web analytics

Canon EOS 5Ds : un testeur enthousiasmé

9
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Ce petit film est intéressant. Il s’agit des impressions d’un photographe expert de la calibration d’objectifs, qui adore (véritablement), son nouvel outil : le Canon EOS 5Ds…

Michael Tapes est le créateur de Lens Align (un outil de calibration d’objectifs bien connu)… Et Michael aime les photos d’oiseaux, bien nettes ! Il a été servi, avec la Canon EOS 5Ds. Ce film donne vraiment envie d’acquérir cet appareil et de partir en Safari ! Ane regarder que si vous avez les moyens de vous offrir au moins l’un des deux (ou les deux)… Jugez plutôt :

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

9 commentaires

  1. OK OK OK on a compris !

    qu’il est soulant le Michael Tapes… mais soulant…
    Bon, oui, c’est un très bon boitier, pas de doute. Mais… 5 img/ sec, en photo animalière, ça va être compliqué pour l’action ! Sinon, pour tout le reste effectivement, il n’y aura pas grand chose à lui reprocher… On verra.

    Son système de micro-calibration à l’air bien mieux que mon LensCall…

     

     

  2. « 5 image seconde en photo animalière ça va être compliqué pour l’action » !

    Pfffffffff cette rigolade !

    ça fait 40 ans que je pratique la photo et à l’occasion de la photo sportive et la cadence de la motorisation n’a jamais remplacé le fait de déclencher « au bon moment » !

    Balancer des rafales à 10 images seconde est une débilité absolue même pour couvrir du sport à part peut être pour celui qui est aux jeu olympiques et qui vend de la photo « d’illustration » pour les médias !

    Et en utilisant un reflex comme une Kalachnikov on arrive rarement à un résultat qui fait passer de la photo d’illustration à la photo qui a une valeur artistique, celle qui te fait dire tout haut « whaou » !!!

    Moi aujourd’hui, je rêve d’un boitier numérique qui proposerait un levier d’armement en plus du réarmement S et C !!!

    Oui bénéficier de la fantastique technologie des capteurs d’aujourd’hui qui n’ont presque plus de limites (du moins pour ceux qui ont connu la kodachrome 25) et le fait de ne plus être limité à 36 vues sans tomber sur le « surmitraillage » qui fait que l’on se retrouve avec 40 photos quasi pareilles et à ne plus savoir choisir parce que trop de photo « banalise » la photo.

    J’ai des amis qui sont plutôt des bons photographes et qui « rafalent » à tout va et mettent sur le net des séries de 750 photos sur un événement !  ça deviens de la « diarrhée » photographique et c’est terriblement indigeste à en tuer l’intérêt photographique !

    Alors oui, vivement un levier d’armement pour reposer sa tête entre deux « clic » et « penser » un peu plus nos photos !

    Et pour moi qui fait de temps en temps dans la photo de sport 3,5 images seconde c’est bien suffisant, comme sur mon vieux MD 12

    Mais bon moi je dis ça mais c’est sans doute parce que je suis vieux

    • Je suis vieux aussi… C’est sans doute pour ça que je suis totalement d’accord.
      Je n’utilise la rafale que pour la macro parce que là parfois ça bouge vraiment trop vite (insectes en vol, vent qui fait bouger les plantes) pour prétendre être capable de cadrer parfaitement une image et faire une bonne mise au point en un seul click.

    • La rafale haute vitesse, c’est comme toutes les bonnes choses ! On ne doit pas en abuser (ce que font beaucoup trop de photographes, je suppose que c’était le sens de votre commentaire ;-)

      Je suis bien d’accord sur le fait que l’abus de rafales est contre productif : perte de temps à l’éditing… Perte de temps lors des transfères et sauvegardes. Bruit énervant pour les voisins !

      Par contre il existe des tas de situation, ou balancer une petite race aide bien.

      Exemple typique un virage de skieur en poudreuse, il est impossible de savoir ou et quand sera le bon moment… Si l’on dispose d’une vitesse supérieur à 6 images / sec, alors il faudra mieux balancer une rafale courte, de 8 ou 10 images.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.