web analytics

Mes conseils pour photographier les zombies

14
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Réglages AF, réglages d’expo, choix des objectifs et de matos divers : voici tous mes conseils pour mieux photographier les zombies, en préservant votre sécurité… J’animerais d’ailleurs ce dimanche une conférence à 16h au Salon de la photo : « l’Art de photographier les zombies ».

Car il faudra vous y faire : les zombies vont progressivement envahir nos rues. Êtes-vous préparés en cas d’invasion zombie ? Il ne sera bientôt plus possible de les éviter, ni de les fuir (quoique certaines zones puissent être préservées)… Pour aller ou d’ailleurs, sur une planète totalement zombéifiée ? Alors mieux vaut apprendre tout de suite à vivre avec les zombies, à les photographier (vite et bien) et à y échapper. Les zombies studies : un véritable domaine scientifique. Je suis heureux d’apporter ma modeste contribution, en vous aidant à mieux les photographier, sans vous faire mordre !

Vos expériences et témoignages sont bienvenus en commentaires.

 


Viseur optique ou viseur électronique ? Utilisez absolument un viseur optique pour surveiller votre sujet en permanence, car le « retards » d’affichage de la plupart des viseurs électroniques risquent de vous coûter la vie… Ne parlons même pas des EVF qui par défaut affichent l’image dans le viseur après chaque déclenchement. De nombreux utilisateurs novices y ont laissé la peau car ils ignoraient que cet affichage pouvait se désactiver évidement… Mais souvent le désactiver ne suffit pas : la visée reste figée un dixième de seconde, ce qui peut s’avérer fatal.

Le viseur électronique ne sera supérieur au viseur optique que la nuit, dans le noir complet, ce qui ne sert à rien ! D’une part : il n’y a généralement rien d’intéressant à photographier, dans les situations ou l’on ne distinguerait rien du tout à travers un classique viseur optique…

D’autre part si vous êtes dehors en pleine nuit alors qu’il y a des Zombies dans le coin : c’est que vous êtes déjà mort ! Ou que vous êtes déjà vous-même un zombie qui ne supporte pas la lumière du jour…

En cette fin 2015, nous en sommes encore à la préhistoire du viseur électronique (Votre viseur électronique est-il… « dépassé » ?) : il est encore bien trop tôt pour s’en équiper !

 


Quel objectif choisir ? Utilisez de préférence deux zooms, dont un trans-standard… Idéalement montés sur deux boîtiers, car en présence de zombie il est délicat de changer rapidement d’objectifs (d’autant que les zombies sont attirés par tous les bruits métalliques à cause d’une mutation de leur oreille interne).

the-walking-dead-saison-2-serie-creee-par-frank-darabont-en-2010-10542725jlnjy_1713

 

Je recommanderais le 24-70 mm f/4 L IS USM de Canon, qui est plus léger (ce qui permet de fuir plus vite) et plus performant que ses homologues d’autres marques, pour un encombrement réduit : une merveille ! Après avoir utilisé ces dernières années plusieurs zoom trans-standard de diverses marques (24-70 mm f/2.8, 24-105 mm f/4 et 24-120 mm f/4), celui-ci est mon préféré de très loin.

 

 


Choisissez bien votre 70-200 mm f/2.8 : il vous sauvera la vie ! Un 70-200 mm f/2.8 me semble également obligatoire car les photo de zombie les plus intéressantes le sont à « l’heure bleu », lorsque la lumière décline… Certes le Canon est très cher, mais il est le plus performant de loin. Il n’existe pas de 70-200 m f/2.8 en monture Sony E.

Quand au Nikon, il est dépassé technologiquement et si vous souhaitez réaliser un portrait de zombie sans vous approcher trop près, vous serez coincé ! Car à la plus courte distance de mise au point, cet antique Nikon 70-200 mm f/2.8 s’avère être un 60-135 mm (avec des conséquences importantes sur le grossissement, notamment si vous comparez au Canon).

Tragique découverte pour ceux qui croyaient avoir acheté un 70-200, de découvrir qu’ils possèdent un 60-135 mm. C’est le phénomène dit de « focus breathing », dont je vous parlerais un jour (j’ai un article en préparation depuis 2 ans là-dessus)… Et certains 70-200 mm en souffrent plus que d’autres. Lire chez photo.net :

0000_SCREEN_JFV 274

Rabattez vous éventuellement sur les version f/4 des deux marques, si vous manquez de budget, mais oubliez tous les zoom télé à ouverture glissante. A signaler que Nikon se rattrape avec le Nikon 70-200 mm f/4 qui est spécialement réussi (avec un grossissement bien supérieur à la version f/2.8). Mais attention aux projections d’hémoglobine, car il n’est pas tropicalisé (étonnamment).

