web analytics

Aperture / Lightroom : un débat constructif

52
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

On peut s’attendre à ce qu’un jour la plupart des logiciels de gestion de photo se transforment en applications « tout en un » selon le principe démontré par Aperture et Lightroom.

Principe qui consiste à proposer la plus parfaite intégration possible entre les fonctions de catalogueur et de développement.

 


Les « tout en un », une nouvelle race d’application photographiques.

Pour l’instant seuls Apple et Adobe se sont engagés dans cette voie difficile, pour notre plus grand bonheur. Mais il est assez probable que Microsoft adopte rapidement cette stratégie lui aussi ; autour de iView Media Pro… Patience : nous en saurons plus avec la version quatre du catalogueur londonien (impatiemment attendue pour 2007).

Tous les ingrédients seront alors réunis pour que commence une véritable « Guerre des trois », dont l’enjeu sera probablement d’imposer le « Photoshop photographique » de demain : l’application ultime qui règnera en maître sur les disques durs de tous photographes amateurs et professionnels…

 


Des enjeux important à moyen terme.

L’intense activité qui règne actuellement autour de la photo numérique (en général) et des formats RAW (en particulier), prouve en tout cas une chose : la gestion des images issues de nos APN représente d’énormes enjeux pour les leaders de l’industrie. Car l’utilisation d’un logiciel de gestion d’image, implique bien plus que la simple manipulation de fichiers sur votre disque dur… Pensez notamment à la commande de tirages photos en ligne, d’un simple clic depuis votre soft habituel (façon Canon Browser ou iPhoto)… Pensez aussi au partage de galeries sur des sites communautaires (gratuits) ou professionnels (payant)…

 


Un seul problème : l’incompatibilité.

Light_8_1Pour l’instant Aperture et Lightroom constituent donc l’avant-garde d’une nouvelle race de logiciels dont nous ressentons progressivement le besoin et qui s’imposeront forcément. Ces deux logiciels sont formidablement innovants, fort bien pensés, enthousiasmants pour tout dire ! Leur seul problème est pour l’instant d’être incompatibles entre eux ! Impossible de récupérer dans l’un, le travail d’éditing et de retouche patiemment effectué dans l’autre sur vos milliers de fichiers RAW !

Le format DNG proposé par Adobe pourrait constituer un début de solution, mais Apple refuse pour l’instant de le supporter (j’écris début de solution car le DNG est une solution « image part image », il n’aide en rien pour échanger des groupes d’images)… Cette incompatibilité est très problématique et va vous obliger à choisir de travailler soit avec Aperture, soit avec Lightroom ; cruel dilème (vous pouvez aussi décider de ne rien décider et d’attendre d’en savoir plus sur les évolutions de iView)…

 


Aperture / Lightroom : le débat !

En attendant : une évaluation et une comparaison de ces deux logiciels s’impose donc ! Le Club Photoshop de Paris à décidé d’organiser un débat constructif autour de ce thème : Aperture ou Ligthroom ?

Afin de préparer une discution aussi constructive que possible, Philippe Chaudré et moi-même, vous invitons à proposer vos argument ici-même en commentaires. Et pour faire prendre la sauce : voici un petit sondage (sans valeur réelle, c’est juste pour nous faire une petite idée de votre avis) :

Aperture ou Lightroom ? Quel est votre choix ?
 

Aperture sans hésiter !
Lightroom sans hésiter !
Aperture, mais j’hésite un peu…
Lightroom mais j’hésite un peu…
J’hésite vraiment et j’attends !
Aucuns des deux !

   

Découvrez ici les résultats !

 

L’idée n’est pas de lancer de vaines polémiques, mais d’en savoir un peu plus et de clarifier dans nos esprits deux propositions logicielles, en apparence identiques mais finalement assez différentes…  Vous avez 10 jours pour essayer Aperture et Lightroom et préparer les remarques et les questions que vous pouvez poser ici même !

Pour rappel, vous pouvez depuis quelques temps télécharger ici une version d’essai d’Aperture 1.5 en français qui restera gratuite 30 jours.

Vous pouvez également continuer à télécharger ici l’actuelle version béta gratuite de Lightroom en anglais. Elle n’expirera qu’à la sortie de la version 1.

Et pour lancer le débat, voici déjà les impressions de François Renault un photographe dont le coeur balance… Il préférait Lightroom, puis il a été conquis par Aperture, voici ses arguments :

Bonjour Jean Francois, comme tu me l’as demandé je vais te faire part de mon opinion dans la confrontation aperture /lightroom. Tout d’abord je voudrais te dire que je suis assez convaincu par Aperture meme si avant j’etais plus attiré par Lightroom (c’est plus sentimental photoshop, ça fait longtemps qu’on l’utilise on s’y est bien habitué)… En fait j’ai décidé de changer parce que Lightroom tarde  à sortir et que iView + Camera Raw n’est pas l’ideal pour moi, d’autre part sur mon Macpro Lightroom ne marche pas tres bien bref venons en au fait :

APERTURE : Il faut bien comprendre comment marche le soft (et prendre le temps de lire le manuel car les reflexes sont differents de photoshop)

Les plus :

