaque semaines), on e souvient sans problème que le premier bouton qui tombe sous l’index, est le bouton ISO…

          Bon, si l’on en ‘fait pas chaque semaine (et si l’on ne se souvient pas que le premier bouton à droite c’est l’ISO), c’est qu’on est photographe « amateur » (sans condescendance) : dans ce cas on a tout son temps pour regarder l’écran supérieur (il n’y a pas d’urgence). Et dans ce cas, la molette de Fuji fait très bien l’affaire (c’est pour ça que je dis que ce Fuji n’est pas un appareil pro)…

          Et on peut aussi utiliser la sensibilité ISO Auto (c’est un truc pour les « amateurs »… que les pro peuvent aussi utiliser : je fais une photo sur 3 en ISO Auto par exemple)…

          Et heureusement, les options ISO Auto proposées par Fuji sont assez convaincantes (comme je l’explique dans le texte ci-dessus, grâce à la touch Fn personnalisable) : bien plus efficaces que cette sacrée molette « rétro design » !

          Malheureusement les « amateurs », qui ne prennent pas le temps apprendre ou se trouve le bouton ISO d’un Canon EOS, ceux-ci prendront « encore moins le temps » d’aller paramétrer les options avancées de sensibilité ISO Auto, ou la touche programmable Fn ! ! !

          • A bah, forcément, si on cherche les boutons sur son boitier…c’est un peu comme se demander à quelle focale on est sur un zoom.

            Passées, les 50000 premières photos, ça va déjà mieux avec sa marque habituelle.

            Bonnes photos !

    • Très intéressant merci !

      Mais pas surprenant du tout, en fait : les résultats médiocres du Sony ici démontrent ce qu’on a déjà mis en avant à plusieurs reprises : la médiocrité des objectifs Sony en kit, livrés en kit avec les NEX APS-C…

      En plus leur qualité est variable selon les exemplaires…

      Mieux vaut le Fuji en effet (qui est plus typé expert que le Sony il me semble… )

  5. Je ne dois pas être un très bon photographe « pro » ( dbaverel.smugmug.com) , mais je n’ai jamais pu attraper ce bouton à la volée et ai toujours regardeé l’écran pour changer la sensibilité de mes Canon! Quand aux 50 000 premières photos, il y a quelques années que je les ai dépassées comme le million de kilomètres en voiture pour couvrir mes reportages! Quand aux appareils « pro », vous ne pouvez pas imaginer le nombre de couvertures de magazines que j’ai fait avec des appareils amateurs! Un pro est quelqu’un qui gagne sa vie en vendant des photos, pendant le plus longtemps possible ( 37 ans de presse pour ma part) et peu importe le matériel utilisé. Pour en revenir aux molettes de sensibilité des Fuji, je les trouve plus accessives et peux changer de sensibilité sans quitter le sujet. En plus faux débat car comme je le précisais la sensibilité auto est vraiment un plus, même si elle fait « amateur ». Pour info, j’ai appuyé 5650 fois sur le bouton ces 4 derniers jours …

    • La sensibilité ISO Auto : oui, elle est très utile (et je l’utilise pour 1/3 de mes photos ;-)

      Je travail d’ailleurs parfois en Mode Manuel + Sensibilité ISO Auto (ce qui est assez génial dans certains cas, à condition d’avoir encadré la sensibilité ISO par une sensibilité ISO Maxi)…

      Moi aussi, j’apprécie les appareils photo amateurs (mon petit EOS 100D ne me quitte pas et complète mon EOS 5DsR) : et je les utilise aussi (et j’ai fait des couverture avec (l’Equipa Mag par exemple), ou des double pages (dans Elle), avec de simples EOS 10D, ou EOS 20D de 8 Megapix… A une époque de toutes façons ou je ne gagnais pas assez pour m’offrir un EOS 1D !

       

      ET moi aussi j’ai fait quelques milliers de photos ces derniers jours dans un cadre professionnel ! Nous seront d’accord sur tous ces points…

      Mais tout ça en changeant la sensibilité ISO en gardant l’oeil dans le viseur (lorsque c’est nécessaire ;-)

      A part ça nous seront d’accord !

