web analytics

Evitez la conversion des RAW originaux en format .DNG

57
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

J’ai toujours expliqué qu’il ne servait absolument à rien de convertir vos fichiers RAW en .dng. Au mieux c’est une perte de temps… Au pire cela peut même s’avérer contre productif.

Ce soir un article relance le débat publié sur le Photoshop Blog : DNG Pros, Cons and Myths. On pourra refaire le monde à ce propos en commentaires si vous le souhaitez, autant que vous voudrez… Mais années après années, je reste convaincu que « convertir systématiquement vos RAW en .DNG » ne sert à rien… Et aucun évènement récent n’est venir contredire cette idée !

Eviter la conversion en fichier DNG tant qu’on y est pas obligé, c’est de la pure logique ! Qui répond à ce vieux proverbe :  » if it ain’t broke, don’t fix it » (ne pas réparer ce qui n’est pas cassé)…

if_it_aint_broke_dont_fix _t

Je ne suis d’ailleurs pas seul a éviter le DNG : « Why I Stopped Using the DNG File Format » : « All Raw Files Are Not Created Equal ». Et ceci : « Why I No Longer Convert RAW Files to DNG« . Ou cela : « 5 Reasons Why You Should Not Convert Your Raw Files to DNG« .

Toutefois, admettons qu’Adobe lui a finalement trouvé une utilité, puisque c’est le format dont « sont faits » les aperçus dynamiques (qui sont très utiles eux)… Mais il ne s’agit pas vraiment du .DNG au sens ou on l’entend, lorsque l’on parle de « convertir ses RAW en .DNG », en vue de les archiver.

D’ailleurs, comme j’utilise les aperçus dynamiques dès que je travail sur un portable et sur Lightroom Mobile, quelque part j’utilise donc moi aussi le format .DNG. Mais attention, il ne s’agit dans ce cas que d’une version « miniature de vos images originales », relire ceci à propos des Aperçus dynamiques en format .DNG : Prise en main, Lightroom 5… 

convertion_dng_Lightroom

Alors, à quoi servirait de convertir systématiquement tous vos RAW au fur et à mesure de vos prise de vues en .DNG, dans un but de stockage ? Premier cas de figure, si le constructeur de votre reflex dispensait « soudain » et ne proposerait plus de logiciels pour lire vos NEF, PEF, ou CR2.

1 – Premier cas de figure : admettons que Adobe et le format DNG existent toujours : alors Adobe proposera toujours gratuitement son logiciel « DNG Converter« … Et il sera toujours temps de convertir tous vos RAW existants en .DNG si vous le préférez à ce moment là (inutile de le faire avant). Mais ce serait inutile… Puisque si Adobe « existant toujours » (donc Lightroom et Camera Raw) : alors ces deux logiciels peuvent lire tous les fichiers RAW concernés, vous me suivez ? Puisqu’ils partagent le même moteur que DNG Converter : ils peuvent lire les mêmes fichiers RAW. Dans ce cas, le DNG ne sert à rien : pourquoi perdre du temps à convertir des fichiers parfaitement lisibles ?

2 – Second cas de figure : admettons qu’Adobe disparaisse d’un coup (en plus du constructeur de votre appareil, ce qui serait vraiment pas de chance) : il n’existerait alors plus de Lightroom, ni de Camera Raw, ni de DNG Converter… Et bien dans ce cas extrême et improbable : je suppose que ce serait une très mauvaise idée de se mettre soudain à utiliser le .DNG, alors que la société qui l’a crée ne le supporterait plus, ou n’existerait plus… Il sera temps alors de se tourner vers un des (nombreux) autres éditeurs (Capture One, DxO, autres) dont les logiciels supportent tous les fichiers RAW originaux… 

 


Pourquoi se priver (sans contrepartie), des logiciels gratuits des fabricants ?

Convertir systématiquement vos fichiers RAW en .DNG, vous interdit de les ouvrir dans le logiciel original fourni gratuitement par le constructeur (Canon DPP par exemple). C’est à mon avis bien dommage de se priver d’une chose, sans « rien « obtenir de vital en échange… Ci-dessous l’excellent Canon DPP (qui n’est pas du tout ridicule dans sa version 2015) :

0000_SCREEN_JFV 368

Les logiciels Canon, ou Nikon sont capables dans certains cas de réaliser une meilleure exploitation de ces fichiers originaux… Et de réaliser de petites choses que les logiciels Adobe ne savent pas encore faire : afficher les collimateurs AF utilisés par exemple. Ou changer le Picture Style ou Picture Control (dans le cas des dernier fichiers RAW de très haute résolution EOS 5Ds, c’est intéressant par rapport au rayon minimal d’accentuation utilisé par le logiciel Canon, plus fin que celui de Adobe limité à 0,5 pixels)…

Pourquoi insulter l’avenir ? Rien n’oblige à convertir « immédiatement » des fichiers RAW en .DNG. Cela sera toujours possible « plus tard » (ou beaucoup plus tard) un jour, si une très bonne raison l’impose… Et éventuellement jamais !

