web analytics

Accès au catalogue Lightroom en réseau, 3 solutions

34
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

MAJ : samedi 23 mars, 18h40.

Ce petit post fait suite aux commentaires de cet article. Jusqu’à présent, lorsqu’on me demandait comment placer un catalogue Lightroom sur un serveur, je recommandais deux solutions… Qui ne permettent pas de travailler en même temps évidement (Lightroom n’est pas prévu pour ça, c’est pour votre bien ;-) Mais qui offrent tout de même des solutions de synchronisation alternatives entre deux machines (pour nous changer un peu, de l’export / import en tant que catalogue).

Ces manipulations sont à réserver aux utilisateurs avancés. Le support d’Adobe ne vous sera d’aucune aide, car Lightroom n’a pas été conçu pour travailler de cette façon. Mais les recommandations (trop prudentes) de l’éditeur, ne sont pas mon soucis… C’est comme la date de péremption des yaourts

1 – Dropbox : même s’il ne s’agit pas exactement d’un serveur au sens classique. Vous pouvez placer votre catalogue Lightroom sur votre dossier local Dropbox (utilisable en Mac et PC). Et comme tout son contenu, votre catalogue sera automatiquement synchronisé vers votre espace Dropbox dans le Cloud. Il pourra ensuite « redescendre » vers le dossier Dropbox de votre seconde machine (ou troisième, ou quatrième machine, etc…).

Vous disposez ainsi d’une sauvegarde permanente et instantannée du catalogue. C’est encore mieux que Time machine, qui sauvegarde toutes les 30 minutes : Dropbox sauvegarde en effet en (quasi) temps réel. Sous réserve de disposer d’une connection Internet relativement rapide. Cerise sur le gateau : pour 39 USD par an supplémentaires, vous disposerez d’un stockage illimité des fichiers effacés (une sorte de time machine illimité dans le Cloud). J’adore…

0000_screencopy_JFV_ 2013-03-27 à 22.32.53

Si vous activez l’option « Synchronisation en réseau local », la synchronisation irra plus vite encore, lorsqu’il s’agit de mettre à jour le dossier Dropbox de votre seconde machine (connectée à Dropbox et en réseau local à la première).

Toutefois, si le même catalogue Lightroom reste ouvert en même temps sur 2 machines (si vous avez oublié de quitter), alors un conflit de synchronisation apparait. Sur un gros catalogue, ça peut-être délicat à gérer, car Dropbox garde les 2 versions par prudence. Cela m’est arrivé 1 fois, je m’en suis sorti sans problème mais il a fallu choisir quel catalogue effacer. Et effacer un catalogue, sera plus ou moins flippant (selon votre maitrise de Dropbox et de Lightroom).

Je recommande donc de réserver Dropbox à la sauvegarde, plutôt qu’à la synchronisation… Sur les gros catalogues, je recommande aussi de déplacer les fichiers .lrdata en dehors de Dropbox (car ils sont lourds), par exemple à l’aide d’un lien symbolique (sur PC il doit y avoir exister aussi une solution). 

Un peu à cause de Lightroom, je suis passé depuis un an au compte payant de 200 Go. Car j’apprécie beaucoup les services de Dropbox (j’ai gagné 38 Go gratuit en invitant des gens), je dispose donc de 238 Go. De quoi stocker quelques RAW en cours de production.

Pour autant, je préfère utiliser deux catalogues distincts : un sur le Macbook Air et un autre sur le Mac Pro. Tous deux sont placés dans leurs dossiers Dropbox respectifs et restent accessibles à tout moment par l’autre machine. Si nécessaire…

Pour éviter de gaspiller inutilement de l’espace disque, j’utilise la synchronisation partielle de dropbox (mes deux machines sont équipées de SSD de 512 Go). De façon à ne pas télécharger obligatoirement le catalogue de la machine opposée. Et de temps à autre je synchronise mes deux catalogues partiellement, d’une façon ou d’une autre (pas seulement par Dropbox). Mais ceci est une autre histoire.

2 – La connection en mode iSCSI. Je ne rentrerais pas dans les détails, n’ayant pas testé ça en production. Mais la plupart des serveurs autorisent le protocole iSCSI, qui fait croire aux postes clients, que le serveur est un disque externe. Si quelqu’un connait bien la chose et l’utilise avec Lightroom, nous sommes preneurs d’un petit topo. C’est utilisable en Mac et PC. Pas trop compliqué en principe…

0000_screen_ 2013-03-23 à 16.41.32

3 – L’image disque .dmg. Je ne connaissais pas cette solution originale jusqu’à ce matin, mais c’est très intéressant. Merci à Pascal de Couleur-ICC qui l’a publié. Créez une image disque sur votre serveur (ou sur un Mac connecté en réseau), ou même sur votre dossier Dropbox (une variante intéressante).