  • Rendu des images raw + naturelles + proches de l’argentique (tons chair sont – rouge ) dans les lointains les flous sont vraiment flous
  • Moins de grain sale (qui pour moi a toujours ete un probleme) que dans lightroom (ou camera raw) pour moi le grain d’ aperture me semble + naturel
  • Aperture est peut-être plus intuitif que lightroom qui est plus technique peut etre et plus precis mais c’est pas sur que les images soient meilleures pour autant…
  • Les hautes lumieres : beaucoup plus recuperables que dans lightroom
  • La loupe tres utile, ideal pour parcourir un reportage pour verifier le point sans ouvrir chaque image (visualiseur ou navigateur)
  • Affichage de 12 photos ds le visualiseur et en plein ecran ideal pour le choix et uniformiser les dominantes et les reglages. Si on a 2 ecrans, c’est tres top et ça va tres vite. Je crois plus vite que dans iView
  • Dans un projet « recherche » n’affiche que les mots cles du projet pas d’mmense liste de mot cles. C’est tres rapide…
  • A l’export les mots cles passent bien
  • Les piles automatiques, mais aussi tres pratique pour rassembler à la main les photos ressemblantes ou du meme sujet  d’un reportage gain de temps.

Les moins :

  • Pour moi impossible d’affecter des mots cles avec la palette par glisser-deposer sur un ensemble d’images selectionnees… (ça y est j’ai trouvé il faut faire S avant pour que toutes les images soit selectionnées (petit rectangle en bas à gauche ds la barre des commandes). Idem pour appliquer les ajustements il faut penser à cliquer sur appliquer sur les images selectionnés… C’est pas si simple que dans lightroom faut s’y habituer.
  • Les bugs
  • Les racourcis clavier qui ne fonctionnent pas tres bien
  • Un moins ou un plus ??? L’aberration chromatique (flou chromatique chez aperture) n’est pas si precisement corrige que dans lightroom… Mais du fait du flou les images semblent moins tranchees donc la nettete est plus naturelle et moins numerique. Du coup les flous de l’image sont vraiment flous (impression sur quelques images car pas fait beaucoup de test…)

Je n’utilise pas Aperture depuis très longtemps, mais je suis tout a fait convaincu que ce logiciel a beaucoup de ressources. Son esprit est tres different de photoshop, mais je le trouve plus photographique plus intuitif. J’ai tres envie de le decouvrir plus à fond… Alors : Aperture contre Lightroom, Aperture ou Ligthroom, Aperture versus Lightroom : le match ne fait que commencer !

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

52 commentaires

  1. Il me semble que Lightroom est nettement plus ergonomique et rapide qu’Aperture ! Les racourcis clavier sont similaires à ceux de Photoshop… Voilà qui fait gagner un temps fou !
    Quand à la qualité des images : laissez moi rigoler ! Le propre d’un derawtiser est justement que l’on en fait ce qu’on veut de ses images : le bruit, la netteté est entièrement géré par l’utilisateur ! Je ne vois pas bien pourquoi on devrait prendre en compte les réglages automatiques, puisque le but est justement de les adapter à ses propres goûts et besoins ! Mais bon, ce n’est que mon avis…

  2. Pas évident de se décider entre ces deux logiciels ! Je les essaye l’un et l’autre régulièrement sans arriver à me décider… En attendant je reste avec Bridge et Camera raw

  3. Après être passé de l’un à l’autre puis être revenu je suis maintenant stabilisé sur Aperture. J’y suis tout simplement plus efficace tant pour le tri des images, que pour les réglages ou la souplesse de l’interface. Mais il manque encore vraiment une possibilité d’ajustements par masquage sur les deux (façon « point de controle » de CaptureNX ou autre).

  4. Personnellement j’attends encore 1 an au moins avant de me décider et de savoir vraiment lequel des deux va prendre l’avantage…
    Je n’arrive pas vraiment à savoir lequel est le plus efficace (faute de temps pour les essayer sur de longues périodes). Je pense que ce n’est qu’après plusieurs semaines d’essaye intensif que l’on peut se faire une idée ! Aperture m’a beaucoup inquiété mais ils ont visiblement pas si mal corrigé le tir avec la V1.5 !
    En plus c’est un peu fou de comparer un logiciel en version 1.5 avec un autre en version béta…

  5. Oui ! Je trouve qu’il y a beaucoup de fébrilité sur ce sujet… Lightroom n’est qu’en Béta !
    Quand on sait que moins de 1 photographe sur 4 travail en format RAW, il y a tout de même pas trop de raisons de s’affoler !