Pour cette conversion on pourra par exemple utiliser directement Lightroom, qui propose un Menu pratique dans Bibliothèque : pour convertir vos RAW en .DNG en masse (en conservant l’original ou pas). Ce menu ne va pas disparaitre de si tôt ! ! ! Donc rien ne presse pour l’utiliser…

convertir_les_RAW_en_DNG_Lightroom

 


Le .DNG est-il vraiment un format d’avenir ?

C’est peu dire que la reconnaissance officiel du .DNG comme standard i-universel, tarde un peu à venir… Le .DNG, ce n’est pas encore le JPEG !

Avez-vous envisagé cette hypothèse (pas si folle) : et si dans 2 ans un éditeur (Canon, Nikon, Sony, Google, Microsoft ou autre) proposait un excellent nouveau logiciel révolutionnaire, qui ne lirait pas les .DNG, alors qu’il serait capable de lire les fichiers RAW des principaux constructeurs d’appareils photos (fichiers présents en bien plus grand nombre que les fichiers .DNG sur nos ordinateurs)…

Que ferez-vous alors de vos fichiers .DNG, illisibles par ce logiciel ? Jusqu’à récemment, certains logiciels majeurs ne lisaient pas du tout, ou « pas très bien » les fichiers .DNG d’ailleurs… Comme Capture One Pro 8 par exemple. Sa nouvelle version 9, aurait « amélioré » sa lecture des DNG, ah bon ? Cela veut dire qu’avant… ce n’était pas parfait alors ? (Capture One pro 9 est arrivé, prise en main express)…

Donc convertir vos fichiers RAW originaux en .DNG : ne sert à rien et cela n’apporte aucun avantage (l’argument gain d’espace est tellement secondaire vu le prix modeste des disques durs en 2015).

 


Le format .DNG conserve une certaine utilité (sans que vous ne l’utilisiez)

Toutefois, cela ne veut pas dire que le format RAW soit inutile pour autant : ainsi, la fusion HDR et le Panorama de Lightroom produisent d’excellents résultats enregistrés en .DNG (sans supprimer les fichiers d’origine en format RAW intacte, bien heureusement).

Autre chose : vous pouvez éventuellement réaliser une copie de sauvegarde supplémentaire en .DNG, de toutes vos images (en plus d’une sauvegarde de vos originaux en format RAW d’origine… En plus ! Et non « à la place de d’une sauvegarde de vos originaux en format RAW d’origine »).

Une dernière utilité du .DNG (que l’on ne peut passer sous silence) sera pour les photographes ne désirant pas upgrader leurs anciennes version de Lightroom, ou de Photoshop, ou de leurs système d’exploitation (qui sait lire les .RAW normalement)… Mais qui utiliseraient des appareils photos et fichiers RAW plus récents. Ils pourraient alors convertir ces fichiers RAW « modernes » en .DNG, pour les lire dans leur « ancien » logiciel Adobe. Mais personnellement il ne le viendrait pas à l’idée d’investir dans un appareil récent, et ne pas investir dans la mise à jour de Lightroom (au moins)…

Bon à la limite, si vraiment on ne veut pas upgrader son système ou son Lightroom, c’est peut-être qu’on est pas hyper motivé par l’idée d’ajuster ses photo… Dans ce cas là, autant shooter en JPEG ?

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

57 commentaires

  1.  

    je ne suis pas du tout d’accord avec vous. DNG a un système de validation avec checksum qui permet de détecter toutes les corruptions de données qui peuvent arriver. (Dans lightroom, valider les DNG)

    Il est TRES possible que un RAW devienne corrompu sur un disque dur et il n’y a aucun moyen de vérifier quel est le RAW original sans protocole de validation, le fameux checksum.
    (J’ai personnellement perdu un RAW qui a écrase les backups, les disques durs en raid permet en general d’éviter le problème mais sur portable, il n’ya pas de raid. )

    Dans la perspective de garder ses photos dans la durée, il faut implémenter ce système de validation avec checksum, il y a des softs de backup qui font cela mais
    avec DNG, c’est intégré et à chaque fois que je sauve les metas, le checksum se remet à jour.

    DE PLUS, pour certains marques d’appareil,(pas canon ni nikon), il y a un certain gain de perf avec lightroom car la conversion n’est pas trivial.

    PERSONNELLEMENT, je store mes RAW dans mes DNG, mais il est vrai que ça prend plus de place mais ce qui permet d’avoir mon RAW avec checksum.

  2. Bonsoir,
    Je suppose que tu fais un premier tri et sauvegarde les raws, et ensuite un import dans lightroom sans conversion ? Et tu exporte également en quel format du coup ?

    • Le tri se fait intégralement dans Lightroom évidement, ou tout est importé et catalogué (c’est fait pour ça).