      J’ai vendu ma première photo dans la presse en 1991 (vous avez un peu d’avance sur moi peut-être ;-) et peu importe le matériel utilisé : je serais d’accord avec ça aussi (pour les même raisons que vous, j’en ai fait l’expérience : J’ai même vendu au Fig Mag des photos de voyage faites avec des compacts argentiques…) !

      C’est pour ça que je choisi le matériel le moins cher possible (et que l’offre Fuji me semble inutilement coûteuse)… Un Canon EOS 100D : voilà tout ce qu’il me faut !

      Si je dépense plus (parfois) un peu plus, c’est juste pour les 50 Mpix de l’EOS 5Ds R : on y prend goût ! Mais c’est une petite folie inutile…

  6. Autre chose, faisant partie d’une génération où l’on mettait dans son appareil une pellicule en fonction du sujet ou de la météo, je n’ai pas vraiment besoin de changer de sensibilité au cours d’une séance photo ou même d’un reportage. Il y a toujours la possibilité d’ajuster avec la vitesse et le diaph quand on a choisi le bon réglage Iso. Mais ça , c’est peu être réservé à un amateur comme moi!

    • Oui, je fais moi aussi partie de cette génération ! j’ai vécu presque 10 ans professionnellement, de la photo argentique…

      http://vibert.photodeck.com/publications

      Mais ce n’est pas parsec l’on a appris à conduire sur une 2CV, que l’on a envie de continuer à se déplacer en 2CV toute sa vie..

      Limiter ses possibilités techniques pour des raisons sentimentales, ce n’est vraiment pas mon genre ;-)
      Je trouve ça idiot !

      La sensibilité ISO est un pilier de la technique photographique largement aussi important que l’ouverture ou la vitesse : Pentax propose même une Priorité ISO.

      Si vous ne changez pas « systématiquement » la sensibilité ISO en fonction de la lumière : vous vous privez d’utiliser le meilleur choix de vitesse et d’ouverture… Notamment quand il y a peu de lumière.

      • Didier Baverel le

        Je suis très intéressé par vos conseils ! Mais je parle de 22 ans d’argentique en reportage professionnel et environ 16 ans en numérique! Et je continue. Je voulais juste dire, au départ, que dire que disposer le réglage de sensibilité comme Fuji l’a fait était au passif du boitier, est un jugement péremptoire et limité. Il est aussi bien placé là que sur les Canon. Quand à dire que vous ne quittez pas le sujet des yeux avec la méthode Canon, je dis qu’à un moment vous regardez bien dans le viseur la correction que vous êtes entrain d’ effectuer et donc vous quittez le sujet des yeux! Sans compter que les sujets qui demandent à être surveillés en continue ne courrent pas les rues, et je crois les avoir tous pratiqués. Je peux juste dire qu’à ce moment précis la sensibilité Iso de mon boitier était réglée depuis belle lurette et le cadet de mes soucis, surtout avec la latitude des fichiers raws….dans ces moments là seul le sujet compte. Car de ce moment précis, réussi ou raté va découler le fait que vous aurez gagné votre vie ou pas ce jour là. Le reste est de la littérature photographique! Cordialement

        • Oui, je suis bien d’accord avec vous que ce n’est pas le point « vital » qui va me faire rater mon reportage…

          Je pourrais très bien réussir autant de photos avec ce bouton ISO à la noix et un Fuji X-Pro, que je les réussi avec mes Canon, ou si l’on me glissait un Pentax ou un Nikon entre les mains…

          Je suis bien d’accord avec vous sur le fait qu’il faut « relativiser » l’importance des ces détails ergonomiques…

          Et c’est bien pour cette raison que je ne risque pas d’acheter ce Fuji : car les « petits avantages » qu’il peut avoir (quelques centaines de grammes gagnés sur les boitier et d’autres perdu sur les objectifs), ne comptent pour rien dans la balance qui fait que je réussirais mes photos…

          Du coup « si tout cela se vaut à peu près » : je ne vois vraiment aucune raison d’aller payer plus cher ce type de matériel hybride : qui est beaucoup plus difficile à revendre qu’un bon vieux reflex, dont la fiabilité est inconnue (très peu répandu pour le moment) et finalement un peu moins pratique (sur des points de détails je suis d’accord… mais dans l’absolu j’insiste : un peu moins pratiques quand même – exemple le bouton ISO)…

          Il y a là un mystère qui m’échappe complètement !

