web analytics

Testé : ultra grand angle Panasonic 7-14mm f/4 ASPH G

62
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

S’il n’existait qu’une seule bonne raison d’utiliser un hybride micro 4/3 en complément d’un reflex, je crois bien l’avoir découverte… Et ce serait probablement : l’incroyable zoom ultra Grand angle «orthoscopique» Panasonic Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH (de son vrai nom). Il s’agit de l’objectif micro 4/3 le plus étonnant et le plus extrème qui soit… Probablement le plus sexy aussi ! Un objectif injustement méconnu, sorti en 2009 déjà… et dont vous n’avez pourtant pas souvent entendu parler. A relire :

 

Il semblerait que Panasonic n’ait jamais assuré la promotion qu’il mérite, alors qu’il présente d’indéniables qualités : ouverture constante (f/4), bonne qualité d’image (globalement), poids de 300 grammes seulement et encombrement hyper réduits (vu la plage focale couverte)… Prix (parfois) raisonnable, du moins comparé à ses paires en APS-C et full frame.

Specifications Panasonic Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH
Focale 14-28 mm (équivalent full frame)
Ouverture f/4 (soit environ f/8 en équivalent full frame)
Nombre de lamelle du diaphragme 7 lamelles arrondies
Construction 16 elements en 12 groupes dont 2 lentilles aspherical et 4 ED
Distance minimale de mise au point 25 cm
Dimensions 74 x 83 mm
Poids 300 grammes

 

Alors certes, il existe l’Olympus M.Zuiko 9-18mm f/4-5.6 ED (moins cher), mais l’angle de champs ne rivalise pas. Nous ne comparerons donc pas… Pas davantage de comparaison avec le M.ZUIKO DIGITAL ED 7-14mm f/2.8 PRO plus cher (dans les 1299 €) et plus lourd : 534 gr. (spécifications sur le site d’Olympus, diamètre 7,89 cm, longueur 10,58 cm). On est ici dans l’univers pro avec une ouverture constante à f/2.8. Mais à ce tarif autant viser le full frame non ?

Lumix G VARIO 7-14mm F4.0 ASPH B

 

 


Plus léger, plus compact, car micro 4/3.

Presque tout le monde sait que l’on n’achète pas un micro 4/3, pour s’emmerder avec un viseur électronique ! Les viseurs électroniques restent même l’un des principaux handicapes de ce système : en 2015 les meilleures EVF sont toujours de véritables horreurs : je ne comprends pas ceux qui prétendent le contraire… Dès que l’on travaille en plein soleil, on est « à l’ouest »… Et après quelques jours d’utilisation l’oeil se fatigue, à cause de la faible luminosité du viseur qui reste bien plus sombre qu’une scène ensoleillée ! Pas la peine d’insister davantage…

_1130243_blog_1078px

Par contre on achète bien volontier un APN micro 4/3 (ce que j’ai fait en complément de mes reflex), pour profiter de la taille réduite des optiques Micro 4/3 : vous aviez déjà été bluffé par le zoom 12-32 livré en kit avec les Panasonic GM1, GM5 et GF7, dont la taille microscopique est hallucinante ? Vous serez encore plus impressionné par la taille de ce zoom ultra grand angle (du moins si vous connaissez déjà le zoom 14-24 mm de Nikon, ou le dernier né de Canon).

_1130202_blog_1078px

Le capteur étant moins large (ratio 4/3 plus carré), le cercle optique peut être plus petit : la surface des lentilles est donc utilisée de façon plus optimisée (moins de gaspillage de verre et d’espace). L’idéal pour « gaspiller moins de cercle optique », serait même d’avoir un capteur carré. Ou mieux encore : rond ! Dans ce cas 100% de la surface des lentilles serait utile.

_1140475_blog_1078px

C’est donc non seulement par sa taille, mais aussi à cause de ce ratio 4/3 (plus carré), que le système micro 4/3 présente le meilleur rapport qualité d’image / encombrement, de tous les systèmes actuel (APS-C et full frame compris). Et s’il est un domaine ou cela se perçoit très bien, c’est du côté des zoom ultra grand angle. Spécifiquement ce Panasonic 7-14 mm f/4, qui est assez épatant…

D’ailleurs rappelez-vous, (pour les mêmes raisons) j’avais adoré le très compact 7-14 mm f/2.8 d’Olympus (à l’époque du regretté système reflex d’Olympus, relire test terrain en Guadeloupe du E-410)…

 


Design, construction

Longtemps ce 7-14 mm est resté perché aux alentours de 1000 €, ce qui fait hésiter… A ce prix là, pas évident qu’il vaille la peine. Mais lors d’un passage chez Yodobashi Camera (pendant notre voyage photo au Japon), je l’ai trouvé en dessous des 600 €. Je n’ai pas hésité une seconde, à ce prix là : c’est un must.

0000_SCREEN_VIB_ 382

La plage focale court du 14 au 28 mm (équivalent 24-36 mm), ce qui donne à ce zoom une certaine polyvalence… Il m’est arrivé de me promener toute une journée avec et de ne pas être tenté d’intervertir avec l’optique de base du GM1 : le 12-32 mm (équivalent 23-64 mm). Ci dessous le même cadrage au 7 mm (équivalent 14 mm), puis au 14 mm (équivalent 28 mm).

_1130484_blog_1078px

Ci dessus au 7 mm (équivalent 14 mm) : les fuyantes sont plus marquées ce qui renforce l’effet d’allongement du train à grande vitesse Shinkensen.