      Je n’exporte rien… enfin juste le minimum (quelques dizaines d’images par reportage)

      Et ce que je met sur Facebook ou sur mon site. Ponctuellement.

      Ou ce que me demande un client…

  3. Les corruptions de donnée, c’est comme les défaillances de disques durs, cela arrivera.
    Il y a des statistiques de google qui sont assez édifiantes à propos de cela.
    De plus, on ne peut jamais être certain qu’il y a eu corruption de données si on ne peut pas les vérifier.Souvent, ça touche des bits sans importance mais des fois… En plus, c’est très pernicieux, on ne peut pas savoir s’il y a eu corruption sans checksum.

    Moi, je connais des personnes qui ne font jamais de sauvegardes parce qu’elles ont des milliers de fichiers de données et qu’il n’y a jamais eu de problèmes jusqu’à maintenant.

    • Je fais mes sauvegardes (triples sauvegardes) avec Carbon Copie Cloner…

      Pas de corruptions de données ! Cela fait 15 ans, et 450.000 RAW, je crois que ça va…

      Si on devait s’inquiéter de ces « sois-disant » corruptions de données, il n’y aurait plus d’informatique.

      Maintenant que l’on fasse une sauvegarde (de plus) en .DNG, pourquoi pas : c’est une précaution de plus…

  4. De plus, DNG est un format ouvert dont les spécifications sont détaillées sur le net.
    Il n’appartient à personne.

    Demain, je peux très bien compiler un programme qui lit les DNG sur N’importe quel support et language informatique sans avoir à demander quoique soit à Adobe (aide ou permission)
    Dans le cas possible dans 60 ans Adobe n’existait plus.
    Les autres formats RAW sont fermés mais par retro-ingenieuri on réussit à comprendre le format même si il y a encore des métadonnées inexpliquées

    • L’important ce n’est pas ce que quelqu’un pourrait faire idéalement, un jour hypothétiquement… (ou ne jamais faire)

      L’important ce sont les logiciels disponibles : en vrai maintenant !

      Pour travailler de suite…

      Qu les autres formats soient fermés en s’en tape tante que Canon propose un logiciel pour travailler avec…

      Et tant que Adobe propose DNG Converter (et qu’il ne va pas disparaitre)…

      La possibilité de convertir en DNG existe : c’est très bien ça nous rassure ! Donc on n’est pas obligé de convertir…

    • Dans ce cas (incroyable) : si on apprenant qu’adobe était sur le point de disparaitre… alors vite !  on téléchargerait d’urgence la dernière version de DNG Converter et on ferait vite une copie de nos RAW en DNG !

      Peut-être… On a le temps pour ça !

      Car il y a encore moins de chance qu’adobe et Canon et Nikon disparaissent tous soudainement en même temps, que de chance de ne pouvoir trouver aucun logiciel (gratuit ou payant), pour lire n’importe quel RAW ! ! !

      Franchement… Il faudrait un concours de circonstance absolument inimaginable pour que l’on ne puisse lire des fichiers RAW. Et même dans le pire des cas : on trouverait toujours une version de DNG Converter pour ça ;-) Ouf ! ! !

      Allons, allons, dire que nos RAW sont « en danger » de ne plus être lus, c’est de la science fiction… Autant croire à une attaque imminente des extra terrestres !

      • Le DNG est LIBRE. Si Adobe disparaît du jour au lendemain, le DNG lui restera, et continuera d’être maintenu et mis à jour.

         

        « Allons, allons, dire que nos RAW sont « en danger » de ne plus être lus, c’est de la science fiction… Autant croire à une attaque imminente des extra terrestres ! »

        Je cite :

        « Je te rappelle quand même que Canon a changé 3 fois de format raw, et avait même laissé sur le carreau les utilisateurs de D30 et D60 à la sortie de DPP 1.0, et c’est suite aux réactions virulentes que le fabricant a changé d’avis. »

        • Le DNG est libre oui… mais le nombre de formats, de logiciels et de choses libres dont absolument personne ne veut s’occuper car ça ne rapporte rien ! Cela ne garanti aucunement que des logiciels seront développés pour ce DNG.

          Les développeurs ont besoin de gagner leur vie : si ça ne rapporte rien, personne ne s’occupe de rien.

          Les choses libres dont on s’occupe, sont celles ui permettent un business modèle (basé » sur des services, de la maintenance, ou d’autres choses qui sont elles payantes ;-)

          • Ritax utilise ce format, ça fait déjà un constructeur prêt à s’en occuper (et autant Pentax n’a pas une place dominante dans le monde de la photo, autant Ricoh eux ils ont les reins considérablement plus solides que Canon et surtout Nikon).

            • Oui, enfin, tout ça c’est des mot et de la théorie… Dans les faits (rien que les faits) :

              80 Millions de reflex Canon EOS vendu, combien de milliards de fichiers CR2 en circulation ? Face à cela les DNG Pentax ne pèse même pas 1 ou 2 %… d’autant que pas mal de Pentaxistes préfèrent utiliser le .PEF (Pentax Electronic File) qui reste disponible.

