web analytics

Essai sonde écran : X-Rite i1 Display Pro

16
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Essai avec un peu de retard de la dernière sonde de callibration de X-Rite : la i1 Display Pro (sortie en 2011 déjà, que le temps passe) : sur mon récent Macbook Pro 13″ Retina et sur mes deux Dell Ultra Sharp de 2013, 

Par rapport à la ColorMunki sortie quelques années auparavant, le logiciel à légèrement évolué (autorisant par exemple la calibration de certaines couleurs précises de votre choix)… Et le matériel a lui aussi évolué (filtres, capteur lentille), ce qui était nécessaire puisque les écrans ont évolué.

_1160927_blog_1078px

Le logiciel est toujours disponible en Mac et PC et permet la calibration de deux moniteurs et d’un projecteur… Opération qui est sensé se faire jusqu’à cinq fois plus vite qu’avec la génération précédente (et c’est vrai que ça se passe un peu plus vite qu’avant, ce qui permet de retenter plusieurs fois sa callibration et de comparer : en principe le résultat devrait être identique à chaque fois)…

0000_SCREEN_JFV 197

La lumière d’ambiance et les reflets sur l’écran peuvent être mesurés (mais ça je n’ose jamais, craignant que cela induise le résultat en erreur). Le petit contre poids qui se place à l’arrière de l’écran est assez pratique et réglable : pas besoin d’un bout de scotch, comme parfois c’était nécessaire avec des produits plus anciens. Le logiciel permet aussi de calibrer les projecteurs.

 


Calibration de l’écran du Macbook Pro 13″ Retina :

Alors, qu’en est-il avec du résultat avec l’écran de mon nouveau Macbook Pro Retina 13″ ? Pas de mauvaise surprise… Comme je m’y attendais, le profil obtenu est légèrement moins bleu-violet que le profile d’origine Apple installé en standard, qui (reconnaissons-le) a progressé ces dernières années et est moins bleu-violet qu’il en avait l’habitude jusqu’en 2013…

_1160933_blog_1078px

Le nouveau profile issu de la sonde, est aussi un peu moins sombre dans les tons foncés, avec une reproduction plus progressives des patchs les plus sombres de mon dégradé de ma charte de gris de référence, jusqu’au noir.

Astuce : j’utilise en effet sur tous mes écrans le même fond d’écran depuis plusieurs années, auquel je suis habitué et qui a l’avantage de tout de suite me permettre de repérer visuellement un éventuelle anomalie. C’est spectaculaire lorsque je l’installe sur l’écran de mes élèves : je suis immédiatement en mesure de leur dire ton écran est trop violet, ou trop jaune… Ce qui est confirmé systématiquement par la sonde. 

Mon fond d’écran à télécharger en 2560 x 1440 pour votre 27 pouces :

Mon fond d’écran à télécharger en 1920 x 1200 pour votre 13 pouces :

Par ailleurs utiliser un fond d’écran « neutre » est indispensable en photo, sans quoi votre perception visuelle sera faussée…

03x128_CHARTENEW_1920_Arvb

Pour vérifier cette calibration, j’ai testé la sonde concurrente Spyder 4 Elite sur le même écran. Elle produit un profile assez proche des deux autres profiles (celui signé Apple et celui signé X-Rite), disons intermédiaire entre les deux (un peu plus violet que la Eye1).

Si les deux sondes donnent des profiles proches mais légèrement différents, il y en a forcément un plus juste que l’autre (les deux ne peuvent avoir raison). Mais je serais bien incapable de dire lequel… C’est à ce moment que la connaissance avancée des écrans et des personnalisations du logiciels pourraient jouer… Et que mes compétences (et celles de 99% des photographes) s’arrêtent. J’aurais un peu plus confiance dans le profile de la X-Rite.

Et de façon « pragmatique » et « empirique », je préfère utiliser le profile légèrement « plus froid » et « plus vert » de la Eye1 Display Pro… Car s’il l’était « trop » : le seul risque serait alors que face à un écran trop froid, j’ajuste mes image en les réchauffant « un peu trop »… Et ce ne serait pas si grave : je préfère me tromper dans ce sens là, plutôt que dans l’autre !

En effet, si j’utilisais un profile « trop bleu-violet et trop chaud », le risque serait de créer par erreur des images « trop froides et trop vertes ». ce qui est souvent moins agréable.