  6. Hello François ! Pas d’accord avec toi : les pro ont absolument besoin d’un intégré derawtiser + catalogueur… Et l’explication est évidente pour qui a vraiment expérimenté Lightroom ou Aperture :
    Le but est de ne jamais convertitr ses RAW (ou du moins n’en convertire que quelques-uns au moment ou l’on doit les transmettre au clients ou aux amis)… Cela a l’avantage de garder à tout moment tout leur potentiel d’ajustement en 12 bits (y compris dans les fonctions de créations de site web ou de slide-show)…
    Cela a aussi l’avantag ede garder la plus haute qualité possible sans décupler le poid des images…
    Imagine un reportage d’un mois comprenant quelques 10.000 images comme je le fais chaque année (plutôt en JPEG jusqu’alors, ce qui pesait dans les 40 Go en gros).
    Si tu fais la même chose en RAW et bien tu est bien content d’utiliser un Intégré… Car tu ne peux dissocier les fonctions d’éditing (classification qualitatives) des fonctions d’ajustement des RAW : en effet selon les ajustements possibles certaines images gagnent en qualité et change donc de classement !
    Voilà pourquoi je suis absolument CONVAINCU que les fonctions catalogage et ajustement RAW doivent êtres intégrées et que tous les logiciels y viendront. Ce n’est pas pour rien que les deux ténors du marché de l’image ont d’ailleurs opté pour cette solution… (cela n’empêche pas l’existance de quelques spécialistes tels DXO, par ailleurs…) Mais la notion de Workflox numérique ne peut que être intégrée (sans quoi elle perd en efficacité)…

  7. Photographe pro également, le système intégré qui comprendrait mes besoins, mes gouts me fait effectivement « réver » enfin avec des guillemets, faut pas pousser non plus.
    Je travaille avec du matériel Nikon et en raw dès que j’ai pu (D2H puis D2X), je me suis donc tourné naturellement vers NikonCapture puis CaptureNX maintenant.
    Après une excellente formation avec Roland Serbielle, coordinateur Formation Nikon School, vendredi dernier (désolé Apple j’ai zappé la journée Apple events, j’ai découvert combien NX était un outil efficace pour les NEF Nikon mais ils travaillent aussi avec les jpeg ou tif des autres, et je vous encourage utilisateur d’autres marques à tester ce logiciel.
    J’ai essayé Lightroom, bof,c’est une versio beta qui sera largement améliorée, alors attendons, pour l’instant, je ne suis pas convaincu et puis Adobe est je trouve un peu trop envahissant dans nos machines.
    Alors Aperture, une version d’essai testée sur quelques reportages, c’est beau mais ai-je besoin de ce design envahissant comme Lightroom, je ne crois pas. Mes habitudes étaient remises en cause, j’ai donc perdu du temps, j’attendrais encore une amélioration avec la 2.
    Mais parlons alors de mes outils.
    PhotoMechanic pour décharger mes cartes, l’editing, le tri des photos, le IPTC, l’envoi mail, le FTP, la copie de fichiers, la planche contact, le HTML, bref énormément de chose dans une interface simple et un moteur très rapide (existe en UB) Ce logiciel est trop méconnu en France (pas de version F), essayer-le , une version d’essai existe.
    Ensuite, je garde ma sélection en contact électonique à l’écran, trie les fichiers et les ouvre dans CaptureNX pour dérawtiser (MAJ sans doute en Mars). CaptureNX assure la meilleure qualité pour mes NEF Nikon. Après conversion, je fignole éventuellement mes tifs dans CS2 avec notemment les filtres NikColorEfexpro (ils seront intégrés ou intégrables dans NX sans doute).
    IVMP intervient ensuite juste pour l’archivage: ctrl-clic-dossier-IviewmediaImport.
    Bref, je suis long mais plusieurs logiciels peuvent tourner en même-temps. Je ne suis pas prisonnier d’un logiciel (sauf NX, mais je suis Nikoniste depuis tout petit), DXO dans sa version 4 sera peu-être utilisé dans cette chaine pour redresser les optiques, ou un nouveau logiciel trouvera sa place alors que les gros intégrés mettront du temps à réagir ou se remettre en cause.
    Je reste en veille, à l’écoute des nouveautés, IVMP est sans doute la meilleure solution d’archivage et la plus économique mais je ne suis pas marié, d’autres acteurs peuvent encore intervenir sur un marché en plein devenir.

  8. Tu pourrais simplifier un peu non ? Car iView et Photomecanic font un peu double-emploi non ? Car ces deux soft font à peu près les mêmes choses (l’import des carte via iView est excellent)… Comme dit JF : moins on se disperse à maitriser plusieurs soft, plus on est efficace (enfin, c’est mon avis)…
    Je te suis tout à fait sur l’utilisation de NX qui est absolument unique (quel domage qu’il soit un peu faible question navigation et catalogage)…

  9. Bonjour,
    Je n’ai pas ,compris ce chapitre ! ??? :
    « Le format DNG proposé par Adobe pourrait constituer un début de solution, mais Apple refuse pour l’instant de le supporter (j’écris début de solution car le DNG est une solution « image part image », il n’aide en rien pour échanger des groupes d’images)… Cette incompatibilité est très problématique »
    de ce que je saisle DNG est un RAW qui contient les donnes de derawtisation ruien de plus..il est utilisable avec photoshop et camera raw fracilement

  10. >Patrice
    En fait Photomechanic s’il faisait de l’archivage serait le meilleur des softs, il est plus rapide que IVMP sur leurs points communs.
    Regarde la vitessse et la qualité des vignettes.

  11. Je réponds à Look : oui mais il n’est pas pris en charge par Aperture ! Il ne peut donc servir à échanger des RAW retouchés entre les 2 soft…

  12. Juste un petit mot pour dire que ces logiciels ne sont pas indispensables aux seuls utilisateurs d’images raw. Pouvoir comparer, trier, organiser ses images, affecter les mots clés, et les traiter sans destruction supplémentaire sur des fichiers jpeg est également très productif ! et comparer à taille réelle du pixel est le seul moyen de ne pas se tromper sur le piqué de l’image choisie !

