web analytics

Une étude sur les tarifs journaliers des photographes

8
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Le site Exposure publie une intéressante étude sur les tarifs journaliers pratiqués par les photographes Anglais et Américains… Et leur évolution (ici). Mais heureusement pour nous, ils n’ont pas fait de sondage en France, ou l’on est tombé très bas. Beaucoup de photographes cassant je crois, le seuil des 300€/jour en dessous desquels, un photogrphe dépense fatalement plus qu’il ne gagne… C’est très intéressant (via Petapixels, qui en fait une intéressante analyse). C’est en USD :

0000_screen_ 2013-05-06 à 01.07.16

0000_screen_ 2013-05-06 à 01.07.01

0000_screen_ 2013-05-06 à 01.19.10

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

8 commentaires

  1. Je crois que dans ce domaine, il y a intérêt à etre précis. Quand tu dis « 300 euros par jour », c’est en moyenne, tous les jours ou quelques jours par mois ? Parce que si c’est tous les jours il n’y a pas de quoi crier au scandale car je ne connait pas beaucoup de professions libérales qui ont des chiffres d’affaires de cet ordre.
    Ensuite il n’y a pas un métier de photographe, il y a des métiers dans la photographie. Un photographe de studio à plus d’investissement qu’un photojournaliste. Un photographe de mariage se fait payer 1000 euro sa journée, un photographe de news 200 la demi-journée… Je ne pense pas qu’on puisse faire de généralités ni de moyenne entre toutes ses activités.
    Enfin, on peut déplorer la diminution des rétributions mais elle n’est que le résultat d’un système que tout le monde semble adorer aujourd’hui : dérégulation, libéralisme, moins d’Etat plus de Marché… La loi de l’offre et de la demande s’applique aussi aux photographes.

  2. « dérégulation, libéralisme, moins d’Etat plus de Marché…  » En quoi le marché de la photo a-t-il été dérégulé, puisqu’il n’était pas régulé administrativement ? La nouveauté est peut-être dans l’arrivée sur le marché légal de tous les autoentrepreneurs, autrefois au noir, mais sinon ?

  3. Ce n’est bien entendu, pas « tous les jours »…
    Mais seulement les jours ou il bosse ! Un, à plusieurs jours par semaine, ou par mois…
    Selon le succès du photographe en question !

  4. Enfin où il bosse … où il fait des prises de vues tu veux dire ! Il bosse bien entendu tous les jours. Je dois sans arrêt expliquer qu’une prise de vue, ça se prépare, et qu’il y a du boulot après. Donc évidement oui il s’agit de jours de prises de vues, et du prix facturé, parce que certains confondent avec le salaire du photographe (ça aussi ça parait évident, mais ça ne l’est visiblement pas pour tous …).

  5. Si je peux me permettre un commentaire (n’étant pas du tout dans la profession).
    Il faut l’avouer, la photographie est devenue aussi moins exclusive à l’heure actuelle que par le passé. Il y a 15 ans, le photographe pro bossait en argentique, maitrisait des techniques de tirage « inaccessible » au grand public, qui se contentait parfois d’acheter pour un ou deux appareils photos jetables pour un évenement ou un voyage ou un évenement donné, et ramenait chez lui 24 photos dégueulasses… La presse papier était aussi en meilleure santé.
    A l’époque d’internet et des contenus gratuits, ou les gens peuvent s’acheter un réflex (ou utiliser un smartphone) et faire 4000 photos dans la semaine (dont quelques unes sont pas mal, il faut bien le dire), les retoucher sur iPhoto ou des apps de l’appstore (ou sur un Lightroom piraté), ou quelques amateurs « avancés » peuvent lire quelques bouquins et lire des tutos sur le net… La photo s’est démocratisée, la internet (ou Twitter) se contente de photos gratuites…
    Sur facebook je vois se multiplier des gens qui se disent photographes (formation privée ou autodidacte , et après c’est facile il suffit de rajouter « photographe » après son nom et de mettre sur ces photos un gros logo copyright avec son nom dans une police stylée …)
    La photo est à mon avis devenu un un art mésestimé car devenu tellement accessible qui a noyé ses talents dans un océan de médiocrité … La photo est devenue quelque chose de tellement banal (tout le monde prend des photos de tout et n’importe quoi et les poste sur FB, il y a 70 ans on avait 10 photos dans sa vie) . L’offre est devenue gigantesque, le grand public ne fait plus la différence entre la qualité pro et amateur… et ne veut plus forcément la payer.

  6. Pierre, tu n’as pas tort.
    Par contre, à titre de comparaison, tout le monde possède une cuisinière, une casserole et un couteau, tout le monde sait plus ou moins cuire un oeuf, et pourtant tout le monde apprécie d’aller au resto. A nous, les pros, de devenir les Grands Chefs de la Gastronomie Photographique, en réalisant des photos originales, savoureuses et inédites, aux p’tits oignons, quoi !
    Il y a encore une clientèle pour ça, qu’il convient d’éduquer contre la photographie cuisinée au micro-ondes ( Photolia ) Après tout, on a tous un stylo et un bloc de papier. Sommes-nous pour autant tous capables de pondre un bon roman ?

  7. Bonjour Pierre,
    On parle ici de tarifs journaliers de photographes, je n’ai jamais vu une entreprise ou un organe de presse prendre le risque de passer une commande à un photographe amateur.
    Par contre, pour une publication sur un support papier ou internet, il leur arrive très souvent de « boucher des trous » avec des photos provenant de microstocks. Mais dans ce cas, ils font leur choix parmi des dizaines de milliers de photos qui existent déjà.

  8. Bonjour,
    Si les tarifs ont baissé, a priori c’est que soit l’offre a augmenté, soit la demande a diminué.
    Je pense que c’est un peu des deux. A la fois la presse a moins les moyens (a mon avis) de bien financer la photographie, et d’un autre coté l’offre a explosée. Je comprends bien que le métier de photographe est très variée, et la problêmatique n’est pas la même pour tous … Je suppose cependant que la presse papier à de moins en moins les moyens de payer des reporters photo, la presse internet d’actualité (dont une grosse partie du traffic est lié à la paraphrase de dépêches d’agences) peut presque couvrir l’actualité avec des photos de smartphone postées sur twitter…
    Au niveau de la presse locale, je vois bien qu’il y a quelques années pour couvrir un évenement le journal envoyait quelqu’un pour faire l’article et/ou un photographe… Alors que maintenant un journaliste se contente de quelques photos (mal) prises avec un compact …
    Quand au photographe « de mariage » , qui facture ses services 1000€/j (ce que je ne critique pas en soit), les gens peuvent réfléchir à 2 fois avant de s’offrir ce service qui pèse dans le budget alors qu’il y aura bien 50 invités qui prendront de toute façon chacun une centaine de photos…
    (ou alors le fils du cousin qui fait de belles photos et qui fera ca pour presque rien …) (moi je prendrai un photographe ;)

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.