          Tout bien pesé : je crois quand même, que les gens achètent ces Fuji, pour le look et la frime… au final.

          Pour le poids gagné ? Pour moi le gain de poids est négligeable… (faites les comptes précisément avec une calculette et vous verrez)

      • Et encore, depuis l’iphone 6 ; je ne m’en sers presque plus. En fait c’est toujours le problème du ni… ni… L’ipad c’est un peu l’hybride de l’appareil photo : ni assez compact, ni assez économique, ni assez concurrentiel des reflex pro en terme de performance et d’ergonomie: la moto à trois roues, l’épluche patates électrique, l’ipad, l’hybride, la smart 4 portes… la liste est longue. si vous en avez d’autres…

    • l’article se termine pourtant par: « Personally I loved it: because of its specialism, not in spite of it »

      c’est la différence entre un appareil peut être imparfait (et encore vu le niveau des appareil actuels) mais bourré de charme et une bête de course (aka un reflex)  sans âme

      • Si tu savais comment on s’en tamponne le coquillard avec un os de sèche de l’âme (sensibilité marketing ; donc non terrain) de notre reflex. On veut juste qui signe présent en toutes circonstances et quand tu rentres chez toi et que tu découvres les photos sur écran, le couple photographe – matos ait fait le boulot.

        • ha oui c’est vrai « on » « nous » « les pros »… ceux qui savent, et qui sont persuadés que les autres pros pensent comme eux… tout cela est très subjectif, vous n’aimez pas c’est votre droit, personnellement depuis que j’ai troqué mon full frame pour un fuji je prend 10x plus de plaisir à faire des photos

          • C’est que tu n’en avais pas besoin pour ton usage. Tu ne t’achètes pas la même voiture et équipements quand tu fais, par an, 10 000 km en ville et 120 000 km par tous temps et toutes routes.

            Bin  c’est pareil, amuses-toi et fais toi plaisir.

            • Le roi de la route le

              Faut-il s’extasier devant une voiture de taxi ou une camionnette parce que c’est la voiture des pros de la route…

    • Eh oui, le monde de la photo se divise en deux parties :

      – les gogos qui se font avoir par le marketing

      et les gogols qui donnent leur avis sans avoir tester.

       

      • Ce qui est pire, c’est d’avoir testé et se faire avoir par le marketing quand même. Là, c’est le gogo qui insiste…

         

         

        • Si vous avez réellement testé, on peut voir vos RAF (avec exifs, évidemment) ? A défaut, on vous classera dans la 2 ème catégorie et même avec la palme d’or.

          • Regardez bien la photo que j’ai postée ! Evidemment il faut avoir l’œil (et en photo, c’est mieux) C’est pour qui la GOLD ?

  7. Vous êtes quand même difficiles à lire les « supporters » des FF condescendants avec tout le reste… JF je connais ton avis sur les petits boîtiers etc etc, je ne rebondirai pas sur les précédents échanges, je n’ai rien à apporter.

    Mais les autres… Je suis pro, aka je gagne ma vie avec la photo, j’utilise un D4 et un x100t, je prends avec les deux des plaisirs différents et une efficacité différente. Lequel est le mieux, comme vous le dites, on s’en bat, tant qu’on fait des photos avec.

    Mais la simple idée du plaisir de l’objet est vraiment si dure à comprendre ? Qu’une finition sympa et un look plaisant, ou une molette désavantageuse puisse malgré tout plaire ? Que le facteur « plaisir » soit différent du votre est si dérangeant ?
    On n’a pas le droit d’aimer un look ET un style de photo?

    Je suis le premier à défendre que n’importe quel appareil peut aller n’importe où, mais le facteur sympathie des petits Fuji Rétro est quand même assez marqué et pratique dans certains cas.

