web analytics

La route (après l’apocalypse) de Cormac McCarthy…

7
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Dans un monde recouvert de cendre, un père et son fils font la route vers le sud après une apocalypse dont on ignore tout…

41v2n9q4yvl_ss500_Deux êtres sans nom, qui survivent plus qu’ils ne vivent et tentent de préserver ce qu’il reste en eux d’humanité. Une ambiance inquiétante, des paysages désolés, après un désastre que l’on devine effroyable, la route est un roman saisissant et pas très gai, il faut bien le dire… Pourtant l’histoire (réduite à sa plus simple expression) n’est pas totalement dénuée d’espoir. Ce livre m’a d’ailleurs fait penser au roman Ravage, dévoré il y au moins 25 ans !

Cormac McCarthy (une des stars actuelles de la littérature américaine), à obtenu pour ce livre le prix Pulitzer. Il est également l’auteur de 
Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme récement porté à l’écran par les frères Cohen.

A lire histoire de ne pas oublier que tout ce qui fait notre quotidien ne tient qu’à un fil. De quoi relativiser nos passions dévorantes pour Leopard, les capteurs CMOS ou les dalles à « wide gamut » ? C’est quoi le plus important… dans la vie ?

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

7 commentaires

  1. Jean-François,
    quel plaisir de lire ton billet sur « La route » ! Ce livre m’a tant bouleversé que j’y pense très souvent quand il s’agit de relativiser les choses. C’est un texte très dur, parfois insoutenable, mais d’une beauté troublante… En plus abordable, je vous conseille les sublimes « Méridien de sang », « Le grand passage », « Des villes dans les plaines » et « De si jolis chevaux »… Vous y trouverez des descriptions de paysages et de personnages tout en gueules que l’on aimerait prendre en photo ! Dernière remarque obligatoire compte tenu de la nature de site.
    Cordialement.

  2. C’est un ouvrage marquant en effet à conseiller à ceux qui ne l’ont pas encore acheté.
    J’ai pour ma part été dérouté au début par les phrases courtes, parfois sans verbe mais dès que l’on est dedans on en sort qu’à la dernière page.
    D’ailleur à mes yeux on en sort pas tout à fait en fait.

  3. Je pars pour la Hongrie dans 4 jours(Reportage sur la réintroduction du loup, enfin une aberration génétique à quatre pattes, surtout quand on sait que le Canis Lupus de Hongrie est une espèce disparue, bref…).
    Un bon bouquin pour tuer le temps agréablement et de découvrir cet hauteur dont on parle tant, et que je ne connais pas.
    J’espère seulement que le Canis Lupus de laboratoire me laissera un peu de temps.

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.