  13. Bonjour,
    Je n’ai pas vu sur ton exilant blog, l’événement Apple/Canon. Cet événement était très intéressant, démonstration de prise de vue, présentation Aperture, comptoir d’essai de toute la gamme Canon, rencontre avec les pros, etc…
    Vivement la prochaine rencontre photoshop, en espérant, plus de temps dans les démonstrations, questions, et mois de cocktail…
    http://www.eosdiscovery.com/index_fr.html
    http://www.apple.com/fr/series/phofilmusigner/

  14. (modérateur sur du « hors sujet »)
    « mois de cocktail… » dites-vous cher Nicolas (lire « moins »). Nous vous avons lu avec cette réaction à peu près partout où vous pouviez l’écrire. Je n’en connais pas le but, mais nous respectons les opinions de chacun.
    Simplement je me dois de préciser qu’il s’agissait de « rencontres », et donc que « nous » (les organisateurs) avions choisi de « vous » laisser du temps pour discuter entre vous. Certes, le traiteur s’est « surpassé » et nous a régalé…
    Je me dois aussi de repréciser que dans la salle du bas, en permanence, quatre postes avec des « compétences » (Adobe, étudiants, experts, Wisibility et Eizo) étaient là pour continuer à présenter, démontrer et répondre à vos questions. Ceux qui y étaient présents n’ont même pas vu le buffet ! Voyez, il y a de tout.
    Je regrette que vous n’ayez pas été dirigé vers cette salle ou n’ayez pu trouver des collègues intéressants ou passionnés pour échanger avec plaisir dans un lieu sympathique.
    Revenons donc au sujet (et non au marketing) de ce blogue : que pensez-vous ou reprochez-vous à Aperture ou Lightroom. De quoi rèvez vous, etc.
    Cordialement.
    (fin de la modération)

  15. Moi qui travaille depuis 6 ans sur iView Media Pro, je ne supporte vraiment pas d’attendre aussi longtemps l’affichage de mes images, (alors que j’ai été habitué à une rapidité fulgurante quelque soit ma machine : Powerbook ou iMac G5)…
    Tant que ces deux applications seront aussi lentes, ça restera niet pour moi ! Aperture comme Lightroom ne sont pas adaptées à la production quotidienne d’un reporter (de toutes façons je ne fais que du JPEG).
    Certes ces applis sont intéressantes, mais elles sont taillées pour les machine d’après demain !

  16. Houps, non, je voulais dire, et me mettre en porte-parole d’autres personnes qui était avec moi, souhaitaient un peu plus de démonstration. Bien sûr, la deuxième partie était très sympa, et permet aux participants de se rencontrer, discuter, essayer. Bref, pour moi, c’est un grand bravo bien sûr à cet événement et à ses organisateurs, passionnés et il me semble bénévoles…
    Pour revenir au sujet, mon désir ou ma question pourquoi ces deux logiciels n’ont pas une interface directe avec le boîtier ? Un peu comme Canon EOS digital photo professional qui permet de prendre les photos, changer l’iso, etc…

  17. Je me posais également une autre question. Pour moi, l’avantage de Lightroom est qu’il a une interface directe avec Photoshop, ainsi Apple n’aurait-il pas sorti Aperture en vu de sortir très bientôt un logiciel de retouche photo tel que Photoshop ? Car quand on regarde Final Cut pro, pourquoi Apple resterait en retrait pour la photo ?

  18. C’est une très bonne idée ça : un photoshop made in Cupertino. il va falloir qu’ils assurent sacrément car Photoshop semble indetronable !
    C’était plus facile dans la vidéo car il n’y avait pas de concurrent aussi indiscutable qu’un Photoshop. Cela dit Apple a certainement les moyens de le faire.

  19. Oui enfin, il y avait les solutions Avid et Première qui étaient soi-disant indéboulonnable. Il faudrait une interopérabilité parfaite avec le PSD.
    Rien n’est immuable dans le monde informatique.