 


Un zoom grand angle est-il obligatoire ? Oui, et non… Je préfère éventuellement un grand angle fixe. Si vous avez réussi à approcher suffisamment un zombie pour le photographier au grand angle, c’est qu’il est occupé à dévorer un cadavre encore chaud : vous aurez donc tout le loisir d’approcher ou de reculer de quelques pas, ce qui changera radicalement l’angle de champs ! Le meilleur choix sera peut-être le Sigma 20 mm f/1.4, si vous travaillez entre 17 et 21h. Et si vous êtes très courageux (et plus fortuné) : le Canon EF 14 mm f/2.8 est exceptionnel : vous réussirez moins d’image peut-être : mais elles sortiront du lot !

Bon, je possède tout de même un petit zoom grand angle de poche : l’ultra grand angle Panasonic 7-14mm f/4 ASPH G, que j’utilise sur mon minuscule Panasonic GM1 (mon compact préféré est un hybride). Effet maximal, si vous pouvez approcher de votre sujet…

_1130202_blog_1078px

 


Un objectif fixe à grande ouverture est précieux ! Oui, il est tout de même des moments ou peut-être vous trouverez suffisamment de sécurité et de temps, pour peaufiner une image « artistique » des zombies, ou des ruine de votre ville… Un objectif fixe à grande ouverture fait toute la différence avec un zoom : mon préféré est le Sigma 85 mm f/1.4. Car il est pas cher et permet des « effets bokeh » fantastiques !

_MG_5876_blog_1078px

 


Quel Mode de prise de vue choisir ? Je vous recommande le Mode P… Si, si : P, comme « Prêt à déclencher puis à courir »… En effet, le Zombie peut surgir à tout moment, sans que vous l’entendiez arriver.

Si vous êtes en mode Priorité Ouverture par exemple à f/1.4 (car vous recherchez l’esthétique bokeh-zombie), vous risquez de manquer de profondeur de champs, surtout si l’AF patine un peu.

Alors qu’en Mode P et ISO Auto, vous pourrez vous concentrer sur votre cadrage, tirer des rafales de mitraillette de la main gauche et déclencher des rafales en RAW de la main droite… Ceci n’est possible qu’en Mode P. 

Par contre si vous avez tout votre temps : les Modes A, S et M restent disponibles…

 


Correction manuelle d’exposition ? Ne négligez pas un tiers d’IL de correction d’expo négative la plupart du temps… De façon à garder l’ambiance. Face à un contre jour : c’est plutôt moins 1 IL, ou plus !

Oubliez cette théorie « exposer à droite », c’est une connerie (même si théoriquement elle repose sur des bases justes)…

 


Quel Mode AF ? On pourrait préférer le Mode Auto (Ai-Focus chez Canon ou AF-AUto chez Nikon). Ces deux Modes sont des Modes AF-S (ou One-Shot-, qui basculent automatiquement en AF-C (ou Ai-Servo), si le zombie accélère dans votre direction.

Evitez absolument les AF des APN hybrides et Mirorless : car ils échouent trop souvent dans les situations d’action et d’urgence. Comme un photographe américain l’a montré ici : Keeping up with the big boys? Shooting pro sports with the Sony a7R II. Si vous faites de la photo de salon, ça ira ! Mais pour la photo de zombies, évitez les « mirorless » : les reflex classiques récents restent les seuls crédibles, si vous avez une « obligation de résultat ».

 


Quel Mode de sélection des collimateurs AF ? Je recommanderais un Groupe de collimateur large, de préférence à une sélection Auto des collimateurs… Et certainement pas un collimateur Unique. Même si le zombie est moins rapide qu’un joueur de football américain, le Zombie est nombreux ! Les ajustement fins de l’AF Canon dernière génération, sont tout à fait exceptionnels : 

AF-Canon-2014_large

Ici encore l’AF à zone large d’un Sony A7 ne saura quel zombie prendre en compte, c’est d’autant plus délicat qu’il n’existe pas de Joystick arrière sur ce type d’APN, pour déplacer rapidement votre groupe de collimateurs. Comment faire alors ?