              Et pour les années à venir, Pentax n’a vraiment pas l’air de prendre la direction de remonter dans le classement des constructeurs ayant le vent en poupe !

              Même leur futur Full frame n’a pas l’air d’aller vraiment dans le sens de l’histoire…

              Bref, il y a les belles idées… les grand concepts théoriques, mais à côté de ça les réalités ! Et le choix effectif des utilisateurs…

  5. Un article bien faux sur un sujet informatique (enfin, j’ai moins ri que sur l’intégration verticale, cela étant :D ).

    Quelques remarques pour étayer mes propos :

    « Convertire vos fichiers RAW en .DNG vous interdit de les ouvrir dans le logiciel original fourni par le constructeur, c’est à mon avis bien dommage de se priver d’une chose, sans rien obtenir de très vital en échange ! »

    Boarf, pour qui bosse sous des logiciels qui lisent les fichiers DNG (au pif, la suite Adobe et DXO), ça n’est pas un problème, et je doute que du jour au lendemain ils arrêtent de supporter un tel format (ou alors ça reviendrait à dire fuck aux Pentaxistes, par exemple, certes pas très nombreux, mais je ne connais point de logiciel de traitement qui déciderait arbitrairement de ne plus supporter une marque).

     

    « Les logiciels Canon, ou Nikon sont capables dans certains cas de réaliser une meilleure exploitation de ces fichiers originaux… Et de réaliser de petites choses que les logiciels Adobe ne savent pas encore faire : afficher les collimateurs AF utilisés par exemple. Ou changer le Picture Style ou Picture Control (dans le cas des dernier fichiers RAW de très haute résolution EOS 5Ds, c’est intéressant par rapport au rayon minimal d’accentuation utilisé par le logiciel Canon, plus fin que celui de Adobe limité à 0,5 pixels)… »

    Pourriez-vous m’expliquer quel est l’intérêt d’avoir les points de focus affichés ? J’avoue que j’ai des doutes sur l’intérêt, hormis savoir où on a fait le focus pour des tests de mire.

    Pour les fichiers de très haute résolution, tout le monde n’est pas équipé de tels appareils, et ça n’a pas de raison d’être massivement démocratisé avant un paquet de temps — quand les APSC monteront à 40MPx et les FF à 80, dans 5 ou 10 ans, peut-être, en attendant non. Et encore, dans 5 à 10 ans j’ose espérer qu’il y aura eu une mise à jour des DNG pour qu’ils soient capables de gérer finement les hautes résolutions (idem pour les logiciels de post-prod).

     

    Bref, là ça sent juste l’attaque en règle contre le modèle libre/open comme j’en ai lu plusieurs fois ici, et pour quelqu’un qui accusait récemment (flemme de chercher où sur ce site) Apple d’enfermer ses utilisateurs dans une logique… quand on vend et survend les logiciels constructeurs comme des indispensables c’est drôle ^_^

     

    Mais bref, je viens aussi sur ce site pour les prises de position engagées, même si elles sont bancales, donc je ne râlerai pas plus que de raison.

    •  » Convertire vos fichiers RAW en .DNG vous interdit de les ouvrir dans le logiciel original fourni par le constructeur « 

      Ben oui, absolument ! Canon DPP par exemple, ne sait pas lire les fichiers DNG ! Et des tas d’informations disparaissent (affichage des collimateurs AF) : la preuve qu’il y a de la perte : le RAW pèse 21 Mo et le DNG 18 Mo…

      • Oula, y’a quand même des bases pas saines en informatique… :D

        « la preuve qu’il y a de la perte : le RAW pèse 21 Mo et le DNG 18 Mo… »

        Non, ça ça peut tout aussi bien dire qu’il n’y a que meilleure compression parce que c’est bien plus le boulot des concepteurs du DNG que de faire du soft et des codec que de Canon.

        Le flac est plus léger que le wav (en audio), mais il n’y a absolument pas une perte dessus. Et entre deux degrés de compression, idem…

        Réfléchissez avant de dire des âneries ! Vous valez mieux que ça !

        • Donc si il y a compression il y a modification… et ça non merci ! Dans le cas du DNG, les données supprimées ne le sont pas à cause de la compression en l’occurence.

          Donc… qu’avons nous perdu ? D’un point de vue informatique je ne sais pas…

          Mais peu importe car il y a une perte évidente : on a perdu la possibilité de reconvertir en format original ! ET ça c’est une énorme perte…

          Autre perte irréversible : la possibilité d’ouvrir le DNG dans Canon Photo Professionnel… Ce qui sera bien dommage le jour ou vous ne voudrez plus utiliser un logiciel payant (ou sur abonnement)..