Attribuez lui une taille suffisante pour accueillir votre catalogue (anticipez qu’il risque de grossir). Il faut qu’elle soit disponible en lecture / écriture. Je ne connais pas, mais il existe peut-être une option pour qu’elle soit lisible / modifiable sur PC (si quelqu’un connait cet aspect des choses nous sommes preneurs).

 

Une fois le fichier .dmg crée au bon endroit, ouvrez-le. Une « disquette ejectable » est crée, qui pèse le même poids que le dmg. (l’encombrement de votre catalogue sur ce disque virtuel est donc doublé, mais ce n’est pas si grave).

On pourra éventuellement utiliser un lien symbolique pour déplacer le fichier .lrdata (pas testé mais ça devrait marcher).

Ensuite il ne reste plus qu’à travailler dans Lightroom. On pourra même éjecter l’image disque au besoin (on divise l’espace utilisé par deux)… Puis « monter » à nouveau l’image disque plus tard dès qu’on en aura besoin. Eventuellement, depuis une autre machine en réseau.

MAJ : samedi 23 mars, 18h40. Bonne nouvelle, le système refuse de « monter » l’image disque à distance depuis une autre machine, si le .dmg est déjà ouvert par une première machine (alerte ci-dessous). Il faudra l’éjecter prélablement. Je voulais voir ce qui se passerait si je modifiais les deux catalogue en même temps (chose pour laquelle Lightroom n’est pas conçu). Donc pas de risque de conflit.

0000_screen_ 2013-03-23 à 18.36.55

Les modifications apportées au disque virtuel sont conservées par le .dmg. Voilà un gros détail que j’ignorais jusqu’à ce matin. Je croyais en effet le .dmg « figé », faute de travailler très souvent avec, en dehors des installations de Mountain Lion et de la suite CS. Mais non, c’est ce qui rend possible cette manipulation.

C’est donc une troisième solution intéressante, pour stocker votre catalogue sur un serveur, ou une machnie distante. Cela mérite encore quelques test, mais chez moi ça semble marcher idéalement. Je vais tester ça quelques temps…

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

34 commentaires

  1. On les stock ou l’on veut…
    Par exemple sur un disque rapide s’il est assez vaste (un vieux SSD recyclé connecté en USB3, ou en interne)
    Ou un disque plus vaste et moins rapide, (si on trouve qu’il est suffisamment rapide) et que le SSD système est un peu étroit…
    Ou classiquement à côté du catalogue si les aperçu sont pas trop lourd. et le disque assez vaste.

  2. ahah mais qui doit se sentir obligé de suivre les recommandations… si l’on trouve des moyens beaucoup plus intelligents de faire les choses !
    Ben si ! On peut évidement, stocker les aperçus ou l’on veut (si l’on sait faire ;-)
    Et c’est une bonne idée (exactement comme ça vaut le coup de déplacer le fichier cache partagé avec ACR de Photoshop… Ou choisir les disques de travail de Photoshop… C’est du même ordre !
    Le disque SSD de 512 Go de mon Mac Pro n’est pas assez gros pour le système, les applications, le catalogue et les aperçus…
    Il y a trois ans environ, j’ai donc trouvé un moyen de déplacer les aperçus ailleurs (très loin du catalogue : sur un autre disque rapide) !
    Tu connais pas les lien symboliques ?

  3. Autre cas de figure, sur mon Macbook Air…
    j’ai un fichier .lrcat d’aperçu de 131 Go environ.
    Le catalogue de 2,5 Go est situé sur mon dossier Dropbox.
    Mais il est hors de question de laisser le fichier .lrdata sur le Dropbox (j’ai besoin de mes 238 Go pour autre chose).
    ET hop ! Je déplace le fichier .lrdata en dehors de Dropbox grace à un lien symbolique…
    C’est très utile ! Indispensable si comme moi tu souhaite, sur un disque de Macbook Air indexer 50.000 images situées sur des disques externes…
    Et cette histoire de déplacer les aperçus, ça sera encore plus utile dans le futur ;-)