  20. Je suis sur IVMP depuis son origine, et j’édite dans photoshop. Je n’utilise pas camera raw d’adobe, j’utilise plutôt celui de nikon editor. Mes appareils sont des nikon.je me suis égaré un temps avec Portfolio. Je suis entrain de me rendre compte des limites de Iview (catalogue avec taille max de 1,8 GO), je sais je morcelle mes catalogues. Mais voilà je suis en zone de test avec ligthroom et aperture. Et je suis entrain de remettre en cause mes méthodes de recherches, indexations, visualisations. et pour couronné le tout d’editing…avec Aperture.
    Nikon nx est superbe mais trop artificiel dans le rendu des photos( trop clean). Je suis content avec mon nikon d200 qui fabrique du grain (ce que vous appelez du bruit) à partir de 400 iso, je suis surpris par la qualité d’aperture et justement de la qualité de « ce grain » et du flou de mes arrière plan. Effectivement je trouve (nous sommes plusieurs finalement à avoir cet avis ) les traitements dans aperture plus naturels. Je m’en étais pas rendu compte au début, mais plus j’avance plus cela me semble être une évidence. Je n’ai jamais compris l’interface de ligthroom que je trouve flashi et je n’ai jamais été conquis par le derawtiser de chez adobe.L’interface d’aperture avec 2 moniteurs reste très sobre, et facile. Je n’ai pas encore lu le manuel mais j’ai pu trouver facilement les raccourcis clavier et le maniement de son interface. Je continue d’utiliser Iview et photosop. Mais j’avoue que je suis septique quant à son avenir depuis que microsoft l’a racheté contrairement à JF Vibert . Microsoft arrive avec Vista et de futurs nouveaux formats d’images… Encore une chose je continue de photographier au 6X7 et 6X6 et j’aime retrouver mes scannes dans aperture et de les y éditer, c’est un régal. Et quand j’ai un problème d’optique ou plus complexe je les ouvre dans photoshop.
    Je ne suis pas photographe. Je suis plasticien, mais me sers de ce support depuis toujours. J’ai encore des doutes sur mon « workflow » et je ne sais pas très bien comment je vais bien pouvoir m’en sortir si je valide Aperture/mes 37000 et quelques photos/ et Iview et ses indexations. (annoture?)
    En tout cas je suis avec passion cette discussion qui est au cœur de mes interrogations du moment. (il me rest que quelques jours avant de me décider à acheter une license aperture..)

  21. Pouquoi faire compliqué quand on peut faire simple? Apple n’a qu’à racheter Adobe: Apple a du cash à plus savoir qu’en faire!!!
    Par rappot aux softs:
    Lightroom est plus simple à apréhender qu’Aperture. Tout tombe assez logiquement sous les doigts et fait largement mois usine à gaz qu’Aperture. Aperture conviendra plus à des pros qui auront un retour sur l’investissement (en temps et en apprentissage) qu’ils auront fait, aolrs que lightroom conviendra plus à un lagre public.

  22. Je n’arrive pas à comprendre comment on peut trouver Aperture ergonomique ! Vraiment c’est pour moi une usine à gaz incompréhensible…
    Alors que Lightroom me semble limpide ! Comme écrit ci-dessus : je pense à une fonction et paf : je la trouve immédiatement !
    Pour la quelité de la conversion RAW, la aussi toutes ces réflexions me semblent très surprenante ! Ce n’est qu’après une impression grand format que l’on peut sentir une différence… Et la plupart de ceux qui parlent d’une différence ne font pas d’impression. Personnellement j’ai fait le test de l’impression après avoir derawtisé une image pour m’approcher de ce que j’obtenais en argentique :
    Résultat des courses : impossible de dire sur un A3 quel tirage est issu de quel logiciel !

  23. Je tire beaucoups de mes photos et autres documents graphiques en A3 et A2 sur une 4800 epson calibrée. a vrai dire elle tourne toute la journée. Je n’ai pas eu de déconvenue particulière avec aperture ni avec aucun autre logiciel d’ailleurs. Pour le grain c’est en A2 que ca passe ou pas.
    ps j’utilise epson pageproofer quand je tire depuis IVMP (drag and drop). Pour l’ergonomie cela doit-être une question de caractère? Moi c’est nikon NX qi passe pas.

  24. Pfouuu quand je vois l’entendue du débat et la galère quotidienne du numérique, je suis heureux d’avoir laissé mon d200, iview et photoshop pour me racheter un nikon f100…………………………..

  25. Aperture donne aux images numériques un rendu très naturel,très proche de la réalité. J’ai le sentiment que la gamme des tons est plus large,plus nuancée que avec lightroom,ou iview et sans perte de définition.Curieusement quand j’utilise CS 2 en couple avec Aperture cette qualité d’image est conservée.Je vous recommande si vous êtes sur Mac de faire un test prolongé de la beta de Aperture.Par contre je n’ai pas fait de test d’impression. une imprimante dernière génération est-elle capable de restituer les nuances perçues sur un écran haut de gamme ?????

  26. Il me semble que le gammut des imprimantes, y compris les traceurs grand format, est de toute manière moindre qu’un écran, lui-même ne donnant pas toutes les nuances possibles de l’espace Adobe RGB.

  27. Là je crois bien que vous vous trompez sur cet histoire d’écran et d’imprimante (autant que d’aspect des RAW)…
    L’écran est incapable d’afficher certaines nuances accessibles aux imprimantes (qui sont devenues aujourd’hui plus performantes que le tirage photo argentique). Et dans le même temps certaines couleurs très vives que peut afficher l’écran sont absolument non-imprimables…
    Celà fait que l’aspect des images qui s’affiche dans l’interface d’Aperture ou de Lightroom ne vous donne qu’une très vague idée de ce que vous allez obtenir à la fin (au tirage : il ne faudrait pas oublier que c’est le but de travailler en RAW).
    Ce que vous voyez n’est pas l’image convertie ! Donc comparez ce qui est comparable : des TIFF ou des PSD issus de ces 2 logiciels… Et pas l’affichage à l’écran !

  28. Premièrement, tout le monde n’a pas besoin de sortir ces images imprimées.
    Deuxièmement, il y a des une option qui donne une idée assez proche du résultat final qui se nomme « soft proofing », sans devoir sortir du A3 à chaque fois. Evidemment, le mode de fonctionnement d’un écran est différent de celui d’une imprimante (mélange additif et soustractif) et forcément il y a des différences de rendu malgré tout.
    Troisièmement, tout le monde n’a pas une imprimante photo sous la main.