_1130492_blog_1078px

Ci-dessus au 14 mm (équivalent 28 mm), l’effet est plus standard et moins spectaculaire : moins de déformation on se rapproche de la vision humaine… D’ou le principal intérêt de cet objectif grand angle : sa grande polyvalence.

Ce 7-14 mm propose une très belle finition. Son pare-soleil est intégré et inamovible, tant mieux car il protège bien la lentille frontale relativement proéminente (comme pour la plupart des hyper grand angles). Le bouchon qui recouvre la lentille avant est assez gros et tient bien en place (un bon point). Attention à ne pas le perdre, car il faudra retrouver le même modèle ce qui ne doit pas être si facile…

Evidement, on ne pourra pas facilement utiliser de filtres à cause de la forme du pare-soleil… La bague de zoom est assez ferme, ce qui est très bien, mais il faudra s’en souvenir et anticiper la chose si l’on envisage de zoomer en cours de prise de vue.

Soutenir si possible l’objectif de la main gauche et déclencher de la droite… Car l’objectif est bien plus lourd que le GM1 lui-même. Mais on s’y fait, finalement : on se surprend à la longue à ne travailler que d’une seule main, à condition d’utiliser une petite sangle de poignet. L’utilisation d’un petit grip optionnel en aluminium du GM1, améliore pas mal la prise en main…

_1130513_blog_1078px

L’AF est extrêmement rapide et parfaitement silencieux, c’est un régale à l’utilisation… On vise on déclenche sans s’occuper de la mise au point. Utiliser de préférence l’AF à 23 zone (sélection auto du collimateur avec priorité au sujet le plus proche).

 


Qualité d’image

Qu’en est-il donc de la qualité d’image ? Il aurait fallut évidement le comparer avec un zoom équivalent en APS-C (par exemple un 10-22 mm), ou en full frame… Mais je n’en avais pas sous la main malheureusement. Je ne vais donc pas me lancer dans une analyse très poussée, je dirais juste qu’il propose suffisamment de netteté, pour ce que je veux faire de mes images !

Et que face à ce à quoi je suis habitué (Canon EF 14 mm f/2.8 ou Nikon 14-24 mm f/2.8), c’est évidement moins piqué, mais pas choquant pour autant…

_1130962_blog_1078px

Le vignetage est perceptible, mais reste très acceptable. Il est plutôt moins prononcé que sur de nombreux ultra grand angle de focale équivalente et reste très facile à corriger en post traitement (si nécessaire).

L’aberration chromatique est très discrète (pour une telle focale), donc facile à corriger dans Lightroom, c’est assez remarquable sur un zoom de telle range…

La rigueur géométrique est assez époustouflante (pour une telle focale) : il y a très peu de distorsion sur les lignes droites, Panasonic a remarquablement bien travaillé… et celles qui restent visibles seront facilement redressées par Lightroom (si nécessaire).

On veillera à éviter la plus grande ouverture si cela est possible, ce qui garantira un meilleur piqué et davantage de profondeur de champs (sauf si effet inverse souhaité, par exemple un objet au premier plan).

_1130421_blog_1078px

Enfin, n’hésitez pas à shooter face au soleil (au grand angle c’est toujours bien en contre jour), car il n’y a pas trop de soucis de flare. L’image reste généralement très propre (d’autant plus que vous avez fermé un peu le diaph). Juste quelques reflets pas bien méchants (CF exemples), qui n’ont jamais tué personne.

 


On a toujours besoin d’un ultra grand angle orthoscopique.

Certes, on ne réalise qu’une faible proportion de nos images entre 14 et 24 mm. Mais celle-ci sont souvent intéressantes, car très originales. Elles permettent de faire la différence, de « sortir du lot ». Notamment lorsque vous vous trouvez face à un sujet difficile : grisaille, lumière plate… Quand « ça ne veut pas », il y a toujours possibilité de sortir l’ultra grand angle de sa manche. Un peu comme un « joker ». Les utilisations d’un zoom 14-28 sont nombreuses, mais souvent les débutants n’y pensent pas… Alors voici quelques exemples :

1 – Première utilisation évidente : lorsque l’on ne peut faire autrement, faute de recul… Pour photographier une table bien garnie, dans un petit restaurant par exemple… Ou une architecture, dont on souhaite mettre en évidence la démesure. Par exemple sur cette vue à travers une vitre d’un building de Tokyo, c’est la seule façon de mettre en évidence la hauteur.

_1130058_blog_1078px

2 – Ensuite, la photo « gag » est toujours sympa (exemple de la bouteille). Depuis que l’on est habitué à la Go Pro, l’ultra grand angle est entré dans notre « vocabulaire visuel » (c’était déjà plus ou moins le cas avec le fish eye, mais le grand angle orthoscopique est moins dérangeant). Les 25 cm de distance minimale de mise au point sont bienvenus…

_1130225_blog_1078px

3 – Le « Selfie » à bout de bras est possible ! Même en l’absence d’écran basculant, on est à peu près certain d’être dans le cadre, vu l’angle de champs très large… Mais je vous épargne l’exemple (il est dans la galerie en bas de l’article) !

4 – On peut « mettre en perspective » un premier plan et son environnement… Par exemple une tasse de café ou un plat, tout en montrant le cadre du restaurant. C’est important pour les « blogueurs », qui repèrent les bon spots ! Ceci d’autant que l’aspect du « bokeh » derrière, n’est pas désagréable…

_1130716_blog_1078px

5 – Créer des compositions audacieuses sortant de l’ordinaire, notamment en ville… J’ai pu ainsi montrer une caractéristique très étonnante des rues Japonaises : l’omniprésence des fils, qui forment une véritable jungle. Les premiers plans sont « démesurément grossis », pratique pour qui souhaite les mettre en évidence…

6 – En street photo, en marchant au milieu de la foule on peut déclencher sans viser à moins de 50 cm pour « voler » des portraits.