          C’est donc objectivement une perte énorme ! Et que gagne-t-on de palpable en échange ? Rien du tout…

          Bref : un peu moins de « prétention » de votre part… Vous êtes peut-être un grand informaticien : mais s’il était connu que les informaticien prenaient de bonnes décisions, nous serions gouvernés par ces gens là ! Heureusement que ce n’est pas le cas…

          Preuve de bon sens : chaque jour je rencontre de nouveaux photographes professionnels, qui ont abandonné le DNG au cours des années récentes. Et je n’en rencontre jamais (vraiment jamais), qui ont commencé à utiliser le DNG récemment…

          Même Mister ICC sera d’accord avec moi pour une fois !

          ET même si j’avais tord sur tout (admettons) : au moins, moi je pourrais changer d’avis ! Car je pourrais convertir en DNG tout mon stock (12 To) en quelques heures dans 25 ans !  Je ne me prive d’aucune possibilités…

          Alors que si c’est moi qui avait raison : vous auriez tord irrémédiablement ! Car vos DNG ne pourraient jamais être convertis en RAW originaux…

    • Le logiciel libre c’est très bien que ça existe évidemment… D’ailleurs ce site repose sur 90% de logiciels libres (WordPress, etc…).

      Mais on aimerait que le « libre » produise aussi, des logiciels utiles en photo ! Mais :

      • Il est ou le DxO en logiciel Libre ?
      • Il est ou le Capture One en logiciel Libre ?
      • Il est ou le Photoshop en logiciel Libre ?
      • Il est ou le Lightroom en logiciel Libre ?
      • Ect…

      Il n’existe que des « sous-logiciels » dans ces domaines photo, en « libre »… De très « pâles imitations », sans réel intérêt. Toutefois, je trouve « très bien » que ces tentatives existent… Mais elle sont totalement insuffisantes ! Ce ne sont que des « tentatives ».

      Soyons sérieux… Aucun photographe sérieux ne se contente du libre. Quelques « informaticiens engagés et militants » le font ! ! ! C’est très bien… Mais on a d’abord besoin de logiciels efficaces.

      Alors le DNG, c’est bien que ça existe… (pour des copies en DNG éventuellement)

      Mais il ne faut pas l’utiliser « à la place » des RAW (et supprimer les originaux) : c’est mettre en danger inutilement l’intégrité des ses photos.

      On pourra l’utiliser « plus tard » : si quelque chose nous y oblige…

      • Alors, de ce que j’en ai utilisé (je suis un amateur de DXO) : en libre, il existe tout aussi bien ou presque (DarkTable pour ma part, moins gourmand que RawTherapee, pour répondre à Jean-Luk). Là où un logiciel comme DXO peut jouer, c’est sur :

        * ses petits ajouts très performants (ClearView qui est une petite merveille dont j’aime user et abuser, parce qu’en un clic tout va mieux sans voile)

        * un débruitage du tonnerre (même si coûteux en temps de calcul)

        Pour le reste (trouzemille profils de pellicules argentiques), y’a du libre qui en propose, même si ça n’est pas implémenté.

         

        Pour ce qui est de Photoshop/illustrator, certains graphistes aiment bien leurs équivalents GIMP/Inkscape, qui ont l’avantage d’être en format libre et universel.

         

        Et ne pas utiliser de format universel pour des fichiers à envoyer est une honte en 2015, et j’engueule régulièrement ceux qui m’envoient des ppt/docx.

         

        Et je vais même aller plus loin : les formats libres d’un GIMP (le xcf) sont considérablement meilleurs que chez Adobe Photoshop, parce que constants d’une version de GIMP à l’autre.

        Le non-libre est bien sous deux conditions, pour moi : si et seulement si :

        * Même nos grand-parents savent s’en servir (interface simple et productive) (et que la version libre ne vérifie pas ça… désolé mais entre LR et DarkTable… c’est peu ou prou la même chose)

        * Il y a un contrôle et une rétrocompatibilité absolue entre les trouzemille versions du logiciel + les formats associés + les types d’OS différents. Allez ouvrir un .ppt entre un Windows, un Mac et sur plusieurs versions de photoshop… Le Libre est bien supérieur aux formats proprio qui mutent sans arrêt. (Pour le coup, Apple fait ça plutôt bien.)

        Si ces deux ne sont pas respectés, désolé mais la bidouille pendant quelques minutes/heures est bien plus sécurisante à long terme.

        Maintenant, je peux tout à fait comprendre qu’on ne veuille pas utiliser trop de trucs libres quand le non-libre nous convient, mais il faut le faire pour de bons arguments. Je suis moi-même entre les deux mondes, et j’aime voir de vrais arguments pour l’un/l’autre des aspects des soft.

      • Mouais… mais une fois que l’AF est pris en main, est-ce réellement nécessaire de garder ce genre de choses ? Si c’est le seul intérêt, je trouve ça limité…

        Mais bon, du coup j’y trouve un intérêt. (Même si au bout de plusieurs milliers de photos normalement l’AF devrait être à peu près maîtrisé.)

