web analytics

Un reportage à visionner d’urgence !

26
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

MAJ : Ce documentaire n’a jamais été auto-censuré, comme précédement annoncé ! Explications ici même

Les experts l’affirment : manger des OGM est sans danger pour la santé. Et tous les ans de nouveaux OGM arrivent dans notre assiette. Pourtant, aujourd’hui deux nouvelles études scientifiques révèlent un risque toxique.

 

Ogm
Pour 90 MINUTES, Michel Despratx raconte l’histoire d’une étude secrète sur un maïs OGM. Sous couvert du secret industriel, le ministère de l’Agriculture français n’a pas voulu rendre public les résultats, alors qu’ils sont inquiétants. Cette étude montre que le maïs OGM a provoqué des lésions sur les organes des rats de laboratoire qui en ont mangé. Comment une agence gouvernementale française, chargée de veiller à la santé des citoyens, ainsi que les instances européennes, ont-elles pu donner leur feu vert à cet OGM en connaissant cette étude ? 90 MINUTES a mené l’enquête en France, en Allemagne, au Luxembourg et à la Commission européenne à Bruxelles.

L’enquête révèle qu’une autre étude sur un soja OGM faite par des chercheurs italiens indépendants a mis en évidence que des souris ont subi des altérations de cellules de leur pancréas. Par ici !

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

26 commentaires

  1. Heureusement il y a Nicolas ! le

    La puissance des multinationales est suffisante pour faire plier les gouvrenements ! Et voilà le résultat…
    Heureusement maintenant il y a Nicolas (Hulot pas l’autre) et son pacte écologique que tous ont signé (y compris l’autre) !

  2. Disons que la question n’est pas du tout de crier au loup… Mais simplement de savoir s’il faut vraiment introduire un loup (ou quelque animal que ce soit) dans la bergerie… sans savoir du tout s’il a été apprivoisé, s’il est commestible, dangereux ou bénin ! ! !
    As tu visionné ce reportage ?
    La rigueur scientifique impose le principe de précaution dans ce cas là ! Mais l’appa du gain semble etre beaucoup plus fort dans le cas des OGM.

  3. Pour l’instant, il s’agit d’une étude sur des rats et rien ne prouve actuellement que cela ait un quelconque effet sur l’humain (on ne fonctionne pas tellement de la même façon). Le problème de ce genre de reportage est de toujours être à charge, c’est un peu ce qui me dérange.
    On peut bien sûr appliquer le principe de précaution, mais on peut le faire pour bien des choses. Il est toujours plus facile de dire qu’il pourrait bien y avoir éventuellement un soupçon de quelque chose que de prouver son contraire. C’est avec ce genre de nouvelles que l’on tient les gens dans un climat de peur constante et de parano.
    Pour rappel, on fait des sortes d’OGM depuis le début de l’agriculture et on ne s’en porte pas trop mal.
    Comprends-moi bien, je suis absolument contre le fait de jouer aux petits dieux de la nature et le fait d’introduire depuis quelques années des gênes d’animaux ou bactéries sur des végétaux. Par ailleurs, les promesses des OGM ne sont pas tenues et leur soi-disant productivité en relation à des plantations “classiques” est loin d’être prouvée.
    Par contre, ce qui fonctionne bien, c’est l’attachement “commercial” qui lie alors l’agriculteur et les compagnies comme Monsanto (pour rappel, leurs graines sont stériles et il faut pour les nouvelles plantations passer à la caisse).
    Bref, les milliers de tonnes de pesticides que l’on continue à mettre partout me font bien plus de soucis (lire l’article de Science-Vie de janvier à ce sujet).

  4. Moi perso, ce qui me fait peur, c’est la polènisation inter-especes… La santé humaine, c’est une chose, la pollution génétique de notre environnement en est une autre. Si il s’avère dans qq années que ces ogm sont toxiques, nous ne pourront plus revenir en arriere car notre biosphere sera contaminée par les gènes fautifs.
    C’est une lourde responsabilité envers l’humanité, et la faune de notre planète que d’ouvrir cette boite de pandorre. Nous n’avons aucun recule sur les conséquences à moyen terme, et les risques sont immense vis à vis de notre décendance. Nos enfants si ils survivent, seront peut etre condamné apres notre mort à subir les conséquences de notre folie.
    Je ne suis pas contre le transgénique, il peut meme avoir de gros bénéfices pour notre espèce, mais ce que je regrette c’est que ce soit des lobbies qui déterminent l’impact de tel ou tel découverte sur notre monde, favorisant le retour sur investissement des couts de recherches à une veritable objectivité désinterressée.
    Je finirai par cette citation : « Science sans conscience n’est que ruine de l’ame ».