7 – Utiliser des vitesse lentes : le flou de bouger diminue proportionnellement au fur et à mesure que l’on élargi le champs (plus la focale est longue, plus vous devez augmenter la vitesse, d’ou la règle du 1 sur la focale)… Ainsi j’ai parfois réussi des images nettes au 1/4 de seconde, à main levé, sans stabilisation. Ceci est d’autant plus facilement que l’obturateur d’un GM1 est minuscule et (à la demande) électronique…

8 – En vidéo, l’ultra grand angle c’est sympa pour « entrer dans l’action » ! Et lorsque l’on film « à l’arrache » à main levée, ça cache un peu le bouger (du moins ça le rend moins gênant)…  Exemple filmé lors d’un Matsuri à Shinjuku Tokyo Japon le 3em dimanche de mai :

Matsuri à Shinjuku Tokyo from vibert on Vimeo.

 

 


Quelles alternatives ?

Mon ultra grand angle favori est longtemps resté le Canon EF 14 mm f/2.8 L USM II, que j’ai très souvent utilisé en voyage (je me débrouille pour me le faire prêter généralement, vu son prix élevé)… Il offre un assez bon compromis poids / qualité d’image (avec une préférence pour la qualité d’image au détriment de la légèreté). Il est malheureusement trop cher pour la plupart d’entre nous (et pour le nombre d’images que l’on réalise avec).

Pour le prix (2000 € environ), je préfère acheter un billet d’avion et passer un peu de temps en Asie ! J’obtiens de meilleures images à la fin (quitte à réaliser quelques pas en arrière – lorsque c’est possible – si je veux inclure plus d’éléments dans le champs)…

_1140272_blog_1078px

Faute de Canon EF 14 mm f/2.8, je possède donc un Samyang 14 mm f/2.8… Que je rechigne à utiliser, car il est assez lourd et lent (comprendre : dépourvu d’AF on doit donc réaliser la mise au point manuellement). Mais il est vrai qu’il ne m’avait pas coûté grand chose… Alors je lui pardonne, même s’il ne sert pas souvent.

Ayant réalisé plusieurs reportages au Nikon D700 et D800 (afin de tester les limites de l’ergonomie et de la colorimétrie Nikon, pffff… Tout autant que la qualité et la dynamique de l’exceptionnel capteur Sony de 24 et 36 Mpix), j’ai souvent pratiqué le Nikon 14-24 mm f/2.8. Très efficace (en sport notamment), mais finalement trop encombrant et trop lourd pour le voyage et la « street photo» au quotidien… Face à face, le Canon EF 14 mm f/2.8 Canon parait presque discret ! C’est dire…

_1140807_blog_1078px

C’est pour cette même raison que je ne pense pas investire de sitôt dans le 11-24 mm de Canon (sans parler du prix). J’ai longtemps possédé un Canon EF 16-35 mm f/2.8, revendu il y a quelques années en espérant un successeur plus léger et compact… Qui n’est jamais venu, malheureusement. Les dernières productions de zoom grand angle chez Canon (et Nikon) visent la qualité optique, plutôt que la compacité et la légèreté. J’en regrette presque le vieux EF 17-40 mm f/4, qui à l’époque représentait un intéressant compromis qualité / poids (incompatible avec la résolution des capteurs actuels).

_1140285_blog_1078px

En fait, j’aimerais que Canon sorte un EF 20 mm f/2.8 pancake pour full frame. Ou même un 17 mm f/2.8. Je me souviens d’ailleurs dans les années 90 (à l’époque argentique, avoir possédé un Tokina 17 mm f/3,5 ATX), très acceptable (le grand angle du pauvre, pourtant un honnête travailleur ce Tokina ;-)

J’ai acheté dès sa sortie le récent pancake EF-S 24 mm f/2.8 pour reflex APS-C, (qui donne un 38 mm très compact sur l’EOS 100D). Oserait-on rêver que Canon lance toute une série de pancakes, à toutes les focales ?

Je possède aussi un petit Voigtlander 20 mm f/3,5 (full frame) pancake, ce qui prouve qu’un pancake ultra grand angle… est possible. Mais ce dernier est malheureusement dépourvu d’AF : ce qui ralenti tout de même les opérations… Ce n’est pas trop gênant lorsqu’il y a plein de lumière : il suffit de fermer un peu le diaph et de travailler « à l’ancienne » (technique de l’hyperfocale, ajoutez un gros élastique autour du fut de l’objectif, pour bloquer la mise au point à 1,2 m). Malgrès tout, je ne le trouve pas toujours hyper piqué (spécialement à f/3.5 et dans les angles). Et pas si léger que ça finalement. Et puis, ce n’est qu’un 20 mm, alors que j’ai besoin d’un 14 mm, ou d’un 17 mm, au moins.

Je sais bien que quelques pas en arrière suffisent pour embrasser dans le cadre d’un 20 mm, les éléments qu’aurait contenu le champs d’un 14 mm… Mais au niveau géométrique, l’effet n’est pas exactement le même. On n’obtient jamais avec un 20 mm, l’effet « whaouuu » caractéristique du 14 mm, qui consiste à faire « sauter au visage » le premier plan et à éloigner un peu plus l’arrière plan.