        • Je travail avec toutes les version de l’AF Canon depuis les 3 ou 4  collimateurs de l’EOS 1 de 1993…

          Jusqu’au plus récent (EOS 5Ds Rs)… et je peux te dire que ça l’est toujours extrêmement utile d’afficher les collimateurs actifs à titre de vérification.

          ET je continue de progresser…

          J’utilise un plug in de Lightroom : « Show Focus Point ».

  6. JF, au-delà de l’intérêt (ou pas) du DNG, je constate que tu questionnes beaucoup la pérennité du format et des logiciels compatibles.

    Préoccupation tout à fait légitime, certes, mais faut-il faire plus confiance aux fabricants d’appareils ?

    Je te rappelle quand même que Canon a changé 3 fois de format raw, et avait même laissé sur le carreau les utilisateurs de D30 et D60 à la sortie de DPP 1.0, et c’est suite aux réactions virulentes que le fabricant a changé d’avis.

    Quant à Nikon, faut-il rappeler que non seulement la marque jaune a laissé en plan les utilisateurs de ses excellents Coolscan – tant du point de vue hardware que software – mais elle a recommencé avec Capture NX.

    Alors à qui faut-il faire confiance ? Comme cela a été souligné plus haut, le DNG est totalement libre, seul le nom appartient à Adobe. Et, surtout, je pense que l’éditeur communique extrêmement mal sur ce format et son potentiel, et je trouve même incroyable qu’il ne réagisse pas face aux idées fausses propagées sur le Web, et qui font croire à certains photographes qu’en adoptant le DNG, ils deviennent captifs.

    Enfin, le DNG existe aussi en format cinéma et il me semble que, dans ce milieu, on y soit nettement moins réfractaire et moins virulent. Peut-être que les cinéastes et vidéastes sont ils plus pragmatiques, et moins enclins à l’ego surdimensionné de bien de photographes ?

     

    • Le monde de la photo est conservateur sur les bords, oui. Reconnaissons-leur le fait que du coup les appareils photos qui marchent (sauf Sony) restent relativement simples et bien pensés, du coup.

      Mais il suffit d’un constructeur qui adopte un format libre pour que ça devienne incroyablement plus pérenne.

  7. Il en est de même pour les fichiers XMP liés en sidecar aux fichiers RAW par les logiciels Adobe, que DDP ne lit pas, ce qui fait que lorsque l’on renomme ces fichiers avec DDP (il est génial  pour cela), les fichiers XMP restent sur le côté !
    Croire qu’Adobe est immortel, une douce illusion.

    Et si Affinity Photo faisait son trou ?

  8. Je suis bien d’accord avec cet article.

    Je ne vois pas l’intérêt de convertir en DNG, si c’est pour au final perdre des infos disponibles dans le RAW. Mieux vaux partir du principe de conserver les données sources non modifiées « à vie », et de les convertir en fonction du besoin réél du moment.

    Si un jour la conversion s’avère indispensable sous peine de ne plus pouvoir lire les RAW, on aura le temps de le faire, et avec le format adapté qui existera à ce moment (peut-être différent du DNG).

  9. Corruptions de données inexistants?

    Alors, je vous pris de regarder cette video vers la fin
    https://m.youtube.com/watch?v=4XpnKHJAok8
    Linus fait un talk à google (pour git) et il fait la leçon à google comme quoi il n’y a rien de plus préciux pour lui que le code source et il critique que le code source chez google n’était pas protegée contre la corruption de données. Maintenant, google utilise git pour avoir le code source protégé contre la corruption de données.(entre autres)

    Le raid est mis en place justement à cause de ce probleme. le raid 5 sait comment corriger les corruptions de données.

    Sous Linux, des systemes de fichiers sont développés qui integrent le checksum
    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Btrfs.
    ou alors ext4 checksum metadata.

    Tout cela pour montrer que c’est un problème important et qui existe.

    Pour revenir aux trois sauvegardes, c’est très bien, mais si on vérifie de temps la validité des sauvegardes c’est encore mieux.

    DNG permet de le faire simplement et c’est pour cela que je les utilise avec le RAW intégré.

  10. Pour moi, c’est un peu un faux débat d’opposer les deux formats. Parce que, comme expliqué plus haut par JF, rien n’oblige à détruire les RAW originaux même si on les convertit en DNG pour utilisation dans les logiciels Adobe… Ce n’est pas exclusivement « l’un ou l’autre »…

    L’idéal, c’est encore lorsque la caméra enregistre directement au format DNG. Là, c’est le meilleur des deux mondes. Pas de soucis de conversion, et le fichier est lu tout aussi bien par les logiciels propriétaires que par les tiers. Peut-être que dans un avenir utopique tous les manufacturiers offriront cette possibilité. Encore là, rien ne les empêcheraient d’offrir à l’utilisateur de sélectionner le format désiré.  Chacun pourrait alors utiliser la façon lui convenant le mieux…

      • Le DNG est très pratique, il a un énorme inconvénient, il n’est pas possible de faire la conversion dans l’autre sens. Si vous convertissez tout en DNG vous ne pouvez pas revenir en arrière.