 


Quelle sensibilité ISO ? Je choisirais sans hésiter une sensibilité ISO Auto. Avec un « encadrement de 50 à 3200 ISO. Pas plus, c’est inutile, ne photographiez pas dans la nuit noire il n’y a rien à voir…

Sur le Canon EOS 5Ds R, de nouvelles options permettent de régler finement la façon dont l’appareil ajustera la vitesse minimale de déclenchement selon les circonstances… Une aide précieuse face aux zombie, ce paramétrages Auto de la vitesse minimum en ISO Auto, qui favorise : soit une vitesse plus lente (en paysage par exemple), soit plus rapide (en reportage, en sport)…

ISO Auto EOS 5Ds R

 


La dynamique du capteur est-ce important ? Face aux zombies, la dynamique du capteur est vraiment sans importance ! Oubliez ces considérations de salon !

Car ce qui compte face aux zombies : c’est l’ergonomie de votre matériel, le choix des objectifs (légers mais efficaces), la cadence en rafale notamment… Sans oublier la capacité du buffer à encaisser des rafales en RAW sur des dizaines d’images sans ralentir (un point sur lequel le Sony A7R II est battu par les reflex)…

 

 


Des Menus ergonomiques, est-ce important ? Vous vous ferez mordre par le premier Zombie qui passe, si vous devez chercher pendant 5 minutes dans les Menus de votre appareil une fonction avancée qui est égarée au fond d’un Menu à l’architecture illogique (des cas comme ça, on en connait plein : de Panasonic à Sony en passant évidement par Nikon). La solution : les Menus personnalisables « Verts » de Canon, un modèle du genre…

Ci-dessous, exemples de menus que j’ai ajouté à mes cinq onglets de Menus Personnalisés. Je les ai répartis en plusieurs thèmes (et leur ai donné des noms, en lettres Capitales)… Il m’arrive de changer temporairement certaines entrée, lorsque je ne veux pas « oublier » de tester à fond une fonctionnalité :

 

 


Double slot de carte mémoire CF + SD indispensable ? Oui, je dirais que face à une situation dangereuse, le double slot de carte mémoire CF + SD est fortement conseillé… Soit pour sécuriser vos fichiers en miroir. Soit pour séparer sur chaque carte les vidéos et les photos. Ou les RAW et les JPEG. Soit utilisé en débordement : lorsqu’arrive l’action, ce n’est pas le moment de découvrir que votre carte de 32 Go est pleine et qu’il faut en changer…

Heureusement votre second slot SD, peut accueillir une seconde carte SD de 128 Go peu coûteuse (car en SD), qui vous garanti de continuer à shooter sans limites si la situation l’exige ! Le Sony A7 RII, ne possède qu’un seul slot de carte, contrairement aux Nikon D810 et aux Canon EOS 5D MkIII et EOS 5Ds qui accueillent une carte CF et une carte SD. 

 


Ne négligez pas l’autonomie de votre matériel ! Avec deux batteries de reflex bien chargées, vous tiendrez éventuellement 3 ou 4 jours idole dans un arbre en attendant qu’une horde de zombie déferle sur la région… L’expérience à prouvé qu’un Sony A7R II, consommait trois batteries par jour en situation de reportage. Recharger ces nombreuses batteries n’est guère facile par temps d’invasion de zombies.

 


Utilisez un sac pratique et peu bruyant ! Il y a sac photo et sac photo (notre boutique)… Il ne doit pas être trop gros, mais pas trop petit non plus ! Il doit être hyper pratique et rapide à ouvrir en basculant sur une épaule… la fermeture éclaire doit coulisser vite et silencieusement (oubliez les sac étanches, ils sont impossible à ouvrir confortablement)… J’ai trouvé mon bonheur ici : Mon sac Lowepro DSLR Video Fastpack 250 AW.

Asia, Asie

Oubliez les sangles de cou classiques et passez au « Sling » car ça change tout (cf notre choix dans notre boutique : Sling & sangles d’appareils)… Vous comprendrez que ce n’était pas votre reflex qui était trop lourd. Mais que c’était votre façon d’utiliser une sangle classique qu’il fallait changer !