  5. Alain photo - graphiste le

    Pas vraiment d’accord Tony. Quand tu écris :  » Pour rappel, on fait des sortes d’OGM depuis le début de l’agriculture et on ne s’en porte pas trop mal. « c’est vraiment une contre vérité scientifique…
    La sélection génétique n’a rien voire avec la manipulation génétique ! Il y a un gouffre entre les deux !
    Les OGM pourraient être à la santé ce que fut la cigarette pour nos poumons : « des médecins conseillaient de fumer dans les années 50 à la TV »… Ou encore dans les années 20 on ventait les mérites de la radioactivité (en ignorant tout de ses dangers…
    Bref les exemples s’accumulent décénies après décénie des catastrophes liées au manque de précautions…
    Et je précise que je suis un fervent partisant de la science, de la rcherche et que je combats l’obscurentisme et les mythes… Mais les OGM on me les fera pas avaler !

  6. On pourrais aussi parler de l’amiante dont les dangers connus de longue date furent minorés à cause d’interets purement économiques. Et les farines animales… L’ESB… J’en passe et des meilleures.

  7. Alain, lorsqu’on fait une bouture d’une espèce de plante ou arbre sur une autre espèce pour créer une nouvelle famille, j’appelle cela de la manipulation génétique. Certes, ce ne se fait pas un labo ou dans une éprouvette, mais le principe est le même.
    Comme je l’ai écrit, ajouter des gênes du règne animal dans le règne végétal pour développer de nouvelles aptitudes chez une plante quelconque, est un problème et nous sommes d’accord. Toujours est-il que pour l’heure, rien ne prouve un danger pour l’humain. Les OGM sont utilisées à grande échelle aux US depuis des années et à ma connaissance il n’y a pas eu une recrudescence de maladies apparentées à celles de l’étude des rats. On ne peut pas tout extrapoler d’études sur le rat, combien même on partage 90% du génome.
    Il faut être réaliste. On mange des OGM tous les jours sans le savoir à petite dose, ils sont partout puisque les filières de production et de distribution ne sont pas parfaitement séparées et on informe peu les gens sur le contenu des produits les utilisant.

  8. Quand j’étais gosse, le français moyen avait un risque sur cinq (je ne parle pas de chance dans ce cas) de finir avec un cancer. Aujourd’hui, c’est un risque sur deux ! Pour être clair, une personne sur deux des intervenants sur ce forum va finir entre chimiothérapie, rayons et morphine. Pas réjouissant, mais le pire est que la cause directe de cette horreur est notre nourriture. Et sauf à habiter en pleine campagne, à élever soi-même ses animaux tout en faisant pousser des salades, il n’y a pas moyen d’y échapper. Alors face aux OGM, il est clair que je ne suis pas optimiste sur leur bienfaits pour notre santé !
    Et le meilleur dans tout ça, c’est que la maïs ne sert à rien, puisque 90 % de la production meurt sur pied en fin de saison. Pourquoi ? Parce que les agriculteurs font pousser du maïs pour encaisser la prime à l’arrosage, qui est énorme. Alors on arrose à tout va (le maïs est une plante tropicale), on vide les rivières (faut voir ça pour le croire en été), on traite à double ou tripple dose, on sème des OGM parce que Monsanto le conseille… et on laisse crever en fin de saison (les plus « sérieux » font manger les fanes à leurs vaches laitières sous forme d’ensillage).
    Comment voulez-vous qu’on s’en sorte ? L’humain est profondément con et n’a aucune chance de s’en sortir.