    Bruno Ansellem revend tout son matos Canon pour du Fuji, ambassadeur qu’il est. Et même sponsorisé, pourquoi le ferait-il si sa production d’images baissait ?

    Bref, beaucoup de débats inutiles, pour quelques pros ou amateurs aux goûts différents… Je trouve le XPro2 cher, il n’empêche qu’il me donne envie. Et certains de mes boulots seraient bien sympa avec, vu le plaisir que je peux prendre avec le petit x100t.

    Donc je repasse amateur pour autant ?
    PS : j’adore la nouvelle molette ISO ET j’espère de tout cœur une mise à jour logicielle pour choisir différemment les ISO. Pour avoir le choix :)

    • C’est un point de vue ;-)

      Pour ma part je préférerais toujours utiliser le différence de prix entre un Fuji et un Canon (qui fera pareil pour moins cher), pour autre chose que du matos : par exemple de bon petits resta sur la route du reportage…

      Ou une chambre avec vue, plutôt qu’une chambre standard, lors de mes voyages ;-)

      Mais bon, je peux comprendre aussi que l’on aime un beau matos, tout métal, bien fini… C’est un autre choix que le mien. mais qui se respecte.

  8. Bonjour,

    La liberté d’expression est faite pour s’en servir ; surtout quand c’est son blog. Mais il y a des jugements à l’emporte-pièce que je trouve assez limites.

    Dire qu’un boitier qui a 200 photos d’autonomie est pour les frimeurs me hérisse un peu le poil.

    200 vues, ça fait « en argentique » plus de 5 pellicules de 36 poses. Qui à cette époque  grillait 5 pellicules de 36 poses dans la journée ? On peut aussi arrêter de mitrailler tout et n’importe quoi, et rentrer avec 100 photos soignées de son excursion sans être un rigolo.

    Par ailleurs, si les appareils photos n’étaient faits que pour les « vrais pro » (les seuls qui méritent le respect de l’auteur de ce blog semble-t-il), le marché de la photo n’existerait tout simplement pas. Il en faut aussi pour le bas peuple afin de permettre le développement d’appareils élitistes comme les apprécient les pros. Par ailleurs on peut être un amateur non pro et maîtriser son sujet mieux que certains qui en font leur métier. C’est vrai dans tous les domaines…

    Quant au Xpro2, peut-être auriez-vous pu parler juste des photos qu’il produit. Accessoirement c’est l’usage auquel on le destine avant de savoir si le boiter est beau sous tel angle ou moche sous tel autre. Si je veux acheter une oeuvre d’art, pour ma part je ne vais pas chez mon revendeur photo.

    De mon point de vue l’offre Fuji est tout à fait attractive. Ils ont une approche séduisante et des objectifs de haute volée. J’espère qu’ils garderont leurs particularités et leur ligne commerciale, différente des autres. J’attends depuis des lustres une vrai innovation chez ces constructeurs que vous citez systématiquement en exemple. Que font-ils de leurs bénéfices ? Mais surtout, que font-ils de leurs clients ? Sony est passé devant Canon et Nikon en Allemagne, malgré tous les défauts de l’hybride. Est-ce surprenant ?

    Quant au format APS-C, je n’ai encore vu personne dire (catastrophé) en regardant une photo prise sur ce type de capteur : « Houlà, c’est de l’APS-C ça… Tu devrais passer au FF ».

    Dans beaucoup de domaine les tests à l’aveugle (si je puis dire concernant la photo) font parfaitement le tri entre le snobisme et les performances réelles.

    Pour moi qui suis équipé en FF, l’envie est grande de passer à l’APS-C. Il semble arriver aujourd’hui à une certaine maturité avec l’Xpro2.

    Small is beautiful.

     

    • Oui, ben tu n’as pas du me lire souvent…

      Justement je recommande en APS-C de ne pas dépense plus que nécessaire : 350 € pour un EOS 100D (c’est ce que j’ai en complément de mon EOS 5DsR et je m’en sert très souvent)… Ou un EOS 760D, ou un EOS 80D. c’est pas cher et hyper efficace !