_1140019_blog_1078px

C’est ce que j’appèle « mettre en perspective » le sujet par rapport à son environnement : un « sushi » et le lieu dans lequel on le déguste. Le chef qui l’a préparé… L’ultra grand angle permet de créer un « choc d’échelle », entre le sujet et l’environnement. C’est unique, reconnaissable et j’en ai besoin !

En l’absence de l’ultra grand angle idéal en full frame : compact léger et pas cher, je me suis donc dit : et pourquoi pas ce minuscule 7-14 mm ? Monté sur le Panasonic GM1 (ou GM5, ou GF7 au choix), je trouve qu’il s’en sort très bien finalement…

 


Principale réserve face à l’ensemble GM1 + 7-14 mm : la visée

Très généralement, la visée sur les hybrides quels qu’ils soient (écran ou viseur électronique), reste pour moi un handicape (voilà un des derniers arguments, qui rendent les reflex irremplaçables)… Mais le problème est à relativiser avec un très grand angle, car on peut viser beaucoup plus facilement « au juger ». Ce que j’ai fait la plupart du temps avec le 7-14 mm.

Plutôt que d’utiliser le médiocre écran de l’appareil, on pourrait (éventuellement) être tenté de placer un petit viseur optique (style Ricoh 24 mm), dans la griffe porte flash (à condition qu’elle soit disponible, comme sur le GM5, mais pas sur le GM1). Toutefois avec un viseur optique grand angle, la facture commence à être salée (à moins d’avoir l’utilité de ce viseur sur un autre compact)…

_1140403_blog_1078px

Petite parenthèse au sujet de l’écran du GM1 : je me souviens d’une randonnée en raquette en janvier dernier (ciel bleu, neige fraiche poudreuse hyper lumineuse), lors de laquelle j’ai vainement tenté de voir quelque chose sur l’écran (non orientable ça n’aide pas) de mon Panasonic, sans jamais y parvenir… Tel est le sort du photographe s’aventurant au delà de la visée optique… Je shootais complètement au hasard, réussissant tout de même quelques belles photos, mais de façon totalement aléatoire. Et je ne fais pas partie de ces photographes qui pensent que l’aléatoire est systématiquement gage de bonnes images ! Un peu d’aléatoire, peut-être (mais juste un peu alors).

Précisons une fois de plus (et je refermerais vite cette parenthèse) qu’un viseur électronique n’est guère mieux loti sur la neige. Je parle d’expérience : on y voit un peu mieux (ce qui me fera conseiller le GM5 à la place du GM1), mais c’est vraiment moche et terriblement sombre…. De plus, c’est très fatigant pour les yeux qui doivent sans arrêt s’accoutumer pour passer de l’obscurité à la lumière aveuglante (et je suppose que ce n’est pas forcément très bon pour la vision). Si vous faites « vraiment » des photos (comprendre de quelques centaines à 1000 ou 1500 clichés par jour, ce que fait un pro lors d’une bonne journée), vous serez forcément dégouté du viseur électronique après quelques journées seulement (sous réserve d’avoir un élément de comparaison)…

_1150985_blog_1078px

Ceux qui racontent utiliser avec bonheur les viseurs électroniques (de la génération actuelle) en toute circonstances, m’étonnent… Vraiment je ne les comprend pas ! Soit on ne pratique pas le même genre de photos (mais j’ai essayé à peu près tous les genres)… Soit : ils n’ont guère d’expérience du viseur optique et se fatiguent les yeux, sans le savoir (et sans avoir comparé sur pièce, ce que j’ai fait)… Soit : ils ne font que des images en ville et en intérieur ! Ou n’en font pas beaucoup…

Vraiment je ne comprends pas certains points de vue entendus à droite et à gauche… D’ailleurs lors de notre dernier voyage au Japon sur plus d’une semaine, j’ai souvent fait essayer mon EOS 6D à un utilisateur de Sony Alpha 7, qui se désolait de ne pas voir grand chose dans son viseur électronique (en comparant la même scène avec des reflex APS-C et Full frame)… Passons !

 


Autres petits défauts :

Ce qui manque le plus à cet ensemble GM1 + 7-14 mm : c’est un écran orientable (que l’on trouve heureusement sur le Panasonic Lumix GF7). C’est bien plus pratique en vue de chercher des angles impossibles et s’approcher des premier plans. Car qui dit ultra grand angle : dit (forcément), recherche de premiers plans, ultra rapprochés…

_1150252_blog_1078px

Il est vrai que la plupart des reflex amateurs / experts disposent dorénavant d’écrans orientables, bien utiles de temps en temps pour les vues en contre plongée. Il est vraiment dommage que les reflex pro et experts en soient malheureusement dépourvus. A l’exception du Nikon D750, qui possède l’articulation d’écran idéal dont je rêverais pour le successeur de l’EOS 6D.

Attention, le petit flash embarqué du GM1 n’est pas très haut, donc l’ombre du pare soleil du 7-14 mm occupe un bon tiers de l’image… Classique et inévitable, le flash externe est fortement conseillé avec cet objectif…

Malheureusement le 7-14 mm reste inconnu de la liste des profiles Lightroom. Et pas de profils à télécharger non plus du côté de Adobe lens Profile Downloader. Pas si grave car les déformations optiques sont légère et le vignette (modéré), peut se corriger manuellement…

Dernière petite réserve : les 16 Mpix du Panasonic GM1, ça n’est malheureusement pas énorme lorsque l’on est habitué à 20 Mpix (surtout ceux d’un Full frame tel que l’EOS 6D). Ou (pire encore), lorsque le reste de votre production est au dessus de 24 Mpix, ce qui sera bientôt le « standard », (y compris chez Canon, avec un peu de retard sur Nikon… Ce qui après tout, m’aura laissé un peu de temps pour upgrader mon matériel informatique)…

_1140580_blog_1078px

Mais n’oublions pas qu’il ne s’agit que d’images « complémentaires », il est donc relativement « acceptable » que ces vues entre 14 et 24 mmm, soient un peu en dessous de la résolution « standard ». Leur originalité compensera… Et on peut espérer un capteur micro 4/3 de 20 Mpix d’ici quelques temps (il existe bien des capteurs Sony de 20 Mpix en taille 1 pouce).