0000_SCREEN_JFV 275

Et vous retrouverez le bonheur d’utiliser un reflex avec les deux mains libres ! Elles seront vitales pour dégommer les zombies à la mitraillette et survivre dans ce monde en ruine, pour éventuellement vous reproduire et assurer votre descendance…

 


Attention à la température du capteur lorsque vous filmez les zombies ! Attention, car suite à une modification de leur génome, les zombies voient dans l’infrarouge et sont irrésistiblement attirés par la chaleur. Evitez de les filmer en 4K avec un Sony A7 R II, car la chaleur du capteur les attirerait immanquablement vers vous. Par ailleurs au bout de quelques dizaines de minutes filmées en continu, votre appareil risque de s’éteindre sans prévenir pour refroidir, même si la température extérieur est basse. Ce qui rendrait la vidéo 4K peu utilisable selon certains (Why I returned my A7R II).

 

 


Attention aux appareils non tropicalisés pour photographier les zombies ! La plupart des photographes urbains, n’ont absolument pas besoin d’appareils tropicalisés… Par contre après une invasion de zombies la situation pourrait changer, d’autant qu’il ne sera peut-être plus possible de faire réparer votre appareil, après l’effondrement de la civilisation ! 

Mieux vaut alors choisir un reflex expert chez Canon, Nikon ou Pentax (des marques connues pour leur fiabilité au cours de longues années de production de masse). Plutôt qu’un boîtier Mirorless « de salon »… Comme le Sony A7 (au hasard), dont on apprend que Sony avait annoncé lors de sa sortie qu’il était tropicalisé (ce qui avait été repris par la presse), mais qu’ensuite cette caractéristique a été retirée de sa fiche technique, suite à quelques soucis : Three Sony A7RII went to Mongolia… Only 2 survives !

 


Laissez tomber la vidéo… concentrez-vous sur la photo, c’est déjà beaucoup ! De toutes façon, la vidéo est un autre métier, qui implique de travailler à plusieurs pour que ce soit bien : prise de vue, prise de son, montage, etc… ! Pas grand monde ne maitrise tout ça en même temps.

Si vous souhaitez filmer sérieusement les zombies : équipez-vous spécialement avec du matériels plus spécialisés, différent de votre matériel photo… Et au final, la vidéo c’est trop chiant : ça prend trop de place sur les disques durs, on a jamais le temps de monter des Go qu’on a filmé. On a même pas le temps de les regarder…

Et surtout vos vidéo n’intéressent vraiment personne ! Aucun de vos potes ne prendra le temps de regarder vos vidéos… Sur internet, la disponibilité d’attention de vos visiteurs est de 30 sec environ ! Dans certains cas deux minute 30 sec éventuellement, à condition de  filmer un sujet totalement nouveau et très intéressant…

Seule exception : la séquence Go Pro de vos derniers instants ! Filmée à 20 cm, lorsque le zombie va vous bouffer… Mais à part ça, vous lancer dans la vidéo n’a aucun intérêt, d’autre le font tellement mieux que vous ne parviendrez jamais à le faire.

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

14 commentaires

  1. Perso, 2 FF avec ovf, un monté avec un 24 et l’autre avec un 70-200 (en fait c’est ma panoplie idéale pour le reportage). Je n’ai besoin de rien d’autre.

    Je te confirme que le 70-200 f4 Nikon est une tuerie : homogène, piqué, lègé. Une bague de zoom à faire pâlir la concurrence. C’est simple pour le portrait, je le préfére à un 85mm et quand il est monté sur un D810, ce que tu sors, bin t’es tranquille 10 ans avant qu’on fasse mieux. Chiche…

    ps : la tropi on s’en tappe à partir du moment où tu as un joint sur la bague. J’ai shooté sous la flotte sans pb.

    ps2 : laisser les grips de geek à la maison car s’il faut courrir autant avoir les batteries dans la poche.

    • Oui, éviter les « grips batteries » : trop encombrants !

      Oui, le 70-200 mm f/4 Nikon… Il est top ! ! !
      Et c’est vrai, il résiste sous la pluie de Hong Kong j’ai testé (mais combien d’années sans précaution ?)

      Imagine un monde ou le Japon ait été envahi par les zombies… Plus d’arrivages de 70-200 mm et plus d’exposer que la civilisation puisse en créer à nouveau ! Lequel prendrais tu ? Le tropicalisé ? Ou le Nikon ?