  9. Tony cela ne s’appele pas une bouture mais une grèffe. Une greffe n’est pas du tout un mélange génétique. La preuve c’est qu’il faut recommencer à chaque génération. La plante qui offre son tron et ses racines ne partage pas son patrimoine génétique avec la branche qui donne le fruit. elle partage souvant uniquement sa sève et son systeme immunitaire. Le meilleur exemple c’est la vigne. Chaque nouveau pied de vigne doit etre grèffé.
    Quand tu parles de manipulation génétique tu dois vouloir parler de croisement d’espece… Ca marche par polènisation. On prelève du polène d’une espece que l’ont place délicatement sur les pistile d’une autre… le truc c’est qu’il faut le faire sur des milliers de plantes pour que ca marche une fois… (c’est du croisement interespece) Et c’est la nature qui décide si c’est viable.
    Comme je l’ai dit dans mon précedent poste, jouer les savants fous et introduire artificielement des gènes dans du mais par exemple, c’est s’exposer à une pollution par polènisation de l’ensemble de notre environnement pas ces gènes. Si il sont benefique pas d’impact, sinon, c’est la plus grande catastrophe que la biosphere ait connu .

  10. Tony tu écris n’importe quoi (désolé) ! Tu ne connais visiblement rien à la génétique ! Comparer une simple bouture… à une manipulation génétique dénote une ignorance profonde !
    Les OGM ne sont ni des boutures ni des sélections génétiques (connues depuis les travaux de Mendel au 19em) !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gregor_Mendel
    Enfin, le risque peut-être absolument invisible même à l’échèle de décénies… Donc les arguments que tu avance ne pèsent pas bien lourds ! Ce qui pèse lourd ce sont les dollars de Monsanto
    http://www.google.fr/search?q=monsanto
    Durant la guerre du Viêt-Nam, Monsanto s’est enrichi massivement par la fabrication du tristement célèbre défoliant dit Agent Orange. Plus de 4 millions de personnes en ont été victimes. Ses effets sont encore ressentis aujourd’hui, et ce pour des dizaines d’années encore.
    Monsanto, suivi par quelques autres multinationales de l’industrie chimique, tentent par tous les moyens d’imposer la culture des OGM, sans aucune précaution quant aux risques irréversibles pour l’environnement, la santé et la biodiversité. Le développement des OGM n’est pour Monsanto qu’un moyen supplémentaire pour supprimer l’autonomie des paysanneries locales, en rendant les paysans otages de leurs produits chimiques. Alors que les preuves de la nocivité des OGM commencent à apparaître au grand jour, Monsanto continue de réprimer violemment les citoyen-nes qui tentent d’amener un débat indispensable sur l’utilité sociale des OGM.

  11. On se calme camarade. Je me suis planté de mot, ça arrive.
    Toujours est-il que les croisement d’espèces (hybridation donc) ont lieu depuis des siècles. Mendel a donné des clefs pour une étude plus rigoureuse de ces phénomènes. Cela reste de la génétique, mélanger le génome de différentes espèces pour en créer de nouvelles. Sauf que pour les OGM, on « s’amuse », en simplifiant, à mélanger les espèces végétales et animales (je l’ai déjà écrit plus haut),
    Maintenant, si tu avais lu ce que j’ai écrit, tu aurais compris que je ne suis pas pro OGM ou pro Monsanto, bien au contraire.
    J’estime qu’on s’emballe bien vite et on crie au complot planétaire sans prendre le temps d’avoir tous les éléments en main. Encore une fois, on continue à entretenir les gens dans cette peur irrationnelle, bien en vogue ces temps de campagne présidentielle française.
    Est-ce qu’il faut juste accuser ces entreprises de faire des bénéfices, alors que de l’autre côté on leur donne un coup de pouce à le faire en continuant à injecter des milliards d’euros d’aides en tout genre dans l’agriculture pour des cultures qui sont largement surnuméraires et
    Par ailleurs, on a laissé ces entreprises mettre la main sur le marché des semences. Un des problèmes liés à la privatisation du vivant. Alors, il ne faut pas s’étonner du résultat à la fin.
    Les choses ne sont pas aussi manichéennes. Ce ne sont pas eux les méchants et nous les gentils. C’est bien plus complexe.
    Mais qui suis-je pour donner des leçons ? Un simple ignare il semblerait.