  29. Premièrement je trouve pas si abérant de comparer Aperture à Ligthroom même si ce dernier est encore en Béta. Si il est sorti en (gros) Béta c’est bien pour qu’on l’évalue et donc le comparer à l éxistant.
    Pour moi un tout en un est également indispensable ( tout pareil que JF… voir plus haut)
    Ces 2 logiciels ont chacun des outils innovants et performants qui me séduisent.
    Pour Aperture
    – L’onglet couleur qui ressemble à la « correction sélective » de Photoshop mais avec une puissance accrue
    – l’attribution des métadonnées
    – les piles
    – les dossiers intelligents
    – la table lumineuse
    Pour Lithroom :
    – l’intuitivité de l’interface, qui nécessite moins de formation
    – les presets en mode develop
    – la vibrance
    – la pipette de la balance des blanc
    Les éléments moins aboutis :
    Pour aperture:
    – La loupe avec un rapport uniquement a 100%. même si cela demande beaucoup de mémoire vive camera raw permet de choisir le taux d’agrandissement sans souci.
    – une interface perfectible, une hiérarchisation des outils pas optimum. Les boutons de classement en bas du visualiseur sont en trop. Un raccourci clavier est plus rapide à utiliser et cela garderais plus de place au visualiseur.
    – trop lent sur mon G5 bipro 2x2ghz 3Go de Ram
    Pour Litghroom :
    – les catalogues
    – La loupe idem que pour Aperture.
    – l’attribution des métadonnées
    Ils manque le concept de l’outil révélation 2006 des numériques NRJ-FUN-RTL Award, j’ai nommé : le « point de contrôle » de Capture NX.
    C’est pour moi LA grande innovation.
    Traiter les fichiers globalement c’est bien, agir sur une zone précise et définissable c’est encore mieux.
    Si je peux gagner du temps en me passant de Photoshop pour rehausser un ciel, éclaircir un regard, déboucher un contre jour ect… sans intervenir sur l’ensemble de l’image alors je signe tout de suite. Malheureusement Capture Nx c’est Nikon et j’ai un boîtier Canon, l’interface de NX est aussi bien trop austère.
    Je reste encore méfiant sur la partie catalogue des 2 logiciels.
    Notamment avec Ligthroom entre « quick collection » de la Library, les « Shoots » et les « Collections » ce n’est pas très clair. Dissocié les collections du « shoots » ne me parais pas une bonne idée.
    Avec Aperture je suis moins perdu, le concept Projet->Dossier->Dossier
    Intelligent avec un filtre paramétrable est bien plus cohérent, si il n’étais pas nécessaire d’avoir sa photothèque en permanence importé.
    Iview garde encore son avance sur ce point, pas besoin d’un gros dossier qui répertorie tout ce qu’il y a trier. L’affichage des vignettes est 10x plus rapide.
    La gestion des catalogues représentera 60% dans mon choix entre Ligthroom et Aperture.
    Les 40% restant regrouperont les notions d’ergonomie, de rapidité/compatibilité , le petit plus d’un outils innovant et la qualité d’export.
    Le traitement d’un fichier Raw est arrivé à maturité chez la plupart des dévellopeurs même si il subsiste quelques petites différences. Les exports en Tiff sont tous très bon, la différence se fera sur l’ergonomie du Workflow (yes!! j’ai réussi à le placer…;-) ).
    Reste que ces logiciels demande à nouveau de remettre en question ses habitudes de travail. La première révolution de la photo numérique portait sur le « hard » et l’ on à parfois mis beaucoup de temps à dévelloper un Workflow ( yes! 2fois..;) productif en utilisant des outils initialement crée pour la PAO. Aujourd’hui les photographes doivent à nouveau se remettre en question. Sur ce point Aperture apparai le plus perturbant et nécessite une période plus importante de formation.
    Cela risque d’être un point rédibitoire pour les photographes déjà débordé par le temps passé devant un écran.
    Bon allez je me remet au boulot, ces nouveaux jouet sont formidables mais il ne faut pas oublier que le nerf de la guerre c’est la facturation :-)
    A+

  30. Juste un mot pour défendre CaptureNX et répondre à Cyril, CaptureNX te rendra le rendu que tu désires et tu peux ajouter du grain sans problème (filtre ajout grain CL ou monochrome). Utilisateur d’un D2X, je trouve au contraire qu’il est moins lisse(« vidéo ») qu’un D200 surtout à des isos élévés et pour cela donc plus proche d’un rendu photo. Mais bon chacun son truc.
    En tout cas bravo pour ce débat et ces échanges.
    L’important pour un photographe n’est pas le worflow comme on dit, mot qui résume quand même des étapes très différentes, l’important, c’est le rendu de ses images. Le tout en un en hifi comme pour un logiciel peux poser des soucis d’évolution.
    Ps pour les Canonistes: raw>tif dans le soft Canon et travail sur CaptureNX!