  4. Il y a bien longtemps que je réclame la possibilité de pouvoir placer le fichier .lrdata, ou l’on veut. Cette proposition n’a pas été suivie d’effet pour l’instant, mais ça pourrait venir ;-)
    J’ai bon espoir, car certaines de mes idées les plus anciennes (évoquées dès 2007), font doucement leur chemin…

  5. Sinon, le fait d’accèder à un catalogue en réseau est iondispensable à certains…
    Tiens, j’ai par exemple formé à Lightroom l’icono du Mensuel Air et Cosmos… Dans leur groupe, il y a d’autre mensuels ou l’on travail en réseau… Pas avec Lightroom pour l’instant, mais adapter Lightroom au réseau, changera bientôt leur vie !
    Je te rappel que j’ai été beta testeur pour Microsoft de Expression Media 2 et 3, ce dernier étant conçu pouyr le travail en réseau… J’ai donc un avis sur la question !
    Lightroom n’est pas conçu pour le réseau. mais avec un peu d’astuce, on peut l’utiliser sur un réseau ! Et c’est un énorme progrès pour ceux qui l’utilisent ainsi…

  6. je confirme, que la solution de JF pour déplacer les aperçus fonctionne parfaitement. Mon catalogue était sur un disque RAID externe avec les RAW, pas hyper rapide.
    Sur les conseils de JF je l’ai déplacé sur mon disque SSD système et depuis ça carbure ! Mais mon SSD n’est qu’un 250 Go. j’ai été vite coincé.
    JF m’a conseillé de déplacer les aperçus sur un autre disque. Ce que j’ai fait et ça marche parfaitement comme ça depuis décembre 2011.
    tres heureux de decouvrir cette astuce de .dmg c’est absolument génial !
    J’essaye demain à mon boulot, ou je gère les photo sde la boite. Je mettrais une copie de mon catalogue pour que les collègues puissent faire des recherches.

  7. Primo : les recommandations « théoriques » de l’éditeur : je m’assois dessus !
    Car elle sont faites pour protéger le support, des recours pour des utilisations qui n’ont pas été conçues des le début. Il faut mettre des limites pour ne pas se transformer en société de service et de dépannage : d’ou le fait que Lightroom est « bridé » pour le réseau. Ok , ça se comprend…
    C’est normal ! Mais c’est un peu comme la date de péremption des yaourts, qui est ridiculement courte. Alors qu’un yaourt se conserve beaucoup plus (des mois) ! A l’utilisateur de savoir évaluer la date « réelle » de péremption des yaourts.
    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-jacques-birge/230212/larnaque-de-la-date-de-peremption
    Si on ne prend pas le controle des choses sois même, on ne pourra jamais rien faire dans ce monde, ou pour des raisons juridiques, on te met des barrière partout ! Moi je n’aime pas mettre un casque pour faire du vélo ! Et j’en suis pas mort… Je ne suis pas un idiot : je gère les risques.
    Le « principe de précaution » est une calamité, qui est en train de nous faire régresser, dans tous les domaines… Pas seulement en génétique !
    Donc, tant que la manip « .dmg », n’est pas interdite par la licence : elle est autorisée. A mes risques et périls…
    Et puis en cas de malheur, on fait des sauvegardes. Le client est prévenu et formé (si on estime qu’il est capable)… Evidement on ne formera pas à cette technique, un débutant qui ignore ce qu’est un .dmg !
    Evidement, il faut tester un peu la chose en production, cela dépendra notamment de la réactivité du serveur… Mais j’ai testé sur mon réseau local, ça fonctionne pas mal ! On se rendra vite compte…
    ET c’est moins dangereux qu’une centrale nucléaire ! Si le besoin s’en fait sentir et qu’on a pas d’autre choix, pourquoi pas…. Ce n’est pas du bricolo. C’est la maitrise d’un savoir faire un peu sophistiqué. Libre à chacun de tester la manip, ou pas. En étant bien informé, qu’on sort de l’utilisation classique du logiciel.
    Ensuite, il n’est pas question ici d’utilisation multi utilisateur (en même temps)… D’ailleurs la nature même de l’image disque semble l’interdire (tant mieux).
    Mais seulement de poser le catalogue à un endroit plus pratique (le réseau), pour que l’on puisse y accéder à plusieurs (pas en même temps)

  8. Oui, je vois ce que tu veux dire. J’ai fait des tests, pas de problème les liens symboliques ont réponse à tout changement d’architecture du logiciel…
    Car ils sont fait pour ça, dans les couches profondes du système.
    Et qu’Adobe cautionne ou pas mes améliorations personnelles de l’architecture du logiciel, m’est bien égale…
    Pour un utilisateur avancé, déplacer le fichier .lrcat me semble indispensable… Je ne pourrais m’en passer !