  12. bon,on se calme les gars…
    J’avoue, C’est moi qui est envoyé le lien de la vidéo à JF…
    En matière d’OGM il faut être drôlement circonspect.
    D’abord, on ne pensait pas que le fait d’ingérer les OGM pouvait avoir une incidence, car on pensait que la digestion avait un pouvoir destructeur et destructurant suffisant. Or, il apparait depuis peu qu’il n’en est rien et, pire, que des manifestations secondaires on lieu dans les organes… ça n’était pas prévu…
    Ensuite, il faut savoir que les pollens se répandent AVEC les modif. dans la nature alors que ce n’était pas sensé avoir lieu parce que la stérilisation devait circonscrire toute pollution génique des parcelles avoisinantes qui n’étaient pas sensées être pollinisables ni « polluables »… En fait, personne ne sait comment sécuriser les parcelles modifiées. Donc les gènes modifiés se balades… au gré de tout un tas de vecteurs incontrolables : vent.. eau, animaux (insectes ou non d’ailleurs), etc…
    La liste des EGM : emmerdes biologiquement modifiées, est très longues…
    Le nucléaire, on peut être contre, mais mis à part les déchets dont on ne sait pas quoi foutre, on maîtrise à peut prêt la production et l’exploitation. Mais les OGM, je vous confirme qu’on ne maîtrise RIEN du TOUT, mais alors QUE DALLE, ni en amont, ni en aval.
    Et pour une raison bien simple. Le vivant, ça ne se maîtrise pas. ça ne s’est jamais maîtrisé, et ça ne se maîtrisera jamais. Ceux qui prétendent le contraire sont des gros menteurs. Y compris certains chercheurs.
    C’est aussi une des raisons pour lesquelles il y a tant de nubulosités dans le dossier. Rien n’est clair, ni le côté recherche biologique (brevets etc), ni le côté commercial (un des mes meilleurs potes de fac bosse chez Monsanto, si si…), ni le côté très politique de cet ENORME business inter-planétaire…., autant dire un rouleau compresseur que même des armées de faucheurs n’arrêteront pas.
    Nourrir la planète grâce à des OGM est une foutaise au jour d’aujourd’hui. Les « essais » (ben oui, faut bien se mettre à l’évidence, Monsanto fait des essais grandeur nature en faisant payer les paysans, si si) en plein champ en situation réelle, en Inde, le prouvent. C’est un échec TOTAL. Rien ne marche. C’est même une catastrophe sanitaire, écologique et humaine majeure sur place. Mais on s’en fout, c’est en Inde… Le ratio Nbre de morts par jour / Distance par rapport à l’occident , est trop faible.
    Nous vivons une époque moderne.
    Je vous souhaite le bonsoir.

  13. Philo :
    « Durant la guerre du Viêt-Nam, Monsanto s’est enrichi massivement par la fabrication du tristement célèbre défoliant dit Agent Orange. Plus de 4 millions de personnes en ont été victimes. Ses effets sont encore ressentis aujourd’hui, et ce pour des dizaines d’années encore. »
    Aujourd’hui commercialisé sous le nom de RoundUp …

  14. Au delà de la question OGM ça pose aussi de sacrées questions sur le système démocratique européen. Car une majorité de ministres européens votent contre sa commercialisation dans nos assiettes, mais c’est accepté à la fin par la commission Européenne…
    Hallucinant…
    Ou comment les lobbies financiers et la commission européenne se moquent de la santé publique.

  15. Rien de surprenant, n’oublions pas que le nuage radioactif de Tchernobil a contourné la France!!! il y avait des traces de radioactivité à Barcelone, mais pas à Perpignan! à Genève mais pas à Chambery, à Bruxelles mais pas à Lille!!!
    Nos gouvernants ont des contacts directs avec le tout puissant pour eviter aux Français les déboires de la radiation et, dans ce cas-ci des OGM.
    Vive la France !

  16. 1. on ne peut pas parler d’ogms sans avoir quelques bases tres simples a aquerir de biologie moleculaire
    2. renseignez vous sur la notion de consensus dans la communauté scientifique : il y a des dizaines de raisons pour que ces etudes ne soient pas valables (methodologie, malhonetete..)

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.