L’autre solution pour choisir lequel utiliser, est de poser l’écran du portable à côté d’un écran plat « mat » (comme mon Dell UltraSharp 2711), qui est plus sûr à calibrer… Et en utilisant toujours le même fond d’écran bien entendu. Et là, c’est à nouveau le profil de la Eye1, qui se rapproche le plus de ma référence. Et que j’ai choisi d’adopter…

0000_SCREEN_JFV 202

 


Les caractéristiques de la sonde :  X-Rite 1One display

  • Logiciel i1Profiler de nouvelle génération pour l’étalonnage et la caractérisation de toutes les technologies présentes aujourd’hui dans les écrans d’ordinateurs portables et de bureau et les projecteurs
  • Application mobile ColorTRUE gratuite vous permettant d’étalonner vos périphériques mobiles Apple® iOS et Android®.
  • Prise en charge des normes de transmission vidéo : NTSC, PAL SECAM et ITU-R Rec.BT.709
  • Réglage à l’infini du point blanc, de la luminance, du rapport de contraste, du gamma, etc.
  • Caractérisation de plusieurs écrans et au sein d’un groupe de travail
  • Caractérisation itérative intelligente : technologie adaptative qui mesure et analyse les capacités chromatiques de chaque écran unique pour une précision de profil accrue
  • Optimisation de profil : possibilité de créer des jeux de patchs uniques pour des résultats optima
  • Contrôle intelligent de l’éclairage ambiant (technologie X-Rite) : mesure, compensation et surveillance permanente des conditions d’éclairage ambiant
  • X-Rite Flare Correct™ : mesure et compensation des reflets à la surface de l’écran
  • Réglage automatique des commandes de l’écran (ADC) pour accélérer le processus de caractérisation et éviter les réglages manuels
  • Contrôle qualité de l’affichage et suivi des tendances au fil du temps
  • Optimisation des couleurs d’accompagnement PANTONE

 


Conseils d’utilisation :

Surtout n’oubliez pas de laisser votre moniteur chauffer au moins 30 minutes avant de commencer la calibration… Et pendant la phase de calibration matérielle de l’écran,  prenez bien votre temps à chaque changement manuel de contraste ou de luminosité, pour que le logiciel prennent en compte le changement avant de cliquer sur l’étape suivante.

_1160922_blog_1078px

Il existe deux mode de calibration : simple et avancé… Je doute que le mode simple donne de grands résultats chez tout le monde à coup-sûr (mais je ne peux le savoir, n’ayant pas pu l’essayer dans de multiples configuration).

0000_SCREEN_JFV 203

Et je doute aussi sur tout le monde s’en sorte du premier coup avec le mode avancé ! Le nombre de pièges tendus à l’utilisateur reste élevé. Il faudra donc « bosser » un peu la question et l’aide en ligne : malgrés les progrès ergonomiques réalisés au cours des années sur ce type de logiciels, la calibration d’écran n’est pas devenue aussi simple qu’on pourrait l’espérer…

Eye1 Display Pro projecteur

Par contre pour l’utilisateur « débrouillé » (ou plutôt avancé), les options et progrès sont évidents… Par exemple, on pourra vérifier l’uniformité de l’écran à divers endroit (9 zones en damier)…

Autre nouveauté (que seuls les professionnels les plus avancés en la matière seront probablement susceptibles d’apprécier), c’est que la gamme de couleurs testées (la charte de test), peut être plus ou moins large et que des couleurs « personnelles », peuvent y être ajoutées dans le but d’être contrôlées.

Si par exemple vous êtes photographe de mode et que l’on vous demande de photographier une série de vêtement colorés… Ou que vous devez photographiez une voiture d’un « rouge très particulier », couverte logos de sponsors ayant chacun leurs couleurs spécifiques (références Pantones connues), vous pourrez ajouter ces quelques couleurs « importantes » dans votre charte de test puis mémoriser cette charte personnalisée (qui restera disponible pour les calibrations suivantes). Ceci permettra au logiciel de certifier la fidélité à l’écran de ces couleurs « plus particulièrement ».

Car le commanditaire des photos, a « dans l’oeil » les couleurs de sa voiture, ou des vêtements qu’il a crée avec ces couleurs particulières, qu’il attend de retrouver sur vos images… Mais aussi sur votre écran lorsque vous les lui présenterez, ou carrément pendant la prise de vue en Mode Connecté…

Vidéo de présentation générale (ci-dessous) et Vidéo de démo Mode avancé

_1160931_blog_1078px

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

16 commentaires

  1. Bonsoir JF,

    Je suis très novice dans la gestion des couleurs et cela est un peu complexe pour les débutants. Comment utilises-tu ton fond d’écran neutre, de temps en temps à la place de la photo de fond d’écran ou bien il est toujours en place?

    Je pense un jour m’acheter une sonde mais comme je ne fais pas de travail pro cela ne presse pas trop.

    • Oui, je l’ai utilisé à l’occasion…

      Dans Lightroom et avec les RAW Canon, c’est peu utile, car la colorimétrie en Mode Faithtull est relativement juste… ET elle est flatteuse et pas trop fause en Mode Standard.

      Par contre pour les Nikonistes je la recommanderait, car aucun des Picture Contrôle n’est très juste (ahhh ces blue qui sont trop violets). Le Mode Adobe Standard est encore le moins faux… Mais le profile créer par la Color Chacker Passeport est meilleur.

      Quiconque à une obligation de fidélité des couleurs devrait l’utiliser en fait… Surtout les Nikonistes !