 


Conclusion

Ce Panasonic 7-14 mm est probablement l’objectif qui me fera conserver un petit boîtier Micro 4/3, en complément de mes EOS 100D et 6D (et de leurs successeurs espérés)… Car il faut reconnaitre que les boitiers Panasonic GM5 sont vraiment très accessibles financièrement. Et que pour le prix et la taille minuscule, ils produisent des résultats sacrément intéressants.

_1160706_blog_1078px

En face, un compact tel que le Canon G7X n’offre pas la même qualité d’image, ni la même polyvalence (objectif zoom non interchangeable). Sans parler d’une ergonomie moins rapide (la bague de zoom mécanique me manque terriblement sur les compacts, que je trouve trop lent à aller au cadrage désiré).

Quand aux autres systèmes hybrides (Sony Alpha, Canon EOS M, ou Fuji X) : je les juge soit trop gros, soit trop chers pour ce qu’ils savent faire. Et tous, sont très loin de disposer de gammes optiques équivalentes à celle des micro 4/3 (gammes Olympus, Panasonic, Sigma, Samyang, notamment). On trouve particulièrement en Micro 4/3 de nombreux objectifs moins coûteux et plus compact, qui n’existent pas ailleurs…

Si Pentax et Nikon ont probablement visé trop petit avec leurs systèmes hybrides à capteur de 1 pouces, il est possible que la taille APS-C reste un handicape qui empêche encore longtemps Sony, Canon et Fuji, de proposer des hybrides aussi compact que le Panasonic GM1. Et des zoom grand angles aussi petit que ce Panasonic 7-14 mm f/4, qui restera longtemps un OVNI dans l’histoire de la photo ! A relire :

 

 

 

 


Galerie d’exemples…

J’ai eu du mal à choisir… tant j’ai réussi d’images intéressantes durant ces 3 semaines au Japon avec mon 7-14 mm. Je transportait pourtant d’intéressants objectifs Full frame par ailleurs (qui ont bien servi eux-aussi) : notamment les Sigma Art 24 mm f/2.8, Sigma 50 mm f/1.4, Sigma 85 mm f/1.4… 

 

 

Ecrire des articles de fond (test terrain) prend énormément de temps… Mais c’est ceux-là qui vous intéressent le plus (et moi aussi). Je ne sais combien de temps je pourrais continuer à enrichir ce blog (qui existe depuis plus de 10 ans) sans rémunération directe. En effet, depuis que le Mensuel Déclic Photo a disparu, l’écriture des « tests terrain » n’est plus financée en quelque sorte).

Paypal-Donate-Button-Image

Donc pour « garder le rythme », je compte un peu sur « l’investissement » sur ce blog, que vous pourriez faire par vos dons via Paypal. Merci d’avance et bonne lecture…

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

62 commentaires

    • Oui, ça pourra aider… (j’ai possédé un oeilleton de ce genre dans les années 90, que j’utilisais sur la neige. En caoutchouc, il pouvait se replier à l’envers sur le prisme, c’était pratique je n’avais pas besoin de l’enlever). Cela vient d’ailleurs de la vidéo…

      Reste que la vidéo n’a rien à voir avec la photo… Le caméraman garde l’oeil rivé à son viseur durant de longues séquences (plusieurs dizaines de secondes, à quelques minutes parfois). Alors que le photographe ne cesse de « sortir et rentrer » son oeil dans le viseur.

      Cet aller retour incessant est ce qui rend le viseur électronique si fatigant à la longue, (par forte luminosité surtout) et je ne parle pas du reste…

      Dernier point le cadreur en vidéo n’a pas la choix (raison technique oblige) !

      Le photographe a par chance : le choix ! Entre le confort et l’horreur… a chacun de voir ;-)

  1. Canon a sorti un 16-35 f/4 IS l’année dernière. Il est pas trop lourd et il a une très bonne qualité d’image.

    • Oui, il est pas trop gros (et c’est un bon cheval, même si je ne l’ai testé que très rapidement), mais tout de même…

      http://j.mp/1I83plS

       Il est plus long que l’ancien EF 17-40 mm f/4.

      Et à peine moins lourd que l’ancien EF 16-35 mm f/2.8 (615 gr face à 650 gr)… Celui-ci je l’ai utilisé pendant des années comme « trans standard », sur les APS-C : EOS D60, EOS 10D, 20D, 30D, puis le premier EOS 5D full frame (c’est là que je m’en suis débarrassé car il avouait ses faiblesses dans les angles).

      Et finalement, je trouve que ça fait trop quand on transporte déjà le 24-70 mm f/4 L IS (une merveille de compacité par contre celui-ci) + le EF 70-200 mm f/4 L IS, ou un Sigma 85 mm f/1.4…

  2. Merci pour ce test, cet ultra grd angle fait envi (de même que le 100d, étant moi même détenteur du 6d), petite question pratique au passage, en hyperfocale pourquoi faire la mise au point à 1,2m en permanence? En calculant cela correspond à une ouverture de f/11 a peu près, cest bien ca? Merci pour la réponse.