  9. Pfffrrr ! Quels risques ? Il n’y a absolument aucuns risques…
    Et tu vois, ça date pas d’aujourd’hui…
    Si tu casse le chemin. Tu replace manuellement les aperçus à leur place ! Ou tu refais le chemin… En plus, ce ne sont que des aperçus !
    Depuis des années que je les utilise, jamais eu le moindre soucis avec les liens symboliques !
    Faut arrêter de psychoter là !
    Encore une fois les récommandations de l’éditeur : on s’assois dessus, comme sur celles des fabricants de Yaourt !

  10. Je n’oserai pas en rajouter au débat, mais simplement pour ceux que ça intéresse qu’il est bien pratique de faire une image disque Sparse Bundle :
    – Vous lui donnez une taille immense, et elle grossie petit à petit
    – Et comme elle est écrite par bande et non pas d’un seul bloc, les systèmes de sauvegarde incrémentale ne resauvegarde pas tout à chaque fois, mais uniquement les bandes qui ont changées.
    :)

  11. Génial ça !
    D’après toi qu’est-ce qui pourrait se passer de pire en plaçant un catalogue Lightroom sur une image disque ?
    Je ne vois aucune raison de se priver de cette option…

  12. Voilà, j’ai testé ! Effectivement seul le poids réel de l’image disque déployé est stock dans mon fichier
    851 – LR4 IMAGE SB.sparsebundle
    Alors qu’un .dmg pèse le poid total de l’image disque crée…
    L’informatique c’est super !

  13. Hello ! merci pour ton message.
    Oui, la taille est fixée dès le départ… Mais inutile de prévoir trop gros non plus…
    Car on pourra à tout moment recréer une image du même nom, plus grande et un peu plus tard. Et déplacer le contenu de l’une à l’autre.
    Puis supprimer l’image trop petite ensuite…
    Comme on change son disque dur ;-)

  14. Oui, à propos du NAS et du Cloud personnel…
    Je m’interroge : quels avantages pratiques attendrais tu d’un NAS chez toi ? Par rapport à un classique accès à distance, à un Mac Pro via internet (que j’utilise chez moi)…
    A mojns que tu envisage de le stocker ton NAS physiquement à distance, dans un autre lieu que ton bureau ?
    Mon Mac Pro sortant de veille automatiquement dès que j’y accède (que ce soit via une connexion Web, ou en réseau local). Il me semble que je n’ai pas besoin de NAS… Mon NAS, c’est mon Mac pro lui-même dont la capacité de stockage et l’évolutivité sont suffisantes !
    La seule différence que je vois, c’est que peut-être le NAS consomme moins ? Mais quand bien même… ce serait assez secondaire non ? Comme de toutes façon, je n’éteint jamais le Mac Pro…

  15. Bonsoir,
    La technique de l’image disque devrait aussi fonctionner avec les disques virtuel de Windows (disques vhd). On ne peu pas dire que cela n’est pa fiable, c’est utilisé avec certaines techno de virtualisation. A tester le montage de l’image sur un partage réseau, mais à mon avis, les systèmes de vérouillage vont l’empecher, d’autant que de toute manière, la techno de base données ne supporte pas les accès concurentiels.
    A signaler : le disque virtuel peut étre pratique pour les sauvegardes, mais dommage que les fonctionalité de cliché soient reservées aux serveurs.
    Stéphane

  16. Bonsoir à tous,
    Bon assez gloser sur la polémique du pour et du contre, parlons plutôt technique. Utilisateur de LightRoom sur PC depuis 2009, je me suis installé depuis peu un NAS QNAP deux disques, de 1To en RAID1 (mirroir). La richesse fonctionelle de ces petites bêtes va bien au delà de la solution de stockage distant. J’ai activé le service iSCSI, créé un volume de 1Go à des fin de test, monté ensuite ce dernier sur mon Pc via le service ‘connecteur iSCSI’. Le PC voit ledit volume comme un disque dur. La création d’un catalogue LR puis l’importation d’une centaine de photos n’a posée aucuns problèmes. Je manque malheuresement de temp ‘et de courage ;-)’ pour faire de test avec un plus gros catalogue et surtout les photos qui vont avec. Si Pascal a le temp avec ces propres NAS….
    PS le iSCI est utilisé depuis très longtemp. il sert dans le stockage de machine virtuelle. Je pense que la robustesse de celui-ci n’est plus à démontrer.
    Cordialement.