        Il est vrai que les constructeurs Canon et Nikon pour ne citer qu’eux ne s’embarrasseront pas de la pérennité de leurs fichiers. Il y aura un moment où vous serez obligés de convertir tous vos fichiers et quand ce moment arrivera ce n’est pas sûr que le format soit le DNG. C’est probable mais pas sûr du tout. On le sait en informatique les choses changent vite, on a garder le film argentique pendant presque un siècle, je ne pense pas que votre .CR2 ou .nef dure aussi longtemps.  Dans le doute, on peut encore attendre…un peu.

        • Salut Cyril !

          Pas d’accord avec toi… je ne suis pas du tout inquiet sur la capacité de lire les CR2 et les NEF dans 100 ans ou 200 ans ! Vraiment pas inquiet, car ce sera très facile techniquement !

          C’est à mon avis un « fantasme total », digne de la « grande peur de l’an 1000  »

          Non, si il y a éventuellement une petite inquiétude à avoir, c’est plutôt la capacité à continuer à lire les « supports physiques informatiques » anciens… ET là : DNG ou RAW même combat !

          Mais là encore il ne faut pas trop psychoter : il faudra juste « anticiper ».

        • D’ailleurs on notera quelque chose qui n’a jamais été évoqué dans cette discussion : le DNG, à la base, c’est quoi ? C’est d’abord un conteneur, avant d’être un fichier.

          Et sur quoi se base-t-il ? C’est tout simplement une variation du format TIFF.

          Et sur quoi se basent les autres formats Raw ? Guess what… le format TIFF.

          • Ensuite, c’est quoi le DNG, quelle est la volonté derrière ? Personne n’en parle ici…

            Après le cul-de-sac du projet avorté OpenRaw, il est clair qu’un format universel, libre et ouvert, adopté par tous les fabricants, y compris les plus modestes, règlerai beaucoup de problèmes, d’autant que le DNG n’interdit pas chaque fabricant de continuer à proposer le rendu qui leur est propre. Pour cela, ils disposent des MakerNotes, qui ne font que s’ajouter un à un format qu’ils utilisent tous déjà : le TIFF/EP.

            Je pense que la réticence vient du fait que le DNG est proposé par un industriel, et que certains acteurs du monde de la photo sont persuadés de devenir captifs. Or, il n’en est rien.

            Et c’est pour ça que je défends le DNG car il propose des solutions qui vont dans le sens de l’intérêt des photographes, et que ces derniers, justement, ont tord de le combattre, et devraient, justement, adopter une attitude inverse dans leur propre intérêt.

            • Oui, mais pourquoi les industriels ne l’adoptent pas alors ?

              Ils sont pourtant informés, ils ont des ingénieurs qui sont régulièrement invités par Adobe à des Séminaires (y compris aux US)…

              Adobe a largement promu le DNG ces dernières années auprès des décideurs et des ingénieurs, etc…

              Pourquoi ça ne « prend pas » ?

              A mon avis pour une raison : bien que ce soit gratuit (et qu’il ne s’agit pas d’un piège), les industriels considèrent probablement que le DNG ne leur est pas très utile…

              • Eh bien justement, c’est à nous de faire pression pour qu’il soit adopté ! L’idéal serait de pouvoir choisir le format de sortie sur le boîtier, et que les logiciels des fabricants d’appareils le prennent aussi en charge.

                • Bof ! Moi qui ne voit absolument aucun intérêt au DNG, je ne vois pas pourquoi je devrais me « bouger » pour faire pression ;-)

                  Par contre, je tiens à prévenir mes élèves qu’il est loin d’être universel (pour le moment)…

                  Et qu’il a peu de chance de le devenir…

                  Si cela arrivait, ce serait très bien cependant. Mais je ne vais pas me transformer en « militant » !

            • En tous cas en tant qu’utilisateur (photographe), il me semble déjà, que le DNG n’est pas très utile à mon niveau… (et ne le sera pas à l’avenir, pour ce que j’en vois actuellement).

              Pour autant, il est bien qu’il existe.

              Et il y a au moins une utilité : Lightroom Mobile et les Aperçus dynamiques. mais en dehors de ça : je ne vois pas…

          • Oui, enfin, la caractéristique du RAW c’est de ne pas être « dématricé »… alors que le TIFF l’est me semble-t-il.

            Le DNG est surtout un conteneur, c’est son intérêt : il peut contenir du TIF, du RAW, du JPEG, n’importe quoi…

            Exactement comme un NEF (qui est le DNG de Nikon)… c’est un conteneur !