  3. Bonjour,

    Ce sont de magnifiques photos qui me donnent envie de retourner au Japon ! J’adorerais avoir un petit hydrique et ses petits objectifs :-).

    L’an dernier, j’avais essayé plein de caméra hybride et reflex (toute marque confondu) à Yodobashi, mais c’est sur le Canon 6D sur lequel je me sens le plus à l’aise (en tant qu’amateur).

    Vous avez parlé du  Voigtlander 20 mm f/3,5 qui est très petit et se complète bien avec le Canon 40 mm f/2,8 dans un précédent article. Est-ce que le Canon 24mm f/2,8 IS USM se complète tout aussi bien ?

    En plus, je trouve le Voigtlander relativement cher et dur à trouver pour un objectif sans autofocus, ni stabilisation.

    Merci par avance.

    • Oui, disons qu’il y a quelques années le Voigtlander était intéressant (car unique à ce prix là)…

      Il l’est un peu moins en 2015, car de nouveaux objectifs intéressants sont arrivés depuis : comme le Canon EF 24 mm L IS USM (full frame). Certes un peu plus cher, mais bien plus qualitatif, assez léger, stabilisé et AF. Canon EF 24 mm f/2,8 IS USM : 474 €

      Attention : le petit Canon EF-S 24 mm f/2.8, est uniquement conçu pour les APS-C, comme l’EOS 100D (c’est donc un 38 mm). Rien à voir avec le précédent ! Mais c’est une petite merveille de légèreté et compacité… Canon EF-S 24 mm f /2.8 STM : 172 €

    • Hello,

      J’ai ce 20mm Voigtlander. Sur FF (un 6D qui a remplace un 5D il y a qq mois), je l’adore et le trouve top en situation de reportage/voyage. Sa petite taille fait qu’on n’hesite pas 1/2 seconde pour le glisser dans son sac ou meme dans sa poche.

      Il est tres bon ferme a f/8, ce qui permet une grande PdC, et se fait totalement oublier dans un sac.

      En usage plus pose, je partirais sur le 24L II, lourd, gros et cher, mais vraiment different. Le 24IS a l’air tres bon, mais n’est ni si compact, ni si ouvert.

      En APS-C, j’irais definnitivement vers le Pancake Canon, qui allie ouverture, AF et petite taille. Le 20mm Voigt ne m’a jamais vraiment convaicu comme base sur APS-C (et pourtant je suis fan du 35mm: j’avais un X100 et le 35/2 est mon bouchon de boitier sur FF)

  4. Oui je veux des capteurs ronds ! (Et pas de selfies ? ;-) )

    Par contre question bête : quand tu dis 7mm équivalent 14mm, c’est bien en distance par rapport au sujet ? La perspective/géométrie reste celle d’un 7mm ? Je suis toujours paumé avec ce truc…

    • Un 7 mm en Micro 4/3, c’est à peu près comme un 14 mm en full frame : question focale et géométrie.

      Et question ouverture (profondeur de champs), un f/4 en Micro 4/3 : ça correspondrait environ à un f/8 en full frame.

  5. «L’idéal pour « gaspiller moins de cercle optique », serait même d’avoir un capteur carré. Ou mieux encore : rond ! Dans ce cas 100% de la surface des lentilles serait utile.»

    Alors pourquoi ne pas faire des lentilles rectangulaires pour une image rectangulaire ? … ;)

    Par contre, tes photos aidant,  je suis vraiment conquis par cet objectif !

    • Idéalement c’est ce qu’il faudrait faire en effet : des optiques rectangulaire au ratio du capteur… (on fait ça déjà pour les pare soleil : la forme en tulipe correspond à l’intersection d’un cône et d’un rectangle)

      Mais vu la méthode de fabrication des lentilles (basée sur la rotation de pièces en verre), on ne sait pas encore fabriquer des lentilles carrées !

      • Il y a des loupes rectangulaires, donc les lentilles rectangulaires existent déjà.
        Par contre cela doit être beaucoup plus compliqué quand on parle d’objectifs.

        Peut-être cela deviendra-t-il vite possible grâce à l’impression 3D (?)

      • le probleme, c ést qu’il faudra ensuite acheter des ecrans ronds pour voir ses images sans perte de place sur l’ecran

      • A mon avis, c’est plus pour le focus (et le zoom optique).

        Si vous faites tourner un carre (de maniere a passer de la MaP mini a l’infini, ou tout simplement de 7 a 14mm), ben vous avez un cercle au final… Donc il faut un objo et des verres ronds. Pas plus complique que ca!

        Par contre, ce qui est bizzard est que les optiques fixes sans AF (type telephone portable) aient des lentilles rondes, alors qu’aucun elements ne bougent. Ca doit etre pour la maniere de fabriquer le verre (hum, plastique..), mais si ils ne les ont ppas decoupes en carre apres alors qu’ils sont a la recherche du moindre mm2 dispom c’est qu’il doit y avoir une raison

        • On pourrait aussi imaginer une translation avant / arrière des verres rectangulaires… sans rotation.
          Tant qu’à faire compliqué, autant le faire jusqu’au bout !

  6. Et bien moi ça fait 2 semaines que j’ai mon 11-24 et je m’en suis pas mal servi sur la Solitaire du Figaro. Certes, c’est lourd, encombrant, mais pour ce genre de prise de vue ça ne pose pas de souci. Il est clair que pour la street (et les petites japonaises… ouch, qu’elles sont belles !), ce n’est pas le bon cheval.