  2. Je plussoie pour la Colorchecker Passport, inutile avec mes Canon sous Lightroom, par contre très utile pour obtenir des couleurs normales avec les RAW de mon Panasonic GM1, la différence avec le profil Adobe par défaut est spectaculaire (surtout dans les tons chauds jaune-rouge-orange-rose).

    Tiens cet article m’a permis de voir que X-Rite avait enfin sorti fin 2014 un patch correctif pour ma ColorMunki Photo (vieilles de quelques années seulement) avec les derniers OS d’Apple. En effet depuis Mavericks de mémoire, elle ne permettait plus que de calibrer un seul écran au lieu de 2 (je suis sur Macbook + écran externe).

    • en fait pour la mise à jour de ma sonde, je me suis fourvoyé, j’ai bien une récente ColorMunki Display et pas l’ancienne ColorMunki Photo, mais une récente mise à jour de 2014 n’est dispo que pour PC, pas Mac… ouin ouin…

  3. Ne croyez pas tout ce qui dit Mister J.F., même si pour de nombreuses choses il a raison. Et puis il radote en vieillissant, surtout des idées toutes faites qu’il n’update pas !
    Si vous importez vos Nef directement dans LR, la colorimétrie est pourrie (je confirme, même celle d’Adobe), car LR les traite très mal (et les concurrents font guère mieux car un nef est un nef et seul Nikon sait ce qu’il a dans le ventre)
    D’où, les bleus violet. A cela 2 remèdes : soit importer déjà votre profil préféré dans LR que vous appliquez à l’importation (simple et rapide), soit vous convertissez en Tiff vos Nef depuis un dérawtiseur Nikon, puis les importez dans LR sans application de profil et là…tout est nickel sans les ciels violets ni les marrons rouges de Canon (je te chambre JF, je sais, quoi que…). C’est plus long, mais comme on se prend déjà le chou à se trimbaler des reflex, on est pas à 30 mn d’un traitement par lot. Ca laisse le temps de s’boire une mousse.
    PS: JF pour me racheter : vas voir le camembert de Flicr sur le type d’appareils utilisés en 2015 pour les photos déposées sur leur site ;-)

    • Oui, mais travailler sur du TIF dans Lightroom c’est débile !

      C’est très lourd… et le potentiel du RAW est totalement perdu…

      Soit tu travail ton RAW (du début à la fin) dans le logiciel du fabricant (Canon DPP par exemple, ou autres)… et tu exporte en JPEG que tu importe dans Lightroom (juste pour le visualiser). ET si tu dois retravailler un détail, tu ouvrira le RAW à nouveau dans le logiciel que tu as choisi et tu réexportera et écrasera le JPEG précédent.

      Soit tu travaille ton RAW dans Lightroom… de A à Z.

      Le TIFF c’est le 20m siècle ! Je n’en fais jamais…

      à la limite quelques .psd dans Photoshop.

  4. C’est effectivement une très bonne sonde, quoi que un peu cher à l’achat pour un amateur. Par contre c’est bien joli d’avoir de belles couleurs sur l’écran mais qu’en est-il à l’impression  ? Des sondes pour imprimante sont très onéreuses …

  5. La sonde est un bon produit, pas le meilleur, mais tout fait acceptable, c’est le soft qui a mon sens laisse un peu a désirer !!! Toujours pas de prise en charge du L*

    Dommage pour un produit qui se veut haut de gamme, donc pour des écrans de même niveaux avec qui la « courbe » L, représente un plus !!!

    • Oui… faut arrêter la branlette mon ami ! Un bon vieux Dell calibré approximativement suffira bien comme ça…

      Si le photographes est pas trop mauvais, sa balance des bilancs sera bien assez bonne, ses couleurs aussi (surtout avec l’aide d’une Color Checker Passeport), même si l’écran est « à peine faux », ce n’est pas grave, les couleurs dans le fichier seront justes…

      Et lorsque tu sais l’ampleur des dérives qui suivent ensuite au diverses étapes de la chaine graphique (spécialement l’impression industrielle), alors que l’écran souffre d’un Delta de quelques %, ce ne sera jamais un souci !

      Il faut pas être plus royaliste que le roi…

      Le surcoût d’une sonde « hyper pro », sera mieux employé à payer une maquilleuse pro, ou une bonne optique fixe… ou même un resta à toute l’équipe autour du photographe : ce qui débouchera sur de meilleurs rapports humains, donc une meilleure ambiance de travail, donc plus de motivation, donc de meilleures photos…

      Tu me suis ?

      Pour 99% des photographes l’affichage d’un bon vieux Dell à 800 € avec la sonde X-Rite c’est déjà bien plus que suffisant…

      Il y a des priorités, et des budgets, à ne pas exploser inutilement…

      Bon, après il y a autant de cas particuliers, que de photographes…

  6. Pingback: BenQ SW2700PT : un excellent écran 27 pouce à 699€ - Photoetmac.com

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.