  17. Oui, j’ai vu ! Pfff… les bras m’en tombent !
    Je ne vais pas m’abaisser à entrer dans ce genre de discussion, raz les pissenlits… Je suis au dessus des procès en sorcellerie, par blog interposés et des guerres de religion. Non merci ! C’est Lightroom qui m’intéresse…
    Comme je viens de voir « Into the Wild » (un grand bol d’air pur), je me sens très détendu !
    Il faut toujours de prêcheurs qui croient détenir LA VERITE, qu’ils ne font que répéter, sans rien inventer… Ceux-là craignent l’innovation. Ces fidèles disciples dénigrent tout ce qui sortirait des règles et des préceptes qu’ils ont appris par coeur. « Toujours prêts » à descendre toute idée ou innovation, qui ne viendrait pas de « leur paroisse ».
    C’est bien Français d’ailleurs ! Je commence à me demander si nous Français, ne serions pas nuls ? Nuls de chez nuls… Car pour qu’une super idée comme le .dmg, soit descendu comme ça : c’est le signe dramatique d’un total manque de curiosité et d’ouverture d’esprit !
    Voilà qui devrait nous inviter à partager plus souvent les bonnes idées, comme l’a fait Pascal samedi : à les expérimenter et à partager nos expériences…
    Du coup je repense à ces obscurantistes religieux, qui prétendaient que l’Amérique n’existait pas… Et qu’au delà de l’horizon, on tomberait dans les enfers ! Hors de la doctrine officielle, point de salut…
    Sur l’image disque, ton catalogue, corrompre tu risquera ! Ahahah !
    Oublions cet épisode ridicule ! Précisons en passant, que je connais un ingénieur chez Adobe (pas en France), qui trouve la manip’ du .dng, très intéressante…
    Vu la redondance des sécurités et sauvegardes (sauvegardes de catalogues / écriture des XMP, sans oublier Time Machine), je ne vois aucune raison de ne pas la tester en production…
    Mais, chacun fera comme bon lui semble ! Les frileux ne prendront aucun risque et se passeront de Lightroom sur leur serveur…

  18. Merci pour ce témoignage
    Le iSCSI, c’est une chose béton (mais je ne l’ai jamais utilisé en production)
    le catalogue sur Dropbox, c’est du béton aussi ! Cela fait 3 ans que je l’utilise avec 250.000 photo en catalogue… Pas le moindre soucis.
    Le .DMG, je n’ai que 3 jours d’expérience (avec des sauvegarde, j’expérimente)… Mais bientôt on sera fixé !

  19. Bonjour,
    Pascal, c’est ce que j’ai indiqué en commentaire de ton premier article, la cible iSCSI est la solution pour Windows.
    Pour le catalogue pas de problème, mais je suis plus mesuré pour les photos. Avec des fichiers de 36 MPx, le débit réseau fera goulet d’étranglement à la lecture comme à la sauvegarde et surtout en traitement par lot.

  20. Bonjour pascal,
    D’après ce que j’ai lu sur un forum, la possibilité d’utiliser une cible iSCSI est aussi faisable sur MAC. Une recherche sur Go..le m’a permis de trouver des références sur le sujet.
    Cordialement.

  21. Les images sur un NAS ou un serveur, ça marche quand même (j’ai testé longuement)… C’est moins rapide, mais ça reste jouable !
    Mais c’est complètement idiot ! Vu le prix des disques USB3 et leur vitesse…

  22. Bien sûr ça marche ! Je voulais juste dire que ça peut aller de « moins rapide » à « intenable » en fonction des performances de la liaison réseau, pas toujours maîtrisée.
    La solution DMG est très intéressante puisqu’elle se comporte sur le plan logique comme un disque externe connecté au poste !
    En tout cas, merci de ne pas céder à certains dictats …

  23. Pour ce qui est de stocker le dossier des aperçus (*.lrdata)sur un autre disque, quelqu’un a-t-il déjà testé sous PC et peut-il nous donner la manip, car il n’existe pas de lien symbolique sur PC à ma (mince…) connaissance…

  24. Bonjour,
    c’est très intéressant tout ça ! Cependant, je n’ai pas une vision clair de comment est-ce qu’on fait tout ça.
    Ce serait vraiment cool un pas à pas !
    Merci

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.