    Ce qui est impressionnant, c’est le piqué, très élevé, et homogène, de bord à bord. Il n’y a pas de distorsion, les droites sont bien droites. La souplesse d’emploi est phénoménale (le trou dans le portefeuille aussi…).

     

  7. helene baudart on

    à moins de 600euro je prends ! à 1000 a la FNAC !! super reportage et magnifiques photos

    j attends votre opinion sur le panasonic G7 qui sort en juin !

    • Là par contre : vu l’encombrement, je ne suis plus Pansonic avec le G7 (malgrès toutes les qualités de la bête).

      Si c’est pour se retrouver avec un APN de la taille d’un petit reflex, alors je préfère garder mon petit reflex (EOS 100D ou son successeur), qui lui aussi dispose d’optiques package (au moins 2 : le 24 et le 40 mm), dispose d’un AF plus sur et est compatible avec toutes mes optiques…

      Pour moi, le Micro 4/3 (ou les hybrides en général), n’ont d’intérêt que si l’on reste dans l’encombrement (au max), d’un Panasonic GF7, ou GM5…

    • On voit ici à quel point l’ensemble GF7 + zoom en kit (12-32 mm) est compact…

      http://j.mp/1I53PMF

      Mais lorsque l’on ajoute le viseur et l’écran orientable du G7, la différence avec le kit EOS 100D est moins marquante (perceptible, mais pas si énorme, que cela justifie de faire une croix sur le viseur optique)…

      C’est mon avis !  En intérieur, en ville, le viseur électronique ça passe… Mais en voyage et des qu’il faut grand beau ! C’est la data ! Et je préfère mille fois le petit viseur du Canon EOS 100D (plus petit, mais clair et dont la luminosité est équivalente à celle de la scène visée)

       

  8. Bravo pour cette article ! C’est un des plus intéressant et complet que j’ai vue jusqu’a maintenant sur cet objo, effectivement méconnue, mais une des optiques les plus intéressantes dans ce format.

    600 euros  c’est un bonne affaire, pour ma part c’est le prix maxi que je mettrais dans du M43, à part peut être le 12mm Olympus, mais c’est déjà chère pour une focale fixe dans ce système. J’avais acheté le génial petit 14 mm Pana pour 160 euros (!) en occas et ça reste une de mes optiques préférées dans ce système: hyper léger, minuscule et bonne qualité optique pour un prix ridicule.
    Effectivement au delà de 1500 euros autant passe au FF, mais ce n’est pas le même encombrement non plus…

    Dommage que l’on ne le trouve pas ce 7-14 Pana à ce prix là en France.

     

  9. Pingback: Mes objectifs préférés pour hybride micro 4/3 (partie 1)

  10. Ca alors, quelle coïncidence ce test sur ce site ! Je me suis justement commandé ce 7-14mm il y a 2 jours, me faisant les mêmes réflexions et après un court essai de celui d’un ami sur mon GM1. Je trouve aussi que cette optique est assez unique dans le monde de la photo de par son range et sa capacité.

    Perso je l’ai trouvé à 650 euros sur un site « français » (c’est de l’import hong-kongais à ce prix là évidemment, mais garanti sans frais de douane m’ont-ils assuré). DHL doit me le livrer dans quelques heures normalement.

    Article sympa à lire en tous cas !

    Par contre, il y a une boulette ici :

    « Malheureusement le 7-14 mm reste inconnu de la liste des profiles Lightroom. Et pas de profils à télécharger non plus du côté de Adobe lens Profile Downloader. Pas si grave car les déformations optiques sont légère et le vignette (modéré), peut se corriger manuellement… »

    En fait les profiles de correction des objos m43 sont inclus dans les RAW et Lightroom (et quelques autres derawtiseurs, mais pas Capture One de mémoire par exemple) qui savent les lire et les appliquent par défaut à l’ouverture de l’image. Donc cela donne l’impression que cet objo est exempt de distorsion, alors que c’est en réalité loin d’être le cas !

    Cf ici où ils en parlent : http://www.cameralabs.com/reviews/Panasonic_Lumix_G_7-14mm_f4_H_F007014E/sharpness.shtml

    « with Micro Four Thirds lenses there are additional corrections stored as profiles within the firmware; these are automatically applied to JPEGs in-camera, and also by most RAW converters including ACR when opening the RAW file. You can’t turn them off. »

     

    • Oui, tu as raison pour le profile intégré… j’avais pas fait gaffe !

      Lightroom le corrige en effet automatiquement (sans nous demander notre avis, j’aurais préféré un profile a appliquer… ou pas, selon les images). Car la correction se fait toujours en coupant un peu l’image.

      On peut le vérifier dans LR6, il y a un bouton « i » dans le Module de correction d’objectif : tu clique dessus et tu obtiens cette fenêtre d’info

  11. Ahhh en voila un article qu’il est interessant !

    c’est ça que l’on aime chez notre JF, pas quant il se défoule sur Fuji.

    Mais avec un vrai test terrain avec des photos qui vont bien et encore une fois il nous montre ses talents d’illustrateur !!!

    il fait du beau avec du simple, du quasi banal pour nous, mais avec son « oeil », il nous le sort avec une jolie lumiére, une trés belle ambiance !

    Cette optique avec 300 g sur la balance c’est exactement la justification de la pertinence du format 4/3 qui est parfait pour voyager, et/ou en complément d’un reflex !