      Le reste c’est de la frime… Small is beautifull : comme mon Panasonic GM1 et ses 3 optiques.

      Ce que j’aime c’est la photo démocratique et pas chère surtout… (sauf lorsque c’est justifié comme mon EOS 5Ds R) ! ! !

    • C’est un point de vue ! Chacun le sien… merci d’exprimer le votre et de contribuer à ce débat.

      Sinon, vous écrivez : « Sony est passé devant Canon et Nikon en Allemagne » ???
      A bon ? Ou avez-vu trouvé de tels chiffres ? Vite donnez moi le lien…

      Car si de tels chiffres existaient : on en aurait entendu parlé… croyez-moi ;-)

  9. Bonjour,

    Je viens juste de tomber sur ce blog (et ces commentaires)…
    Et je partage l’avis de Chorus, que valent les productions photos de ce xpro2?
    Je me suis même demandé si je pouvais commenter ce article, en tant qu’amateur un peu éclairé…
    Le xpro2 permet il, de faire un peu de sport?
    Que vaut l’AF?
    Montée en ISO?
    Merci pour ceux qui prendront le temps de me répondre ;-)

  10. Je suis un amateur assez expert. Je connais mon appareil (xt1) et je sais le régler selon la scène et la photo que je veux prendre.

    J’ai commencé avec un 1100d, puis un 700d. Pas mal mais la révélation à ete le xe1. Quel plaisir a prendre des photos. Très intuitif et techniquement au top.

    Puis ne voulant plus quitter Fuji, j’ai pris un xt1. Et la c’est mon appareil de rêve. Léger, extrêmement bien fini, techniquement au top (peut-être le meilleur aps-c du marché) une montée iso « à la FF » …bref tout pour me satisfaire.

    Oui c’est cher et alors? Apple c’est cher aussi mais on en trouve pas d’équivalent. Fuji c’est pareil. Et comparé la série X de Fuji aux entrée de gamme canon/Nikon… on a clairement pas la même qualité. Comparons ce qui est comparable. Sachant que j’ai payé mon xt-1/18-55 moins de 900€…

    Mais bon dans le domaine photo faire admettre à un pro-canon qu’il y a du bon matos en face, c’est pas évident. Et encore moins si ce photographe prône le bon marché.

    Concernant ce xp2, je n’ai jamais été un grand fan de ce « concept » (ni du xp1), mais dieu que ça fait de belles photos!!!

    • Merci pour ton témoignage !

      Mais comparons ce qui est comparable : par exemple des appareils de génération équivalentes… L’EOS 700D précède largement le X-T1.

      Comparons donc deux produits qui se ressemblent un peu plus : le Canon EOS M5 face au Fuji X-T1 ou X-T10 par exemple :

      Avantage Canon (largement) pour la Colorimétrie… (était déjà valable pour l’EOS 700D)

      Avantage Canon pour la résolution… (24 Mix versus 16 Mais = différence visible)

      Avantage Canon (et comment) pour le réglage fin de la netteté…

      Avantage Canon pour la gamme optique (en prenant en compte les objectifs compatibles grâce à la bague)…

      Avantage Canon pour l’AF (semble-t-il)

      Croire que le Fuji X-T10 ou X-T1 domine le Canon EOS M5 : c’est être victime du marketing… confondre la qualité d’image et le look de l’appareil ! Croire qu’un objectif enrobé de métal serait forcément plus efficace (et solide) qu’un objectif enroulé de plastique.

      Ce qui est faux !

      Bref, c’est s’arrêter à la surface des choses et aux apparences…

    • Sans oublier que le RAW Fuji sont moins bien développés par Lightroom que les RAW Canon…

      Sans oublier le prix délirant des objectifs Fuji lorsque l’on veut s’offrir un peu de variété…

      Sans oublier la qualité du SAV Canon (Fuji doit encore faire ses preuves)…

      Bref : il faut TOUT comparer !

      Ne rien oublier… Je n’ai vraiment pas été convaincu par le Fuji X-T1

      Un peu plus, par le Fuji X-T2 (mais son prix est déraisonnable)…

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.