  31. Pour répondre à Tony : Si ce n’est pas pour imprimer les images (ou garder la possibilité de le faire dans les meilleurs conditions) l’interet de s’encombrer de fichiers RAW devient plus que limité non ?
    S’il s’agit de juste regarder des images à l’écran (ou sur le web), le JPEG en sRVB est suffisant !
    L’intéret du RAW est donc bien de garder un gamut extrèmement large en vue d’une impression haut de gamme… Rappelons que le Gamut du web ou de l’écran est proche du sRGB (et ça convient à 95% des amateurs quin’ont besoin ni de Lightroom, ni d’Aperture) !

  32. Perenom, tout dépend du photographe en fait… Il y a autant de Workflow que de photographes :
    Pour celui qui gagne (difficilement) sa vie, en vendant ses images à des hebdos ou des mensuels : la notion de workflox est sacrément primordiale (d’ailleurs ceux-là, je te le certifie pour les quotoyer travaillent en JPEG pour 75% d’entre eux – à tord ou à raison)… Et avant de les décider à passer à Aperture ou Lghtroom, il faudra des Mac tournant à 4 Ghz avec 8Go de RAM (ou pas loin) !
    Mais pour ceux qui font de « la belle image », c’est autre chose : la qualité prime sur le workflow… (ceux qui tirent eux-même leur images sont encore bien rares, remarque en passant).
    Et puis il y a les amateurs qui font 1 image (belle ou pas) par mois… Et qui ont tout leur temps de la paufiner et de se prendre la tête avec le « sois-disant » grain, blablabla… (ils en savent plus que les pro sur Apertrure et Lightroom souvent ! Normal, ils ne font que ça…). Ils sont très fort pour enc. les mouches ! Plus que pour faire des images qui racontent quelque chose !

  33. >Michèle, je suis d’accord avec toi et à mon avis, il y a encore plus de catégories.
    Mais je n’oublie pas qu’un professionnel doit rester un amateur, celui qui aime et aime encore, ce que certains profesionnels oublient en cours de route.
    Le workflow a sans doute une connotation trop généraliste qui tire vers la moyenne l’ensemble, le lot, hors la photographie a besoin d’ête une, différente, unique.
    Sans doute faut-il travailler l’ensemble de la sélection d’un reportage, d’une PDV, et sortir du lot une image et la travailler au maximum.
    Dans les labos, rappelez-vous: tirage de lecture, tirage édition, tirage expo.
    La photographie est un travail d’édition, et un logiciel qui assure cette facilté, rapidité d’édition a, pour des photographes pro, des chances d’être remarqué.
    Je ne cite pas de nom.

  34. « Ils manque le concept de l’outil révélation 2006 des numériques NRJ-FUN-RTL Award, j’ai nommé : le « point de contrôle » de Capture NX.
    « C’est pour moi LA grande innovation.
    Traiter les fichiers globalement c’est bien, agir sur une zone précise et définissable c’est encore mieux.
    Si je peux gagner du temps en me passant de Photoshop pour rehausser un ciel, éclaircir un regard, déboucher un contre jour ect… sans intervenir sur l’ensemble de l’image alors je signe tout de suite.  »
    Sans renter dans les détails puisque là n’est pas la question, capture nx n’apporte qu’une révolution relative (à mes yeux) en matière de traitement local. La combinaison « masque de fusion, outils degradé et calque de réglage » donne probablement le même résultat, et en peu de temps, pour peu que la manip’ soit maitrisée.
    Sinon, mention spéciale à Michèle qui désigne avec douceur ces photographes qui passent plus de temps sur leur ordi à comparer les logiciels ou décortiquer le matériel qu’à faire des images.

  35. > Prof
    Encore une fois, toutes les images numériques ne sont pas destinées à finir imprimées. Le format brut d’un appareil photo permet non seulement d’avoir un maximum de tons disponibles, mais aussi de retoucher les clichés en les dégradant le moins possible. Cela permet d’avoir une souplesse en fonction de la sortie nécessaire (web, presse, livre, etc.)
    Mais il est clair qu’une belle impression donnera bien plus d’impact que sur un écran.
    Pour ce qui est de Capture NX, je rejoins assez l’avis de Richard. Lightzone ayant pris le choix justement des calques. Cela dit, CaptureNX n’est pas adapté à un Macuser non équipé en Nikon, car il demande une étape de conversion en TIFF qui peut être très longue si on doit passer par un DPP par exemple, sans parler du fait que cela double ou triple la place de stockage nécessaire (8 ou 16 bits selon).
    De plus, l’interface et l’expérience utilisateur de cet outil ne sont franchement pas convaincantes sur OS X. Je le trouve très lent. Lighroom et Aperture me semblent plus agréables à utiliser.