            Si l’on a besoin d’un contenu, c’est bien…

            Mais on en a pas besoin obligatoirement : un CR2 + un .xmp, ça large très bien aussi (et ça a quelques avantages aussi en terme de souplesse)

              • Oui, c’est juste…

                Mais lorsque l’on parle de Tiff les gens ont tendance à penser au Tiff qu’ils créent depuis Photoshop… et qui a beaucoup moins de potentiel qu’un RAW, ou que un RAW en format DNG (c-a-d un DNG contenant du RAW non dématricé).

                Bref, comment voulez-vous que les gens s’y retrouvent dans tout ça !

                C’est pour ça que je trouve assez dangereux, lorsqu’un auteur comme Martin Evening a pendant des années encouragé des débutant ignorant à convertir leurs RAW en DNG sans les prévenir assez (me semble-t-il, ou même pas du tout peut-être), qu’ensuite ils ne pourraient plus jamais les utiliser dans le logiciel du fabricant…

                Ni même certains autres logiciels intéressants (je ne me rappel plus exactement lesquels savent ouvrir ou non les DNG, car je n’en ai pas besoin)

                Bref, indiquer aux gens d’utiliser le DNG sans les prévenir est assez malhonnête !

                C’est bien au public, de décider si par exemple Canon Photo Professionnal est digne d’intérêt ou pas (et je vous garanti qu’il l’est aussi) !

                • Le DNG, s’il était universellement adopté, aurait un avantage implacable : étant totalement indépendant, il permettrait le traitement dans n’importe quel logiciel. En gros, rien n’empêcherait, dans l’absolu, de traiter un fichier DNG issu d’un Canon dans un logiciel Nikon, par exemple.

                  • oui, c’est sur…

                    Mais cela briderait peut-être aussi la recherche et l’innovation sur les capteurs ? J’en sais rien, mais c’est le problème des normes… Par exemple si Fuji devrait rester compatible avec le format DNG, auraient-ils pu créer leur capteur « spécial » ?

                    Imaginons la même universalité sur les système d’exploitation : si tout les fabricants d’ordinateurs avaient adopté le même système d’exploitation…

  11. À la lecture de l’article et des propos écrits, j’en déduis que l’auteur (sans que j’en saisisse la raison) a une obsession « anti » DNG.

    À l’époque de ma conversion au numérique, j’avais choisi la continuité… Minolta (sic!!!). Puis, lorsque ce dernier à quitté le domaine, je me suis converti à Olympus (et j’en suis très satisfaits) et merci au format DNG pour assurer la pérennité des images.

    Olympus a cessé de produire des DSLR et se concentre sur ses « mirrorless ». OK, pas de problèmes en ce qui me concerne.

    J’avoue que si Olympus (comme Pentax) m’offrait la captation des mes photos directement en DNG, je le ferais. Toutes mes images sont converties en DNG.

    Bon, parlons de la « supposée » perte de 10% avancée (et probablement due aux petits artifices des fabricants comme les points de focus et qui n’ont pas vraiment de valeur ajoutée en ce qui me concerne).

    Quel est la différence de qualité entre un imprimé de 16×20 pouces prise par un capteur de 16 mégapixels entre un RAW pur et un DNG avec une « supposée » perte de 10% ???

    Ne fais-t’on pas une chasse aux sorcières ici ?

    • Je ne critique pas ici le DNG produit par l’appareil… A la limite pourquoi pas.

      La question n’est pas l’éventuelle perte d’informations lors de la conversion d’un RAW en .dng (allez : admettons qu’elle n’existe pas.. Mais ce n’a pas toujours été le cas dans le passé. Les DNG crée à une certaine époque n’étaient pas les mêmes que aujourd’hui)…

      Non, la question n’est pas la perte d’information.

      La question est de démontrer l’intérêt ( ! ) d’une conversion en DNG ! Qui coute beaucoup de temps et d’énergie ! Et qui ne présente absolument aucun intérêt immédiat… Puisque tout RAW susceptible d’être converti en DNG, doit être lisible par Lightroom ou Photoshop.

      Donc si ces deux logiciels peuvent lire ces RAW : alors à quoi sert le DNG ?

      ET à quoi sert de faire quelque chose que l’on suppose inutile… et pire : de le faire immédiatement ? Sachant que (au pire), on pourra toujours faire cette conversion un jour (plus tard), si on découvrait que cette conversion était utile…

      Non, il y a un mystère… dans cette folie de vouloir changer de format pour ces images !

      Surtout un format qui n’apporte rien de plus que le précédent format.

  12. Pingback: Révélation : les Canon Dual Pixels RAW possèdent d'autres secrets - photoetmac.com

  13. Bonjour JF, sais tu si il est normal, que la conversion d’un fichier RAW vers le DNG, ajoute une colorimétrie plus chaude teinté de rouge au DNG. C’est mon cas , avec le RAW Panasonic .RW2, la taille est aussi modifiée.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.