    Moi j’attends la sortie d’un GM5 avec écran inclinable et je craque.

    car même avec ce viseur evf assez moyen, pouvoir jongler entre viseur et écran inclinable ça sera le top pour faire face à toute les situations en voyage et en exploiter au mieux tout le potentiel.

    Jf arrive à le faire avec le GM1 mais ça c’est parce qu’il est meilleur que nous.

    Bref, continue sur cette lancée, ça nous plait !

    Concernant le Sony A6000, quelle bande de crétin de sortir un boitier de 280 g aussi bon et de ne pas être capable de proposer deux ou trois optiques compactes qui vont bien ! ça en ferait une combo de folie, mais aussi à condition de faire en sorte qu’il déclenche « silencieusement » !!!

    • MERCI ;-)

      Faut que je parte plus souvent en vacances pour ça !

      Sinon, je suis d’accord avec toi : j’ai quand même pas mal de déchets en déclenchant « au jugé » sans écran ni viseur orientable…

      J’ai résisté à acheter un GF7, en fait je renouvellerais le GM1, dès qu’un GM6 proposera viseur + écran orientable (tout en restant compact bien entendu… le G7 est bien trop gros et le G7X ne m’a pas séduit avec son aspect usine à gaz)

      En fait ce qu’il faudrait, c’est que Fuji face du micro 4/3 ! avec des objectifs et des boîtiers au prix (et de la même taille) que les Panasonic…

      Désolé, j’ai pas pu m’en empêcher !

  12. Je pense qu’on est pas mal à attendre cet hypothétique successeur GM2 avec écran orientable (ou inclinable au mois). Perso c’est le seul truc qui me manque sur mon GM1 (bon avec une batterie un peu plus costaud aussi ça serait bien, mais dans ce mini format, faut pas rêver, et les batteries compatibles sont pas trop chères, suffit d’en avoir 2-3 pour être tranquille)

  13. Pingback: Sony a7R II un full frame de 42.4 Mpix à CMOS BSI - Photoetmac.com

  14. Pingback: Mes conseils pour photographier les zombies - Photoetmac.com

  15. Pingback: Excellents cadeaux de Noëls pour photographes - Photoetmac.com

  16. Pingback: 391€ le Panasonic Lumix DMC-GF7 avec 12-32 mm f/3.5-5.6 - Photoetmac.com

  17. Pingback: Mes objectifs préférés pour hybride micro 4/3 (partie 1)

  18. Pingback: Mes meilleurs objectifs en Micro 4/3 (partie 2)

  19. Pingback: Mes objectifs Micro 4/3 préférés (partie 3)...

  20. De toutes les conneries que j’ai entendues sur le µ4/3, celle-ci est une des meilleures: Presque tout le monde sait que l’on n’achète pas un micro 4/3, pour s’emmerder avec un viseur électronique ! Les viseurs électroniques restent même l’un des principaux handicapes de ce système : en 2015 les meilleures EVF sont toujours de véritables horreurs : je ne comprends pas ceux qui prétendent le contraire… Dès que l’on travaille en plein soleil, on est « à l’ouest »… Et après quelques jours d’utilisation l’oeil se fatigue, à cause de la faible luminosité du viseur qui reste bien plus sombre qu’une scène ensoleillée ! Pas la peine d’insister davantage…

    Franchement… J’ai travaillé des années avec des caméras 35mm et je suis époustouflé avec le viseur du Lumix G3 – antique- et les derniers sont 10x mieux. Au contraire, l’effet « tunnel » de certains reflex optiques APS-C me décourage totalement. En passant, « handicap » ne prend pas de e à la fin… Alors arrête tes conneries!

  21. Pingback: Pourquoi le Nikon DL 18-50 mm f/1,8-2,8 fera un carton - Photoetmac.com

  22. Pingback: Sigma : pas de développements spécifiques au Micro 4/3 - Photoetmac.com

  23. Pingback: Review : Olympus Ultra Wide Zoom 7-14 mm f/2.8 - Photoetmac.com

  24. Pingback: Comparatif : meilleurs hybrides avec EVF à moins de 700 € - Photoetmac.com

  25. Bonjour,

    je suis dans l’optique d’acheter ce grand angle. Je vois que vous l’avez trouvé un peu moins cher à Tokyo. Sachant que je vais y passer dans quelques mois, vous rappelez-vous du nom de la boutique où vous l’avez vu en vitrine svp ?

    Merci pour ce blog il est au top !!

    Bonne continuation ;)

  26. Bonjour,

    Merci pour ce test qualitatif, objectif et subjectif, et apportant de bonnes idées de composition.

    J’ai une question, simple en la matière, que pensez-vous du zuiko 9-18mm ? plus abordable financièrement.

    Cette focale plus légèrement élevée permet-elle les mêmes images que vous avez évoquées?

    Merci

  27. Pingback: Le Sigma 24 mm f/1.4 Art : mon objectif préféré - Photoetmac.com

  28. Pingback: Qu'y a-t-il dans mon sac photo ? - photoetmac.com

  29. Salut, dans une boutique « camera » et souvenirs touristique à San Francisco on me le propose à 500 dollars ht !!? Neuf mais la boîte fatigué… contrefaçon ? De visu je le trouve impeccable et semble neuf dois-je me laisser tenter ?

  30. Pingback: 15 raisons de craquer pour le futur Canon EOS M5 ! - photoetmac.com

  31. Magnifiques ces photos la luminosité est vraiment optimale, je pense que mon choix va se porter sur cet appareil, et sinon le japon est vraiment un pays à part avec tous ses distributeurs automatiques, son architecture et sa culture singulière.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.