  36. La meilleure configuration est … celle qui vous va, pas de miracle.
    Ce genre de débat est du type : Renault ou Citroën, Nikon ou Canon, …
    Ca n’a aucune importance car tout le monde a raison, ce qui compte c’est d’être bien et de travailler ses images avec des outils faits pour sa main.
    Ma configuration : Aperture, Nikon Nx et Photoshop.
    Aperture
    – permet la gestion de deux écrans, voir son image plein pot sur un 23′ ça aide
    – génial pour les jpeg issus du DSC-R1, je suis dubitatif pour les Raw du D100
    – il n’est pas destructif
    Nikon Capture Nx
    – une merveille d’ergonomie et de simplicité quand on l’a en main (mais ça ne se fait pas en 5 minutes)
    – on peut travailler aussi bien avec les Raw Nikon qu’avec les jepg Sony
    – il n’est pas destructif
    Photoshop
    – usine à gaz avec une ergonomie d’enclume, par exemple les corrections image dans un sous-menu !
    – complètement dépassé par tous les nouveaux logiciels
    – je ne l’utilise que pour les plugs-in (perspective, réduction du bruit), pour enlever les pétouilles et enregistrer pour le web. 1000 $ ça fait cher pour un utilitaire …
    La grande, la très grande nouveauté de la nouvelle génération des logiciels est qu’ils sont NON DESTRUCTIFS. On peut travailler sur les images, revenir dessus plus tard sans altérer le fichier d’origine. Pour moi, c’est l’événement photographique le plus important depuis que la photo numérique existe.

  37. Ah oui ce que je souhaite voir dans Aperture :
    – possibilité d’ouvrir un fichier en format natif dans l’application de mon choix : exemple un clic droit sur une image Nef et « Open in external editor … » l’ouvre en Nef dans Nikon Capture Nx
    – les « labels » couleur, m*rd* c’est Apple qui l’a inventé, c’est dans tous les autres logiciels et pas dans Aperture !

  38. >arnopier
    Euh, il me semble que tu affecter l’éditeur externe de ton choix dans les options d’Aperture. Bon, évidemment il n’est possible d’avoir le résultat de ton traitement dans NX sans devoir passer un Tiff et une réimportation.

  39. « Photoshop
    – usine à gaz avec une ergonomie d’enclume, par exemple les corrections image dans un sous-menu ! »
    Et les calques de réglages ???? Avantage non négligeable lorsque tu veux revenir sur tes reglages, ou simplement effectuer un detourage propre.

  40. Richard, ok pour les détourages, mais les calques de réglages ne sont plus qu’un lointain mauvais souvenir quand on utilise NC Nx … d’où l' »ergonomie d’enclume » que je maintiens …

  41. Une remarque Arnopier, il ne faudrait pas oublier que Canon Digotal Photo Professionnal ainsi que Nikon Picture Project sont eux aussi non destrcutifs (y compris lorsque l’on travail sur des JPEG ! ! !
    Et oui ! ! !

  42. arnopier,tony
    dans aperture pour ouvrir un fichier raw avec le logiciel de son choix il suffit de faire clic droit afficher ds le finder et ouvrir avec (et on peut ouvrir un.nef ou autre ds capture NX ou camera raw ou autre )c’est pas aussi rapide que ds I view ,mais apple devrait pouvoir ameliorer ca et apres c’est vrai il faut reimporter le tif ds aperture (encore un truc à ameliorer)

  43. Arnopier,
    Je ne conteste pas, je n’ai fait qu’un effet rapide de capture nx, il avait qq difficultés sur mon g4………En plus ma façon de travailler sous photoshop me satisfait (ce qui rejoint à ce que tu disais plus haut), d’autant que je lache de plus en plus le numérique.

  44. Bon, commandé le 28 reçu aujourd’hui ma boîte Aperture. Je viens donc de basculer dans le camp Aperture. La boite est livrée avec un dvd en français (tutoriel) le manuel est épais , et j’ai enfin une carte d’index des raccourcis clavier…et je suis passé en 1.5.1. Je me garde NX sous le coude (fin de l’évaluation dans 9 jours, vais-je l’acheter?)
    Bonsoir tous

  45. j’ai adopté lightroom depuis sa sortie, j’ai essayé aperture. et bon, que dire que je me sens plus à l’aise avec lightroom pour le travail de la photo. en cas de site web, ma préférence va à aperture, mais comme je suis de plus en plus adepte de shutterbug pour cette fonction, le travail de lightroom me parait plus intuitif, plus complet. aperture c’est beau comme un mac, mais c’est lourd. les possibilités de lightroom, les presets enregistrables et partageables me permettent de traiter une (ou des) photo tres rapidement.
    mais il faut avouer que l’on a de la peine à perdre ses habitudes, à changer de logiciel. lightroom me convient, je le garde. aperture, je ne sais pas si j’y retournerais, tout en étant persuadé que je n’en ai pas fais le tour complet.
    pour la gestion d’image, il me suffit. mais je n’ai pas des volumes importants à traiter.

  46. Et ben moi c’est Lightroom!
    La raison est simple, puisque nous travaillons sur les 2 plates-forme (MAC-Win), le «binder» reste compatible. Je travaille avec iView et le mariage est parfait, en autant qu’on oublie pas de synchroniser.
    L’interface est très «in», Adobe est à la hauteur. Je trouve plus facile la manipulation des métadonnées et la grille aux tier.
    Pour un travaille plus pousser j’utilise Capture NX de Nikon, si vous êtes Nikoniste, essayez, c’est renversant, mais lent ;-). Recommandé pour un travail à la pièce.
    J’espère que cet enthousiasme sera abordable ;-) et bi-plate-forme.
    Philippe

  47. Pour un PCiste (non non c’est pas une maladie c’est un choix que j’assume) lza question se pose pas!!!
    C’est Aperture (non non la je rigole)

Leave A Reply


Notifiez-moi des commentaires à venir via émail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.