  2. Le Nikon avec le D810. Une merveille. Ca fait 2 ans 1/2 que je l’ai (il rivalise avec les fixes). Des fois je l’utilise avec le Tc 14 EIII. Je le préfère même au sigma 85mm testé 48h, qui méritait un petit réglage d’AF (ça me gave ça, les optiques pas calées usine). C’est pour dire..

     

    • Un petit calage de l’AF c’est hyper simple et rapide à faire…

      A l’époque ou le Sigma 85 mm est sorti, il n’existait pas de 50 Mpix et l’exigence de précision de l’AF était moindre , c’est vrai…

      Le mien avait demi centimètre (à peu près) de décalage du point. Qui a été facilement corrigé…

      • Oui c’est simple, mais ça me gave. Du coup en boutique je teste et je prends le bon. Remarque, je n’ai eu qu’une fois un 50mm pas câlé et j’en ai testé 3 avant d’avoir un ex correct. Ceux qui n’etaient pas propres seront vendus à d’autres clients. C’est un peu comme les bouteilles bouchonnées au Us : ils te changent le verre, mais ne retirent pas la bouteille de la consommation.

  3. Merci pour ce rappel pour partir faire de la street-photo ! J’y reconnais moult des conseils que je t’ai entendu prodigués dans les rues de Hong Kong (ne manquez pas ce stage !).

    Je reviens de 5 jours à Venise avec mon Nikon D750 qui décidément me convient parfaitement mieux que mon ancien D800. Cette fois-ci, le 24-70 est resté à la maison, le 70-200 est resté à l’hôtel et j’ai fait 95 % de mes photos au 28/1,8. Le 85/1,8 n’a été utilisé que dans des circonstances particulières.
     
    Le tout est léger et bien peu encombrant pour un vieux (cf. ton article pour les retraités). Et l’objectif fixe oblige à se bouger, à se concentrer sur la composition, tout en offrant des latitudes d’ouvertures. L’écran inclinable du D750 permet des points de vue un peu excentrés (cf. pratique pour les retraités).
     

  4. J’avais pas capté le titre de ton article, très bien par ailleurs.

    J’ajouterai que quand on travail en,priorité ouverture ou vitesse et que l’environnement est particulièrement sombre, ne pas hésiter à sous exposer d’un IL voir plus car en dessous d’un certain niveau de luminosité, l’automatisme du boîtier va systématiquement remonter son exposition et cela n’aura plus rien à voir avec la réalité. Ça sera même pas terrible à récupérer sous LR.

  5. En 1968 au marché de St Sernin à Toulouse, des jeunes se sont mis à dresser des tréteaux pour établir une scène et jouer une séquence sur la torture franquiste, j’ai immédiatement sorti mon nikormat et j’ai à peine eu le temps de déclencher que 2 armoires m’ont encadré au cri « tu t’es jamais fait casser la gueule,alors planque ton appareil « , pendant que leur photographe armé d’un Leica mitraillait tranquillement . Il n’y a pas si longtemps je suis sorti dans la rue essayer les réglages de mon appareil, en direction de mon logement le dos à l’école maternelle, voilà que 2 jeunes femmes furieuses menacent d’appeler la police, après explications leurs craintes avaient pour origine des pères divorcés qui faisaient du repérage de leur enfants. Il y a quelques années intéressé par l’architecture j’ai voulu faire des photos à l’intérieur de la médiathèque de Toulouse j’ai failli me faire vider des pédophiles venant y photographier les enfants .Je ne parle pas des galeries de peinture ou centre culturel dont je me suis fait viré au nom du droit à l’image. J’ai donc   admiration et curiosité pour ceux qui font des photos dans la rue. Faire comme W Klein et mitrailler au grand angle au milieu des voyous ou comme C Bresson passer pour un vieux fatigué avec un leica pour être tranquille est ce encore possible?se tenir à 20 mètres avec un 70/200 au risque de priver ses photos de dynamique, ou alors se déguiser pour passer inaperçu.

     

     

     

  6. Antoine Moutiers on

    6d + 16-35 f/4 + 50 1.8 + 100L macro pour mon setup de balade/voyage j’échange de temps en temps le 100 contre le 70-200 f/4 d’un ami

    Le 24-105 f/4 prend la poussière (façon de parler) et le 100-400 II sort uniquement quand je sais que vais m’en servir car il est trop lourd…

  7. Pingback: Pratique : pas plus de 5 secondes pour déclencher ! - photoetmac.com

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.